Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Pour me sentir mieux… J’ai arrêté de regarder le journal de 20h !


Publié le 23 janvier 2015 par Miss Eole

« Les infos », qu’elles soient lues ou vues à la télévision ou sur le net, sont le petit rituel du matin ou du soir. Nous sommes littéralement envahis par les informations de toutes sortes le soir à 20h, le matin par la lecture des journaux, ou encore lors de notifications par des sites internet type Parisien ou Libé, sur notre téléphone portable.

Alors que tu pourras observer que la plupart du temps, « les infos » te parlent toutes des mêmes choses (à répétition, genre BFM), et souvent diffusent des informations sur la guerre, des faits divers et compagnie… plein de choses joyeuses en perspective.

arrêter de regarder le journal télévisé et de lire les journaux

Crédits photo (creative commons) : Sascha Kohlmann

Alors moi… j’ai dit stop ! Parce que j’ai envie d’être heureuse, de sentir de la joie autour de moi (pas toutes ces informations négatives). Je peux comprendre que ça fasse très Bisounours, mais ce choix m’a offert deux choses superbes :

  • plus de temps pour faire d’autres choses (quand tu passes une heure tous les soirs à regarder les informations, tu ne passes pas ce temps à lire, écrire ou autre)
  • et une pensée beaucoup plus positive !!!

Effectivement, arrêter de regarder la télé – ou du moins les informations – est l’un des principes de la pensée positive, qui prône d’arrêter de nourrir son esprit négativement.

Comment j’ai fait ? J’ai commencé par arrêter de regarder le journal télévisé, je ne lisais que les journaux du matin. Ça me permettrait de sélectionner l’information que j’avais envie de lire. Depuis quelques temps, je ne lis plus non plus les journaux du matin.

Certains me diront que j’ignore les « vrais » problèmes, que je me coupe des réalités de ce monde. Non, car aujourd’hui, nous avons internet ! Notre ami Google nous permet de rechercher les informations que l’on souhaite, et même de faire des Google Alertes sur des sujets. On peut aussi s’abonner à toute sorte de blogs. Ou encore utiliser une application avec flux RSS, type Feedly, pour faire sa veille.

Bref, on a plein de possibilités pour sélectionner l’information, diversifier nos sources, et ne pas rentrer dans le schéma des médias qui ne parlent que de certaines choses.

Et pas d’inquiétude de louper quelque chose : toutes les informations importantes t’arriveront à l’oreille par tes collègues, ta famille… Alors, prête à faire le test ?

Et toi ? Tu es tous les jours scotchée aux sites d’info et au journal télévisé ? Tu le regarde ponctuellement ? Jamais ? Qu’est-ce que ça te fait quand tu change exceptionnellement d’habitudes ? Viens en discuter !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

22   Commentaires Laisser un commentaire ?

Mlle Moizelle

Je comprends la démarche, mais ai beaucoup de mal à l’approuver. Je trouve que c’est un peu la politique de l’autruche « tant que je ne sais rien il n’y a pas de problèmes dans ma vie »… Je suis pour des pensées positives, je ne suis pas pour le sensationnalisme, je plains les gens qui se délectent de la rubrique des faits divers, mais je tiens à comprendre — ou du moins à connaître — le monde dans lequel je vis… Donc je suis plusieurs journaux d’opinions différentes afin d’avoir plusieurs points de vue. Je peux ainsi agir pour ce qui me tient à coeur (actions contre le nucléaire, marches de soutien, dons aux assos qui oeuvrent pour telle et telle cause…) et c’est ainsi que je construis le positif. Pas seulement pour ma petite vie, mais pour toutes celles de mes voisins de la Terre! ^^
Bon, je vais relativiser pour pas te sembler moralisatrice: je prépare le concours de prof-doc donc la veille c’est une grosse partie de mon job, sachant que je serai une personne-relai de l’info. Et justement, je trouve ça important… Mais chacun voit midi à sa porte, comme dit cette expression bizarre! ^^

le 23/01/2015 à 08h43 | Répondre

Douce

Bonjour,

Cela fait des années que j’ai fait pareil.
Enfin ce n’était pas vraiment une décision réfléchie, je ne fait pas partie des enfants de la télé de ma génération, petite on ne la regardait pas vraiment à la maison (ou alors en cachette). Et puis pas de télé lors de mes études. Et quand je suis rentrée dans la vie active, je ne me suis même pas posé la question en fait.

