Quand j’ai mes règles : je suis invivable

Chaque mois, les femmes font face à leurs règles et doivent s’adapter à cette période difficile. Si certains ont des symptômes moins forts, d’autres peuvent avoir l’impression de ne pas être capables de gérer cette situation. Cet article vous permettra de mieux comprendre ce qu’il se passe durant les règles, et comment en venir à bout.

Le cycle menstruel

Les règles correspondent à la phase finale du cycle menstruel. Ce cycle est divisé en 4 phases principales :

  • La phase folliculaire : elle débute à partir du premier jour des règles et va du 1er au 14e jour ;
  • L’ovulation : qui a lieu entre le 14e et le 16e jour du cycle ;
  • La phase lutéale : elle commence après l’ovulation et prend place entre le 16e et le 28e jour ;
  • La phase menstruelle : correspond à la fin du cycle avec les pertes sanglantes. Elle se déroule du 28e au 35e jour.

Durant ces 4 phases distinctes, le corps produit des hormones différentes qui permettent aux ovaires de fonctionner normalement et à l’organisme de réagir aux changements hormonaux.

Comment les hormones affectent-elles le corps ?

Nous savons que les fluctuations hormonales affectent le corps et l’esprit tout au long du cycle. Ces variations sont dues principalement à l’œstrogène et à la progestérone, les deux principales hormones produites par le corps féminin.

Durant la phase folliculaire et l’ovulation, l’œstrogène est à son maximum et aide à préparer les ovules à la fécondation. La progestérone monte progressivement vers le milieu du cycle, et à la fin du cycle elle baisse rapidement. La chute de ces deux hormones est ce qui provoque les saignements.

Ces variations hormonales peuvent affecter le humeur, notamment en cas de déprime, et engendrer un certain nombre de symptômes physiques dont on connaît le syndrome prémenstruel. Les personnes concernées peuvent donc avoir une sensation de fatigue intense, des douleurs musculaires ou articulaires, des maux de tête, des éruptions cutanées, des douleurs abdominales et des troubles digestifs.

Quelles solutions pour profiter malgré tout ?

Bien que les symptômes soient plus ou moins intenses, il existe des solutions pour soulager plus rapidement les maux et profiter malgré tout de votre cycle menstruel.

De bonnes habitudes alimentaires et sportives

Manger équilibré et pratiquer une activité physique régulière peut apporter un grand bien-être physique et mental. Préférez les aliments riches en fer et en fibres, et privilégiez les fruits et légumes. Votre organisme aura ainsi tous les nutriments dont il a besoin pour affronter les règles. De plus, l’activité physique stimule la production d’endorphines qui contribue à améliorer votre moral et votre bien-être.

S’accorder des moments de relaxation

Prendre du temps pour soi et se relaxer est essentiel pour profiter pleinement des règles. Prenez un moment chaque jour pour faire une activité qui vous plaît, comme une activité créative ou culturelle. Vous pouvez également pratiquer des méthodes de relaxation telles que le yoga ou la méditation pour vous aider à gérer votre stress.

Se faire accompagner

Parfois, les symptômes sont tellement intenses qu’il devient difficile de les gérer seule. Dans ce cas, n’hésitez pas à consulter un médecin spécialiste pour obtenir un traitement adapté. De plus, autour de vous, trouvez des personnes qui peuvent vous comprendre et vous soutenir durant cette période difficile.

Les règles représentent une phase très importante du cycle féminin et elles peuvent être source de contrariété si l’on n’arrive pas à les gérer correctement. Pour cela, il est important de prendre soin de son corps et de son esprit, en adoptant de bonnes habitudes alimentaires et sportives, en pratiquant des techniques de relaxation et en se faisant accompagner si nécessaire. Grâce à ces conseils, vous apprendrez à gérer mieux vos règles et à profiter de votre cycle menstruel.

Relatetd Post

6 Comments

  • Rigel

    3 octobre 2018

    Les gens se liguent pour être insupportables juste avant mes règles (ça doit être une histoire de phéromones) (on sent la fille qui ne se remet pas en question ?). Sinon, j’ai parfois un peu mal, mais le plus terrible c’est ma sensibilité aux odeurs pendant une dizaine de jours. Et le premier qui me dit « bah ?? T’as tes règles ? », je le satellise parce que mes variations hormonales ne concernent que moi !

  • Doupiou

    3 octobre 2018

    C’est marrant parce que moi je suis complètement à l’aise avec mes règles. Depuis que je ne suis plus sous hormones, les deux jours qui précèdent mes règles, mon visage devient boutonneux alors que j’ai une peau de pêche le reste du temps. Du coup mes collègues savent systématiquement à quelle période du mois nous sommes !
    Je ne me sens pas plus irritable qu’en temps normal mais je suis épuisée, les douleurs sont parfois très violentes et je suis brassée, je mange moins. Mon ventre gonfle d’un seul coup, comme si j’étais enceinte de 4 ou 5 mois ! Sérieux c’est hallucinant !

  • Elise

    3 octobre 2018

    En lisant ton article, j’ai de suite fait le parallèle avec une chouette bd de la dessinatrice artmela, tiens je te laisse le lien:

    http://conscience-quantique.com/pouvoir-de-cycles/

    Je n’avais jamais fait de lien entre la période du cycle dans laquelle je me trouve et mon humeur (sans doute parce que pour moi le changement est moins « radical » que pour toi ^^) mais c’est hyper intéressant d’avoir conscience des forces et des faiblesses de chaque moment du cycle 🙂

    • Marine

      6 octobre 2018

      Merciiiii ! M.E.R.C.I ! Je cherche cette BD depuis que je l’ai lu la première fois !!! Je suis heureuse de la retrouver !

  • Madame Fleur

    3 octobre 2018

    Ton article me parle énormément !
    Comme toi je ressens beaucoup d’effet négatif mais aussi des envies très positives.
    Moi ce qui me pose le plus problème c’est les douleurs et l’importance du flux. Et bizarrement c’est toujours quand c’est l’hémorragie que ma fille dort mal et que je suis encore plus claquée et énervée ?

  • Madame Givrée

    3 octobre 2018

    Ah oui, tout ça ! Et aussi, je suis léthargique les premiers jours et très très angoissée / fatiguée.

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

4 + 13 =