Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Passer son permis de conduire à 35 ans…


Publié le 10 septembre 2018 par Creamy

On a tous un plan de vie plus ou moins établi. Enfin moi en tout cas j’en avais un. Je m’étais donnée l’âge butoir de 35 ans pour réaliser tous mes projets : me marier, avoir mes enfants, un emploi stable et une maison. J’ai 35 ans. L’année dernière, histoire de rire un peu au souvenir de la naïve jeune fille de 20 ans que j’étais, j’ai eu envie de voir où j’en étais de mon plan de « carrière ».

  • Me marier : check , plutôt 2 fois qu’une.
  • Avoir mes enfants : pareil, c’est fait.
  • Une maison : aie , ça commence à coincer. On est chez nous, nous avons réaménagé les combles du vieux bâtiment dans lequel mon mari avait sa boulangerie avec nos plans, suivant toutes nos envies, nous avons payé tout les travaux nous mêmes mais les murs appartiennent encore à mon beau-père. Bon, encore quelques efforts et on devrait pouvoir obtenir le crédit qui fera de nous d’heureux ( ou pas ) propriétaires.
  • L’emploi stable : et la voilà la catastrophe annoncée. Je n’ai pas d’emploi. Pas de carrière, rien. Mon cv fait 2 pages car depuis 18 ans je vais de boulot en boulot mais rien de fixe. Je ne suis pas fainéante ni dénuée d’ambition. Non, c’est juste que je n’ai pas le permis. J’ai encore  quelques mois devant moi avant mes 35 ans, let’s go !

Passer son permis de conduire à 35 ans...

Source (creative commons) : luctheo

Pas de permis à 35 ans ? Mais pourquoi ?

Je vais pas te faire le couplet de la jeune fille issue d’une famille pauvre… quoique si je vais te le faire tiens. Je suis issue d’une famille recomposée, avant moi il y a 4 enfants et après moi 3. Inutile de te préciser que la conduite accompagnée pour nos 16 ans, c’était pas la priorité des parents. J’habitais dans le nord, j’allais à la fac de Lille, ville très bien desservie en transports en commun. Ça allait. Puis j’ai déménagé en région parisienne. J’allais travailler en bus, c’était un peu plus compliqué mais pas méchant. Je suis aussi passée par Lyon et là encore, aucun problème. Je ne voyais pas l’intérêt de passer mon permis à cette époque là. En plus un accident très grave qui avait bien failli me coûter la vie m’avait laissé quelques appréhensions bien compréhensibles. Si tu ajoute à tout ça le coût exorbitant de la formation du permis de conduire, tu as tout les outils pour comprendre pourquoi je n’ai pas passé mon permis entre 18 et 25 ans.

J’ai donc continué mon petit bonhomme de chemin sans m’inquiéter plus que ça, jusqu’à mon arrivée en Eure et Loir.

Ça se complique.

Mon patelin, c’est un bus à 7h pour les scolaires, un autre le soir à 18h… et c’est tout.Dans ces conditions, trouver un travail relève du miracle. J’ai pourtant réussi à décrocher quelques jobs. Mais j’ai été soit harcelée, soit sous payée, soit prise pour une esclave. Et j’exagère à peine. Le problème de ma situation, c’est que j’ai tellement besoin de travailler que j’accepte à peu près tout. Et les employeurs le comprennent souvent très rapidement. Mais comme j’ai aussi une grande gueule et que je sais utiliser la loi quand il le faut, je ne garde jamais d’emploi très longtemps. Revenons à mon petit bilan de vie.

L’été dernier donc, j’ai réalisé que ma fille et mon fils seraient dans 2 écoles différentes pour la rentrée 2018. J’ai réalisé que je n’avais toujours pas de travail, bientôt plus aucun revenu de chômage. La situation était critique et j’en avais plus qu’assez de la précarité de ma situation professionnelle et personnelle. Ben oui, quand tu ne conduis pas, tu dépend de tout et de tous. Et c’est insupportable. Si toi non plus tu n’as pas ton permis, tu sais peut être de quoi je parle quand je dis que je n’ai pas l’impression d’être vraiment adulte. Il fallait que ça change.

