Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Mes sous-vêtements et moi


Publié le 29 avril 2019 par Doupiou

Non mais quelle idée d’écrire un article sur mes sous-vêtements ? Et bien figure-toi que j’avais envie de faire un petit billet léger comme de la dentelle !

Tous les matins, c’est le même rituel, j’enfile mécaniquement une culotte et un soutien-gorge. Pourtant cela n’a pas toujours été le cas ! Enfin si, j’ai toujours mis des sous-vêtements… Mais pas de manière répétitive et lassante tel un acte sans intérêt.

Dis-moi quels sous-vêtements tu portes, je te dirais qui tu es ? Ou pas !

Mes premiers sous-vêtements

Là je ne vais pas te raconter tout l’historique des culottes en coton que ma maman m’achetait ! Mais je vais bien te parler de mes premiers soutien-gorges et de ma recherche de style dans la lingerie.

Vers douze ans, ma maman nous a emmené, mes sœurs et moi, acheter notre premier soutien-gorge dans une grande enseigne de lingerie. Je me rappelle de ce moment comme un rite initiatique ! Ma maman était fière et moi complètement perdue ! J’allais mettre mes petits seins dans une corbeille pour la première fois de ma vie. Bon, le mot corbeille est mal choisi puisque c’était une brassière. Mais quand même ! Je me suis retrouvée les seins à l’air devant une vendeuse, qui était adorable au passage, essayant toute sorte de formes et de couleurs !

J’avais donc jeté mon dévolu sur deux brassières, une bleue et une blanche, qui étaient d’un confort absolu ! Après cette acquisition, je me sentais un peu plus « femme » et je faisais même exprès de laisser négligemment tomber une bretelle sur mon bras pour attirer l’attention des garçons (oui bon ça va hein, je t’entends glousser jusque-là !).

Vers quatorze ans, ma maman a accepté de m’acheter mes premiers strings. La condition c’est qu’ils devaient être confortables (tu le sens toi aussi le paradoxe ?), c’est-à-dire pas de ficelles. J’avais donc quelques strings en coton avec une coupe un peu « sport » qui évitait de faire le combo ultime de la descente en rappel : quand les élastiques remontent presque sous les bras et le pantalon descend.

Pendant environ deux ans, je ne cherchais rien de particulier dans mes sous-vêtements.

So sexy !

Et puis vers mes seize ans, il s’est passé une étape étrange. Consciente de l’effet que je faisais auprès des garçons (ou alors c’était leurs hormones. Ou les miennes) j’avais envie de me sentir sexy dans mes sous-vêtements.

Au diable le confort ! Toutes mes culottes sont passées à la poubelle (sauf cinq pour mes périodes de règles) et je n’envisageais pas de sortir autrement qu’en string. Et quand je te dis string c’était uniquement des strings ficelles ou de la dentelle.

Mes soutien-gorges ont aussi fait les frais de cette lubie : à moi les effets push-up et la dentelle à outrance !

Pourtant qui allait voir mes dessous ? Et bien il était inconcevable que mes copines dans les vestiaires me voient avec une petite culotte en coton ! Je comprendrais bien trop tard qu’elles n’en avait rien à fiche en fait ! Mais à cet âge, la raison ultime qui me poussait à être impeccable en dessous : si jamais je devais avoir un accident et que les pompiers devaient déchirer mon t-shirt, impensable d’avoir un vieux soutif Mickey ! Je t’en prie, ne me juge pas ! Mon cerveau n’était pas éclairé à tous les étages à cet âge-là !

J’ai aussi commencé vers mes dix-huit ans à trouver de l’intérêt pour la jolie lingerie. Pour le plus grand plaisir de mon copain, j’aimais beaucoup mettre des bas, des bodies en dentelles ou des porte-jarretelles pendant nos moments câlin. Je cherchais à avoir des ensembles coordonnés, à varier les couleurs en passant d’un blanc pur à un imprimé zèbre ! Bref, une vraie fashionnista de la lingerie !

crédit photo : jackmac34 (Pixabay)

L’heure de la maturité

Vers mes vingt-trois ans (c’est précis n’est-ce pas ?), on arrête les bêtises ! J’apprécie toujours autant les jolis ensemble mais je suis plus tournée vers les sous-vêtements invisibles. Couleur chair, sans couture, tout est bon pour ne rien laisser transparaître. Il faut dire que je travaille, donc je ne vais pas exposer mon soutien-gorge pigeonnant à la vue de tout le monde !

Après mon mariage, je suis devenue enceinte à vingt-quatre ans. Ma lingerie a pris un tournant décisif : exit les strings et bienvenue les culottes en coton tellement confortables ! A la suite de mon premier accouchement, j’ai allaité ma fille pendant un mois et demi et à la fin de l’allaitement, je ne supportais plus les soutien-gorges push-up avec les balconnets. Mes seins ont radicalement changé de forme et j’ai du refaire ma lingerie avec une professionnelle pour ne pas porter des choses qui me blesse.

