Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Quelques réflexions sur le dress code des femmes au travail


Publié le 24 novembre 2017 par Marina

Depuis quelques mois, je travaille dans un environnement assez particulier : tapis épais au sol, moulures au plafond, lustres à pampilles… Ambiance feutrée, on parle à voix basse dans les couloirs. Ce n’est pas dans l’hôtellerie de luxe, non…Je ne t’en dirai pas plus, si ce n’est que le travail consiste en des réunions, des rapports à rédiger et à soutenir devant un collectif de personnes. Un travail de bureau quoi, mais dans un cadre très solennel et imposant. La tenue des personnes qui y travaillent doit évidemment être irréprochable ; et quand je parle de tenue, c’est bien sûr de façon générale, mais ce dont je veux te parler aujourd’hui, c’est bien de vêtements.

Crédit photo : raw-pixel.com

Bon par contre sur mon lieu de travail, tu oublies la barbe de hipster, ça le fera pas 😉

Dans mon ancien travail, j’avais déjà un peu l’habitude : je laissais mes Converse et vestes polaires au placard, mais pour le reste, je pouvais m’autoriser les robes d’été et les sandales nu-pied, et mes collègues hommes pouvaient venir travailler en jean et chemise, çà passait sans problème.

Là où je suis à présent, pour les hommes c’est costume-cravate, rien d’autre. Faire l’impasse sur la cravate suscitera immanquablement des commentaires : acerbes pour les plus anciens, amusés pour les plus jeunes (la fourchette d’âge étant entre 40 et 65 ans environ…). Un peu de fantaisie dans les motifs et couleurs de la chemise et de la cravate est possible, mais point trop n’en faut (la cravate Mickey ou Tintin, tu oublies!). Finalement, pour mes collègues hommes, c’est assez facile de s’habiller le matin.

Crédit photo : Mike

Mais moi je suis tombée dans des abîmes de perplexité les premiers temps. Quelle tenue est acceptable pour une femme, quand les hommes ne peuvent se passer de la cravate ? Je déteste les talons, je n’en mets jamais et je ne sais pas marcher avec. Du coup, j’aime bien mettre des jupes, mais décontractées, avec des nu-pied et des ballerines l’été ou des bottes l’hiver. Mes pantalons sont presque tous des jeans, c’est ce qui sied le mieux à ma morphologie. Tu vois l’angoisse, en me demandant comment j’allais m’habiller pour aller travailler ?

J’ai décidé, et mon compte en banque m’en a remercié, de ne pas racheter toute une garde-robe. Je ne voulais pas me déguiser, mais rester moi.

J’ai acheté deux ou trois basiques de bonne fabrique dans des belles boutiques (genre Caroll ou Comptoir des Cotonniers), J’ai conservé mes jeans, mais maintenant je les porte avec une veste tailleur, une chemise classe, ou un pull fin avec des jolis détails (genre une bordure satin). J’ai même osé les nu-pied cet été, mais avec une robe plus habillée et surtout plus près du genou que ce que j’avais l’habitude de porter !

Cette évolution vestimentaire m’a amené à une réflexion que je voulais partager avec toi :

En y réfléchissant bien, quand on pense aux tenues qui sont admissibles pour les femmes dans ce genre d’environnement, on pense à des vêtements ou accessoires dont on dirait qu’ils sont « féminins » : jupe droite, pantalon cigarette, veste cintrée, chaussures à talon… comme je t’ai dit, je suis plutôt du genre à marcher à plat et dans des vêtements confortables : mais toutes les fois où il m’a semblé que les éléments de ma tenue étaient trop décontractés (jean bleu classique, bottes cavalières l’hiver, robe sans manche l’été), je me suis vue la féminiser pour qu’elle soit portable au travail : rajouter une belle bague, un peu de rouge à lèvre, du vernis sur les ongles, un collier fin en or blanc pour rehausser un haut trop simple… et en observant mes collègues, et ce que je portais moi-même, et l’idée que je me faisais de la tenue que devait porter une femme quand les hommes ne pouvaient se passer du costume cravate, j’en suis venue à cette conclusion : pour une femme, une tenue «classe » est une tenue… féminisée. Est-ce normal ? Pourquoi ne pourrait-on concevoir que dans cet univers, une femme ne pourrait arriver en chaussures plates, costume d’homme, et pas maquillée ? J’ai des collègues femmes qui s’habillent parfois en costume style Saint-Laurent : derbies aux pieds, costume noir, chemise blanche, Mais pour compenser, elles ont toujours un beau sac à main, les ongles et la bouche rouge vif, un bijou à la main, aux oreilles, au cou… je trouve çà très classe, j’adore. Mais pourquoi ce besoin de rajouter un accessoire féminisée ? Est-ce que sans çà, la tenue de ces collègues serait assez « chic » pour aller avec la solennité du lieu ?