L’auto école

A 34 ans donc, j’ai donc poussé la porte de l’auto-école. J’ai regardé les avis sur Internet, les taux de réussite aussi. J’ai discuté avec les gérants de plusieurs auto écoles pour expliquer que je partais de très loin, que je suis une grande angoissée de la route. Finalement, j’ai sélectionné l’établissement qui me semblait correspondre le plus à mes attentes psychologiques et budgétaires.

Parlons gros sous d’ailleurs. L’auto école me proposait un forfait  » code » de 370 euros comprenant :

  • un accès illimité à l’application  » prépacode  » qui a été un outil très utile pour moi
  • les frais d’inscriptions
  • un passage à l’examen
  • l’accès illimité au cours de code de mon auto école.

J’ai passé tout l’été et une bonne partie du mois de Septembre dans cette salle minuscule.

J’ai acheté également ce livre : « Le code de la route pour les nuls »

Je l’ai beaucoup aimé. Il expliquait les choses bien plus clairement et simplement que le livret de code que l’on te remet lors de l’inscription.  Comme tu le vois, j’étais motivée à bloc. Ca a payé. J’ai obtenu mon code du premier coup, avec 2 petites fautes.

Pour rappel , le code en 2018 ce sont 11 thèmes à étudier. Tu devras répondre à 40 questions et tu dois faire moins de 5 fautes pour réussir ton examen. Ce ne sont plus seulement des questions sur la conduite. Si tu veux en savoir plus, je t’invite à aller lire la page consacrée à l’examen du code de la route sur le site de la sécurité routière.

Je peux te dire que je n’étais pas peu fière de réussir du premier coup. Je me disais, allez, dans 3 mois tu as ton permis!

MOUAHAHAHAHA ! C’te bonne blague !

Puisque tu as lu le titre de cet article, tu sais déjà que un an plus tard, je n’ai toujours pas mon permis. Plusieurs raisons à cela. La première , l’évidente, la raison récurrente : Le POGNON!

L’argent c’est pas seulement le nerf de la guerre, c’est aussi ce qui va te permettre de payer les 42 fucking euros que va te coûter une séance de conduite d’une heure environ. A savoir que si tu es comme moi, angoissée donc, il te faudra éviter d’espacer trop longtemps les heures de conduite. Parce que sinon, toute la confiance en toi que tu auras réussi péniblement à accumuler au fil des heures fondra comme neige au soleil si tu laisse plus d’une semaine entre deux séances. Et comme tu ne peux pas non plus vendre un de tes reins , ben tu ne peux pas forcément enchainer les heures. A cela s’ajoute un détail très très bête mais qui a son importance : tu n’as pas le permis ! Et comme ton auto école refuse de venir te récupérer dans ton patelin perdu, tu dois trouver quelqu’un pour t’y emmener… tu le vois le souci ?

Je peux te le dire : ce permis m’a d’ores et déjà couté une BLINDE. Mais genre une grosse blinde. J’en suis à 2500 euros de dépensé jusqu’à présent.

Je te rassure, je suis quand même un « cas ». La moyenne française c’est 32 heures de conduite ( j’ai arrêté de compter à 50 personnellement ).

Où j’en suis aujourd’hui ?

J’ai arrêté les frais. J’ai contacté une autre auto école car les pratiques de celle chez qui j’apprenais à conduire commençait à m’agacer. Je n’arrivais pas à avoir de créneau le soir, si fait que j’avais parfois 2 à 3 semaines d’espacement entre 2h de conduite ! A chaque fois que je demandais à être présentée à l’examen pratique, on me disait que je n’étais pas prête , tout en n’ayant rien à me reprocher lors des séances en voiture. Bref, je me suis faite avoir. Cette auto école ne pouvait pas m’accueillir mais m’a parlé d’un système révolutionnaire pour l’adulte que je suis :

La conduite supervisée !

C’est la conduite accompagnée mais pour les grands. J’ai signifié mon choix de passer en conduite supervisée avec mon mari et je conduis ma vieille twingo comme une grande (mais avec Mr Goldorak à côté de moi ) depuis cet été. Ça n’a que des avantages. Je ne paye plus pour conduire, je suis donc moins stressée à l’idée de coûter cher pour peu de résultats. Je conduis presque quand je veux, et où je veux (mon auto école ne m’emmenait jamais en ville !). Et je prends confiance en moi ! Et ca, c’est les 3/4 du boulot de fait.

Tu as accès à la conduite supervisée sous certaines conditions (en gros, avoir ton code et l’aval de l’auto école et de ton assurance) que je t’invite à découvrir ici.

