Menu
A la une / témoignage

Je parle trois langues : français, anglais et suédois

Parler plusieurs langues est une aptitude très appréciée de nos jours. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles il est important d’apprendre une ou plusieurs autres langues. De nos jours, le fait de parler plusieurs langues peut s’avérer être un atout indéniable dans la vie professionnelle et personnelle. Par conséquent, je me suis fixé l’objectif, il y a quelques années, de parler plus de deux langues. Ainsi, en plus du français, ma langue maternelle, j’ai appris à parler suédois et anglais. Découvrez dans cet article comment j’ai réussi à apprendre ces deux langues et ce que cela m’a apporté.

Ma démarche pour apprendre le suédois et l’anglais

La première chose que je voulais faire était de choisir les bonnes ressources afin de bien commencer l’apprentissage des langues. Pour le suédois, j’ai trouvé un professeur particulier qui m’a aidé à comprendre les bases grammaticales et vocabulaire. J’ai ensuite passé beaucoup de temps à apprendre des mots et à travailler ma prononciation. Avec l’anglais, j’ai tout d’abord pris des cours en ligne pour renforcer mes connaissances et m’améliorer dans les compétences essentielles telles que l’écriture, la lecture et la conversation. Ensuite, je me suis inscrit à des cours de conversation pour acquérir plus de confiance et perfectionner mon anglais.

Les avantages d’apprendre de nouvelles langues

Apprendre de nouvelles langues présente de nombreux avantages, tels que la possibilité de communiquer avec plus de personnes, d’accéder à plus d’informations, et d’améliorer sa capacité cognitive. En effet, la polyglotte et chercheuse linguistique Aneta Pavlenko explique que « l’acquisition d’une deuxième langue améliore la pensée critique et la mémoire, augmente la tolérance et réduit les stéréotypes ». C’est pourquoi je recommande à tous ceux qui ont l’opportunité de parler plusieurs langues de le faire.

A lire également  Louer un appartement en Angleterre (… en une semaine)

Quelle est la différence entre le suédois et le danois/norvégien ?

Le suédois et le norvégien sont très similaires, car ils font partie de la famille des langues scandinaves. La principale différence entre le suédois et le norvégien se situe au niveau du vocabulaire et de la prononciation. Le suédois est généralement plus facile à apprendre, car il est plus «standard» et «unifié» que le norvégien. Par ailleurs, le danois est une langue germanique qui se rapproche plus du néerlandais que du suédois et du norvégien. Bien que le danois et le suédois soient apparentés, ils ne se comprennent pas mutuellement.

Comparaison entre l’anglais et le suédois

L’anglais et le suédois sont très différents, bien que tous deux fassent partie de la famille indo-européenne. Au niveau du vocabulaire et de la structure grammaticale, l’anglais est plus proche du français, alors que le suédois est plus proche du norvégien et du danois. De plus, l’anglais est une langue très expressive et utilise un grand nombre de constructions et de constructions de phrases complexes, tandis que le suédois est plus simple et plus direct. Il est également intéressant de noter que l’anglais est très influencé par la britannique et américaine, tandis que le suédois est fortement influencé par la culture scandinave.

Quel est le plus dur à apprendre ?

Il est difficile de répondre à cette question car chaque langue est unique. Certaines personnes trouvent l’anglais plus facile à apprendre, alors que d’autres trouvent le suédois plus facile. Toutefois, il est important de noter que l’apprentissage d’une langue est toujours difficile et prend beaucoup de temps. Si je devais donner un conseil à quelqu’un qui souhaiterait apprendre une nouvelle langue, je lui dirais d’être patient et persévérant !

A lire également  Avoir une femme de ménage : le bonheur

Comment parler plusieurs langues facilement ?

C’est une excellente question ! Il est possible d’apprendre plusieurs langues facilement, mais cela require de la patience et de la persévérance. Voici quelques conseils pour vous aider à apprendre plus de deux langues :

  • Trouvez des professeurs qualifiés : Trouver un professeur qualifié est la clé pour apprendre une langue rapidement et efficacement. Un bon professeur peut vous guider à travers l’apprentissage et vous aider à progresser plus rapidement.
  • Exercez-vous régulièrement : L’exercice régulier est essentiel pour apprendre une langue. Apprenez de nouveaux mots et phrases chaque jour et essayez de les utiliser dans des conversations.
  • Passez du temps à l’étranger : Rien ne remplace le fait d’être immergé dans la langue. Si vous avez l’occasion de partir à l’étranger, faites-le ! Vous apprendrez ainsi beaucoup plus rapidement.
  • Utilisez des outils technologiques : Les outils technologiques peuvent être très utiles pour apprendre une nouvelle langue. Vous pouvez trouver des applications mobiles et des sites Web qui vous aident à apprendre de nouvelles mots et phrases.

Si vous mettez ces conseils en pratique, vous devriez être capable d’apprendre plusieurs langues facilement et rapidement !

