Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

L’effort de Carême


Publié le 28 mars 2019 par Leaureine

Tu le sais peut être, nous sommes entrés dans la période du Carême depuis mercredi 6 mars cette année (le lendemain de Mardi Gras évidemment !). Cette période couvre les 40 jours qui précèdent Pâques, fête la plus importante pour les chrétiens.

On parle beaucoup de certaines périodes de jeûne dans d’autres religions, mais on oublie parfois que le Carême en est une également ! Je vais être tout à fait honnête avec toi : je n’ai jamais jeûné. La vie étant ce qu’elle est, je trouve que se priver volontairement de nourriture n’est plus un effort mais une violence !

Cependant, dans notre société, avec notre rythme de vie, il est tout à fait possible de trouver un effort de Carême qui ait du sens.

crédit photo : Pixabay

Mais c’est quoi, un « effort de Carême » ?

Le Carême c’est le « Pouvoir des 3 ». Oui, les trois P, comme dans Charmed ! C’est un temps de pénitence, de partage et de prière. Ne te sauve pas tout de suite !

Faire pénitence, c’est surtout de se dépouiller de certaines choses pour retrouver l’essentiel. C’est retrouver à la fois la maîtrise de soi et la liberté face aux choses dont nous sommes dépendants. Si l’Église demande de faire pénitence, ce n’est pas pour nous punir, mais c’est pour nous aider à changer en nous invitant nous débarrasser de l’orgueil, de l’égoïsme, de la division et de tout ce qui nous empêche de vivre en communion avec Dieu… et avec nos pairs.

Le jeûne n’est « fortement conseillé » que durant le mercredi des Cendres (premier jour du Carême) et Vendredi Saint. Plutôt que de s’affamer, c’est manger de façon frugale pour « avoir faim de la Parole de Dieu » et être entièrement dédié aux choses spirituelles.

Je pense que tu vois les concepts de partage et de prière, qui sont particulièrement accentués durant ce temps.

De fait, la pénitence nécessite de faire des efforts. Des efforts personnels qui vont te permettre de changer ton cœur, sans forcément faire de révolution, sans faire de bruit, seulement en cherchant à être meilleur.

Quelques idées d’efforts…

Avant tout, n’oublie pas d’appliquer la technique S.M.A.R.T : ton effort doit être spécifique, mesurable, atteignable, réaliste, temporel.

  • Se déconnecter des réseaux sociaux : voilà une chose dont on devient vite dépendant !  L’idée est de retrouver du temps IRL pour aller vers les autres, retrouver des moments partagés en couple ou en famille…
  • Arrêter de consommer du chocolat / une gourmandise quotidienne / le café / la cigarette / l’alcool… : et pourquoi ne pas garder l’argent économisé pour faire un don ?
  • S’engager comme bénévole auprès d’une asso
  • Accorder un temps d’écoute plus important et sincère à ta collègue reloue/ ta mère/ ton voisin isolé…
  • Proposer un repas partagé avec des voisins, des paroissiens, des personnes seules…
  • Sourire à toutes les personnes croisées dans la rue
  • Faire un compliment chaque jour à chacun des membres de ta famille

J’espère avoir réussi à te donner quelques idées pour accompagner ton chemin en Carême. Ta paroisse est là aussi pour te soutenir, t’accompagner, te motiver.

Quoiqu’il arrive, au bout de la route, il y a Pâques, son renouveau, sa joie… Et ses chocolats !

Commentaires

20   Commentaires Laisser un commentaire ?

Doupiou

Merci pour cet article. Cette année et pour la première fois de ma vie je fais le Carême. Je n’ai pas réussi à passer le cap du sans réseau-social (peut-être l’année prochaine…?) mais je ne consomme plus de viande ni d’alcool… (je n’ai fais qu’une seule petite entrave à un verre !)

le 28/03/2019 à 08h46 | Répondre

Leaureine

Pour ma part, je ne me déconnecte pas des RS pendant le Carême. Il y a deux ans cependant, je les ai désinstallé sur mon téléphone pendant Carême et jamais remis depuis !
L’important c’est de trouver ce qui te convient et a du sens pour toi !

le 30/03/2019 à 17h57 | Répondre

Athéna

Ici le Carême c’est dimanches en famille, méditation à gogo pour se recentrer, on en profite pour faire le ménage de printemps et donner tout ce que l’on utilise plus aux associations (la plupart du temps Emmaüs car c’est la seule association qui a bien voulu nous aider quand on en a eu besoin, donc c’est eux qu’on aide en priorité) et pour ma part je me prive de la chose que j’aime le plus au monde, le chocolat.
40 jours d’abstinence de chocolat sous toutes ses formes.
Je jeûne (enfin je ne consomme que de l’eau et du bouillon de légume ces jours là) le jour des Cendres et le Vendredi Saint.