Petite précision : ça ne te coutera pas plus cher en assurance voiture, et ça c’est très cool !

Quant à moi je continue à me faire la main tranquillement sur ma voiture et j’ai bon espoir de pouvoir passer mon examen avant la fin de l’année ( on va prévoir large hein ).

 

Voilà tu sais tout ! Et toi, tu n’as toujours pas ton permis et c’est un frein dans ta vie de tous les jours ? Tu as galéré mais tu as fini par l’avoir ? Raconte nous !

Commentaires

28   Commentaires Laisser un commentaire ?

MmeExpat

Bravo pour le chemin accompli jusqu’à maintenant. J’ai passé le mien à 22 ans, je n’avais aucune motivation avant j’habitais à Lyon donc les transports en commun me suffisaient. Mais j’allais repartir en Allemagne pour un stage de fin d’études et je n’étais pas sûre de revenir et comme je ne voulais pas avoir à le passer à l’étranger, je m’y suis mise. Il m’a fallu tout pile 50h de conduite pour y parvenir, grande stressée que je suis.
Mon papa l’a passé à 40 ans, pour des raisons similaires aux tiennes, pas le temps ni vraiment besoin avant, mes parents vivaient en région parisienne puis à Lyon. Ma maman avait son permis depuis longtemps donc c’est elle qui conduisait. Et puis il en a eu besoin quand on a déménagé et que son travail était mal desservi. Il conduit depuis 30 ans et n’a jamais eu d’accident.
C’est super que tu puisses passer par la conduite supervisée. Bon courage pour l’examen !

le 10/09/2018 à 07h54 | Répondre

Banane

Je te trouve courageuse de persévérer.
J’ai cependant 2 questions : c’est pour aller au travail que tu en as besoin ou pendant la journée de boulot ? Si c’est la première option, pourquoi pas un véhicule sans permis? (scooter ou voiturette)
Mon mari a passé son permis à plus de 25 ans, un peu faute de moyens, un peu par flemme. Il a passé son code et l’examen final plusieurs fois… 15 ans après je déteste toujours autant monter avec lui : il conduit nerveusement et sans rien anticiper, je ne me sens pas en sécurité.
Bon courage!

le 10/09/2018 à 07h54 | Répondre

Creamy

Bonjour !
Alors ,ça fera l’objet d’un prochain article mais je suis depuis devenue auto entrepreneur et mon métier fait que je dois bouger beaucoup 🙂
Conduire une voiture sans permis n’a jamais été envisageable pour moi. Déjà parce que c’est cher ( oui ça coute vraiment très cher ces bestioles là ) et ensuite, je veux avoir mon permis. C’est très bête mais avoir un papier sur moi qui me confirme que oui, j’ai réussi mon examen est important pour moi 🙂

le 10/09/2018 à 09h32 | Répondre

Madame Nounours (voir son site)

Merci pour cet article. Je suis comme toi, à plus de 30 ans je n’ai toujours pas le permis de conduire car ayant vécut une bonne partie de ma vie à Paris et aujourd’hui j(habite Lyon et j’utile les transports en commun et je n’ai pas vraiment eu envie de passé mon permis de conduire vu la situation. Néanmoins, je me dit aujourd’hui qu’il faut que je le passe car je vois parfois des opportunités de postes dans des entreprises qui ont leurs locaux en périphérie de Lyon et la voiture est là indispensable sans parler qu’ayant un enfant désormais, ce serait bien de l’avoir dans les moments où mon mari est en déplacements professionnels. J’ai une amie qui a mon âge et qui est en train de passé le permis car elle aussi elle a des opportunités professionnelles qui lui passe sous le nez, là elle est dans les débuts, je verrai comment ça se passe pour elle. D’ailleurs ma situation fait rire des personnes, j’ai mes beaux parents et deux copines qui ont fait le pari si je vais un jour je vais me décidé à passé ce permis ! , eh bien je l’envisage mais moi c’est surtout une histoire de temps actuellement qui me manque mais j’ai envie de le passé, ça c’est certain. Sinon pour ta situation, as-tu parlé de ton souhait de passé le permis auprès de Pôle Emploi?, je dis ça car souvent ils financent les cours de conduites pour les chômeurs et ça permet de ne pas dépensé une blinde notamment lorsqu’on a pas d’emploi. Je te souhaite bon courage pour ton permis.