C’est juste dans les trois semaine entre deux boulots, ou je suis retourné chez mes parents que j’ai vraiment pris contact avec le journal de 20h, en pleine catastrophe de Fukushima… et comment dire… entre le climat anxiogéne, l’axe « et quel impact chez nous », et les contresens techniques lorsque les mots sont employés n’importe comment sur un sujet complexe… ben ça a été un soulagement de retrouver mes soirées sans télé.

Et quand j’entends les réactions de mes beaux enfants aux images du journal de 20h, sur la tuerie de Charlie Hebdo, ou même sur la guerre en ukraine, et ailleurs, les questions et surtout l’inquietude que ça soulève chez eux… et bien notre télé ne risque pas d’etre branchée sur autre chose que le lecteur DVD.

J’ai les info par la radio sur le trajet du boulot, et même ça je selectionne ma radio, j’ai du mal a supporter souvent le traitement de l’info de nombreuses stations qui courrent à l’audience en jouant sur les clivages et la peur des gens.

Etre réaliste et au courant de ce qui se passe autour de nous c’est bien, avoir peur d’ouvrir la porte aux groupes d’enfants pour alloween pace qu’on a entendu que des malades déguisés en clown agressent des gens, ça je le refuse.

le 23/01/2015 à 09h03 | Répondre

Mlle Moizelle

Je suis d’accord avec toi en ce qui concerne les images manipulées par les médias et la protection des enfants. Chez nous, pas de télé non plus, les infos sont mon affaire perso et je ne relate que ce que je trouve important de partager, bref, je filtre et je choisis mes mots. Je suis d’accord aussi pour dire que les médias jouent beaucoup sur la peur des gens — et leur paranoïa, notamment en ce qui concerne les fameux clowns d’Halloween! A chacun de développer sont esprit critique. Et ça, ça s’apprend par la pratique, pas en se coupant de toute source d’infos! ^^

le 23/01/2015 à 09h12 | Répondre

Ornella

Je suis assez d’accord avec toi Mle Moiselle. S’éloigner des sources d’infos ou n’en sélectionner qu’une partie, est une façon assez sélective de voir le monde dans lequel on vit. Parce que même si il y a des choses qu’on ne veut pas savoir ou entendre, elles existent. On peut appeler ça la politique de l’autruche mais je crois que tout le monde ne peut pas gérer le trop d’informations surtout les personnes hypersensibles. Rester informé (trop?) à un coût, et cette inondation permanente de l’info peut être difficile à supporter et chacun y trouve son rythme.

le 23/01/2015 à 09h40 | Répondre

Douce

On est d’accord.
Je ne suis pas coupée des informations, et je n’ai pas l’impression que Miss Eole non plus. C’est plutot un choix de source d’information.
Je ne suis pas sure que le journal télé soit une source d’informations de qualité. Je crois que l’on peut etre conscient de l’actualité du monde, et même d’agir pour en faire un monde un peu meilleur, sans accepter de faire rentrer chez soi les images choquantes qui ramenent de l’audience.

Je choisi de ne pas avoir peur.

le 23/01/2015 à 09h50 | Répondre

Mlle Pas Rond

Oui Douce, je pense qu’on toute d’accord 😀
Et je considère cette démarche comme « je choisi mon information moi même, plutôt que de laisser quelqu’un choisir pour moi ».

le 23/01/2015 à 10h27 | Répondre

Sweetday

J’ai pris la même décision en tombant sur un livre qui s’intitule « Le mystère du nocébo » de Patrick Lemoine chez Odile Jacob. Pour l’auteur, les médias sont capables d’altérer notre santé… dépression, insomnies et angoisses par exemple. J’ai décidé de me couper des infos du soir, et comme toi je sélectionne ce qui m’intéresse sur le net ou à la radio. Je n’ai pas l’impression d’échapper à des infos « importantes » car je sélectionne mes sources, afin d’avoir de la qualité. Et effectivement dès que je regarde à nouveau les infos (comme pour les attentats, des élections ou autre) je change d’état d’esprit. Quand je pense à ma grand-mère qui ne louperait le 20h pour rien au monde…

