Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Au revoir mon amour


Publié le 15 octobre 2018 par Rêveuse éternelle

À toi, mon amour de jeunesse.

Il est temps que je te dise au revoir. Oui il est vraiment temps. Cela fait plus de douze ans que tu m’as quitté. Alors pourquoi est-ce que je ne peux m’empêcher de penser à toi ? Je n’ai pas encore fait le deuil de notre relation, peut-être. Aujourd’hui je me sens prête, enfin, à le faire. Je suis mariée, j’ai des enfants alors après tout, pourquoi hanterais-tu encore mes rêves et mes pensées ? Car oui, je pense encore à toi quelquefois et il m’arrive même de rêver de toi parfois. Et c’en est troublant, déstabilisant.

Au revoir mon amour

Crédit photo (creative commons) : Stock Snap

Je t’ai aimé comme on peut aimer à la folie lorsque l’on est adolescent, lorsque tout est vécu puissance cent. Tu me disais sans cesse que j’etais ton amour de jeunesse… savais-tu déjà à ce moment là que notre amour ne durerait pas ?
Notre histoire a duré à peu près cinq ans, avec des hauts, des bas, mais une folle passion je crois. Cette liberté, ces escapades enivrées, ou l’on se sentait seuls face au monde entier. On s’est aimés, au fond de moi je le sais. On parlait même de bébé, d’avoir une petite fille.

Un jour j’ai d’ailleurs croisé la tienne. Elle te ressemble beaucoup, j’en étais mal à l’aise. Oui car grâce (ou pas) aux réseaux sociaux j’ai pu suivre de loin un peu ta vie.

J’ai fini par oublier notre date de rencontre… enfin pas vraiment. J’ai seulement fini de penser à toi ce jour là mais ça m’a pris des années. Idem pour ton anniversaire. Au fond de moi, à l’approche de ce jour là, j’ai toujours une pensée pour toi.

Pourquoi je n’arrive pas à t’oublier ? Je suis plus heureuse et comblée que jamais pourtant. D’ailleurs, si je devais comparer, mon mari me correspond bien mieux que ce que tu ne le faisais. Mais je t’ai aimé si fort. Comment ne plus y penser ?

Je reste certainement avec ce goût d’inachevé. Celui qui fait que l’histoire n’est jamais vraiment terminée. J’ai toujours eu espoir que tu reviendrais. Mais au fil des années j’ai compris que nos chemins étaient dorénavant bien distincts.

Alors oui, il le faut, je dois te dire au revoir mon amour, mon amour de jeunesse. Et merci finalement, d’avoir rempli mon adolescence de ces si forts moments. Même si j’aurai toujours le cœur lourd en pensant à la fin de notre histoire, il faut que ce soir, je te dise au revoir.

Pourquoi ne peut-on jamais oublier son premier amour ? Suis-je la seule à encore y penser ?

Commentaires

9   Commentaires Laisser un commentaire ?

Ally

Je suis d’autant plus touchée par ce texte que j’aurais pu l’écrire quasi mot pour mot…5 ans d’amour. 5 ans à m’en remettre.
Et encore maintenant, plus de 10 ans après, malgré mon mari parfait et mon enfant que j’aime plus que tout, parfois je pense à lui ou je rêve de lui.
Qu’on se recroise. Qu’il me supplie de le pardonner et de le reprendre (oui je sais c’est un peu égocentrique…).
Pas de chance j’oublie rarement mes rêves..

Au fond j’ai toujours su qu’on avait pas les mêmes attentes dans la vie. Pas les mêmes appétences ou les mêmes envies.
Notre rupture, c’était un mal pour un bien.
On aurait pas fonctionné ensemble avec une vie d’adulte, un enfant etc.
Je le sais. J’en suis certaine
Mais renoncer à nos rêves de futur a été l’une des plus dures choses que j’ai eu à faire.

Bref courage. Tu n’es pas seule.

Ça s’estompe avec le temps je pense…mais ça restera toujours ce souvenir un peu aigre doux de notre jeunesse

le 15/10/2018 à 08h03 | Répondre

Melinda

C’est amusant comme ma situation est similaire à la tienne. Je ne comprends pas pourquoi pas je pense encore à mon amour de jeunesse, 10 ans après, alors que j’ai largement de quoi être comblée aujourd’hui. J’ai la nostalgie de cette intensité, de cet homme que j’avais dans la peau. Mon histoire avec mon mari est complètement différente, plus dans la tendresse, la confiance, la sécurité. J’imagine que ça vient de là ?

le 15/10/2018 à 08h40 | Répondre

Nathalie

Ton écriture est très poétique !

