Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

La naturalisation : acquérir ou pas une deuxième nationalité


Publié le 2 novembre 2015 par Die Franzoesin

Il y a de cela plusieurs années déjà, alors que je venais tout juste de m’installer en Allemagne pour y rejoindre mon futur mari, j’ai commencé à me renseigner sur le sujet de la double nationalité – française et allemande dans notre cas (j’espère que jusque là tu as suivi) ! Je l’ai fait en pensant d’abord à nos futurs enfants. Et puis, je voulais savoir ce qui serait éventuellement possible pour mon mari et moi.

Comme souvent, les règles ne sont pas simples, mais je vais essayer de te les résumer brièvement, avec clarté, et pour notre cas.

Nos enfants bénéficieront tous automatiquement de la double nationalité. Pour m’en assurer, directement après la naissance de mon premier enfant, j’ai demandé la transcription de son acte de naissance dans l’état civil français. C’est une démarche très simple, qui peut se faire par voie postale.

Et comme je suis très prudente et que ce sujet me tient à cœur, j’ai également profité de mon congé maternité pour faire délivrer à mon fils une carte d’identité française et un passeport allemand. Ces démarches étaient un peu plus compliquées et m’ont coûté un déplacement à Cologne, mais il a désormais (et pour dix ans au moins) tous ses papiers !

Concernant mon mari et moi, c’est un peu plus compliqué. Après deux ans de mariage, nous pouvons tous les deux théoriquement acquérir la nationalité de l’autre, tout en conservant notre nationalité d’origine – devenir bi-nationaux, donc. Mais nous devons pour ça remplir certains critères d’intégration dans le pays d’accueil.

berlin immeuble

Crédits photo : Photo personnelle

Étant donné que nous vivons en Allemagne, mon mari ne remplit évidemment pas ces critères pour la France. De mon côté, en revanche… depuis le 31 août dernier, je peux officiellement acquérir la nationalité allemande ! Je vis depuis suffisamment longtemps ici, j’y suis financièrement autonome, mon niveau de langue est considéré comme parfait… Mais alors, qu’est-ce que j’attends ?

Je ne sais pas trop, et je vais te faire une confidence : je ne me suis pas encore vraiment posé la question. Ou plutôt si, mais je me réfugie derrière une excuse bien pratique : les frais de dossier pour une demande de naturalisation en Allemagne sont de 250 €. Il est possible d’en être dispensé pour raisons sociales, mais a priori, ce ne serait pas mon cas. Je me dis donc que c’est trop cher, et je repousse mon choix.

Je dois préciser que d’un point de vue strictement juridique et pratique, l’acquisition de la nationalité allemande ne changerait pas mon quotidien. Le fait d’être une citoyenne européenne me place déjà presque sur un pied d’égalité avec les autochtones. Alors finalement, devenir allemande, ou plutôt franco-allemande, ça me servirait à quoi ?

À être comme mon fils

Ça te semblera peut-être bête comme réponse, mais c’est quand même la première qui me vient spontanément. De la même façon que j’ai changé de nom et pris celui de mon mari pour que nous ayons un vrai nom « de famille », j’aimerais partager la même nationalité que mon fils – une double nationalité dans notre cas. Je ne sais pas bien expliquer pourquoi, mais ça me semble naturel. J’ai envie d’avoir les mêmes droits que lui.

À voter pour ceux qui dépensent mon argent

On commence à entrer dans le vif du sujet… Je travaille pour la fonction publique allemande et je paie l’intégralité de mes impôts ici. Alors d’accord, les systèmes de vote censitaire ont été abolis depuis longtemps en Europe. En payant des impôts, on n’achète pas le droit de voter, et heureusement. N’empêche qu’il me semblerait logique de désigner ceux qui décident ici, dans le pays où mes enfants seront scolarisés, dont je bénéficie (ou pas) des aides publiques, dont je finance le système social, etc.

À être vraiment allemande ?

Je me sens toujours française, vraiment, du fond du cœur. Mais d’un autre côté, il y a ces petits signes qui ne trompent pas et tendent à prouver que je commence à être aussi un peu allemande. Il n’y a qu’à voir la façon dont j’éduque mon enfant : que je le veuille ou non, je suis très influencée par mon pays d’accueil. Et puis, j’ai remarqué que je ne supportais plus que des non-allemands critiquent l’Allemagne. Un peu comme je ne supporte pas qu’une personne extérieure à ma famille la critique, tu comprends ?