le 23/01/2015 à 09h41 | Répondre

Ornella

Dans son livre si je me rappelle bien, c’est finalement l’inondation du cerveau par des informations alarmistes, que le cerveau n’a pas toutes le temps d’assimiler, ayant pour conséquence des réactions uniquement émotionnelles qui serait la cause des pathologies qu’il dit induites par les médias. » Une information répétitive, approximative, alarmiste, assénée à un public non préparé à l’interpréter, provoquerait une hébétude désespérée que les spécialistes de la dépression appellent la résignation apprise. » En soi je ne suis pas sûre que les médias en soient la seule cause, ils ont leur part certes, mais melle Eole dit s’éloigner des informations négatives. Je ne pense pas en soi qu’une information soit négative. Elle enseigne sur quelque chose, après c’est a nous de choisir l’œil avec laquelle on va la regarder. Sélectionner les informations qu’on considère positives est une façon biaisé de regarder le monde, ce qui n’est pas un mal, c’est un choix comme un autre. À moins que par positive, on parle de neutralité. Elle sélectionne les informations les plus neutres possibles, les plus objectives pour ne pas subir l’influence d’un être lambda.
Mais il est évident qu’on est toute d’accord sur le fait que, gérer les informations dans la société actuelle n’est pas si simple.

le 23/01/2015 à 10h49 | Répondre

esthel

bonjour,

je vous confirme que le trop d’infos ignobles affectent sur le moral… j’ai fait une dépression suite au attentats de janvier … trop de débats sur ce attentat pour lequel on ne peut rien faire … je voulais me distraire du FB voir ma famille éloigné ou mes amis et la paff des photos d’animaux torturés, des guerres, des enfants malheureux … c’était trop dur je devenais agressive j’avais besoin d’une coupure j’etais au boulot tous mes collègues parlaient de faits divers (tjrs les plus tristes) et lorsque je suis chez moi je ne peux rien allumer sans voir du malheur

pour moi ce n’est pas de la fuite ni une sélection mais plutôt un choix, celui de se focaliser sur les bonnes choses… plutôt que de regarder le malheur des autres afin de se conforter et se dire que sa vie n’est pas si mal… de toute façon les infos les plus importantes t’arriveront à l’oreille et dans ce cas je préfère me faire mon propre avis et regarder en détail ce fait afin de ne pas m’appesantir sur le mal que diffuse les infos

le 13/08/2015 à 21h25 | Répondre

Mlle Pas Rond

Coucou Miss Eole !
J’ai pris une décision similaire depuis quelques mois : je réduis à quelques minutes (voire parfois à 0) les info télévisées et je me concentre sur 2 ou 3 sites d’information en ligne que je consulte quotidiennement, en sélectionnant les articles qui m’intéressent. De temps en temps je prends aussi le temps de regarder des émissions type débat, qui permettent vraiment de voir les différentes facettes d’un sujet.
En fait, je reste connectée au monde et à l’actualité, c’est simplement que maintenant : je m’informe.
J’ai surtout un problème avec le principe de fonctionnement des chaines d’info en continue, leurs « experts » (comme chez Fox News qui est un exemple parlant, mais BFM et I Tele n’ont pas grand chose à leur envier) et avec quelle subtilité ils nous montrent plus de pub que « d’informations »… Je trouve que ça a aussi changé l’ensemble de l’information télévisée, dont le journal de 13h / 20h.
Bref, je te comprends tellement, même si mes motivations sont différentes, les bienfaits que je ressens sont les même que toi.

le 23/01/2015 à 10h22 | Répondre

Lutine Chlorophylle

Pour moi, ce n’était pas le journal de 20h (la télévision n’est arrivée dans ma famille que tardivement, vers mes 15 ans – en revanche, le téléviseur, lui, tournait depuis longtemps à plein régime, avec moult VHS et DVD !). Mais la radio. France Inter a toujours tourné chez mes parents, pour ainsi dire en permanence.
J’ai appris un nombre immense de choses ainsi… Mais avec les émissions, certainement pas avec les infos ! 😉 (Rendez-vous avec X, 2000 ans d’Histoire, Là-bas si j’y suis, CO2 Mon amour…)

Et puis, quand je suis partie, je n’avais plus de radio, tout bêtement parce que ça captait trop mal. J’ai donc perdu cette habitude.
Quand je retourne chez mes parents, cette radio en continu m’agace fortement. J’apprécie d’avoir des périodes de calme ! (A fortiori parce que j’habite en ville, et que dans mon appart mal insonorisé, je fais tourner en permanence vidéos ou musiques, et je dors obligatoirement avec des bouchons d’oreille, afin d’éviter d’entendre mes voisins. Alors à la campagne, j’aspire en effet à davantage de calme – de vrai calme, pas du calme dû aux bouchons !) Et désormais, les journaux d’infos, toutes les heures, me stressent.