Crédit photo : Alexandra Maria

J’en suis là de mes réflexions. Je me demande à quel point nous sommes conditionnées par l’image que la société demande aux femmes de renvoyer. Sommes-nous libres de ce que nous pouvons porter, devons-nous afficher notre féminité quand le cadre de travail prive les hommes de porter autre chose qu’un costume cravate ?

Et toi qu’est-ce que tu en penses ?  Si tu as les mêmes contraintes que moi, comment choisis-tu de t’habiller ?

Commentaires

11   Commentaires Laisser un commentaire ?

Raphaelle

En effet c’est une réflexion intéressante.. qu’au final on demande aux hommes de masculiniser leur apparence et aux femmes de la féminiser pour que ce soit professionnel..? Ayant aussi travaillé dans ce type d’environnement de travail, j’avais fait le choix de jupes « de tailleur » (jupe droite mais confo, en tissu de style tailleur si vous voyez ce que je veux dire, mais trouvable à h&m ou zara), de chaussures plates mais en cuir noir (aspect sobre et « qualité ») voir des nu pieds en été mais aussi noir et d’aspect qualité. Avec des collant nylon (sans trous) et en haut juste des t-shirt et pull (pas de veste de tailleur ni de chemises) mais à nouveau d’aspect classe (couleurs sombres et accordées entre elles, pas de motif, matières « nobles » ou d’aspect noble). Et les cheveux attachés en chignon. En fin de compte je n’ai pas l’impression d’avoir vraiment féminisé mon apparence. Je dois dire que ça m’aurais même paru un peu inapproprié en tant que femme/jeune dans le secteur masculin/âgé où je travaillait. L’important était surtout d’être sobre et classe je pense. De ne pas avoir l’air d’aller boire un verre avec ses potes ou d’aller à la fac. Après justement je trouvais qu’au final ma tenue était beaucoup plus relax que celle des hommes et que j’avais beaucoup plus de « marge » dans mes choix (et pas besoin de passer par le pressing chaque semaine!)

le 24/11/2017 à 10h23 | Répondre

Raphaelle

D’ailleurs si je pense aux trucs que je n’aurais jamais mis (dont tu as réussi à mettre certains apparemment ;-)) je dirait : des jeans, des hauts sans manches, des tongs, des baskets, des espadrilles, des converses, des tshirt à message, des mini jupes et des shorts.

le 24/11/2017 à 10h38 | Répondre

Marina

Dans ta liste, je n’ai « osé » que le jean (je mets le haut sans manche à part parce que çà peut faire très habillé, avec un col et un tissu noble).
Tu dis que tu n’avais pas vraiment l’impression de féminiser ton apparence : mais ta tenue habituelle incluait la jupe. C’etait par goût personnel ou parce que le pantalon ne te paraissait pas assez « habillé » ?
Effectivement quand on y pense, les femmes ont quand même une liberté bien plus grande en terme de tenue dans ce genre d’environnement, et c’est bien appréciable en pleine canicule. Je souffrais pour mes collègues hommes obligés de supporter 35° d’air ambiant en cravate et mangues longues…

le 27/11/2017 à 18h55 | Répondre

Raphaelle

En effet bonne remarque..! après j’avoue que je trouve personnellement que c’est plus facile de trouver une jupe qui fait « classe » (coupe droite, noire et tissu un peu épais et emballé c’est pesé) Alors qu’un pantalon a plus facilement un aspect casual (tissus un peu jean, un peu chino..) et qu’il faut carrément un pantalon de costard pour s’en différencier (tissus spécial méga épais et pli devant, si tu vois ce que je veux dire) et je ne suis pas fan de ce type de pantalon.. Autre reflexion : est-ce qu’une tenue en jupe ou talon n’est pas considérée comme plus « classe » tout simplement parce que ça sort de l »ordinaire »? Au vu du fait que la tenue la plus utilisée dans les foules le week-end est généralement jean-tshirt-chaussures plates..?

le 01/12/2017 à 15h49 | Répondre

Mademoiselle Bulle

Vaste sujet…. Je ne suis pas sûre que sans accessoire féminin, la tenue serait moins classe. En revanche, elle susciterait peut-être plus de commentaires derrière le dos de la femme qui ne ferait pas « un effort » en se contentant de mettre un tailleur pantalon. Je peux bien sûr me tromper : je travaille dans un milieu similaire, mais étant dans l’ombre, je n’ai pas besoin de veiller particulièrement à mon habillement (et j’en suis très heureuse !).

