Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Devenir paysans : acheter la maison et le terrain


Publié le 12 novembre 2018 par Madame Ophrys

Je reprends nos aventures Mr et Mme Ophrys à la recherche de la ferme idéale au moment où nous allions enfin pénétrer dans la maison proprement dite.

La troisième c’est la bonne !

Après une courte nuit à l’hôtel (ça fait du bien de se poser à l’horizontale, mes pieds étaient tout gonflés !), nous voilà de retour. Nous découvrons alors l’intérieur de la maison principale. En effet elle est grande, environ 195 m² (sans les dépendances hein), avec un grenier super haut de plafond et totalement aménageable de 75 m². Et la dépendance principale, celle sur 2 étages (+ RDC), fait 115 m² et est donc tout à fait transformable en gîte ou petite maison. Bien bien… Par contre à l’intérieur de la maison c’est un énorme fatras.

L’agent nous explique qu’il s’agit d’une maison de saisie, c’est-à-dire que le précédent propriétaire ne pouvait plus payer ses créances et que la banque a donc saisi sa maison. Selon la loi, une banque ne peut rester propriétaire d’un bien immobilier très longtemps (et accessoirement ça ne l’intéresse pas : ce qu’une banque veut, ce sont des sous). L’agent nous parle d’un délai de 3 ans, qui est bientôt expiré. Donc la maison a été laissée totalement à l’abandon pendant 3 ans, et c’est sans compter qu’avant la saisie elle n’était plus très entretenue par son propriétaire, faute de moyens. La maison a donc été la cible de squatteurs (on a même retrouvé une tente dans le grenier), qui ont démoli ce qu’il restait de mobilier dans la maison (oui, les gens sont partis du jour au lendemain en emportant le minimum avec eux, tout le reste a été abandonné dans la maison), ce qui fait que certaines pièces étaient quasi inaccessibles au vu des bris de verre et autres détritus qui jonchaient le sol, et ce qui expliquait aussi les petits « souvenirs » dans les étables (Une certaine Marie serait-elle passée par là ?).

Pas très engageant ce tas de débris par contre… Je te parlais ci-dessus du délai de 3 ans bientôt écoulé pour la banque, ce qui fait que la banque veut bien la laisser partir pour moins cher que le prix indiqué sur l’annonce. En gros, c’est à nous de faire une offre. Je tombe des nues : déjà que je trouvais que ce n’état pas cher du tout, il y a encore moyen de descendre ! Et en plus, ils prennent à leur charge le fait de débarrasser tous les déchets présents dans la maison principale (pas les dépendances non plus, faut pas pousser), et tant qu’à faire ils passent un coup de débroussailleuse sur le terrain, parce que la friche durant 3 ans, ça a donné une véritable jungle… Mais c’est génial tout ça ! C’est quoi l’arnaque ?

Y aurait-il aiguille sous roche ?

Je me suis beaucoup posé la question. Déjà il faut savoir que ce n’est pas une région très touristique ici. La « grande ville » la plus proche c’est Le Mans, qui est à 55 km. La ville (plus petite, mais comportant des échoppes) la plus proche est à 10 km. D’après moi, nous ne sommes pas isolés de tout, mais il faut croire que l’apparence de « village de campagne », ça rebute. D’ailleurs, pour te donner une idée, notre village compte 480 habitants (et selon mon sondage personnel, la moyenne d’âge doit être de 60 ans). Si tu comptes au niveau de la commune, on atteint les 2250 habitants. Oui, c’est la campagne ^_^.

Ensuite, il faut comprendre que l’achat de la maison se fait en bloc : maison + dépendances + terrain, non séparables. Et comme notre terrain est situé moitié en zone agricole, moitié en zone protégée, cela veut dire qu’il n’est pas possible de construire dessus (en dehors de ce qui existe déjà, bien entendu). Donc en gros, tu ne peux pas prendre la maison seule, il faut absolument prendre le terrain avec, et surtout t’en occuper. Et un jardin de 1 ha, ben c’est pas très attirant pour la plupart des gens…

Alors bon, tu auras compris que Chéri et moi sommes hyper emballés par cette affaire en or (enfin, nous semble-t-il). On débriefe durant tout le trajet de retour (en même temps on n’avait que ça à faire), et même si on hésite quand même un peu (est-ce que la maison est en bon état ? on y connait rien après tout, il y a peut-être un vice caché…), le soir-même j’envoyais une offre à notre agent immobilier. Et oui, nous étions parmi les premiers à visiter, et je ne voulais prendre aucun risque. La réponse de la banque tombe rapidement : notre offre est trop faible (ils veulent bien baisser un peu, mais faut pas exagérer hein !). Je renvoie donc immédiatement un mail en augmentant notre offre… et en spécifiant que nous sommes prêts à payer cash.