Si on regarde bien, les infos sont majoritairement sans intérêt. En 20 ans, la proportion de faits divers abordés aux infos a augmenté de 80% (je n’ai plus le chiffre exact en tête). Or, se tenir au courant des faits divers… Ça ne sert à rien. On nous rapporte les plus sensationnalistes, mais ce ne sont pas les seuls. (Par exemple, on nous parle deux fois par an environ d’un enfant mort sous les coups de ses parents… Sauf qu’en France, il est avéré que ce sont deux enfants par JOUR qui meurent de maltraitance.) Et on n’en tire aucune conclusion. Si on regarde les conversations qui tournent autour, on dit juste « c’est horrible, c’est horrible », et voilà. (Ha non pardon, « il faut leur couper les couilles », aussi. -_- )
Mais qu’est-ce que ça change à l’état du monde qu’un homme ait assassiné sa femme à Trifouillis-les-Oies, ou qu’un accident tragique ait eu lieu sur l’autoroute ? Oui, c’est terrible pour les proches, c’est choquant d’imaginer une telle chose à côté de chez nous, qu’un tel acte ait été commis par une personne qu’on connaissait… Mais non, ça ne change rien pour l’immense majorité des gens. Ça ne concerne pas 99,99% des personnes qui découvrent cette info.
Ajoutons à ces 80% quelques sujets sur les résultats sportifs… Et il ne reste qu’une minuscule place pour les informations vraiment essentielles.

Je m’informe, mais pas comme ça, et pas tout les jours. Des nouvelles vraiment importantes, il n’y en a pas tout les jours.
Quand une nouvelle vraiment importante se produit, elle nous revient forcément aux oreilles, et plutôt rapidement, pour peu qu’on ne vive pas complètement déconnectés !

le 23/01/2015 à 11h11 | Répondre

Ornella

Je ne suis pas d’accord avec ta vision de l’utilité des faits divers. Dans l’actualité surtout les cinq dernières années si on prend le cas de la maltraitante envers les enfants, il y’a eu à peu près 20% de cas recenses en plus ( je dis bien recensés ). Ce qui peut vouloir dire plein de choses, que les gens sont plus violents, plus désespérés ou que tout simplement il y’a plus de moyens pour mettre en lumière cette maltraitance….qu’est ce que ça change au monde? Peut être que les gens feront plus attentions aux enfants qu’ils voient dans des situations de détresse, ou qu’ils auront plus d’empathie envers la maman qui semble débordée par ses 3 gosses, aux cris de la voisine du dessus…..Et tout ces faits divers qui t’ont semblé anodins ont eu de l’impact, sur les sages femmes, sur les puer qui font les visites à domicile, sur la façon de mener ces visites, à quoi faire plus attention. Le problème n’est pas que comment on nous donne l’info mais comment on la traite. Si le but c’est juste de dire « Ah pauvre petit »,  » pauvre femme » et de passer à autre chose, oui je suis d’accord que ça peut être néfaste, et créer même une certaine paranoïa: toutes les mères qui craquent un jour sont des maltraitantes, tous les couples qui se disputent faut que je les dénonce. Tu le dis toi même finalement:  » on en tire aucune conclusion », c’est là que ça coince. Bon je dis ça mais je ne regarde pas la télé non plus mais pas par envie de me couper de tout ça, juste parce j’avais la dernière saison de GOT à regarder :-))

le 23/01/2015 à 11h54 | Répondre

Lutine Chlorophylle

Je pense que les faits divers, globalement, contribuent davantage à un climat de peur/insécurité, qu’à une véritable prise de conscience. Attention, je ne dis pas que ça ne sert de déclic à absolument personne ! Mais simplement que, pour l’immense majorité, ça ne sert à rien d’autre qu’à se lamenter. Ils ne remettront pas en cause leurs idées, ils ne réfléchiront pas à ce qui a pu rendre cela possible au-delà du « de toute façon le monde est pourri (ma bonne dame) ».
Les faits divers devraient avoir un intérêt au niveau politique en effet, puisque ce sont les symptômes des maux d’une société. Mais actuellement, souvent (peut-être mis à part ce qui touche à la sécurité routière), il faut d’abord que ça émeuve suffisamment l’opinion publique pour qu’on envisage d’en discuter et de changer certaines choses. Quant à agir, c’est encore une autre paire de manche…
C’est assez terrible que des faits divers puissent avoir plus d’impact que des faits tout court (des statistiques, des études scientifiques…). 🙁