le 10/09/2018 à 08h55 | Répondre

Madame Nounours (voir son site)

Je rebondis sur le post de Marjorie. Personnellement, je ne me suis jamais vanté à qui que ce soit de ne pas avoir le permis, je rétorque même aux gens qu’ayant vécut, étudier et travailler sur Paris intra muros durant 28 ans et pensant très longtemps que j’y resterai vivre toute ma vie, avoir le permis de conduire n’était pas forcément très utile même si pour ma part mes parents m’ont proposé de financé le permis mais bon lorsqu’on est jeune parfois on ne réfléchis pas à long terme !.

le 10/09/2018 à 15h04 | Répondre

Creamy

oui j’y ai pensé, mais je ne suis pas éligible :s

le 10/09/2018 à 18h03 | Répondre

Marjorie

Moi je fais parti de la team permis a 18 ans sinon dans ton bled paumé t’es foutu. Et comme en plus je suis de janvier, j’ai fait le taxi pour les potes pendant un sacré paquet de mois xD Mais je reconnais ma chance d’avoir des parents qui ont pu me payer tout ça et passer du temps avec moi pour la conduite accompagnée.
Je voulais rebondir sur l’idée que tu dépende des gens et que tu ne te sentais pas adultes. J’ai habité longtemps Lyon, et pas mal de mes amis n’avaient pas le permis. Soit je ne juge pas. Mais l’une d’elle était très fière de ne pas avoir le permis et de ne dépendre de personne. Vraiment fière. Sauf que qui l’emmenait a Ikea ? Qui conduisait quand on partait en balade dans la cambrousse ? J’en passe mais il y a pleins de situation ou une voiture est nécessaire, alors être fière m’a toujours salement agacée. Attention je ne crois pas qu’une personne sans permis soit forcément dépendante ou qu’elle ne peut pas être fière, mais dans ce cas de figure vu le nombre de fois où je l’ai emmenée de ci de là c’était je trouve très malvenu.
Bon courage pour le permis, ce n’est pas si terrible !

le 10/09/2018 à 09h28 | Répondre

Creamy

Si ton amie nous lit, j’aimerais qu’elle vienne m’expliquer 😉
En dehors du côté écolo, qui n’est pas valable partout, parce que par chez moi par exemple le vélo, c’est pas possible non plus ( enfin pour moi hein ), je vois vraiment pas la fierté qu’on peut retirer de cette situation…
Quand l’école t’appelle parce que ton fils a 39 de fièvre et souffre beaucoup, qu’il faut venir le chercher et que tu ne peux pas bouger, que tu dois passer 20 coups de fil pour enfin réussir à trouver une solution et que du coup ton bébé est resté 4h au fond de la salle de classe pendant que ses copains partaient au spectacle…. non crois moi ça me donne plus souvent envie de pleurer que de me vanter :s

le 10/09/2018 à 09h36 | Répondre

Milie (voir son site)

Passé vers mes 35 ans aussi, réussi mais pour rien parce que je ne conduis pas, jamais, j’ai peur.

le 10/09/2018 à 10h36 | Répondre

Marie B

Bravo d’avoir osé!
Je connais des personnes dans la trentaine qui n’ont pas le permis, qui aimeraient le passer, mais qui ont peur du jugement puisque la plupart des élèves des auto écoles sont des petits jeunes!
Pour ma part, j’ai fait la conduite accompagnée par « obligation » (ça fait un peut « petite c*nne de dire ça, mais je ne voulais pas conduire).
Je n’ai finalement pas passé le permis à 18 ans, et comme je partais faire mes études à Paris je ne voyais pas pourquoi m’embêter à le passer.
Et puis j’ai fait, mes études, j’ai bougé, j’ai travaillé, sans avoir besoin du permis. D’autant plus que je vivais avec mon copain (qui est devenu mon mari depuis) et qu’il avait le permis pour qu’on aille faire les courses, pour partir en vacances….
A 25 ans portant je m’y suis mise. Je voulais des enfants et je me suis imaginée déménager un peu plus loin des transports. Je voulais le permis pour amener facilement mes enfants chez le docteur ou être réactive si la crèche/nounou/école m’appelait.
Je te souhaite bon courage pour la suite!

