Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Achat en VEFA : s’armer de persévérance


Publié le 6 juillet 2016 par Mélimélanie

Comme je le racontais dans mon premier article, quand on achète en VEFA, il y a plein d’étapes avant de pouvoir enfin vivre dans son appartement.

Un des avantages que nous voyions à acheter quelque chose qui n’était pas encore construit (en plus du prêt à taux zéro !!), c’était de pouvoir moduler notre appartement à notre guise dès le début, et récupérer au moment de la livraison un appartement exactement comme nous le souhaitions, avec AUCUNS travaux à faire.

Oui mais…

Une personnalisation restreinte

En fait, tout n’est pas si rose au niveau des modifications possibles. Dans un premier temps, toutes nos demandes de modifications ont dû être validées pour que notre logement reste accessible aux personnes à mobilité réduite (c’est obligatoire du point de vue de la loi. Ça me fait doucement rire, je te dirai pourquoi dans un prochain article…).

Du coup, on n’a pas pu imaginer exactement ce que l’on voulait. On s’est retrouvés bloqués avec une chambre que nous avions identifiée comme une chambre d’enfant gigantesque et une chambre parentale permettant tout juste de faire entrer lit, armoire et commode.

On voulait ajouter des WC supplémentaires, mais pour ça, on devait faire sauter une double vasque pour pouvoir garder l’espace de circulation dans la salle de bain. Et on s’est retrouvés avec des toilettes immenses, dans lesquelles on n’était même pas sûrs de pouvoir mettre un lavabo au début (au final, on l’a, mais pas placé où on le souhaitait au départ).

Puis est venu le moment de choisir les finitions. Et alors là, gigantesque déception de ma part. Déjà, les murs seraient blancs. C’était comme ça, et pas autrement. Ensuite, pour le choix des sols/meubles de salle de bain (la cuisine n’étant pas livrée avec l’appartement), au lieu d’avoir un catalogue assez ouvert avec plusieurs choix, on avait cinq « ambiances » qui, du coup, définissaient tout.

Donc au final :

  • trois choix de sols,
  • deux choix de carrelages de salle de bain,
  • cinq choix de parquets pour les chambres.

Et les meubles étaient coordonnés avec l’ambiance choisie… Bon bon bon. Moi qui m’attendais à pouvoir imaginer mon appartement comme je le souhaitais, raté ! Alors oui, je comprends que pour faire baisser les prix, ils ont besoin de commander de grosses quantités, et que donner trop de choix leur fait rogner sur leurs marges. Mais du coup, j’ai été sacrément frustrée.

Et si tu demandes quelque chose qui sort de leurs propositions… On avait demandé si on pouvait nous poser des vasques (on trouvait ça plus joli). Ça faisait juste deux vasques à poser au lieu de ce qui était prévu. Devis : 1500€. Euh… une vasque, c’est 50€ chez Casto… Elle est faite en or, la leur, ou quoi ?! Du coup, on leur a demandé de ne pas poser non plus la salle de bain. (Étonnamment, le retrait de deux meubles de salle de bain et du coût de la pose, c’était loin d’être 1500€ de gagnés sur le devis modificatif, mais passons…)

L’avant-livraison

Je ne sais pas si tous les constructeurs le font, mais avec le nôtre, on a eu droit à une « visite cloisons » en décembre 2015 (pour un achat réservé en juillet 2014 et signé chez le notaire en décembre 2014, pour rappel).

Comme je te le disais précédemment, cette visite cloisons s’est déroulée (hasard du calendrier) cinq jours après mon accouchement, et Monsieur Génial a donc dû s’y rendre seul.

Comment t’expliquer l’état dans lequel je l’ai récupéré ? Lui qui partait heureux de pouvoir enfin voir son appartement, il est rentré en furie. Oui, parce que cette visite n’a pas été celle escomptée.

Non seulement on nous a appris ce jour-là que le programme avait deux mois de retard (relativisons : un immeuble du quartier a deux ans de retard. Oui oui, deux ans…), mais en plus, en visitant l’appartement, Monsieur Génial a pu constater qu’aucune de nos modifications demandées (validées et payées à moitié) n’avait été réalisée. Comble de l’ironie : certaines modifications non demandées avaient été réalisées et nous empêchaient de poser la cuisine…

Mon mari, passablement énervé, a donc demandé des explications, et le promoteur ne savait rien lui répondre d’autre que : « Ça va être corrigé, on n’a qu’à reprogrammer une visite dans un mois. »

Nous avons donc attendu un mois pour revoir l’appartement. Pendant ce temps-là, nous avons demandé des comptes-rendus d’avancement, et on nous a dit qu’il n’y avait aucun problème, que les travaux avançaient, que nos modifications avaient été prises en compte, et que tout serait parfait à la visite de janvier.

Et cette fameuse visite est finalement arrivée…

Le long chemin jusqu’à la livraison

Tu t’en doutes, si je parle de « long chemin », c’est qu’à cette visite, tout n’était pas parfait. Pour dire vrai, c’en était même très loin !

