Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Mes parents vieillissent et ça m’inquiète


Publié le 13 juillet 2015 par Bibichu

Ils t’ont mise au monde, t’ont aimée, t’ont élevée, t’ont poussée à faire des études, t’ont soutenue dans tes compétitions de sport, t’ont emmenée en vacances…

C’est pour tout ça que je ne cracherai pas sur eux, parce que moi aussi je les aime, très fort, d’autant plus que je suis très loin d’eux depuis presque quatre ans. Pourtant, malgré l’éloignement, le fait qu’ils vieillissent et que leur nid se soit vidé, j’ai l’impression (et ma sœur aussi) qu’ils ne sont plus contents de rien… Et j’avoue que ça commence vraiment à me taper sur le système.

Vieux parents

Crédits photo (creative commons) : Vladimir Pustovit

Des plaintes en permanence

J’ai réalisé il y a quelques mois, lors de mon dernier voyage en France, que ça fait près de vingt ans que j’entends ma mère se plaindre de son travail, de ses collègues, de différents membres de la famille, de ses propres parents (à croire que c’est de famille, hein !), etc. Bref.

Pourtant, avec ma sœur, puis avec mon mari, ces dix dernières années, nous avons tout essayé : l’inciter à changer de travail, à faire du sport, à sortir… à vivre, en fait ! Parce que ce qui caractérise ma mère, c’est qu’elle passe ses fins de journées et ses weekends assise dans son canapé, à regarder la télé ou à jouer aux jeux vidéo. Elle n’a pas de vie sociale…

Alors elle se plaint. De tout, de rien, des politiciens, des chômeurs, des étrangers, de mon éloignement, etc. Tout peut être objet de plainte. En réalité, elle n’aime pas les gens…

Tout est compliqué

Une autre réaction qui, elle, est arrivée avec l’âge (surtout en ce qui concerne mon papa), c’est que tout est devenu compliqué… Envoyer des photos par mail, appeler FedEx, aller à la mairie, ou toute autre activité qui demande d’appeler pour prendre un renseignement/organiser quelque chose. Des problèmes parfois si simples qu’il suffit de faire une recherche sur Google pour en trouver la solution ! Eh bien c’est moi qui, à 6000km d’eux, doit faire cette recherche, pour leur indiquer la procédure.

Mes parents se sont arrêtés à l’an 2008, année de mon entrée à l’université. Depuis, ils attendent après moi. Sauf que moi, ça m’inquiète, ça me pèse. Ma sœur a tout simplement déserté : elle n’en pouvait plus non plus. Vivre en permanence sous le même toit que des personnes qui se plaignent et qui trouvent que la vie est trop compliquée, ça ne donne plus envie de rien.

L’impact de leur comportement sur notre éducation

Je me suis rendue compte de l’impact énorme qu’avait eu ce contexte d’éducation lorsque je suis partie vivre avec mon chéri (aujourd’hui devenu mon mari). Je vis avec un éternel optimiste un peu spécial, qui m’a fait découvrir un autre point de vue sur le monde, sur la vie. J’ai vécu une renaissance à ses côtés.

Et pourtant, je me surprends de temps en temps à adopter des réflexions et des points de vue qui me viennent de mes parents… Ma sœur, elle, s’est rendue compte qu’elle grognait parfois contre tout et rien, comme Maman… Mais quand je suis là, je lui ouvre les yeux pour qu’elle se calme.

Finalement, cette éducation a fait de moi ce que je suis : de nature déprimée, mais très joyeuse (quand tout le monde est morose autour de toi, il faut développer des réflexes de survie, comme le rire et le sourire), peureuse à l’égard des situations compliquées (mais qui découvre doucement que certaines ne sont pas si compliquées que ça), procrastinatrice (ça, c’est à cause de ma mère), et pourtant bosseuse (grâce à mon père). Et puis surtout, j’ai peur de l’avenir, de l’époque où mes parents seront vraiment vieux, où mes enfants iront chez eux et entendront à leur tour leurs plaintes.