Cependant, je pense qu’une tenue de travail classique (veste, chemise, pantalon/jupe) suffit à répondre au dress code imposé par l’entreprise. A mon sens, les femmes qui ajoutent un accessoire féminin le font parce que… ce sont des femmes qui aiment les accessoires ! Et on ne va pas de mentir, mais des accessoires masculins, il y en a peu : bijoux, bof, sac, non, maquillage, sûrement pas… A part la montre, la cravate et les chaussettes (éventuellement, les boutons de manchettes), il n’y a pas grand chose pour que ces messieurs expriment leur style.

Mais peut-être que ces femmes se sentent obligées par la pression sociale de mettre un accessoire pour que leur tenue fasse plus « femme »… Je n’ai pas la réponse à cette question.

le 24/11/2017 à 12h36 | Répondre

Marina

Pour ce qui est de mon cas personnel, quand je m’habille avec des éléments qui peuvent aussi se porter décontractés (un jean, un t shirt) je me sens obligée de féminiser pour que ce soit plus classe… par contre je suis d’accord, une tenue plus stricte (tailleur pantalon) n’a pas besoin de touches féminines pour convenir parfaitement au cadre professionnel. Je trouve çà plus joli par contre 😉

le 27/11/2017 à 18h58 | Répondre

Marjorie

Personnellement je trouve très chic un tailleur bien taillé. Peut importe qui le porte avec quel accessoire. D’ailleurs, je n’aurais jamais pu en mettre la ou moi je travaillais on m’aurait regardé de travers et on se serait bien moqué de moi. Parce que trop chic justement. Je ne pense pas que ce soit la féminisation qui rend classieux. D’ailleurs personnellement je trouve le vernis à ongles vulgaire. C’est simplement que ces femmes ont besoin d’être apprêtées. C’est une autre histoire…

le 24/11/2017 à 16h29 | Répondre

Marina

Oui c’est affaire de goût… mais on peut adopter des accessoires féminins et faire ultra sobre sans une once de vulgarité… si c’est par petite touche…
moi c’est le fond de teint que je trouve rédhibitoire, surtout appliqué à la truelle…

le 27/11/2017 à 19h00 | Répondre

Choupichette (voir son site)

Je suis assez d’accord avec le commentaire de mademoiselle Bulle.
Je pense que c’est aussi un plaisir de la part des femmes que d’ajouter de jolis accessoires pour parfaire une tenue (et peut être aussi l’égayer). Après quelle est la part consciente et inconsciente qu’a la société envers cette envie ? je ne saurais le quantifier …
Personnellement je m’estime assez chanceuse d’être une femme aussi pour la diversité de choix que l’on peut avoir dans nos tenues. On peut adopter un style masculin, alors qu’un homme qui porterait un vêtement féminin serait très mal vu

le 27/11/2017 à 10h54 | Répondre

Marina

D’ailleurs j’en viens à me demander si mon habitude de féminiser la tenue n’est pas, inconsciemment, une façon de me démarquer de la tenue masculine pour ne pas avoir à porter une cravate 😉
D’un côté, comme je disais plus haut, on a la chance d’avoir plus de liberté, d’un autre coté, je déteste passer 10 minutes devant mon placard à essayer de trouver une tenue acceptable, alors que si j’étais un homme j’aurais juste le choix entre la cravate bleue ou la cravate rouge…

le 27/11/2017 à 19h04 | Répondre

Madame Rêveuse

Je rejoins l’avis de Marjorie et Choupichette : l’accessoire féminin est un petit plus, un bonus que nous aimons porter pour notre coquetterie ; est-ce qu’il rend une tenue plus classe, pas forcément.
En revanche, je pense que le poids du regard de la société pèse énormément sur notre façon de nous habiller et même de nous voir de manière générale. Et pour moi c’est vraiment une sorte de poison… On a l’impression d’être libres de porter ce qu’on veut, de se coiffer comme on veut, mais on ne l’est pas. Et dans un cadre de travail comme celui que tu décris, c’est encore pire !
Je suis bien contente de travailler en collège, où tout le monde peut s’habiller comme bon lui semble – ou presque – …

le 11/12/2017 à 12h15 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?