le 15/10/2018 à 08h57 | Répondre

Mme Grognote

Quelle jolie façon d’écrire. Et dieu que ça me parle ! En te lisant j’ai eu l’impression que c’est moi qui parlais ! Identique en tout point. Il serait temps pour moi aussi de faire le deuil (vrai, profond, véritable) de mon premier amour, amour de jeunesse comme tu dis. Mais le peut-on vraiment au fond ? C’est le premier, le plus fou, le plus intense sûrement aussi. Est ce qu’on ne devrait pas plutôt reconnaître qu’il sera toujours présent dans notre coeur (et parfois dans notre tête, aux dates clef, comme celles que tu abordes) et l’assumer tel quel ?

le 15/10/2018 à 09h19 | Répondre

Pippa (voir son site)

Merci pour ce beau texte. Je rejoins Melinda. Mon amour de jeunesse a duré 10 jours incroyables mais j’ai mis 2 ans à m’en remettre. Cela me semble pathétique aujourd’hui, mais l’histoire est comme ça et on ne peut plus la changer aujourd’hui.
J’ai ensuite enchainé avec une autre relation passionnée et dévorante, dont j’ai parfois la nostalgie mais à y réfléchir, c’était également beaucoup de souffrance… Je suis donc très satisfaite de ma relation actuelle, plus « stable », mais je ne regrette en rien les histoires passionnées précédentes, car ça rend plus fort et fais de beaux souvenirs (qu’on garde pour soi, hihi).

le 15/10/2018 à 09h19 | Répondre

cherryblossom

J’avais 16 ans. On s’est connus en vacances. Le coup de foudre a été immédiat. On s’est embrassés moins d’une heure après avoir fait connaissance. C’était chimique, magnétique… Mais on habitait à 500 kms l’un de l’autre. On s’est écrit pendant quatre mois, on s’est revus une fois. Mais on était trop jeunes, trop loin l’un de l’autre… et on a rompu, alors qu’on s’aimait. Cest le premier homme qui m’a parlé d’amour, de sensualité. Qui m’a aimé vraiment. Qui m’a donné confiance en moi, en tant que femme.
Je n’ai rien oublié. J’ai toujours ses lettres, des mots magnifiques.
C’était il y a…. VINGT CINQ ANS.
Il a mis du temps à apparaître sur les réseaux sociaux… mais l’année dernière on s’est reparlés par messagerie. Les souvenirs sont intacts, les sentiments aussi. Pour lui comme pour moi. Mais on n’a plus 16 ans… on est chacun en couple stable, fort, aimant, avec des enfants… le passé est derrière nous. On a tacitement mis fin à nos discussions et il n’est pas question de se voir… on aurait tout à y perdre. Il reste de la tendresse et de complicité entre nous et on sait mutuellement ce qu’on se doit. Ça nous suffit je crois. Mais il me reste aussi le regret d’avoir mis fin bien trop tôt à une belle histoire. Mais c’est peut-être grâce à ça que c’est resté une belle histoire…

le 16/10/2018 à 09h23 | Répondre

Madame Pinpon

Ce texte touchant me rappelle la chanson « Je voudrais vous revoir » de Goldman, les paroles délivrent un message similaire que je vous invite à lire.
C’est une partie de votre histoire, celle qui a fait qui vous êtes aujourd’hui. Est-ce de la nostalgie ? Juste un bon souvenir ? Doit-on lui tourner le dos ? Je ne pense pas, si cela ne nous empêche pas de vivre aujourd’hui heureux. 🙂

le 16/10/2018 à 10h44 | Répondre

Marina

J’en avais parlé là… https://www.sous-notre-toit.fr/retrouver-son-amour-de-jeunesse/
revoir un amour de jeunesse permet d’en faire le deuil… mais le risque c’est aussi de l’oublier : j’ai revu le mien, j’ai tourné la page, mais malheureusement maintenant je n’ai plus cette sensation délicieuse quand je repense à lui, ces papillons dans le ventre que j’ai eu pendant des années… je n’ai plus jamais rêvé de lui. C’est dommage en fait… le revoir a comme effacé mes sentiments et le souvenir tendre que j’avais de lui.

le 16/10/2018 à 12h30 | Répondre

Magali

Le premier amour, très peu de personnes l’oublient, je crois. En fait il reste profondément ancré en nous, et il conditionne aussi les futures amours… Je pense encore de temps en temps à mon premier amour, cela fait 15 ans maintenant, j’ai de la nostalgie aussi pour la liberté que je ressentais à ce moment là, et que je ne ressens plus aussi intensément aujourd’hui. Mais c’est normal, j’étais une adolescente, je suis une adulte aujourd’hui. Et je sais que j’ai tellement changé que nous ne pourrions plus nous correspondre aujourd’hui. Mais je pense à lui, et je sais qu’il pense encore à moi. Mais c’est beau et c’est bien que ce soit comme ça, que ce soit fini, éternellement fini et pour toujours en moi.

le 26/10/2018 à 13h57 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?