Au fond, je crois bien que ces trois derniers arguments finiront par l’emporter, que ce n’est qu’une question de temps. Le temps que je me fasse à l’idée, que je peaufine mon intégration, aussi. Mon travail aide beaucoup en ce sens.

Mon entourage semble parfois considérer le cumul de nationalités comme une injustice. Certains m’opposent que j’obtiendrai par ce biais un droit de vote inéquitable, car double. J’aurai en effet, théoriquement, le droit de voter en France ET en Allemagne. Dans la pratique, je ne crois pas, cependant, que j’exercerai mon droit de vote partout. Je pense que la majorité des bi-nationaux ne le fait pas, d’ailleurs.

En fait, quand j’aborde ce sujet, je ressens toujours une pointe de méfiance, voire d’agressivité, que je ne sais pas comment interpréter. Peut-être que mes proches français se sentent trahis, ont peur de me perdre, et que mes proches allemands ne souhaitent pas voir leur nationalité bradée, tout simplement ? Je me suis rendu compte que ces sujets n’étaient jamais évoqués sans émotion. L’exemple de la famille, que j’évoquais plus haut, n’est pas pris au hasard !

En attendant d’avancer sur ce sujet et de prendre une décision, je profite des droits que me donne l’Union Européenne. Ainsi, ce weekend, pour la troisième fois déjà, j’irai voter ici ! J’y suis autorisée pour toutes les élections locales. C’est déjà pour moi une bonne occasion de me familiariser avec le système et les partis politiques allemands.

Je serais ravie de recueillir les commentaires de personnes qui ont franchi le cap et se sont fait naturaliser un jour, quel que soit leur pays d’accueil. De même, si tu as des questions, un avis… N’hésite pas !

Et toi ? Tu vis dans un autre pays ? Tu songes à demander la double nationalité ? Ou tu l’as déjà fait ? Pour quelles raisons ? Viens partager ton expérience !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

38   Commentaires Laisser un commentaire ?

Mme Pétillante

Eh bien, je peux répondre à ta question puisque je suis en plein dedans : j’ai déposé ma demande de naturalisation il y a un mois. C’est un peu plus compliqué pour moi car je ne suis pas européenne et donc cette demande va beaucoup nous faciliter la vie avec mon mari qui lui est français.
Nous sommes ensemble depuis 8 ans, mariés depuis 4 ans et j’habite en France depuis 3 ans. Ces deux dernier éléments étant les prérequis pour que je puisse déposer ma demande de nationalité.
Pour moi c’était une évidence pour beaucoup de raisons :
– Comme tu le dis, on s’attache vite à son pays d’accueil. J’aime la France et ses valeurs. Je déteste quand quelqu’un critique le pays et je suis tout de suite sur la défensive.
– Tout comme toi, j’ai envie d’avoir la même nationalité que nos enfants futurs et surtout je compte passer le restant de ma vie ici donc je ne vois pas les choses autrement, je souhaite devenir française.
– Et puis il y a aussi la sécurité. N’étant pas européenne, je bénéficie d’un titre de séjour de conjoint de français que je dois renouveler tous les ans. Déjà il faut payer une taxe tous les ans (120€ gloups). Puis les voyages sont vraiment compliqués, je dois demander un visa à chaque fois. Lors d’un voyage il y a deux ans, on m’a beaucoup embêtée dans le pays d’arrivée à l’aéroport alors que mon mari passait tranquillement avec son passeport et ça l’a beaucoup agacé. Depuis il ne veut plus qu’on voyage hors de l’Europe de peur qu’il m’arrive la même chose et que ça gâche nos vacances. Et je crois surtout qu’il n’a pas envie que ça me fasse de la peine.
Tu ne devrais pas te sentir coupable ou avoir l’impression de trahir ton pays. Pour moi il est tout à fait logique d’acquérir la nationalité du pays où on a décidé d’habiter. En tout cas pour moi, on peut tout à fait se sentir appartenir à plusieurs nationalités. J’ai vécu dans de nombreux pays et je me sens attachée à chacun d’entre eux.
Je m’amuse souvent à dire que je suis une citoyenne du monde. Je viens d’un pays ruiné par la guerre et que j’ai quitté il y a maintenant 21 ans. Je ne pense pas pouvoir y retourner un jour. Je suis fière de mes origines mais je ne partage pas non plus toutes les valeurs de mon pays parce que j’ai grandi dans des cultures très différentes et ouvertes d’esprit. Est-ce que pour autant je dois rester fidèle à ma seule nationalité d’origine ? Je ne crois pas. Le français est devenu ma langue de pensée, de rêve, celle que je parle le mieux, même mieux que ma langue maternelle. Bon, ça fait aussi 13 ans que je parle le français. J’ai vécu dans un pays francophone avant la France.
Je me sens comme un puzzle, constitué de tous ces pays qui m’ont marquée, fait grandir. Et j’espère que la France sera la dernière pièce de ce puzzle. Donc oui, aujourd’hui je suis prête à devenir française et j’espère le devenir (réponse dans 1 an !). Pour mon mari, pour mes enfants futurs, pour ce pays où je vais passer le reste de mes jours, pour moi. Même si je reste réaliste. Pour certains je ne le serais jamais. Je suis typée et donc ça se voit que je ne suis pas d’origine française. Ça sera toujours visible pour ceux qui chercheront la différence. Mais l’important c’est le sentiment qu’on a au fond de son cœur non ?
Tout ça pour te dire que, ma demande de naturalisation est motivée par des choses différentes que toit, mais sur le fond pas tant que ça. Je ne crois vraiment pas qu’il faille avoir peur de passer le cap. Tu es tout à fait en droit de demander ta nationalité et ce n’est pas pour autant que tu trahis ta nationalité française ou que tu brades ta nationalité allemande. Ceux de ton entourage qui te donnent cette impression ne peuvent surement pas comprendre ta situation, n’étant pas expatriés eux-mêmes. 😉