« Quoi, mais vous êtes donc si riches dans la famille Ophrys ??? » te diras-tu, mais non c’est la maison qui est très peu chère. D’ailleurs je ne te dévoile pas le prix tout de suite, histoire de te faire un peu mariner. Mais il faut bien te dire que c’est un projet qui nous tenait à cœur depuis un petit bout de temps déjà, que nous avions donc économisé en ce sens, que nous n’avons aucun prêt à notre actif, et puis surtout nous avons bénéficié d’une aide financière pas du tout négligeable de la part de nos familles (ma Maman plus précisément. Si tu as lu mes chroniques sur Mademoiselle Dentelle, tu sais qu’elle n’hésite pas à nous filer un coup de main quand elle le peut).

Bref, l’argument cash a fait mouche auprès de la banque, notre prix aussi, adjugé vendu, elle est à nous !!! Naïvement, je me disais à ce moment-là que tout allait aller très vite, vu qu’on ne devait pas passer par un prêt de notre côté, et que la banque était pressée de s’en débarrasser de l’autre côté. Hahaha… Nous avons fait l’offre début septembre, et nous avons finalement signé le contrat de vente final début mai. J’ai cru devenir folle… Allez je te raconte.

Devenir paysans : acheter la maison et le terrain

Crédit : Lolame (CC)

Non ce n’est pas notre maison, mais on a eu un peu cette impression de « Wahou c’est grand »

La déboire de la paperasse …

Bon, déjà il faut signer le compromis de vente. On n’avait pas envie de se retaper tout le chemin jusque là-bas, donc nous nous sommes adressés à un notaire belge pour établir la communication. Nous avons donc reçu le document assez rapidement (en octobre, de mémoire) avec toutes les annexes nécessaires (y’en a vraiment beaucoup en France, je ne m’y attendais pas !). Jusque là tout va bien, et on se dit qu’en janvier au plus tard, nous serons propriétaires !

En fait, il a fallu attendre pas mal de temps après un papier délivré par la commune concernant une attestation d’assainissement. Je réalise alors 3 choses :

  • En campagne, il n’y a pas de raccord à l’égout systématique (bon, je le savais avant d’acheter la maison, mais je n’avais pas réalisé ce que ça impliquait).
  • En campagne, les employés des communes ne sont pas pressés. Du tout. Même quand je les appelle moi-même tous les jours, ma notaire aussi, de même que le notaire de la banque.
  • Entre la première attestation de conformité de la fosse d’assainissement (pour le compromis de vente) et la deuxième (pour l’acte de vente final), la législation avait changé et notre fosse n’était plus conforme. Aaargh !!!

Ah oui mais non hein, on s’était mis d’accord pour un certain prix de vente sous des conditions bien précises. Or ici, ce constat nous impose des frais supplémentaires non prévus. Et là entre en jeu notre super agent immobilier. J’avoue qu’elle a été plus que sympa avec nous. Outre le fait qu’elle ait appuyé à fond notre offre auprès de la banque, elle s’est proposée pour faire une estimation du coût des travaux pour remettre la fosse d’assainissement aux normes… Par l’entreprise de son mari. Le devis était donc sur-évalué, par rapport au coût réel des travaux (en gros il suffisait juste de changer une pièce) et ce montant a été déduit du prix de vente de la maison. C’est donc la banque qui a pris en charge le remise aux normes de notre fosse sceptique, youpie.

Bon en vrai c’est un peu plus compliqué que ça : les fonds pour ces travaux sont bloqués chez le notaire, et ne nous serons reversés que si l’on présente une facture en bonne et due forme des travaux effectués (ce que l’on a toujours pas fait d’ailleurs, à l’heure où j’écris ces lignes).

Le temps de recevoir le fameux sésame de la commune, puis de se mettre d’accord sur qui allait prendre en charge quoi, il s’était écoulé plusieurs mois. Quand tout a été en ordre de ce côté-là, un dernier rebondissement nous a encore retardé : une hypothèque qui n’avait pas été levée. On est d’accord, il vaut mieux acheter un bien non hypothéqué hein ;-). Petit oubli de la part des notaires… Enfin, le contrat final est prêt, il n’y a plus qu’à le signer. Nous avons décidé de nous passer de notaire belge cette fois-ci (en gros, mis à part signer les papiers chez elle plutôt qu’en France, elle ne nous servait à rien, j’ai fait tout le suivi de la vente toute seule comme une grande), et c’est ainsi que début mai 2016, nous avons donc parcouru les quelques centaines de km afin d’aller chez le notaire et enfin avoir les clefs de notre maison, gniiiiiii !