Je sais qu’en tant qu’enfants, héritiers, fruits de leur amour, nous devons aider nos parents, les soutenir le plus longtemps possible, leur rendre ce qu’ils nous ont transmis. Mais je ne pense pas que ça soit très sain pour nos parents d’être toujours derrière eux, à les pousser pour qu’ils se secouent.

Ce n’est pas à 50 ans qu’il faut s’arrêter de découvrir, de s’informer… de vivre, en fait. Il reste encore une bonne vingtaine d’années avant qu’ils ne deviennent vraiment vieux et dépendants ! Alors pourquoi ne profitent-ils pas de notre absence pour enfin « renaître » ?

Mes parents n’ont pas fait ce choix… et ça m’attriste. Car quand je regarde les parents de mon mari, qui eux assument pleinement leur renaissance (d’autant plus que leur retraite s’approche), je m’inquiète d’autant plus fort pour les miens.

Même si mon père a repris l’activité de sa jeunesse (voyager), il vieillit. Et même si ma mère a enfin ouvert les yeux sur sa santé, elle vieillit aussi. Ils vieillissent, et ça me fait peur…

Et toi ? Tu as remarqué l’impact du vieillissement sur tes parents ? Tu as aussi l’impression qu’ils ont une décennie de retard ? Qu’ils ne profitent pas assez de leur nouvelle vie sans enfant ? Viens nous dire ! 

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

6   Commentaires Laisser un commentaire ?

Agathe

Je comprends ton ressentis, mes parents aussi vieillissent et même si leurs situations différent des tiens j’ai ce même sentiment d’impuissance. J’ai l’impression que les rôles sont inversés , que c’est à nous de prendre soin d’eux maintenant, ce que je trouve normal. Mais d’un autre côté lorsque je vois tous les parents du même âge, la cinquantaine, si dynamique, j’aimerais les faire réagir, les aider, les changer mais malheureusement on ne peut pas faire grand chose si la volonté ne vient pas d’eux-mêmes. Ils ont aussi des soucis de santé qui ont poussés à cette situation. Mais, malgrès ça je dois bien admettre que ce n’est pas la seule raison, avant ça, la situation était déjà plus ou moins la même, ça c’est accentué lorsque l’on est parti de la maison. C’est vraiment pas facile. J’essaie d’être optimiste mais je ne sais pas comment ça va évoluer avec le temps. Je me dis que lorsqu’ils seront grands parents ça apportera un peu de gaieté, de peps mais en même temps si le problème n’est pas réglé à la source ça ne changera pas fondamentalement les choses. Bon courage à toi.

le 13/07/2015 à 09h27 | Répondre

Fleur-Joséphine

Bonjour Bibichu,
je comprends que tu te sentes un peu impuissante, c’est vrai que tu ne peux pas faire les choses à leur place (sortir, faire des activités, etc comme tu disais) si ça ne vient pas d’eux.
C’est curieux, mais j’ai moi-même un oncle et une tante (dont malheureusement je me suis beaucoup éloignée) qui n’ont pas spécialement de loisirs et qui ont du temps. Et ce temps, ils le consacrent à avoir une vision négative de tout. Ils réfléchissent trop et à la fin, ils voient le mal partout.
J’ai remarqué aussi que, dans des périodes où j’étais un peu désoeuvrée, ou que je manquais un peu d’occupation, j’avais cette tendance à voir des problèmes et des mauvaises intentions là où il n’y en a pas forcément.
De là à dire que c’est un lien de cause à effet direct, difficile d’être catégorique.
J’espère en tout cas qu’ils réagiront et que tu pourras avoir l’esprit plus léger!
Bon courage à toi et à ta soeur. 🙂