le 02/11/2015 à 07h44 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Merci pour ton long commentaire et ton témoignage ! C´est vrai que c´est une situation que, peut-etre, les personnes non expatriées ont du mal à comprendre. J´espère de ton coté que les démarches aboutiront !

le 02/11/2015 à 08h52 | Répondre

Madame Vélo

Moi je trouve ça chouette d’avoir une double nationalité !! Je ne comprends pas trop les réactions de ton entourage… Peut-être que c’est de la jalousie au fond ??!!
Et je comprends très très bien tes raisons de vouloir être franco-allemande, surtout les deux premières. Si mes enfants étaient bi-nationaux j’aimerais bien être comme eux : c’est une telle richesse !
Et oui en effet je ne pense pas que les gens avec double nationalité s’amusent à voter dans les 2 pays… et au pire, ça compense le taux d’abstention de plus en plus élevé à cause des gens qui ont juste la flemme de sortir de chez eux pour accomplir leur devoir électoral 😉
Je pense que quand tu franchiras le cap c’est qu’au fond de toi tu seras vraiment prête et te sentiras profondément franco-allemande 🙂

le 02/11/2015 à 09h22 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Tu as raison c´est peut etre un peu de jalousie 🙂 . Je pense en effet que cette décision a encore besoin de murir un peu chez moi. D´ici quelques années je viendrai vous raconter si je suis devenue allemande 😉 !

le 02/11/2015 à 09h50 | Répondre

MmeExpat

Même questionnement ici. J’habite en Allemagne depuis 11 ans et je pourrais demander la double-nationalité (je réponds aux critère pour l’obtenir seule et par mariage), mais je n’ai pas encore franchi le pas.

Comme le tien, mon fils a les deux nationalités.

J’ai désormais passé 1/3 de ma vie en Allemagne, me sens toujours française mais ma vie est clairement ici, mon mari étant fonctionnaire, tant que nous travaillons, nous ne quitterons pas l’Allemagne. On aimerait nous rapprocher à terme de la frontière (on habite tout au Nord). Mais clairement, quand on est en France, ce n’est plus vraiment chez moi.

le 02/11/2015 à 09h42 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

De mon coté je n´ai pas très envie de me rapprocher de la frontière car j´aime la région d´Allemagne où j´ai atterri. Et comme c´est un pays aux spécificités régionales marquées, j´aurais peur de me sentir une nouvelle fois expatriée !
En revanche je reve parfois d´une ville plus grande avec une communauté francaise plus importante…

le 02/11/2015 à 09h52 | Répondre

Mme Expat

En fait, je suis dans une très grande ville avec une communauté française forte mais je ne m’y sens pas chez moi (je me suis « expatriée » toute seule, je ne suis pas détachée par mon entreprise française avec tous les avantages que ça comporte, mes collègues ne sont pas à 50% français…).

Ce qui me fait envie, ce n’est pas d’habiter à la frontière directement, mais d’être plus près.