Non seulement ils n’avaient pas du tout avancé sur nos modifications, mais en plus, les seules avancées qu’il y avait eues soit étaient du grand n’importe quoi (tout le plafond en gouttelettes, alors que nous avions payé pour du lisse), soit mettaient en péril la réalisation de nos modifications (coulage de la dalle en béton et pose du carrelage pouvant gêner le passage de tuyaux et de câbles).

2016-02-24 11.39.13

Crédits photo : Photo personnelle

Pièce à vivre

Mon mari a donc entamé un long parcours du combattant, avec échanges de mails et coups de téléphone quasi quotidiens avec le promoteur. On est allés jusqu’à le menacer de faire appel à un avocat s’il continuait à nier l’évidence (et étonnamment, du jour où on a commencé à parler d’avocat, les choses se sont décoincées).

Toute cette histoire a usé moralement et physiquement Monsieur Génial qui, au lieu de profiter de son fils en rentrant du boulot, restait des heures à rédiger des mails factuels présentant point par point l’avancée (ou la non avancée) de la résolution des problèmes.

Il est allé sur le chantier près d’une dizaine de fois avant la réception de notre appartement. Et jusqu’au dernier moment, il ne voulait pas croire que le jour de la livraison, l’appartement serait comme demandé. Il faut dire qu’un mois avant, j’étais allée faire la visite de pré-livraison, et que j’avais levé quarante-et-une réserves (= choses qui ne vont pas et qu’il faut corriger).

Crédits photo : Photo personnelle

Terrasse avec infiltration d’eau

Mais cette longue bataille a payé, et le jour de la réception est enfin arrivé. Mais ça, je te le raconterai la prochaine fois !

Et toi ? Tu as eu des soucis avec une maison ou un appartement que tu as fait construire ? En VEFA particulièrement ? Comment se sont-ils résolus ? Viens nous raconter…

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

13   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

Malheureusement, ce n’est pas la première fois que j’ai ces échos là pour un achat en vefa.
Cela te rassurera ou pas mais en fait quand tu fais refaire un appartement ou une maison, c’est un peu la même chose. Il faut être présent sur le chantier tous les jours aux risques de voir tes modifications passées à l’as.
C’est vrailent beaucoup de stress j’imagine.

le 06/07/2016 à 07h28 | Répondre

Mélimélanie

Cela ne me rassure pas 😀
Je le savais déjà car ma sœur est entrain de faire construire sa maison. Et je vois bien les galères qu’elle a aussi.

C’est effectivement beaucoup de stress mais j’en suis arrivée à me dire que TOUT achat est du stress en fait. Neuf ou ancien on se retrouve rarement à vivre sur un petit nuage et on a tendance a quand même souvent rencontrer des problèmes!

le 06/07/2016 à 08h45 | Répondre

Tamia (voir son site)

Ce n’est pas la première fois que je vois/entends un témoignage d’achat en VEFA qui a été un long parcours du combattant. Je trouve ça dommage que les promoteurs ne soient pas plus respectueux du désir de l’acheteur (qui soit dit en passant est un client !). Je comprends la frustration que tu as pu ressentir quand tu as réalisé que tu ne pouvais pas faire les modifications que vous souhaitiez. Cette période a dû être très stressant pour vous…

le 06/07/2016 à 08h33 | Répondre

Mélimélanie

Je dois te dire qu’en tant qu’employé dans une « société de services » j’ai aussi beaucoup de mal à comprendre sous quel miracle les promoteurs peuvent se permettre de traiter les clients comme ça…
Mais ce n’est malheureusement pas les seuls avec qui j’ai rencontré un mépris total du client (coucou les agences de gestion locative et les syndics de copropriété).

Pour être honnête parfois je suis tellement a bout d’être baladée au téléphone que je transpose (en hurlant un petit peu) la situation que je subis dans mon environnement professionnel en mettant en exergue leur manquement dans leur relation client et étonnamment dans ses moments là je ne suis plus baladée…

Sinon oui j’ai été un peu frustrée mais au final on a quand même réussi à avoir un appartement qui nous plait et c’est le principal. Mais cette période reste effectivement un souvenir pas très agréable… En tant que tout jeunes parents on aurai aimé pouvoir rester sur notre nuage plus longtemps et au final 5 jours après l’arrivée de bébé on a du commencer à se battre 🙁

le 06/07/2016 à 08h55 | Répondre

Flora

Aïe aïe aïe! Malheureusement dans le bâtiment même quand on paye un bras, on a besoin de suivre les travaux de près… Et j’imagine que pour d’aussi gros travaux ça peut vite prendre des proportions monstrueuses. Et pour votre chambre c’est vraiment dommage, mais vous avez déjà votre salle d’eau et c’est la classe 😉
Pour l’anecdote, nous avons embauché quelqu’un pour juste poncer notre escalier et il a essayé de faire passer des énormités alors qu’on habitait dans la maison et qu’on pouvait donc voir son avancement tous les jours !

le 06/07/2016 à 08h52 | Répondre

Mélimélanie

Oui je crois que c’est ça : il faut toujours être derrière. Sauf qu’innocemment on pensait qu’être derrière les ouvriers et vérifier l’état du chantier c’était le travail du promoteur (qui était maître d’oeuvre) et non pas a nous….

