Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Mes premiers pas d’expatriée en Irlande : le cauchemar de l’appartement


Publié le 28 janvier 2013 par Two Love

Mes premiers pas d’expatriée n’ont pas été de tout repos, je vais donc tenter de te raconter nos péripéties et notre découverte de ce pays.

Nous avons pris la décision de venir ici parce que monsieur Two a eu une opportunité à ne pas rater. Je dois bien t’avouer que j’étais un peu perplexe car mon anglais est moyen, et surtout, je suis très proche de ma famille et de mes amis. Difficile donc de m’imaginer loin d’eux.

Et puis après mûre réflexion, des heures de discussion avec mon cher et tendre sur les pour et les contre, nous avons pris la décision de partir. Après tout, ce n’est que pour 1 an, si on ne se sent pas bien, on pourra toujours rentrer en France et puis j’ai toujours eu envie d’être bilingue. Je me suis aussi dit qu’avec nos soucis pour avoir un bébé, changer d’air ne pourra que nous faire du bien, je sentais que j’avais besoin de changement.

Et puis surtout, je ne partais pas seule, je partais avec mon amoureux. Ça serait, quoi qu’il arrive, une aventure à vivre et à raconter à notre descendance.

drapeau Irlande

Crédits photo (creative commons) : Brett Lohmeyer

Commençons par notre arrivée. Nous sommes rentrés de notre voyage de noce, dans un pays chaud, très chaud, le 15 septembre. Juste le temps de retirer les maillots de bain et autres shorts de la valises, les remplacer par des pulls et des jeans bien chaud, et hop, 2 jours plus tard, nous étions dans l’avion, direction Dublin.

Ma première impression a donc été un choc thermique !! Je suis sortie de l’aéroport, il faisait à peine 10° et un vent glacial. « Je veux retourner en lune de miel, au soleil, on était si bien !!! », quelle drôle d’idée de partir dans un pays froid et humide, me diras-tu.

On a pris le bus, direction notre auberge de jeunesse. Et oui, on est arrivé ici sans avoir loué un appartement en avance car après s’être renseigné, il vaut mieux visiter avant de louer. Et effectivement, je te le confirme, il vaut mieux.

Le lendemain, nous partions en quête d’un logement. Coup de chance, le 1er qu’on visite nous plait, on fonce. Nous sommes contents, il est plus grand que ce qu’on pensait trouver et il est propre, enfin c’est ce que je croyais ! L’agent immobilier nous dit qu’ici, on ne paye pas l’eau (chouette, moi qui adore les longues douches bien chaudes), juste l’électricité. Il nous dit aussi qu’on doit compter 50 euros par mois en étant large. Retiens bien ce chiffre, je vais y revenir plus tard.

Parfait, un loyer plus cher qu’en France mais des factures moins élevées, c’est plutôt une bonne nouvelle.

Je dois dire honnêtement que j’étais contente d’avoir trouvé si vite car apparemment, beaucoup ont des difficultés à se loger et puis, c’était au moins un problème de résolu. Avoir un chez soi, c’est important, surtout dans un pays étranger.

Trois jours plus tard, nous récupérons les clés. Avant de défaire nos valises, je fais le ménage. Pour bien faire, je pousse les meubles et je découvre avec dégoût de la moisissure sur la partie arrière des meubles !! Punaise, on avait regardé partout, mais on n’aurait jamais eu idées d’aller voir derrière les meubles !!

On prévient l’agent immobilier qui fait intervenir tout de suite une personne pour nettoyer de fond en comble l’appartement. Seulement moi j’ai l’impression qu’il y en a de partout, et puis j’ai peur qu’elle revienne, ça me dégoûte. Tu dois savoir une chose sur les irlandais, ils vivent dans un pays très humide où les températures ne montent jamais au-dessus de 20° (oui, oui même l’été !!), il n’y a pas ou presque de double vitrage aux fenêtres et pas de volets non plus, alors l’isolation est vraiment pas top.