le 10/09/2018 à 11h05 | Répondre

Madame Colombe

Je vous trouve très courageuse d’entreprendre cela.
Pour ma part, mes parents m’ont poussée à passer le permis en conduite accompagnée et je les en remercie. Sans cela, je crois que cela n’aurait pas été possible.
Et je ne compte pas (plus) le nombre de leçons.
Toutefois, je rêve de ne plus conduire ( ou presque) et envie les commodités de transports dans les grandes villes.
Bonne continuation dans votre projet.

le 10/09/2018 à 12h18 | Répondre

Léonie SaintJean (voir son site)

Je galère aussi à passer mon permis. Et je n’ai personne pour me faire conduire, du coup je suis passée en boîte de vitesse automatique ! Et ça a changé ma vie. J’espère passer mon permis bientôt !

le 10/09/2018 à 12h19 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Moi je te tire mon chapeau car je sais que ce n’est pas facile du tout.
Comme toi je suis très angoissée de la route et quand j’ai passé mon permis à 21 ans j’ai eu mon code du premier coup et le permis aussi mais au prix de 69 leçons de conduite ! Autant te dire que ça m’a coûté une petite fortune mais vraiment mes parents ont insisté pour que je passe le permis (sachant que c’est moi qui le finançait).
J’ai l’exemple de ma grand mère qui n’a jamais conduit et de ma bm qui n’a jamais passé son permis et je peux te dire que c’est compliqué en vieillissant donc bravo pour ce courage là.
Je ne connaissais pas du tout la conduite supervisée ça m’a l’air d’une chouette méthode.

le 10/09/2018 à 13h49 | Répondre

merle

Bravo ! J’ai eu la chance que mes parents puissent me payer le permis, mais juste après l’avoir eu j’ai déménagé dans une grande ville et donc permis en poche…J’ai arrêté de conduire. Et 5 ans plus tard je me suis retrouvée coincée parce que mon boulot m’imposait d’y aller en voiture (coucou les profs mutés à 1h de chez eux, sur deux établissements non joignables, mais radiés s’ils ne se présentent pas…) ! Heureusement mon conjoint a eu l’idée miracle : j’ai acheté une voiture automatique. Moi qui angoissait à l’idée de reconduire (j’avais 15jr pour reprendre en main une voiture avant de devoir faire 2h d’autoroute par jr) ça m’a beaucoup aidé.

le 10/09/2018 à 14h43 | Répondre

Caro - Wondermumbreizh (voir son site)

Personnellement je l’ai passé à 21 ans … et j’ai eu 67 h de conduite … je l’ai passé 5 fois !

La voiture c’est la liberté !

le 10/09/2018 à 15h18 | Répondre

Fatima

Bonjour. Je ne participe jamais, mais là, je dois le faire ! J’ai passé mon permis à 33 ans, avec 3 enfants à la maison. Je m’y suis mise l’été où je devais sortir en bus avec mes 3, canicule, fatigue du retour, poussette, sac à manger, sac de pique nique, etc ! Je me suis détestée plus d’une fois en regardant les autres confortablement installés dans leur voiture ! Mi-août, premier jour de vacances de mon mari, je vais me renseigner dans 3 auto écoles dès l’ouverture, je retourne à la maison récupérer les documents et je vais m’inscrire à la plus proche de la maison. Révisions intensives pendant les 3 semaines de vacances du papa. Au bout d’un mois, le moniteur me dit que je peux tenter le code(il a surtout besoin d’élèves à inscrire).on a un marché: OK pour que j’assiste avec la volonté de réussir mais si je rate il ne me refait pas payer le passage(la fille pas confiante pour un sous). Je le réussi ! C’est pour moi la preuve d’un grand manque de confiance en moi ! Je commence la conduite, au bout de 45 heures, je change de monitrice qui ne comprend pas ce que je fais encore chez eux, je devrais avoir déjà passé mon permis avec mon niveau ! J’ose pas, le surlendemain, mon mari est hospitalisé, les enfants ne sont pas autorisés à lui rendre visite, j’attends 20h30 que je puisse faire les faire garder par la famille et je vais prendre le bus, une heure aller-retour pour 15 minutes de visite et des regards de travers par l’équipe soignante (visite en dehors des heures autorisées)! Je rentre chez moi sous la pluie, je passe à côté de notre voiture garée sur le parking. Je suis dépitée, je me déteste !Le lendemain j’appelle pour demander une date de passage. On est jeudi, ils ont une place de disponible pour mardi(désistement), je prends ! Je l’ai eu du premier coup ! 6 mois pile entre l’inscription et la réussite ! J’ai rechargé nos cartes e de bus ce mois-ci, plus pratique pour les activités extra-scolaires, le monsieur de l’accueil m’a dit qu’elles étaient inactives depuis janvier 2016, mois où j’ai eu mon permis ! Un long roman, mais j’avais envie(besoin), de partager mon expérience.