le 28/03/2019 à 09h00 | Répondre

Leaureine

Super programme ! Bon Carême !

le 30/03/2019 à 17h58 | Répondre

Lirbis

Cet article tombe à pic ! On approche de la mi carême et j’ai de plus en plus de mal à tenir mes efforts de carême.
Qui pourtant ne sont pas dingues : pas de réseaux sociaux, pas de bonbons et autres gourmandises, pas d’alcool (bon ça, ça va en fait !), pas de viande le vendredi, prendre le temps tous les soirs d’écouter des vêpres et une méditation (carême dans la ville, au top !)
Le seul truc que je tiens sans soucis, c’est le bol de riz du vendredi soir pour toute la famille, un repas de moins à penser en amont 😀

le 28/03/2019 à 16h47 | Répondre

Leaureine

Courage ! La résurrection est au bout du chemin !
Et bien joué pour le bol de riz 😉

le 30/03/2019 à 17h59 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Merci pour ce chouette article !
Cette année, j’ai fait l’impasse, mais j’aimerais bien l’année prochaine essayer de faire quelque chose qui me convienne.
Merci piur toutes ces précisions fort utiles pour les croyantes non pratiquantes comme moi.

le 28/03/2019 à 20h35 | Répondre

Leaureine

C’est un plaisir de pouvoir aider !
Puis je te demander ce qui fait que tu n’es pas (plus?)pratiquante?

le 30/03/2019 à 18h02 | Répondre

Annik

Merci pour ce rappel des 3 « P ». Cette année je me suis lancée 3 défis : pas de japonais pendant 40 jours (normalement on en mange tous les dimanches), pas de boeuf pendant 40 jours et pas de viande le vendredi. C’est la 1ère fois que je me prive autant et pourtant je trouve que c’est peu et en même temps difficile. Bon Carême à tous !

le 29/03/2019 à 20h35 | Répondre

Claire Gezillig

Carême des RS ici et tentative d’enfin trouver une communauté religieuse qui nous convient dans notre ville.
Pour le premier point, c’est intéressant, ça me fait réfléchir à ce que j’aime d’échange humain sur les RS et aussi prendre plus de temps pour contacter les gens en vrai. Mais je commence à trouver ça dur, on est dans une période un peu difficile et mon réseau RS commence a vraiment me manquer…
Pour le deuxième point, ça n’avance pas beaucoup mais j’espère qu’on fera Pâques dans une église qui nous parle…

le 30/03/2019 à 08h59 | Répondre

Leaureine

Je suis désolée que vous passiez des moments compliqués. Malgré l’absence des RS, je suis sûre que vous pouvez contacter des personnes qui pourront vous soutenir IRL ou à défaut par mail !
Quand à la communauté religieuse, sans parler de la diversité de vos deux religions, je sais combien il est compliqué de trouver la paroisse qui nous convient !!! Parfois, le plus proche géographiquement est aussi la meilleure solution… bon courage en tous cas !

le 30/03/2019 à 18h06 | Répondre

Madame Colombe

Votre article me donne beaucoup à réfléchir. Je suis baptisée, issue d’une famille chrétienne, mais malheureusement, la greffe de la religion n’a pas pris sur moi. Néanmoins, de mon point de vue de profane ( impie? païenne), Pâques est la plus belle fête qui soit. Loin de l’esprit commercial de Noël. Et puisque nous sommes en période de carême, j’essaie, au vu de cet article, de faire les choses à ma manière. De la bienveillance avant toute chose, comme hier où j’ai offert une boisson chaude à un couple de SDF. Merci en tout cas pour vos idées, celles contenues dans l’article, mais aussi dans les commentaires.

le 30/03/2019 à 18h07 | Répondre

Leaureine

Merci pour ce commentaire !
Seule toi peut nous dire si tu es impie (c’est à dire que tu méprises ou insultes la religion…quelle qu’elle soit) mais je ne crois pas, à priori !!!
Peu importe qu’on soit croyant ou non, la bienveillance envers son prochain est toujours la meilleure solution !
Sinon, Pâques a quand même un aspect commercial et un peu plus « païen » avec les chocolats. Cependant, il n’y a pas cette abondance de cadeaux, et je trouve que c’est une fête qui réunit sincèrement les adultes et les enfants autour d’une activité marrante qu’est la chasse aux oeufs !

le 30/03/2019 à 20h00 | Répondre

KokaisoSweet (voir son site)