Mon mari, pour me rassurer, me dit que nous allons bien chauffer, que tout ira bien et que si jamais elle revient, on déménagera aussitôt. Je suis à moitié rassurée mais il faut faire avec.

Au bout de 2 mois, j’ai appris à vivre dans cet appart, pas de nouvelle trace de moisissure. Je me dis que finalement, ce n’est pas trop mal et que pour 1 an, ça fera l’affaire. Puis, arrive notre première facture d’électricité.

Nous n’étions pas vraiment inquiets au vu des propos de l’agent immobilier. Nous aurions dû nous méfier. Nous recevons une note de 400 euros pour 2 mois. Tout simplement énorme !!

Je crois qu’en France, je payais une telle somme pour 1 année !

Là, je fonds en larme (je t’avais dit que j’étais sensible, non ?), je sais que ça ne sert à rien mais au moins, ça fait du bien.  Je ne me sentais déjà qu’à moitié à l’aise dans cet appart, dans ce pays, et puis  il nous était impossible de payer un somme pareille tous les 2 mois ! On nous rétorque qu’il faut couper le chauffage la nuit et quand on sort de chez nous, pour limiter la consommation. Nous essayons de le mettre en pratique, mais au bout d’1 heure sans chauffage,  la température est descendue à 15°, et nous ne sommes même pas entrés dans l’hiver. Même monsieur Two, qui a toujours chaud, vit désormais sous les couvertures !! C’est impossible de vivre dans de telles conditions.

Nous prenons donc la décision de quitter l’appart et d’en trouver un autre. C’était sans compter l’agence immobilière qui nous dit que nous avons signé un bail d’1 an et que si nous partons maintenant, nous allons perdre la caution, soit 1500 euros. Boum, un autre coup au moral. Décidément, je déteste ce pays !!

Il n’y a rien écrit de tel dans notre contrat, mais nous sommes dans un pays étranger, comment nous défendre, comment connaître nos droits ? Heureusement, l’agent immobilier, qui nous aimait bien, a trouvé une personne pour racheter notre bail, nous devrions donc retrouver l’intégralité de notre caution aussi d’ici 1 mois.

Nous avons finalement trouvé un appart dans un immeuble récent avec du double vitrage (oui, on a réussi !), où il fait tellement chaud que nous n’avons pas besoin d’allumer le chauffage, un vrai bonheur ! Le prix est plus élevé mais au moins, on est installé confortablement.

Je te raconterai dans un prochain article la suite de notre aventure.

Et toi ? Tu as eu des mauvaises surprises en arrivant dans un pays étranger ? Un appartement qui ne tenait pas toutes ses promesses ? Raconte !

Commentaires

7   Commentaires Laisser un commentaire ?

Pop

Quel plaisir de lire tes aventures dans ce beau pays d’Irlande!! J’ai vécu 1 an près de Cork en tant qu’assistante de français dans un collège et j’ai adoré les gens, les paysages, la culture…ça me manque!!

Je suis sûre que ces mésaventures du début ne sont qu’un lointain souvenir maintenant et j’espère que vous profitez de cette année pour visiter l’île!!

J’ai hâte de lire la suite et peut être de voir des photos…!!

le 28/01/2013 à 12h54 | Répondre

madame two

tu sauras vite la suite dans mon prochain article mais pour être honnête, nous ne sommes pas vraiment emballés par la vie ici. Certes, c’est un beau pays, mais il y a beaucoup de choses qui nous dérangent et on se rend compte qu’on était bien en France!

le 06/02/2013 à 14h24 | Répondre

Madame Lutine

Piouf !
Simple vitrage + pas de volets ou (et !) d’épais rideaux + le chauffage électrique = addition salée… dans tous les pays, manifestement ! 😆

L’appartement humide, je connais aussi. Le studio précédent était un nid à moisissures, avec deux murs donnant sur l’extérieur, une salle de bain sans aération digne de ce nom, et un appart de dessous non chauffé (ni aéré !).
Ici, on compte une fenêtre simple vitrage dans une pièce, et une double dans l’autre. Mais avec des voisins de tous les côtés, l’avantage, c’est qu’ils nous réchauffent aussi !