le 10/09/2018 à 15h53 | Répondre

Stéphanie

J’ai eu mon permis à 30 ans, alors cet article me parle beaucoup. J’avais déjà commencé des leçons de conduite vers 20 ans, mais voilà, comme toi, le manque d’argent a fait que j’ai dû tout arrêter. Je me suis déplacée pendant des années en scooter… L’été, c’était sympa, mais franchement, au bout d’un moment, ce n’était plus vivable – et pourtant, je n’ai pas d’enfants, mais j’habitais à la campagne et le moindre trajet prenait des plooooombes, l’horreur. Bizarrement, c’est quand je me suis retrouvée dans une « grande ville » (Nantes) que je l’ai passé et réussi. Je ne suis plus dépendante de mon entourage, je peux aller où je veux si j’en ai envie… Et surtout, comme toi, j’ai vu des opportunités professionnelles me passer sous le nez parce que pas de voiture, ça a clairement changé ma vie.
Alors je te souhaite plein de courage pour la suite !

le 10/09/2018 à 17h56 | Répondre

Lili

Coucou! Bon courage pour la suite de ton permis et je suis persuadée que tu l’auras! en tout cas, je suis ravie que tu aies écrit cet article ça me rassure aussi! J’ai 32 ans bientôt 33 à la fin de l’année et j’ai cette fois-ci besoin du permis!pendant longtemps je n’ai pas voulu et j’étais dans des villes qui desservaient plutôt bien (Nantes et Paris) et mes parents ne m’ont jamais obligée (en plus ma mère déteste conduire!) …Mais depuis que j’ai une petite fille,j’ai envie de l’avoir! c’est plus pratique pour les transports, je n’ai plus envie de dépendre de mon mari et j’aimerais bien bouger par moi-même en dehors de prendre le train et ça m’embêtait de demander à mes amies de venir me chercher par exemple pour aller dans un endroit non desservi par les transports en commun. J’ai eu mon code et je dois en être rendue à environ 30 h de conduite….Et je viens de presque finir la compétence 1 ! je ne suis pas très douée et il faut que je me fasse confiance, c’est surtout ça qui pêche! de plus je suis trop cérébrale, donc je réfléchis trop xD raison de plus pour persévérer, on va déménager dans un bourg non desservi par les transports communs mais à 10min en voiture d’une moyenne ville!
La conduite supervisée est quelque chose que je n’avais pas envisagée mais qui pourrait bien m’aider pour rouler régulièrement et être moins stressée le jour du permis! et je me dis aussi que la conduite en boite automatique pourrait aussi me simplifier les choses…J’y réfléchis encore!
Allez, on va y arriver 🙂

le 10/09/2018 à 18h29 | Répondre

Croco

Personnellement, la conduite supervisée m’a sauvée. Je ne sais pas combien d’heures de conduite j’ai fait, dans 4 auto-écoles différentes, entre mes 20 et mes 26 ans. J’ai raté mon permis une première fois à 22 ans. Je perdais le bénéfice de mon code quelques mois plus tard. J’ai repassé mon code un peu plus d’un an plus tard car je risquais de me retrouver au chômage, mais finalement mon contrat a été transformé en CDI et j’ai un peu laissé tombé la conduite. A 26 ans, je me suis mariée et j’ai quitté mon emploi pour rejoindre mon mari (pour qui on venait d’acheter une voiture). Il me fallait absolument le permis pour trouver du boulot, et mon code n’était plus valable que 5 mois. Je suis passée en conduite supervisée après un mois de cours dans ma nouvelle auto-école, j’ai fait 3 mois de conduite supervisée et j’ai enfin réussi mon permis (à quelques jours de la fin de validité de mon code, et en ayant eu une grosse frayeur à cause d’une grève des inspecteurs qui a retardé mon passage d’une semaine).
La conduite supervisée m’a vraiment aidée à prendre confiance en moi (bon, et les années aussi, quand l’inspecteur m’a foutu la pression pour que je sorte plus vite du parking alors qu’un semi-remorque manœuvrait, j’ai juste fermé mes oreilles et attendue le moment où je pensais pouvoir sortir du parking en sécurité, alors qu’à 20 ans cela aurait fais grimper en flèche mon niveau de stress et j’aurais surement pris le risque de faire une faute).