Devenir paysans : acheter la maison et le terrain

Crédit : Free-Photos (CC)

Bon voilà, ça c’est un bonne chose de faite. Maintenant il ne reste plus qu’à la montrer aux parents, à faire estimer le montant des travaux et surtout à les réaliser…

Pssst, tu es curieuse de savoir combien tout cela nous a coûté ? La maison de quasi 200 m², avec les 6 dépendances, le gigantesque grenier aménageable et un terrain d’un hectare ? Et bien tu ne sauras pas le chiffre exact mais sache qu’en tout et pour tout, frais de notaire inclus, nous en avons eu pour moins de 60 000 €. Voilà voilà…

Et toi, as-tu eu des déboires lors de l’achat de ta maison ? Des papiers qui se sont fait attendre, des soucis de dernière minute ? Raconte-moi tout !

Commentaires

17   Commentaires Laisser un commentaire ?

Nathalie (voir son site)

Et ben, quelle histoire !

le 12/11/2018 à 09h07 | Répondre

Madame Ophrys

Ah oui, démarre un nouveau projet de vie ce n’est pas simple.
Et la première étape, à savoir l’achat de la maison et du terrain, a déjà été pleine de rebondissements ^_^

le 14/11/2018 à 15h05 | Répondre

Colombine

Moins de 60000€ !!!!!!!!! Je n’en reviens pas ! Si ça se trouve, beaucoup de personnes n’ont pas pris le temps d’aller la visiter, elle est si peu chère qu’ils s’attendaient à tomber sur une ruine ! C’est vraiment bien que la banque ait proposé de nettoyer la maison et le terrain. C’est toujours ça de moins à s’occuper en arrivant.

On a eu également des déboires lors de l’achat de notre maison, on a signé 2 mois et demi plus tard que prévu. La faute à la banque pas efficace du tout et à une clerc de notaire à qui on a dû mettre la pression pour arriver à quelque chose.

le 12/11/2018 à 09h17 | Répondre

Stella

Bonsoir

Je ne remets pas en cause votre mauvaise expérience notariale mais exerçant cette profession depuis de nombreuses années, je souhaite juste vous informer que les collaborateurs des notaires travaillent sous une pression constante et croissante pour satisfaire les clients sans moyens supplémentaires comme dans beaucoup de profession mais que malheureusement les clients ne s’en rendent pas compte.
Merci de respecter leur travail et les nombreuses heures supplémentaires qu’ ils effectuent pour assurer la satisfaction des clients.

le 13/11/2018 à 20h54 | Répondre

Melinda

Stella, dommage que vous ayez mal pris ce commentaire. Le fait est que les frais de notaire sont exorbitants pour les clients (je parle tout compris et pas de la part qui revient au notaire), que les intérêts des notaires ne sont pas toujours en accord avec ceux de leurs clients, que le notaire n’est pas un choix mais un passage obligé : vous obtenez le parfait cocktail pour faire des mécontents.

le 14/11/2018 à 07h25 | Répondre

Colombine

Je précise en ce qui concerne le notaire : nous avons une notaire que nous adorons, extrêmement compétente et au top du top. Nous n’en changerions pour rien au monde.

Cependant, la clerc de notaire a tenté de nous imputer son retard/ses erreurs : elle a prétendu par exemple à notre vendeur que nous n’avions déposé notre dossier la veille alors qu’il avait été remis en main propre par mon papa 15 jours auparavant. Elle a aussi oublié de faire l’appel de fonds et nous nous en sommes rendus compte 3 jours avant la signature. Heureusement que nous avions toujours scrupuleusement tenu au courant l’agence et le vendeur chaque fois que nous faisions une démarche pour montrer notre bonne foi. Nous aurions sinon été dans une position délicate.

Il ne s’agissait donc pas de lui « mettre la pression » par caprice mais simplement de vouloir un travail fait correctement. Nous sommes parfaitement conscients des difficultés et ne sommes pas exigeants. Quant au coût, il est élevé mais pas injustifié à mon sens, surtout quand on sait que sur la vente d’une maison quasiment tout va à l’état et non au notaire en lui-même.

le 14/11/2018 à 14h12 | Répondre

Madame Ophrys

Bonjour Stella,
De notre côté, une des raisons qui ont fait que tout à été retardé est qu’aucun notaire de la région ne voulait s’occuper de la vente de cette maison.
Apparemment, les maisons de saisie demandent énormément de démarches administratives (je veux bien le croire !), et comme le prix de vente n’était pas très élevé, et que les frais de notaires sont calculés en fonction du prix de vente, cela revenait à beaucoup de travail pour pas grand chose au final.
En revanche, l’assistante de notre notaire, avec qui j’ai énormément échangé au cours des mois, s’est toujours montrée extrêmement professionnelle, et je l’en ai remerciée chaleureusement à la fin de la vente.