Mais c’est bien le seul avantage… Car entre la visite de l’appartement et la vie dedans, il y a une différence qui s’appelle : fenêtres sur rue, murs en carton et voisins bruyants.
Et ça, malheureusement, on s’en rend compte APRÈS l’emménagement. Après avoir passé mille ans à monter des meubles, refaire un peu de peinture, monter des étagères.
Pas la possibilité de partir tout de suite, question de loyer, d’énergie, et de projets. Partir de la ville. Mais pour ce faire, il nous faudra supporter encore un moment cet appartement. On réduira ce temps, mais impossible de faire moins qu’un an.
Pour l’instant, nous n’y sommes que depuis peu de temps. Peut-être m’y ferais-je ? Mais en attendant, il me pèse. Je ne me sens pas chez moi. Pas en sécurité. Anxieuse. Et, alors que je suis rongée par l’envie d’un enfant… L’idée de le mettre là-dedans, ou même d’être enceinte là-dedans, ne m’inspire vraiment pas du tout.

Mais au moins, il est vrai que je comprend parfaitement la langue, je n’ai pas ce soucis en prime ! 🙂

En tout cas, je comprend bien les larmes dans ce genre de cas : un logement, ça se doit d’être un cocon… Quand il n’est plus QUE source de stress, il y a de quoi craquer. (Et puis l’avantage du craquage, c’est qu’ensuite, ça peut faire parler, envisager des solutions, tout ça… 🙂 )

J’ai hâte de lire la suite de tes aventures irlandaises ! 😉

le 28/01/2013 à 17h52 | Répondre

madame two

je vois que je ne suis pas la seule dans ce cas là!! mais pour moi, je me sentais tellement mal et surtout, nous ne pouvions payer de telles factures, que nous sommes partis. ça a été compliqué mais nous n’avons aucun regret car nous sommes bien maintenant où nous sommes. D’autant qu’en étant à l’étranger, on se sent déjà chez nous nul part, pas de maison familiale pour nous accueillir et réchauffer nos coeurs, alors il était vraiment important que l’on est un cocon pour nous sentir bien! Bon courage à vous!

le 29/01/2013 à 11h17 | Répondre

Madame Lutine

Ben ça, je t’avoue que s’il y avait un loyer conséquent à payer par-dessus le marché, on en serait partis en courant. 😉 Sauf que là, on ne paye pas de loyer, donc forcément… Difficile de trouver mieux, financièrement. 😆

Vous avez bien fait de déménager en urgence, c’est sûr, ce n’est pas tenable de se sentir vraiment mal au quotidien dans son habitation. Sans parler des factures ! Il faut faire quelque chose pour se sentir mieux, et quand ça tient au bâtiment, il n’y a pas vraiment d’autre solution que de se carapater !

Les mésaventures font se tenir vigilants… On peut être sûrs que pour le prochain logement, on sera vraiment très regardants !

le 31/01/2013 à 10h48 | Répondre

Madame Rose

Ton choc thermique au retour de la lune de miel m’a fait rire : moi je suis partie justement en lune de miel en Irlande ! Mais j’avais oublié les pulls, oups.
Très joli pays et aussi des gens charmants qui nous ont chaleureusement serré la main en nous disant « Congratulations ! » lorsque nous disions que nous étions en « honeymoon ». Mais évidemment, vivre plus longtemps sur place c’est surement différent.

le 11/09/2013 à 19h31 | Répondre

andreac

mon fils est a Belfast depuis une semaine il parle d acheter une carte pour le chauffage qui connaît merci

le 23/01/2016 à 16h54 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?