Mais oui au final notre chambre est top et on a pu y caser tout ce qu’il faut (et puis c’est pour dormir donc la taille… je préfère avoir une pièce à vivre plus grande!)

Ha oui mais le coup de l’ouvrier qui raconte n’importe quoi alors qu’on vit dans la maison on l’a eu chez mes parents. C’était très très drôle (enfin on en rigole maintenant mais sur le moment ça avait été une grosse période de stress aussi)

le 06/07/2016 à 08h59 | Répondre

MlleMora

C’est dingue le monde du bâtiment, que ce soit en VEFA, en construction de maison ou en rénovation, y a toujours des galères ! A croire qu’il faudrait tout faire soi-même…
L’important c’est que ça finisse bien, mais c’est clair que c’est énormément de stress !

le 06/07/2016 à 09h55 | Répondre

Mélimélanie

Oui je pense qu’effectivement on a tendance à se dire de plus en plus « on n’est jamais mieux servi que par soi même… » quand on vit ce genre d’expérience.

Après tu as bien raison ce qui compte c’est que tout finisse bien! On a aujourd’hui notre appartement et on s’y sent très bien!

le 06/07/2016 à 17h21 | Répondre

Madame D

Je devrais pas lire ce genre d’article alors que nous venons de deposer notre permis de construire …….

le 06/07/2016 à 10h37 | Répondre

Mélimélanie

Je ne veux pas te faire peur Madame D. Je peux peut être te rassurer en te disant que notre promoteur nous a dit qu’on était : « LE client sur 50 » qui a eu autant de problème. Si t’es dans les 49 autres ça se passera mieux :-p.

Non plus sérieusement je pense que tu peux essayer d’utiliser mes articles pour prévenir les situations a risque chez toi. N’hésite pas à passer régulièrement sur le chantier quitte à être qualifiée de casse bonbons de première. Reste pointilleuse et factuelle. Et fonctionne par écrit au moindre problème (parce que les « HA bon je vous ai dit ça au téléphone vous êtes sûr?! » ça a tellement saoulé mon mari qu’au bout d’un moment il a téléchargé une appli qui enregistre les appels téléphoniques pour avoir les preuves).

Et comme dit MlleMora au final ce n’est que du bonheur une fois cette période de stress passée!

le 06/07/2016 à 17h27 | Répondre

Ars Maëlle

Après avoir lu les différents commentaires, je voudrais apporter un témoignage un peu moins démoralisant.
Nous avons acheté en VEFA aussi, signature en 2013, livraison en 2014, on a acheté si tard qu’on ne pouvait plus demander de modifications constructives mais on a pu choisir nos finitions (6 planchers, 10 moquettes, 8 carrelages, 3 bois de mobilier à panaché à notre goût). Visite cloison impeccable, moins de 10 réserves à la livraison qui a eu lieu près de 3 mois EN AVANCE, réserves levées pour la majorité en direct avec le peintre, le reste sous un mois max. Un an après, on est ravis.
Un petit conseil : chez nous, une assoc de futurs habitants s’est montée, avec forum internet, piques niques avant la livraison, accueil, etc, ça a donné du poids à ceux qui ont eu moins de chance (retards, malfaçons) de pouvoir agir collectivement. (et de sortir la menace des avocats ET de la presse)
Et une petite remarque : oui, il y a des choses inacceptables (les retards, la mauvaise foi…) mais il y a aussi beaucoup de contraintes extérieures qui pèsent dans le bâtiment (réglementation, sous-traitance, intempéries…), la multiplication des intermédiaires fait que les entreprises à la fin sont loin de toucher 3-4-6000/m² bien entendu, alors il ne faut pas non plus tomber sur tout le secteur sans distinction, il y a aussi de très bons artisans, de très bons promoteurs qui font pour nous un sacré boulot qu’on ne pourrait pas mener seuls.

le 11/07/2016 à 19h15 | Répondre

Mélimélanie

Et heureusement qu’il y a des expériences comme la tienne!! Je pense qu’effectivement c’est une bonne idée de se connaitre en avance pour avoir plus de poids. (Mais je trouve ça malheureux de devoir prévoir d’avoir plus de poids quand même.)

Après je ne dénigre pas du tout le travail des artisans. Il y en a effectivement des très bons (tout comme il y en a des nuls. Il faut de tout pour faire un monde). Et certains sont désespérés de voir leur travail ruiné à chaque nouveauté (le peintre nous a avoué avoir refait 5 fois la peinture de l’appartement). Mais malheureusement la mauvaise gestion du promoteur (qui est celui qui se fait probablement le plus de marge) provoque des problèmes pour les artisans engagés sur le projet.

le 12/07/2016 à 10h39 | Répondre

Lina S

Bonjour Maëlle, pourrais tu nous dire par quel promoteur tu es passée ? 🙂 Je cherche à acheter en VEFA et je t’avoue avoir très peur…

le 22/12/2016 à 16h54 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?