(Bon alors, je préviens de suite : je n’y connais rien en religion…)
40 jours c’est bien, mais un peu plus ce serait mieux, non ? C’est un peu idiot comme commentaire, mais l’article me donne l’impression qu’on « pousse » les gens à faire plein de bonnes actions pendant ces 40 jours et que ça pardonne tout ce que vous faites les autres jours de l’année. Au-delà de cette période, que se passe-t-il ? Cette période de bienveillance vous fait-elle réfléchir à d’autres actions qui pourraient être menées plus souvent ?

le 31/03/2019 à 18h50 | Répondre

Athéna

L’histoire des 40 jours (si je me souvient bien) c’est une référence aux 40 jours de Jésus passa dans le désert. À savoir que le Carême dure en fait un peu plus car les dimanches ne sont pas comptés dans les 40 jours.
Non cette période ne pardonne pas tout ce que l’on fait dans l’année. Pour moi qui vient du famille non pratiquante (je suis baptisé car c’était comme ça à l’époque mais la plupart de mes proches ne sont même pas croyant, la foi m’est venu sur le tard), c’est surtout une période de recueil, ça me sert à me recentrer sur ma foi.
Oui ici j’en profite pour faire un nettoyage de printemps et donner certaines choses mais je le fait aussi toute l’année, je crochète pour les sdf, j’aide mon prochain du mieux que je peu.
La seule différence tengible avec mon quotidien je dirai que ce sont les prières, je prie beaucoup plus pendant le Carême et je me prive de chocolat (c’est une petite chose mais qui me permet de ressentir la privation et de me connecter à ceux qui doivent ce privé malheureusement en tout temps).
Je ne sait pas si mon commentaire va te servir à quelque chose, chaque personne vit son propre Carême

le 31/03/2019 à 19h59 | Répondre

KokaisoSweet (voir son site)

Merci, c’est plus clair par rapport à cette histoire des 40 jours.
Et du coup vu ce que tu dis, je comprends mieux ce que le Carême représente pour toi.

le 01/04/2019 à 21h32 | Répondre

Lirbis

Entièrement d’accord avec Athena !
Les 40 jours font aussi référence aux 40 ans des juifs dans le désert, après avoir fui Pharaon. On a de la chance que ce soit seulement 40 jours et pas 40 années ^^
Sinon, le carême est pour moi, un temps dans l’année pour me recentrer. Me rappeler que le plus important c’est Dieu.
Et pour les catholiques (et même les chrétiens de manière plus large) la relation à Dieu ne se vit pas seul. On est dans cette relation par le partage, les dons et l’entraide aux autres. Car comme le dit si bien Jésus « Ce que vous faites au plus petits d’entre vous, c’est à moi que le faites ».
Mais il faut bien faire attention de d’abord mettre Dieu au centre, puis de faire découler tout le reste (les bonnes actions dont tu parles). Et non pas les bonnes actions et si il nous reste du temps Dieu !
Et bien sur, que les bonnes actions sont encouragées tout le reste de l’année. Mais, nous sommes tous pris dans une vie qui file trop vite. On tombe vite dans la routine. Alors le Carême est là pour nous recentrer

le 01/04/2019 à 18h30 | Répondre

KokaisoSweet (voir son site)

Du coup, avec le commentaire d’Athena, j’ai un peu mieux compris l’importance qu’à cette période pour vous.

Mais je ne comprends pas « le plus important c’est Dieu » ou « Dieu au centre ». Ce que tu fais pendant cette période est intentionnel ? C’est-à-dire pour Dieu dans un premier temps, puis pour les autres dans un second temps ? Par exemple, tu fais un don à une association; tu te dis d’abord que Dieu serait content de voir ce que tu as fait et ensuite tu te réjouis ensuite d’avoir pu aider des personnes en difficulté ?
(moi et mes drôles de questions …)

le 01/04/2019 à 21h53 | Répondre

Lirbis

Quand je dis Dieu au centre, c’est pour rappeler que oui tout ce que l’on fait c’est pour Dieu, avec Dieu et en Dieu.
Mais pas dans le sens  » Dieu sera content de moi puis les autres c’est du bonus ». C’est plutôt dans le sens, Dieu est bon, miséricordieux, généreux. A son image, j’essaie d’être plus bonne, miséricordieuse, généreuse.
Jésus a toujours été accueillant, a aidé les plus démunis, comme lui que je sois accueillante et aidante.
Remettre Dieu au centre, c’est quand la tentation est un peu trop forte (manger ce carré de chocolat, rester larver sur mon canapé au lieu d’aller prier ou aider au secours catholique), je me rappelle que Dieu, Jésus n’ont pas flanchés et qu’avec eux je ne vais pas flancher ! Les remettre au centre, c’est les prendre comme appui quand on faiblit 😉

le 02/04/2019 à 09h48 | Répondre

KokaisoSweet (voir son site)

Ah d’accord, je comprends mieux ! 🙂 Merci !

le 02/04/2019 à 19h43 |

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?