Ma belle-famille habite dans le Baden-Württemberg et chaque fois qu’on leur rend visite, je me dis que c’est bien pratique de pouvoir passer un week-end en France sans avoir à traverser toute l’Allemagne. 700km ça fait un peu loin pour nous.

le 02/11/2015 à 10h40 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

C´est vrai que j´idéalise peut etre les communautés francaises et que je serais finalement décue 😉 . Ici nous sommes à 400 km de la forntière, c´est vrai que c´est loin mais comme en plus je suis originaire du Sud…

le 02/11/2015 à 10h45 | Répondre

Mme Expat

Je suis de Lyon, on habite Hambourg donc je vois bien ce dont tu parles. Quand on va voir ma belle-famille, on en profite pour aller faire un petit tour en Alsace (à défaut de pouvoir aller voir ma famille, qui est bien trop loin pour pouvoir y aller plus d’une fois/an).

Le problème des groupes d’expats (Stammtisch ou autre), c’est qu’avoir la même nationalité/langue ne suffit pas forcément à créer des liens d’amitié, il faut – à mon avis – d’autres atomes crochus.

le 02/11/2015 à 11h16 |

Claire Gezillig

Alors, forcément, je dois commenter cet article.
Il y a quelques mois, c’était « non » (assez catégorique) pour moi, je ne me sens pas du tout néerlandaise, je ne me voyais donc pas demander la nationalité…
Sauf que depuis quelques temps, je me dis qu’on est bien parti pour rester (ce qui n’était pas le cas il y a peu) et que je subis directement les lois d’ici (je m’en suis rendue compte du point de vue du travail). Donc je me dis que ça aurait du sens de pouvoir voter ici.
Pour le moment, ce n’est pas à l’ordre du jour, mon niveau de nl ne me permet pas de suivre la politique de toutes façons.
Après, je me pose aussi des questions sur l’avenir en cas de double nationalité, il semble que ce n’est pas forcément gagné pour toujours et je le prendrais très mal de perdre ma nationalité française…
(Je crois que même avec la double nationalité, je continuerai à voter pour les élections françaises parce que ce qui arrive à mon pays me touche et je me sens responsable – d’autant plus que par mon métier, que je le veuille ou non, je suis un peu « ambassadrice »)

Enfin, ceux qui rejettent la double nationalité me fatiguent… Il y a en effet quelques avantages à avoir deux nationalités (avoir deux passeports peut aider à voyager) mais il s’agit pour la plupart des gens, non de cumuler des avantages mais de faire reconnaitre ce qui est leur identité… C’est d’ailleurs pour ça que je corrige systématiquement les gens qui disent « il est à moitié xxx et à moitié yyy », non, on n’a pas des moitiés de nationalités, on a des nationalités entières et on est pleinement y et pleinement x. Il s’agit juste de définir son identité dans sa complexité.
Bref, je m’égare 😉

le 02/11/2015 à 10h07 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Oui tu devais commenter cet article 🙂 .

C´est drole de voir l´influence du travail sur nos réflexions quand meme… Le tien te lie résolument à la France alors que le mien m´en éloigne…

Et sinon j´avais oublié que tu ne parlais pas néerlandais ! Tu parles anglais avec ton mari, c´est ca ? J´ai tellement du mal à l´imaginer ! Et ton mari ne parle pas francais non plus ?

Il me vient une idée, on devrait écrire un billet à deux pour comparer nos expériences de couples multi-langues 🙂 .

le 02/11/2015 à 10h48 | Répondre

Claire Gezillig

ah si, je parle néerlandais, quand même 😉
J’ai un niveau B1 si ça te parle – je parle néerlandais dans la rue, dans les magasins, avec ma belle-famille… Je comprends mieux que je parle mais j’ai un niveau suffisant pour faire tout ce qui est nécessaire actuellement à ma vie.
Mais pas pour discuter de politique par exemple.
Mais j’ai une relation compliquée à cette langue…
Et j’ai beaucoup de mal à supporter de la parler avec l’amoureux. Je n’arrive pas non plus à ce qu’il me parle en français alors que pour le coup, il est meilleur en français et que ça m’arrive souvent de glisser du français dans nos conversations.
En fait, on parle un genre de créole chez nous : base d’anglais, morceaux en français, mots en néerlandais à l’occasion,
On est allé en weekend à Bristol la semaine dernière et je fus surprise de devoir faire un petit effort pour revenir à de l’anglais standard…
Mais on se dit qu’il faut qu’on arrête de mélanger dans la même phrase. On voudrait quand on aura des enfants : chacun leur parle la langue maternelle et la langue de papa et maman reste l’anglais…
Bref, l’article à plusieurs mains m’intéresse… J’ai beaucoup à dire là-dessus (parce que pour moi, parler une langue ensemble, ce n’est pas anodin et on n’est pas exactement pareil dans une langue et dans une autre…)