De part ces faits divers, beaucoup de personnes sont persuadées qu’aujourd’hui, on n’est plus en sécurité, qu’il y a plus de violeurs rôdant dans les rues, que les enfants risquent davantage de se faire kidnapper… Bref « avant, c’était mieux ». Sauf qu’avant, on en parlait moins, tout simplement. Mais il n’y avait pas moins de risques.

le 23/01/2015 à 12h37 | Répondre

MlleMora

Assez d’accord avec toi Lutine Chrorophylle, les faits divers sont mis en avant pour nous mettre un peu plus la tête sous l’eau, pour qu’on ne voit plus les choses importantes, et qu’on ait peur de se faire trucider. Il faudrait que les faits divers soient vraiment mis en perspective et fassent prendre conscience de certaines choses (la maltraitance des enfants, des femmes, pourquoi les gens se mettent à voler…) mais on se contente de faits, sans analyse, ça remplit bien le 20h.
Pour ma part, je n’ai pas la télévision depuis 6 longues années, et je m’en porte merveilleusement bien, à tous les niveaux !
J’écoute les infos, le matin à la radio 15 min pour être au courant et sinon, je vais approfondir l’info qui a retenu mon attention sur le net. Je me sens beaucoup moins prisonnière de la télé, qui pour moi est vraiment la source d’information la pire…

le 26/01/2015 à 20h13 | Répondre

Madame Vélo

Je suis assez d’accord avec Lutine Chlorophylle concernant les faits divers. Et quand on voit que pendant une semaine entière ils n’ont parlé que des attentas à Charlie Hebdo et du terrorisme aux infos du 20h, on se dit que finalement, sans ça, tout ce temps « d’info » aurait été consacré à quoi ? des faits divers… à croire qu’il ne se passe rien d’autre dans le monde quand un évènement majeur survient (attentat, élections, catastrophe naturelle…). Je regarde le 20h très régulièrement, et à chaque fois je me dis qu’il faudrait qu’on arrête ! une chose est sûre : à l’arrivée du bébé on coupe la télé !et je me rends bien compte, quand on part en vacances, et qu’on est sans journal télévisé pendant 1 ou 2 semaines, que ça fait beaucoup de bien. Ce qui n’empêche pas de se tenir informé de l’essentiel. Ce qui est agaçant en fait c’est ce « trop plein » d’infos qui inspirent la peur et le repli sur soi, et cette culture de la polémique (si on ne lance pas une polémique aujourd’hui, la journée est foutue, on va perdre l’audience !). Sans parler du fait qu’un journaliste aura beau essayer de rester neutre, il ne l’est jamais vraiment, et tout journal, reportage ou magasine d’information est clairement ciblé dans un sens, des informations sont cachées, transformées, etc. Et sur bien des sujets l’auditeur est orienté vers une façon de penser et de voir les choses sans le pousser à une véritable réflexion. Ce qui fait que parfois, au lieu d’avoir de l’information, on reçoit de la désinformation…

le 23/01/2015 à 13h53 | Répondre

Mlle Moizelle

C’est pour ça qu’il faut varier les sources et consulter des journaux d’opinions différents pour faire le tour d’une info! 😉
Cela dit, d’accord avec toi pour les polémiques « obligatoires ».
Et je pense aussi que la télé est un peu hypnotique et trop considérée comme parole d’autorité (combien de fois ai-je entendu « ben si, c’est vrai, ils l’ont dit à la télé »!!!) et qu’on prend plus difficilement du recul sur ce qu’on nous y présente. Pas de télé pour moi, seulement des rubriques sélectionnées de journaux en ligne.

le 23/01/2015 à 14h30 | Répondre

Yaelle

pour etre honnête la télé est allumé quasiment toute la journée, mais ont regarde tres tres peu le direct, a part quelques emissions, nous regardons exclusivement (des disney ) du replay ! l’information est partout maintenant on sait tout sur tout si on le souhaite et seulement si on le souhaite, ne pas regardé les infos ce n’est pas forcement fermé les yeux, c’est juste choisir ce que l’on souhaite savoir ou non! oui je m’informe sur ce qu’il se passe au Nigéria car c’est très grave, sur charlie hebdo aussi mais pour moi, savoir que monsieur truc a liquidé toute sa famille a coup de tronçonneuse, c’est pas de l’info , c’est juste du commérage, du voyeurisme et en plus ca me fout le cafard! bref maintenant je préfère avoir le choix de ce que je vais lire, de ce que je vais savoir, pour me contenter de l’essentiel et ne pas me pourrir l’esprit et franchement ca va beaucoup mieux! les gens aujourd’hui déprime de toute cette violence et pensent que c’est recent mais ont a juste un réseau de communication beaucoup plus developpé, il faut apprendre a faire le tri.

