Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Pourquoi je voue un culte au drive


Publié le 19 mars 2018 par Rigel

Rigel au supermarché (ça fait un peu aventures de Martine, non ?)

Étape 1 : se rendre au supermarché, trouver une place (et s’en souvenir !)

Les deux supermarchés les plus proches sont à une dizaine de km de la maison (à toi qui n’est pas francilienne : 10km = 20min si ça roule bien, 1h ou plus quand ça ne roule pas !). Les parkings du coin sont immenses. Comme il y a minimum 3 entrées (pour le « petit » supermarché) et au moins une dizaine pour le grand, les parkings sont gigantesques. C’est comme ça que ça m’est arrivé plusieurs fois de sortir après avoir fait mes courses et ne plus me souvenir où se trouve la voiture. Tu peux te moquer ! N’empêche que quand tu as ton caddie plein et 7500 places de parking sur 3 niveaux à inspecter… et bah tu te sens seule !

Étape 2 : trouver les articles qu’il te faut

Crédit photo : ccipeggy

Je suis adepte de la liste. Chaque semaine, j’établis les menus que nous allons manger, je fais le bilan réfrigérateur/placards, et je répertorie ce dont j’ai besoin (notes bien que ça ne m’empêche absolument pas de laisser moisir une vieille carotte au fond du bac à légumes) . Si je vais au supermarché, je liste par type de rayon. Parce que rien ne m’agace le plus que de reparcourir quatre fois le magasin pour trouver ce dont j’ai besoin. Dans les rayons, il y a des dizaines de choix pour des milliers d’articles, et je ne sais jamais quoi choisir. Toutes ces sollicitations visuelles avec des affiches géantes en tête de gondole vantant des promos parfois fictives, les lots ENORMES qui atterrissent dans le chariot alors que clairement je n’ai pas besoin d’autant, je déteste. En plus, pour des raisons de marketing machiavéliques, les gérants de supermarché décident régulièrement de bouleverser leur organisation en changeant de place les rayons. Histoire que la tâche soit encore plus ardue.

Étape 3 : la caisse

Il y a bien les caisses automatiques, impersonnelles et presque rapides. Réservées aux paniers. Et j’ai des scrupules, pour les hôte(sses) de caisse. Ça doit bien contribuer à détruire des emplois, ces caisses auto. Et je préfère échanger quelques mots, fussent-ils des banalités, avec un humain plutôt qu’une machine. Aux caisses, il faut patienter. Avec ton caddie blindé. Et la fatigue accumulée par le marathon dans les rayons. Et évidemment, la caisse d’à côté avance TOUJOURS plus vite que la tienne. Loi de Murphy. C’est comme ça. L’hôte(sse) de caisse scanne plus vite les articles que je ne les range dans le caddie. Oui, parce que j’ai un rangement stratégique. Le frais avec le frais, dans un ou plusieurs sacs, avec les trucs lourds au fond. Les fruits et légumes sur le dessous. Tout ce qui n’est pas frais est organisé dans des sacs de façon à ce que le poids soit réparti et que je ne risque pas de me retrouver avec la poignée du sac dans la main. Du coup, j’ai l’impression de faire attendre les clients après moi et l’hôte(sse) de caisse. Qui ont un regard lourd. Stress.

Rigel au drive

Et voilà, la solution à mes maux. Maintenant, je fais tranquillement, depuis mon canapé, mes courses, le soir tard. Alors oui, il y a l’argument « légumes ? fruits ? frais ? surgelés ? ». En fait, les fruits, légumes et les oeufs sont vérifiés par mes soins avant d’être acceptés. Si le produit ne me convient pas, je le fais échanger ou rembourser. Concernant les produits frais, et les surgelés, la chaîne du froid est respectée car les produits préparés sont stockés à part dans des chambres froides. Du coup, je pense que le maintien du froid est même meilleur que quand c’est moi qui fait les courses. Oui, il manque des références en rayon (je ne trouve pas le papier toilette triple épaisseur par exemple, juste la marque du supermarché qui est désagréable). Par contre, je peux trier par prix au kg ou à la pièce. Et je n’achète que ce dont j’ai besoin. Cela m’a permis de réduire le prix du panier hebdomadaire aux alentours de 70€ (pour 2 adultes et un jeune enfant, qui consomme donc des couches, des cotons et du lait en poudre). Pas de sollicitations intempestives, moins de tentations (donc on mange globalement moins sucré).