le 14/11/2018 à 15h14 | Répondre

Madame Ophrys

Bonjour Colombine,
Alors oui nous avons été les premiers à visiter, car il y avait eu un « faux départ » de visite : l’annonce avait été mise sur internet, puis quasiment aussitôt retirée (il y avait encore des démarches à effectuer apparemment), puis seulement remise en ligne des semaines plus tard.
Sauf que nous avions repéré l’annonce dès le début et noté les coordonnées de l’agent, que nous avons littéralement harcelée (la pauvre ^_^) jusqu’à obtenir une visite.
Et comme j’ai envoyé notre offre le soir-même de la visite, ils n’avaient pas eu le temps d’avoir beaucoup de visiteurs et d’offres.
Et comme la banque était très pressée de vendre (merci le retard accumulé !), ils ont dit oui à tout ce qu’on demandait.
Et puis je crois que l’agent a aussi fortement plaidé en notre faveur ^_^ (d’ailleurs on lui a apporté des pralines pour la remercier après la signature du contrat, pour tout ce qu’elle avait fait).
Je suis désolée que tu aies rencontré des déboires de ton côté également, c’est frustrant je le sais (c’était le cas pour nous), mais finalement on est content quand tout se termine finalement 🙂

le 14/11/2018 à 15h11 | Répondre

Rigel

Ahh l’administration française et les papiers ! 60 000€ pour tout l’immobilier et le terrain que tu décris ça me abordable ! Après, ça semble assez éloigné de plein des commerces et je suppose qu’il n’y a pas ou très peu de transports en communs. Vous y êtes installés ? J’ai hâte de lire la suite de votre aventure !

le 12/11/2018 à 10h36 | Répondre

Madame Ophrys

En effet c’est la campagne, et comme je l’ai précisé, la ville comportant des échoppes est à 10 km, donc il faut prendre sa voiture (ou le vélo).
Il n’y a pas (à ma connaissance) de transports en commun accessibles depuis notre domicile, par contre il y a un réseau de bus et même un gare dans la ville la plus proche.
Et il y a une gare TGV au Mans (pratique pour les visites de la famille ^_^)

le 14/11/2018 à 15h27 | Répondre

Croco

Le prix annoncé semble effectivement assez bas, après, tout dépend des travaux à effectuer. Quand nous cherchions notre résidence secondaire, nous avions envisagé d’acheter une grange à rénover (magnifique, super bien située par rapport à ce qu’on cherchait, avec possibilité de diviser pour louer une partie en saisonnier, on été emballés) et finalement, nous avons renoncé quand on a eu un devis pour les travaux.On a finalement préféré acheter une maison plus récente mais habitable en l’état (et on a galéré car il nous fallait un prêt et qu’on a eu des problèmes avec l’assurance de celui-ci par ce que j’ai fait une embolie pulmonaire plus de 10 ans auparavant…).

le 12/11/2018 à 11h07 | Répondre

Madame Ophrys

Oui je comprends, nous aussi nous avons envisagé pendant un temps de retaper une grange en maison habitable.
Mais à moins d’être soi-même dans le bâtiment (ou avoir d’excellents amis qui sont du métier), cela me semble difficilement réalisable sans y mettre un rein.
Sans compter toutes les démarches administratives pour faire accepter qu’une grange deviennent un endroit habitable…

le 14/11/2018 à 15h29 | Répondre

Croco

En l’occurrence, elle avait l’électricité et venait d’être raccordée au tout à l’égout car elle se trouvait en limite de village. Mais entre refaire tout le sol + le plancher de l’étage, l’électricité, la plomberie, une ouverture supplémentaire dans le toit… les travaux ont été estimés à 200 000€ minimum. On n’avait pas les moyens à ce moment là et on pouvait difficilement découper en tranches sans que ça revienne beaucoup plus cher au global. Elle nous aura fait rêver, mais au final on ne regrette pas notre choix.

le 15/11/2018 à 16h23 | Répondre

Pippa (voir son site)

Waw 2016, ça remonte ! J’ai tellement hâte de lire la suite !! *impatiente*

le 12/11/2018 à 14h01 | Répondre

Madame Ophrys

Et oui, ça a été assez long à se mettre en place.
Et là on ne parle que de l’achat, il y a tout le reste ensuite…

le 14/11/2018 à 15h29 | Répondre

Cricri2j

Whaouh le prix semble intéressant en effet!

Hâte de connaître Le suite de l histoire!

le 13/11/2018 à 21h55 | Répondre

Madame Ophrys

Et oui quand on annonce le prix de notre maison, les gens ont du mal à y croire.
Mais bon ce n’est que le prix d’achat, après il y a tous les investissements à comptabiliser…
Alors, vraie pépite ou fausse bonne affaire ?

le 14/11/2018 à 15h30 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?