le 14/09/2018 à 13h33 | Répondre

Harmierkt

Coucou!
J’ai eu mon permis à 18ans, dans mon pays d’origine mais je ne conduisais pas. Arrivée en France à 22 ans, j’ai vécu en IDF donc pas besoin de voiture! L’histoire s’est corsée une fois que j’ai rejoint mon époux en région bordelaise en 2014. Nous avons eu notre premier enfant et j’ai été embauchée en restauration rapide avec des horaires décalés. Comme je n’osais pas conduire, fallait me ramener et venir me chercher tous les jours. Je devais des fois amener mon bébé à pied chez la nounou (soit 10 bons km à pied alors que la voiture attendait sagement au garage!!)… j’ai essayé de reprendre la voiture mais je n y arrivais pas (trop peur, traumatismes,.. ) jusqu’au jour où j ai eu un déclic! Après quelques jours de conduite avec mon beau père (merci pour ta patience beau papa!!) puis grâce à la pression de mon époux (un beau matin, il décide qu’il ne me ramerait plus au travail…), ca fait presque 2 ans que je conduis à nouveau!!! Je me sens plus libre, en plus avec l arrivée de notre 2e fils, le permis ou plutôt la conduite dans mon cas est nécessaire ! Surtout que la ou on est les transports ne sont pas très développés !
Du coup, après cet « exploit », je voudrais aujourd’hui apprendre à faire du vélo (j ai lâché l’affaire à 13 ans!). Mais comme j ai un sacré problème d équilibre, je n y arrive pas… Jusqu’ici ca n’a pas encore porté ses fruits, mais je ne désespère pas pour autant, je me donne jusqu’à mes 30 ans (l’année prochaine!) pour y arriver!
Bon courage pour ton examen! 🙂
Ps. Désolée pour le pavé!

le 10/09/2018 à 21h40 | Répondre

MlleMora

Bravo pour ta persévérance, tu auras ton foutu permis! C’est vrai que c’est devenu un indispensable dans la vie même si on n’a pas de voiture c’est toujours utile!
J’ai eu le mien à 24 ans, parce que je vivais en région parisienne, donc pas besoin aussi tôt que d’autres, et j’ai dû le payer moi même donc fallait avoir un peu d’autonomie financière.
Il y a pas mal de parisiens qui n’ont pas le permis car pas besoin, mais effectivement dès que tu es seule et besoin d’un déplacement spécifique, on se trouve coincée ou on s’abonne à uber (ma soeur, qui n’a pas son permis, 28 ans se ruine en uber pour aller chez son mec qui vit dans un village mal desservi…)

le 11/09/2018 à 07h40 | Répondre

Virg

Team des enfants dont les parents poussent à l’indépendance, job étudiant à 18 ans, permis à 19 ! Mais je comprends carrément de ne pas en avoir besoin en agglomération telle que Paris, surtout de nos jours où tu peux pratiquement tout te faire livrer. C’est en banlieue et en campagne que ça coince.
Je te souhaite bon courage et du coup je note le permis supervisé, c’est vraiment la bonne solution pour les personnes dans ton cas.