le 02/11/2015 à 11h01 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Oh la la moi aussi j´ai énormément à dire là-dessus et je suis tout à fait d´accord avec toi, on est différent dans chaque langue. Et c´est vrai aussi, les enfants nous obligent à etre plus « stricts » sur le sujet alors que les mélanges c´est tellement pratique ! Bref on va ecrire un super article, il va juste falloir veiller à ne pas écrire une thèse, sachant que tu as l´air a peu près aussi bavarde que moi et que le sujet nous inspire toutes les deux 😉 !! Je vais réfléchir à un canevas et je t´envoie ca ! Tu as une adresse mail ?

le 02/11/2015 à 21h02 | Répondre

sarah

Je commente car bien que je ne sois pas directement concernée, comme je travaille en suisse j’ai pas mal de collègues qui sont en plein questionnement. Le contexte est aussi différent car la suisse ne fait pas partie de l’UE et donc ici la principale raison (autre que celle des enfants) pour demander la nationalité c’est pour trouver (ou garder) son travail. Et depuis la montée du FN en France j’ai de plus en plus de collègues qui souhaiteraient avoir la double nationalité pour pouvoir ‘choisir’ (comprendre renier la nationalité francaise) si besoin.

le 02/11/2015 à 10h32 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

C´est un peu bizarre cette idée de vouloir choisir si besoin… Au contraire, le contexte politique en France me fait parfois culpabiliser d´etre partie et me donne envie de rentrer pour m´engager sur place.

le 02/11/2015 à 10h50 | Répondre

sarah

dans leur cas, c’est surtout que ne vivant plus en France, ils ne paient plus d’impots et ne contribuent plus pour la société et donc en restant citoyens francais ils ont peur que dans le futur le même genre de loi que pour les américains se crée (tous les américains, peu importe le pays ou ils vivent doivent payer leur impots pour les USA)

le 02/11/2015 à 13h57 | Répondre

Marie Obrigada

Nous nous posons la question pour nos enfants, mon mari pas encore pour lui malgré ces 10 ans en France. Etant de l’UE cela ne changerait pas grand chose à notre quotidien (sauf pour le vote mais malheureusement cela ne l’intéresse pas trop…), pour notre fille j’y tiens plus, pour l’héritage culturel mais nous n’avons pas encore entrepris les démarches.

le 02/11/2015 à 11h55 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Oui de mon côté pour mon fils c’était obligatoire je ne pouvais pas imaginer qu’il ne soit pas français 🙂

le 02/11/2015 à 20h45 | Répondre

Kirsten

Merci pour cet article ! En effet, je suis dans le même cas que toi, sauf que je suis allemande et je vis en France et je me pose aussi la question de la double nationalité. Bon pour être tout à fait honnête, je me suis jamais réellement poser la question, c’est surtout mon entourage qui me la pose (surtout les amis). Encore plus depuis l’annonce de notre mariage qui aura lieu l’année prochaine.
À vrai dire pour l’instant ce n’est pas important du tout pour moi. J’ai même l’impression de perdre une partie de mes origines en adoptant une nouvelle nationalité. Pourtant je me sens bien en France, bien mieux qu’en Allemagne. Et même si j’aime l’Allemagne et toute ma famille y est et que par moment c’est dur de les savoir loin, je me vois plus vivre en Allemagne.