En conclusion, parler plusieurs langues a de nombreux avantages et peut ouvrir de nombreuses portes, à la fois sur le plan personnel et professionnel. C’est pourquoi je vous encourage à apprendre de nouvelles langues si vous en avez l’occasion. Apprendre des langues peut sembler intimidant au début, mais avec suffisamment de volonté et de motivation, vous devriez être en mesure de réussir votre objectif.

5 Commentaires

  • Maud
    30 novembre 2019 at 8 h 27 min

    C’est fascinant de savoir ce qui se passe dans la tête lorsque l’on parle plusieurs langues !
    J’adorerais devenir bilingue anglais. Je n’ai pas l’occasion de le pratiquer et lorsque je m’y remets, je laisse vite tomber malheureusement.
    Et c’est dommage car ma fille de 4 ans nous réclame de parler anglais à la maison ^^
    On a déjà basculé la moitié (voire plus) des courtes vidéos qu’elle regarde chaque semaine en anglais et elle adore !

    Reply
    • Bibi
      30 novembre 2019 at 20 h 52 min

      C’est déjà super que ta puce soit demandeuse de ça ! Si tu peux l’encourager c’est peut être aussi le moyen de te faire progresser toi 😉
      je sais que de mon côté regarder mes séries et films en anglais sous-titrés français, puis anglais quand je me sentais suffisamment à l’aise, m’a fait beaucoup progressé – sans m’en rendre compte en plus, vu que c’était du vrai loisir.

      Reply
  • Pimprenelle
    30 novembre 2019 at 23 h 13 min

    « Ces noeuds aux cerveaux font que quand je dois passer d’une langue à l’autre, je me la joue plutôt Jean-Claude Van Damme. Si, par exemple, je parle à mon mari en français, et que tout d’un coup quelqu’un m’adresse la parole en suédois, mon cerveau doit d’un coup passer dans un autre mode… »
    Je suis trilingue également (français langue maternelle, néerlandais seconde langue, oubliée puis réapprise lors d’un déménagement, et anglais avec mon compagnon) et je crois que la réaction que tu décris est assez normale. En fonction de mes interlocuteurs et de ce que je veux exprimer, je peux passer d’une langue à l’autre, mais ça demande une petite adaptation mentale. Je compare ça à un changement de vitesse comme à vélo. 🙂
    Et je te dis pas comment j’admire les traducteurs-interprètes !

    Reply
  • Miss Chat
    4 décembre 2019 at 10 h 52 min

    Je vais chipoter… La définition « déchire » les linguistes depuis très longtemps mais ce qui est relativement acquis aujourd’hui, c’est que s’il y a une forme d’effort conscient de la part du locuteur, c’est qu’il n’est a priori pas bilingue 🙂 (faut dire aussi que certains linguistes considèrent que si tu « comprends » une langue sans la parler ni l’écrire, tu peux être appelé bilingue. Heu faut pas exagérer…)
    Perso, je suis la « ligne dure » de la définition donc un bilingue est pour moi un natif ou quasi natif de 2 langues, quelqu’un qui les a appris tôt généralement et les utilise comme des langues maternelles, sans aucune distinction. De manière générale, je trouve que les Belges par exemple font fort la distinction, je pense parce qu’il y a beaucoup de « vrais » bilingues chez nous, qui grandissent en français et en néerlandais. Il y a donc un « besoin » d’une certaine manière de différencier ces natifs de ceux qui en parlent couramment 2 parce qu’ils en ont apprise une. Typiquement, sur nos CV, on trouvera donc une distinction entre « Néerlandais – Bilingue » et « Néerlandais – Courant » !
    Bref, conclusion : je parle 4 langues mais je ne suis pas quadrilingue, à mon grand regret ! Je suis quand même une « bilingue précoce » (comme on dit dans le jargon) parce que mon père est espagnol et que j’ai bien grandi avec cette langue. En revanche, je ne l’ai approfondie et maîtrisée réellement qu’à l’université et je la perds par manque d’utilisation, raisons pour lesquelles je ne me considère pas bilingue aujourd’hui… Dommage mais une langue étrangère se perd tellement vite 🙁 (preuve d’ailleurs que je ne suis pas bilingue : ce sont des langues <> !) Mon néerlandais (flamand !) me permet de tenir une conversation professionnelle sans être trop compliquée et je parle couramment anglais, ma langue d’études et de travail. C’est la seule langue pour laquelle je pourrais dire que je suis bilingue sans avoir trop l’impression d’exagérer mais chaque fois que j’apprends un nouveau mot, je me dis que je suis encore loin du niveau natif (forcément).
    Je te rejoins évidemment sur le fait que le multilinguisme ouvre des possibilités incroyables en terme de flexibilité du cerveau, d’enrichissement et de côtés pratiques ! Le fait que tu dises que ta façon de penser change avec la langue que tu utilises, hé bien c’est un concept qui a été théorisé en linguistique : le langage forge le monde 😉 (et son inverse est théorisé également : le monde forge le langage)

    Reply
    • Miss Chat
      4 décembre 2019 at 10 h 58 min

      Le était censé être le mot « étrangères » !

      Reply

Laisser un commentaire