le 13/07/2015 à 09h59 | Répondre

Anne-Charlotte

Coucou Bibichu ,

J’aurais pu écrire cet article ! La seule différence c’est que ma mère sait se débrouiller avec notre ami Google 😉
Mes parents vieillissent Et s’enferment dans leur train train quotidien . Ils ne côtoient pas grand monde et en plus ma mère a un travail prenant . Mon père , suite à son AVC , s’est renfermé. Quand on se voit c’est compliqué. Ma mère est toujours après faire des réflexions ou des remarques : le petit a chaud/froid , il est 13h on a pas déjeuné moi j’ai faim , tu devrais faire comme ca … A longueur de journée . Du coup le matin je me lève j’ai les nerfs en pelote et je suis pas des plus agréables ! Et après elle me dit que je fais que râler et que je ne suis pas agréable … Un cercle vicieux ! Bref ! J’essaie de faire attention à ne pas devenir comme elle , je prend sur moi …

Je pensais qu’au départ de mon frère mes parents feraient des activités , profiteraient de leurs amis . Vivre quoi . Mais bon . Ils jouent à leurs tablettes … Ca me déprime. Ma mère dit qu elle n’a pas besoin de rencontrer des gens , ni de rien faire. Mon père lui ca ne me dérangerait pas de voir du monde. Ils n’arrivent pas à trouver le juste milieu. Ils me fatiguent et fatiguent mon frère aussi. Mon frère s’inquiète , j’essaie de le rassurer mais ce n’est pas facile.
Heureusement que quand ils ont mes fils avec eux ca se passe bien , ils aiment bien les sortir , leur faire découvrir des choses ! Ca me rassure , je me dis que tout n’est peut être pas perdu …

J’essaie de leur en parlé ! Cette année nous offrons un abonnement à l’Aqua Biking a ma mère pour qu’elle puisse bouger un peu.
As tu essayé de leur offrir une activité pour qu ils sortent ?
Je pense qu’il faudrait que vous en parliez avec tes parents . Leur expliquer que vous avez votre vie à construire … Enfin ce n’est pas facile quand c’est nos parents .
Bon courage

le 16/07/2015 à 09h52 | Répondre

Bibichu

Nous avons essayé une fois avec ma soeur: nous leur avions offert une smartbox pour partir dans un hôtel de charme. Ils l’ont échangé pour que mon père s’achêtes du vin… Ça nous a énormément vexé…

le 17/07/2015 à 20h37 | Répondre

Inno

Pour ma part, mes deux parents sont bien différents, tant dans leur caractère que dans leur santé. Ma mère travaille, fait des longs trajets pour aller au boulot d’ailleurs, sort, fait des travaux chez elle, du sport etc.
Mon père, lui, est atteint d’une sclérose en plaque qui s’est déclarée tard et en moins de 2 ans, il a pris un énorme coup de vieux. Mtnt, je suis habituée mais au début ça a été dur de le voir vieillir comme ça. Aujourd’hui, il vit avec sa conjointe dans un petit village, marche doucement avec une canne, a un béret sur la tête et perd la mémoire. Dire qu’avant il était en santiag / blouson de cuir et marchait beaucoup…
Avec le temps, j’accepte mieux son vieillissement, et la maladie, mais parfois c’est encore un peu dur de le voir comme ça.

le 16/07/2015 à 11h28 | Répondre

MlleMora

Je comprends tes inquiétudes même si mes parents ne vivent pas la même chose.
Je pense qu’en vieillissant nos caractères s’affirment encore plus, et si ta mère était déjà négative avant, avec le temps, ça se renforce, elle se conforte dans ses opinions et sa façon de voir le monde.
Ce n’est pas forcément une mauvaise chose, si elle est bien comme ça. C’est le plus important, est ce qu’ils se sentent « bien » comme ça ?
Quand ils auront des petits enfants, il y aura une « renaissance », ils se ranimeront un peu. Mais on ne peut pas changer les gens, il y a des personnes qui sont ultra dynamique/actives, et c’est toute leur vie comme ça, d’autres s’épanouissent autrement…

le 17/07/2015 à 13h32 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?