Voilà mon ressenti à ce jour qui va très certainement évoluer encore 🙂

le 02/11/2015 à 13h49 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

J’aimerais trop savoir pourquoi tu te sens plus heureuse en France qu’en Allemagne 🙂 . Tu ne veux pas écrire un témoignage sur ce thème ?

le 02/11/2015 à 20h46 | Répondre

Kirsten

Bonne idée, mais j’avoue que je préfère lire qu’écrire… Mais qui sait je change peut être d’avis 😉

le 03/11/2015 à 09h47 | Répondre

Nya (voir son site)

On a la chance de vivre d’avoir une nationalité et de vivre dans un pays qui acceptent la double nationalité, ce qui n’est pas universel (je pense au Japon ou à la Chine notamment, qui demandent de choisir une seule nationalité). Nous avons la chance de pouvoir cumuler sans renier, et je ne comprends donc pas forcément pourquoi tes proches sont sensibles sur le sujet. Mais les grincheux grincheront toujours…
Pour le droit de vote, j’imagine que tu es considérée comme une Française établie hors de France, avec les restrictions en termes de droit de vote que cela suppose (ne plus pouvoir voter aux élections locales). Les deux droits de vote se complètent à mon sens, et comme le disait quelqu’un, on ne va pas reprocher à quelqu’un de vouloir voter, compte tenu du manque d’intérêt global.pour la politique.
Pour ma part, c’est le fait de pouvoir voter au Canada et de voyager plus facilement qui me pousseront à demander la nationalité d’ici trois ans (il faut avoir passé quatre ans sur le territoire en tant que résident permanent, et surtout réussi l’examen de citoyenneté, avec questions de langue, d’histoire…). La procédure coûte environ 400 dollars de mémoire, mais je devrai dans tous les cas renouveler ma résidence permanente tous les cinq ans. Ce n’est pas un hasard si tellement d’immigrés demandent la nationalité au plus tôt ici…
J’essaie de ne pas en parler à la légère, de peur de froisser les Canadiens autour de moi qui n’ont probablement pas envie de voir leur citoyenneté galvaudée. C’est une décision importante, et cela peut sembler étrange de savoir autant à l’avance que je demanderai la nationalité, mais cela n’a jamais été un dilemme : si je reste assez longtemps au Canada pour être éligible, alors oui, je demanderai la citoyenneté car je ne souhaiterai pas rester une « étrangère » toute ma vie, en tout cas au niveau administratif.

le 02/11/2015 à 14h04 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Je connais d’autres expatriés au Canada qui tiennent le même discours que toi. Je comprends tout à fait ta décision mais je dois dire que je trouve dommage qu’elle soit fortement influencée par un contexte administratif. Grâce à l’UE ici, ce ne sont pas des critères qui comptent.

le 02/11/2015 à 20h49 | Répondre

Nya (voir son site)

J’ai mentionné le critère administratif car il me semble présomptueux de penser qu’en obtenant une nationalité, soudain on ne sera plus considéré comme un étranger par ses nouveaux compatriotes 🙂 Même si le pays nous considère comme un citoyen comme les autres, j’ai tendance à penser qu’on reste probablement toujours « l’étranger » ou le citoyen d’origine étrangère » vis-à-vis des autres.
Il s’agit évidemment de critères extérieurs ; les critères personnels sont tout aussi importants, mais je ne peux là que me projeter, n’en étant pas encore au stade où je suis réellement en mesure de me poser la question.

le 09/11/2015 à 14h06 | Répondre

Miss Chat

Je ne suis pas tout à fait dans ta situation car je vis dans le pays où je suis née (la Belgique) et j’en ai la nationalité (née sur le territoire + mère belge). En revanche, mon père et sa famille viennent d’Espagne, mon nom de famille ‘sonne’ sans aucun doute possible de ce pays et j’ai toujours vécu dans un environnement biculturel : j’ai donc toujours été confrontée à la double nationalité. Une partie de moi (sans doute celle qui vient du sud 😉 ) a toujours voulu acquérir la nationalité espagnole car je suis attachée à ce pays : c’est celui d’où viennent 50% de moi-même, ses traditions et habitudes font partie de mon quotidien, même si je n’y ai jamais vécu.
La loi belge n’autorise les doubles nationalités que depuis 2008 (avant j’aurais perdu ma nationalité belge, c’était hors de question pour moi !). Depuis lors j’hésite. Parce que « ça ne sert à rien en Europe », parce que de toute façon je ne voudrai jamais habiter en Espagne et parce qu’en fait je me sens bien plus belge qu’espagnole… 🙂
Je vis dans une capitale multiculturelle, dans un pays où même les nationaux sont de culture différente (!), alors je n’imagine personne ici me reprocher de prendre une double nationalité, au contraire. Comme tu vois, l’entourage n’est pas forcément un facteur à prendre ou pris en compte 😉
Je suis en tout cas curieuse de lire les commentaires pour découvrir « ce que ça fait » !