J’arrive au drive, hop, j’échange les « vieux » sacs de courses. Les achats sont chargés par un opérateur charmant et poli, et je repars. Parfois, aux heures de pointe, c’est vrai qu’il faut attendre un peu. Jusqu’à 20min. Mais 20min à écouter la radio, tranquillement, sans être bousculé, ça va ! Et mes courses sont pré-triées frais, surgelés, épicerie. Il n’y a plus qu’à décharger à la maison ! Si jamais des éléments ont été oubliés (ce qui arrive très rarement), un petit message au service client, et mon compte est re-crédité.

Il y a des ratés : récemment, je me suis retrouvé avec 5kg d’oignons parce que j’ai omis de vérifier la quantité de conditionnement (oui, 5kg… ça fait beaucoup !).

Ces courses hebdomadaires au drive sont complétées par un passage au marché, pour avoir des fruits, légumes ou fromage du fromager (mais après comparaison, ni les tarifs ni le goût ne sont beaucoup plus intéressants au marché, voir même le contraire).

Et toi, apprécies-tu faire les courses, ou au contraire, tu as adopté le drive ? Ou encore mieux, la livraison à domicile ?

Commentaires

9   Commentaires Laisser un commentaire ?

Pauline

Pareil, je hais les supermarchés. Maman de 3 enfants de moins de 6 ans et bientôt de 4, travaillant à 80%, avec un mari peu présent en semaine, le drive me permet de gagner du temps, toujours agréable (mais ça m’agace tout autant de faire les courses sur internet…). Par contre, je continue à aller dans les magasins pour faire des petites courses de compléments ou choisir des produits frais fragiles (poisson, légumes…). Je trouve aussi qu’on mange un peu plus souvent la même chose car il y a moins de choix qu’en magasin… mais clairement, ça a révolutionné notre vie domestique, quand le drive s’est implanté dans notre région!

le 19/03/2018 à 08h13 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Vivant dans Paris, pas de drive possible. Par contre depuis qu’on a notre Choupette, je fais très souvent appel à la livraison à domicile !
Pour les produits frais on va au marché, mais pour les produits courants la livraison c’est le pied !
Et j’avoue j’ai de plus en plus de mal à aller dans les supermarchés où souvent j’ai du mal à trouver ce que je cherche !!!

le 19/03/2018 à 08h41 | Répondre

Virg

Le drive, c’est une libération ! Je fais un plein mensuel, le reste au petit supermarché du coin et au marché. Je confirme que ce n’est pas le choix le moins onéreux mais je préfère prendre le temps de me balader et discuter au marché ou de bien choisir mes produits frais plutôt qu’avoir une liste longue comme le bras, un caddie blindé. Ça tourne à l’expédition. Ce n’est plus mon cas mais, quand on vivait en appart sans parking, il faut ajouter « trouver où se garer dans la rue pitié faites qu’une place soit libre proche de l’entrée de mon immeuble » + monter/descendre pour décharger la voiture, sans oublier de fermer ladite voiture à chaque fois … en gros, le jour où on fait les courses, on ne fait rien d’autre. C’est quand même dommage sur un jour de repos. Je n’ose même pas imaginer avec un enfant !

le 19/03/2018 à 10h39 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

Avant, pour nous, l’hypermarché, c’était la vie! Ensuite, on a voué un culte au Drive situé à 3 minutes en voiture de la maison. Mais depuis quelques temps, nos habitudes changent…
On reprend nos petites jambes pour aller faire nos courses dans un magasin de regroupement d’agriculteurs. C’est un peu plus cher mais bien meilleur et hyper agréable. En plus, ils ont tout prévu pour occuper les enfants! Ensuite on complète au drive et si nécessaire, on finit en hypermarché 1 à 2 fois par mois!