Mon plus grand bonheur c’est de retirer mon soutien-gorge le soir après le travail et d’enfiler une culotte dix fois trop grande mais qui ne me laisse aucune marque.

J’en ai plus rien à faire de la dentelle et des couleurs. Je veux du confortable ! Je n’ai que très rarement remis un string d’ailleurs même après mon deuxième accouchement. J’y préfère un tanga quand je veux me sentir sexy ! J’ai quand même conservé une grande partie de mes strings d’antan. Pourquoi je n’arrive pas à m’en débarrasser ? Aucune idée !

Je suis abonnée aux culottes en coton et aux soutien-gorges sans armatures. Pourtant j’attends mon déménagement avec impatience pour pouvoir refaire une jolie collection de lingerie ou confort rimera avec sexy. J’ai très envie de me sentir à nouveau bien dans mes sous-vêtements et de ne pas les enfiler mécaniquement en prenant le premier bas que me passe sous la main. En attendant, j’use et re-use mes culottes de grossesse jusqu’aux trous dans les coutures. Et tant pis si en cas d’accident je ne porte pas un magnifique ensemble en organza !

Et toi ? Tu as eu des évolution dans ta lingerie ? Tu préfère porter quoi ? Dis-nous tout !

Commentaires

5   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Zou (voir son site)

Plus jeune, j’aimais beaucoup les jolis ensembles assortis avec soutien gorge à armatures et avec coques. Je trouvais que cela rendait pas poitrine plus belle et plus ronde. Un jour, une vendeuse dans une boutique m’a orienté vers un soutien gorge sans coque et en fait, je me suis rendue compte que ma poitrine était aussi très bien ainsi. Depuis, j’ai changé de cheval de bataille : je continue à apprécier les beaux ensembles, mais vive le sans-coque et un minimum d’armatures. Franchement ça change la vie ! Et là, je suis passées aux brassières enceinte ! Bizarrement je me sens bien et pas moins soutenue.

le 29/04/2019 à 08h39 | Répondre

Sarah

J’ai commencé les strings vers 13-14 ans aussi parce que j’avais honte de cette marque disgracieuse sur les fesses. Et j’ai toujours trouvé ça beaucoup plus agréable à porter en faisant du sport, moins d’irritations aussi. Les culottes c’est juste pendant les règles. Par contre les fioritures dentelles et tintouin j’en ai jamais rien eu à carrer et mon mari n’apprécie pas particulièrement les sous vêtements. Donc confort avant tout 🙂
Mon petit plaisir c’est de ne pas porter de soutif l’hiver sous les gros pulls et l’été en randonnée. Freedom !

le 29/04/2019 à 08h53 | Répondre

Nathalie

Tu as trouvé un site de jolis soutien gorge sans armature confortables ?

Depuis un zona pile dans cette zone, je suis repassée à mes soutien gorge d’allaitement (que j’avais heureusement gardés !) et je ne veux plus les quitter 😂

le 29/04/2019 à 15h30 | Répondre

Etoile

Marrant: moi je n’ai jamais rien trouvé de moins confortable qu’une culotte et jamais rien trouvé de plus confortable qu’un string (mais exit la ficelle quand même). Et même pendant mes grossesses, je n’ai porté que ça… Exception faite sous les jupes courtes l’été… La peur du petit coup de vent qui fait tout voir… Dans ce cas là, mieux vaut un shorty/boxer.
En revanche, pour les soutien-gorges, depuis mes grossesses/allaitements, je galère… Je crois que je fais une taille batarde qui n’existe pas…
Mais dans tous les cas, j’ai toujours eu l’impression de pouvoir allier confort et esthétique sans trop de soucis.

le 29/04/2019 à 22h03 | Répondre

Miss Chat

Je me sentirais presque comme une ado après avoir lu ton article et les autres commentaires ! 😀 Ici, j’adore la lingerie, mon mari aussi, donc on se fait plaisir : dentelle, push up et compagnie ! (exceptionnellement des strings mais je n’aime pas spécialement ça)
Je ne comprends pas pourquoi cette idée qu’on ne puisse pas allier sexy et confortable se maintient encore en 2019… J’aime être confortable et je n’ai pas besoin pour ça d’avoir un soutif sans armature (et sans forme ! parce qu’avec mes petits seins déformés par les allaitements, les structures ne sont pas inutiles !) ou une culotte en gros coton. Mes culottes sont échancrées, avec de la dentelle, des fioritures et une doublure intérieure en coton au niveau de la vulve pour le confort.
Il faut juste trouver les modèles qui correspondent à nos besoins 😉

le 30/04/2019 à 13h05 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?