le 03/11/2015 à 13h43 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Finalement la nationalité n’est qu’une facette de l’identité… Tu peux te sentir proche de l’Espagne, avec des racines espagnoles, sans nécessairement devoir en demander la nationalité.

le 03/11/2015 à 21h46 | Répondre

MlleMora

Mais moi je vous envie les filles ! C’est génial ce mélange des cultures et des langues !
Je ne comprends pas trop non plus pourquoi les gens sont aussi « sectaires » quand il s’agit de double nationalité. Mon cousin, né en Angleterre est devenu Anglais il y a quelques mois. Je trouve ça super ! Si je pouvais prendre la nationalité de tous les pays que j’affectionne… et si tout le monde pouvait le faire ! peut-être qu’au final on serait tous un peu plus ouverts sur le monde…
Tu nous diras quand tu sauteras le pas Die Franzoesin !
Et j’ai hâte de lire un article de Claire et toi conjointement, c’est une très bonne idée !
Petite question, j’ai toujours cru que la France n’acceptait pas la double nationalité, et que c’était en fonction de « l’autre pays » que cela était possible, est-ce vrai ou je me plante totalement ?

le 03/11/2015 à 14h01 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

C’est vrai que c’est génial. Même si parfois on se dit : « Oh ce serait tellement plus simple en France ! » je crois que j’adore la richesse culturelle de ma petite famille franco-allemande. A part ça je ne peux pas répondre à ta question, je ne connais que les règles pour la nationalité franco-allemande et je sais qu’elles sont particulièrement souples à cause de l’amitié franco-allemande tout ça tout ça.

le 03/11/2015 à 21h48 | Répondre

Celestine

Oh encore un article qui me concerne et je n’ai toujours pas commencé à écrire sur ma vie d' »expat » (ou d’immigrée?).
Dans mon cas la double nationalité simplifie beaucoup les démarches administratives et les voyages. Mon mari étant régulièrement muté en Afrique ça me permet de le suivre sans visa dans un grand nombre de pays. C’est aussi une forme de reconnaissance, puisque étant blanche je passe d’abord pour une touriste et clairement ça fait du bien de ne pas être une éternelle touriste dans son pays de résidence quel qu’il soit dans la sous région.
C’est pas pour autant que je me sens moins française.
Finalement il peut y avoir beaucoup de raison de prendre ou non une nationalité.

le 03/11/2015 à 18h40 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Il faut t’y mettre, au boulot, je veux te lire 😉 !!
C’est vrai que finalement il peut y avoir tout un tas de raison à changer de nationalité ou pas d’ailleurs. Je me demande si un jour je sauterai le pas 🙂 .

le 03/11/2015 à 21h50 | Répondre

Madame Lilas

Article très intéressant ! Mon mari américain compte prendre la nationalité française quand il pourra (chaque chose en son temps, on en est déjà à essayer de lui avoir une carte de séjour….) mais au bout d’un moment, il remplira toutes les conditions et pourra y prétendre. En revanche, rien à voir avec de futurs enfants qui eux, seront franco-americains. C’est plutôt une question pratique. Du coup, moi, je ne remplis pas les conditions pour être americaine et je n’ai aucune raison de le faire puisque de toute façon on vit en France, et personnellement ça ne me posait pas plus de souci que ca pour nos enfants. La question que je me pose du coup, c’est que toi tu remplis les conditions pour être franco-allemande, mais pas ton mari? Est-ce que pour lui c’est aussi important d’avoir la double nationalité comme votre fils?.. C’est interessant pour moi parce que c’est un aspect que je n’avais pas pris en compte jusqu’à maintenant !

le 04/11/2015 à 12h26 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Mon mari ne remplit pas les conditions pour acquérir la nationalité française car il faut notamment prouver son intégration au pays et y habiter et nous habitons en Allemagne. Du coup la question ne se pose pas vraiment… Mais je pense que si un jour on s’installait en Allemagne il y penserait sérieusement parce qu’il se vit aussi, comme toute notre petite famille désormais, « franco-allemand ». En fait je pense que ça dépend de chaque couple et de chaque famille…

le 04/11/2015 à 21h31 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Je voulais dire si un jour on s’installait en France 😉

le 04/11/2015 à 21h32 | Répondre

Mademoiselle Surbookée

Nationalité vs Identité
Nationalité vs Lieu de Vie

Je crois que l’on a tous une image différente de la nationalité, et en fait les pays aussi.
Je me suis toujours définie comme française spontanément, ce qui peut paraître simple, car je n’ai pas de « liens » avec d’autres pays. Mais c’est toujours la définition de l’autre qui m’a interrogé. Il suffit de poser la question d’où tu viens, pour voir que les réponses diverges, et qu’au final, le passeport ne reflète pas toujours « l’identité » que la personne se donne. Quand un américain qui, a mon sens, respire la culture américaine (cliché on), qui a juste un passeport américain, et qui n’avait jamais mis les pieds en Europe avant ces 21 ans, me dit » je suis irlandais, je m’appelle Murphy », je réfléchis à ce qu’est la nationalité.