le 23/01/2015 à 14h49 | Répondre

Nya (voir son site)

On n’a plus la télé depuis quelques mois. Mon homme se résigne, mais je me réjouis : quand je vivais seule, je n’avais pas la télé par choix et je suis contente de revenir à une situation où cet appareil n’est plus le centre du foyer.
Nous regardons toujours les infos de temps en temps, mais honnêtement : hormis la politique et l’économie, ça ne m’intéresse pas.

Comme d’autres l’ont dit plus haut, les faits divers ne sont PAS des actualités, pas au niveau national en tout cas. Je suis vraiment désolée pour les deux personnes qui tombent de leur télésiège chaque hiver, ou l’arrivée du froid, mais je m’en contrefiche sidéralement. Ces « nouvelles » ont leur place dans un journal local, pas au 20 heures.
De même, la forme de bon nombre d’informations me donne envie de vomir. Je me fiche éperdument du simple décompte des morts à Gaza ou en Afrique : ce qui est m’intéresse, ce n’est pas un chiffre morbide et une information quantitative mais un traitement intelligent de cette information, les tenants, les aboutissants. Je reproche aussi le traitement sensationnaliste, anxiogène et/ou larmoyant de pas mal de sujets, qui ne vont jamais au fond des choses.

Bref, pour des reportages de fond, je préfère la presse écrite.

le 23/01/2015 à 15h52 | Répondre

Miss Eole

Bonjour à toutes,
Je ne pensais pas avoir autant de débat autour de ce sujet!!! Je voulais juste préciser que je ne me sens pas éloignée de l’information ni des réalités, je ne me sens pas renfernée sur moi, je pense même être ouverte à plus de choses aujourd’hui. Je pense également comme plusieurs d’entre vous que ce qui important c’est de sélectionner l’information pour ne pas se laisser envahir. Je choisis ce que je veux lire l’info triste ou sympathique et où je veux la lire ou entendre. On a tous notre technique pour suivre l’info, c’est la diversité.

le 23/01/2015 à 18h33 | Répondre

Tefyline

Je fais pareil !
Ça fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule :).
Autour de moi, certains ont dû mal à comprendre.
C’est tout à fait vrai que les faits importants arrivent par le bouche à oreille et qu’il y a d’autres moyen de s’informer.
Et puis s’ajoute à ça , que les médias ( surtout à la tv et encore plus sur les principales chaînes ) véhiculent des info parfois erronées, prenant des raccourcis – quand on voit la masse qui croit tout ce qu’ils disent, ils pourraient faire un effort… en même temps ce n’est pas le seul problème, mais ce n’est pas tout à fait le sujet.
Bref, vive la vrai info – quand et comme on veut, quitte à parfois aller la chercher – et surtout ne pas se miner le moral 2 fois par jour 😀

le 23/01/2015 à 20h21 | Répondre

sarah

moi aussi je ne regarde presque plus la télé, par vraiment parce que je l’ai décidé mais parce que je n’ai plus le temps. Ca se résume à 30mn le soir en BFM et iTV pour capter les infos importantes en lisant le bandereau et si rien n’est intéressant je coupe. après c’est une vision purement personnelle mais je mets de plus en plus les médias dans le même sac que les politiciens… du blabla et les vrais info/débats on les zappe ou alors il y a des prises de positions évidentes qui me dérange. Je préfère lire les infos sur internet, notamment les infos en france vu de l’étranger, c’est assez révélateur 🙂

le 23/01/2015 à 20h38 | Répondre

Milune (voir son site)

C’est ce que j’avais fais à une époque où j’étais très angoissée et ça m’a bien aimé. Je ne pense pas non plus que ce soit ignorer les vrais pbs, mais de toute façon ceux qui regardent les info nous montrer les images de la guerre en Syrie, est ce qu’ils font quelque chose pour aider ou faire que les choses changent, non? Alors je ne vois pas bien à quoi ça sert au fond, de regarder toutes ces infos.

le 09/02/2015 à 19h17 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?