le 19/03/2018 à 11h31 | Répondre

Marjorie

J’étais manager de caisse dans un petit supermarché, et les caisses auto on les a vu arriver avec joie ! Parce qu’avant les paniers on les prenais à l’accueil entre deux coup de fils, les réclamations, les appels de prix, les courses drive a préparer et la location de véhicule. Et oui c’est comme ça dans les petites structures… Alors du coup, je voyais vraiment rouge quand on avais une attente infernale, pas d’hote de caisse pour en ouvrir une mais personne au caisse rapide. Et quand tu va voir les gens pour les proposer ils te répondent qu’ils les boycotte pour soutenir l’emploi des caissières ! Raaaaah ! Dans notre magasin du moins, nos 4 pauvres caisses automatiques ne prennent la place que d’une seule caisse, et elles demande aussi un hôte de caisse non stop pour les surveiller. Alors si personne se plaint, je vois pas pourquoi les gens qui ne sont pas concernés ferait du boycott ! Et je suis sur que derrière ils achètent leur vêtement confectionnés par des enfants au Bangladesh et qu’ils ignorent les SDF. Pffff.
Désolée fallait que ça sorte xD Mais je ne parle pas de toi, je pense que dans les grosses structures ça peut être différent et surtout je comprends tout à fait que l’on préfère avoir affaire à une personne en chair et en os 😉

Sinon je suis plutôt adepte de la livraison, je suis assez feignasse. Quitte à devoir sortir de chez moi, autant que je puisse faire les rayons ^^ Mais clairement ça aide pas le porte monnaie xD Enfin récemment on s’est mis a redire nos déchets du coup on évite le supermarché comme la peste, c’est un calvaire en terme d’emballage. ^^

le 19/03/2018 à 14h16 | Répondre

Sandrine

Fan de drive ici aussi! Avec des semaines de min 50h pour nous 2 et un petit bonhomme de 17 mois j’ai autre chose à faire le week-end que de perdre mon temps dans les hypermarchés! Je suis obligée d’y aller une fois par mois pour mon fils pour les couches et plus de variétés dans ses plats et compotes mais je traîne pas! Un autre de nos coup de cœur c’est la Ruche qui dit oui un presque drive de produits locaux. Nous avons une application sur laquelle nous faisons nos courses chez les petits producteurs du coin partenaires (boucherie fruit et légumes fromages yaourt fermier…) jusqu’au lundi soir et on récupère notre panier le jeudi à 5 min de chez nous! On se régale ^^

le 19/03/2018 à 15h04 | Répondre

sarah

L’avantage des villes… pas de drive chez moi à moins de 30km 🙁 j’ai pourtant testé plusieurs fois car c’est le gros hyper du coin ou je peux trouver des aliments différents du petit inter du village, mais à chaque fois, soit des yaourts étaient percés, soit il manquait des aliments (qui n’ont pas été prélevés sur ma commande), soit les dates de péremption étaient trop courtes… bref au final je n’ai pas trouvé ça hyper intéressant vu la distance puisque je devais retourner dans le magasin chercher ce qui manquait.
Mais clairement s’il y en avait un juste à côté de chez moi j’irais sûrement car je déteste tellement faire les courses !

le 19/03/2018 à 15h33 | Répondre

Bibichu

On a encore jamais essayé! Avec l’arrivée de bébé nous tenterons peut être la livraison à domicile.

le 20/03/2018 à 15h54 | Répondre

Freesia

Bon, du coup, moi, j’suis pas forcément pro-drive … J’ai jamais trop aimé. Ne pas voir mes légumes, ne pas me rendre compte…On l’a utilisé quand on était étudiant quelque fois. L’amoureux avait sa voiture et y passait comme c’était sur sa route avant de rentrer. Ca m’évitait à moi, à pied d’y aller entre les cours et le boulot. On a réutilisé le drive de temps en temps après la naissance de notre fils mais bon… Ca a jamais pris. On préfère pas. Ca nous fait acheter trop de trucs qu’on ne voudrait pas. Et pis, bonjour les emballages à gogo, les sacs, les plastiques…
Sur le coup, on préfère faire notre balade du dimanche ou samedi au marché, récupérer notre panier directement chez le producteur et prendre le reste en vrac au biocoop qui se trouve à moins d’un km le vendredi soir en débauchant …

Bref, une autre organisation mais qui nous convient à nous !

le 27/03/2018 à 18h13 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?