Je ne suis pas confrontée personnellement au problème de nationalité comme je l’ai dit précédemment, donc je ne peux pas donné de conseils ou simplement évoqué mon cas.

Mais c’est tellement dur de dire quand c’est le moment pour acquérir une nationalité. Qu’est ce que ça signifie vraiment? La définition est même différente entre les états, puisque la politique est différente entre les états. Je pense que si on enlève le côté sentimental, on peut se dire « faisons le plus le plus simple administrativement », comme l’évoque Nya. Mais on ne eput pas enlever l’attachement, les sentiments attachés à la notion de nationalité, tout simplement parce que, consciemment ou non, volontairement ou non, il est ancré en nous un attachement au concept de nations (au pluriel), plus ou moins marqué selon les personnes.

http://www.ted.com/talks/taiye_selasi_don_t_ask_where_i_m_from_ask_where_i_m_a_local?utm_campaign=social&utm_medium=referral&utm_source=facebook.com&utm_content=talk&utm_term=humanities#t-88743
Ce TED talks parle plus de qui nous somme, plus que de nationalité, et du problème de demande de nationalité, mais je pense que c’est que l’on touche la partie sensible, notamment pour ceux qui ne comprennent pas qu’on demande une autre nationalité ou qu’on prenne « leur » nationalité.
Malheureusement c’est en anglais, mais possibilité de sous titrer en anglais.

Je ne pense que je n’apporte aucune aide ou aucune réponse, mais cette question de nationalité m’interpelle de plus en plus.

le 05/11/2015 à 00h26 | Répondre

Claire Gezillig

Merci du partage du tedtalk, c’est super intéressant !

le 05/11/2015 à 13h18 | Répondre

Jessica (voir son site)

Une double nationalité me parait super. C’est vrai qu’au début, c’est un peu difficile et tout ça, mais une fois habitué et quand tout est réglé, on n’en trouve que du bonheur.

le 05/11/2015 à 14h14 | Répondre

Flora

Très complexe comme problématique en effet, à quand une identité européenne?! J’ai déjà été naturalisée une fois pour devenir française pour des raisons purement pratiques : être tranquille en France et pouvoir voyager plus facilement. Maintenant je vis en Belgique depuis quasi aussi longtemps que j’ai vécu en France et je commence à me poser la question pour le droit de vote entre autre. Mais 3 nationalités ça commence à faire beaucoup et même si je me sens bien mieux en Belgique, et que je suis partie pour y vivre un certain temps, je ne veux renoncer à aucune des 2 autres… Du coup je ne fais rien pour le moment. Quant à nos enfant ils auront de toute façon nos 2 noms, un mélange de nos 2 couleurs de peau, et on les laissera choisir ce qu’ils veulent garder dans notre panoplie de nationalités.

le 06/11/2015 à 13h25 | Répondre

aheem50

Me voilà à l’âge de la retraite…. venue dans le sud de la France avec mon compagnon en 1982, tous les 2 Néerlandais. On a fait notre vie ici, travaillé dur et payé nos impôts. Notre fils , né ici, et grandi dans les Pyrénées66., est Français (naturalisé), il ne connaît rien du pays de ses parents. . Mon arrière grand-mère était Française et l’arrière grand-père Italien….. .Pour vous dire, notre famille aime la France !. (Sarkozy aussi est « de souche » Hongrois et Valls « de souche » Espagnole, Bartelone « de souche » Italien,… pour cité quelques. ….On est TOUS : de « souche Primates » !! Les Pays-Bas ne connaissent pas la double nationalité ( ainsi que beaucoup d’autres pays), leur principe est de CHOISIR : quand on quitte son pays natal on adopte un autre pays…… Cela évite certains ennuis.

Que de chamaille politique…, beaucoup de formulaires à faire tout sa vie! C’est tout. Bon courage à tous

le 25/12/2015 à 17h45 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?