le 11/09/2018 à 07h46 | Répondre

Bérénice

Bravo Madame Creamy pour ta persévérance !
Faisant partie des chanceux qui ont pu faire la conduite accompagnée et passer le permis à 18 ans, j’habite à la campagne, où même pour acheter le pain quotidien il fallait faire 5 minute de voiture.
J’ai eu la chance d’aller dans une super auto-école. Et ils venaient me chercher chez moi, ça coule de source !
Je ne comprends pas pourquoi ils ne pouvaient pas le faire … ???
D’ailleurs à celles qui sont dans le même cas que toi, pensez-bien à le demander à votre auto-école, s’il est possible de s’arranger pour les leçons de conduites.
Et, je pense , tu l’auras compris à tes dépends, que la fréquence et l’intensité des leçons sont un gage majeur de la réussite de l’apprentissage de la conduite. Je prenais des leçons de 2 heures consécutives, une à 2 fois par semaine. Cela permettait de faire de l’autoroute, d’aller en ville (le méga stress quand tu n’as que 10 heures de conduite derrière toi et que tu te retrouves à devoir faire le tour de la place Bellecour !).
Mon auto-école récupérait souvent des personnes dans ton cas ; ayant investi des sommes faramineuses dans des heures de conduite dans des auto-écoles moins impliquées dans la réussite de l’examen que dans le nombre d’heures facturées…
Ils développent beaucoup le permis sur boite automatique. Cela permet à certaines personnes qui sont plus angoissées d’être plus concentrées sur la conduite pure que sur le moteur. et c’est salvateur !
En tout cas, c’est très bien que tu n’aies pas baisser les bras, et que tu poursuives en conduite supervisée…
je te souhaite sincèrement d’atteindre ton objectif !

le 11/09/2018 à 11h13 | Répondre

Nala

Je tire mon chapeau à ta persévérance Creamy. Tu finiras par le décrocher, ce fameux sésame ! 🙂

A mes yeux la voiture a toujours représenté la liberté et l’indépendance, j’ai donc passé mon permis très jeune. Je conduisais depuis l’âge de 16 ans avec mon grand-père, l’hiver dans son petit village désert 😉 J’avais donc de très bonnes bases en m’inscrivant à l’auto-école.
En même temps j’adore conduire, lorsque le prix de l’essence n’était pas aussi faramineux il m’arrivait de prendre ma voiture juste pour le plaisir…

Comme toi, aujourd’hui je vis dans un petit bourg du 28 et je serais perdue sans ma voiture ! Je l’utilise pour aller au travail (à + de 50km), accompagner et récupérer les enfants à l’école ou à leurs activités, mais aussi pour tous les petits trajets du quotidien (courses, virées shopping, sorties entre amis etc.). Sans mon véhicule, je me sentirais beaucoup moins libre 🙁

le 12/09/2018 à 10h57 | Répondre

Marjolie

Alors, déjà, si ça peut te consoler (un peu), ton auto-école n’est pas chère, moi j’y ai laissé 3000€ pour une bonne trentaine d’heures…
Je fais aussi partie de ceux (celles? on dirait) qui l’ont passé assez tard. Au lycée mes grands frères ont été inscrits d’office à 16 ans mais la petite dernière étonnamment non… A 20 ans, une fois partie de chez mes parents, avec une motivation très moyenne, j’ai passé la porte d’une auto-école, pour m’entendre dire « ah de toutes façons pour une fille on met d’office 30h de conduite minimum » (!!!!!), porte que j’ai donc immédiatement refermée et le dossier permis avec. Huit ans plus tard, je m’y suis mise, mais c’était dur… J’avais une auto-école très exigeante en termes de niveau pour pouvoir passer l’examen, dans une grande ville. Ca a traîné un an et demi en conduite supervisée également. J’ai fini en petite agglo/campagne après un déménagement, et j’ai eu une date et mon permis en trois semaines…
Mais je ne me sens toujours pas détendue au volant et je n’aime pas conduire. Parents, inscrivez vos enfants le plus tôt possible!!

le 12/09/2018 à 22h41 | Répondre

Ornella (voir son site)

Moi aussi je suis une angoissée de la route, mais surtout parce que j’ai peur d’être un danger public. Heureusement, mes parents m’ont collée au code à 16 ans sans que j’ai à discuter. Heureusement qu’ils l’ont fait, sinon je serais toujours à 26 ans à me mentir et à me dire que le permis ça sert à rien.

le 13/09/2018 à 09h20 | Répondre

Devenir Adulte (voir son site)

Eh bien je te trouve très courageuse et je te souhaite de l’avoir avant la fin de l’année.
Si ça peut te rassurer, j’ai passé mon permis à Lille à 23 ans. Angoissée de la route, ils en ont joué pour me faire payer heure sur heure. J’ai réussi à le passer au bout de 48h de conduite et à la fin mon moniteur m’avouera qu’au bout de 38h j’aurais pu le passer. Belle arnaque ! Il m’a également couté une blinde !!
Depuis je ne conduis absolument jamais car je déteste ça ! Mais je me dis qu’au moins c’est fait, je l’ai !

A très vite,

le 14/09/2018 à 11h33 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?