Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Faire du vélo à Amsterdam : mon guide pratique


Publié le 22 février 2019 par Claire Gezillig

Aux Pays-Bas, le vélo est roi…

Sauf qu’Amsterdam, c’est la ville la moins royaliste du coin, alors le protocole, on s’en tape, le vélo est certes partout mais vive l’anarchie !

Si ma métaphore filée au millième degrés ne te parle pas, soyons plus précis : quand partout aux Pays-Bas les vélos sont certes nombreux mais respectueux des règles – à commencer par le code de la route – dans la capitale, c’est n’ayons pas peur des mots, un joyeux bordel (mais non, non, je ne parle pas dans cet article du tourisme sexuel qui sévit aussi dans le coin mais bien de deux roues !)

Tant et si bien que nombreux provinciaux disent qu’ils ne se risqueraient pas à faire du vélo dans la capitale.

Crédit photo : MamzelleJoe

Mais moi, quand je suis arrivée en terre hollandaise, j’étais logée en plein cœur de la capitale et j’ai très vite compris que tu ne peux pas vivre ici sans ton fier destrier sur roues.
Certes la ville est petite et les transports en commun pas trop mauvais, mais
1- tu vas biiiiiien plus vite à vélo,
2- tu ne fais pas vraiment partie de cette ville si tu ne te déplaces pas à vélo. Une Nabilla ici aurait pu dire « tu es amstellodamois et tu n’as pas de vélo, non mais allo quoi ? »
(tu remarqueras ma culture, je sors dans la même phrases une référence de haut vol à la téléréalité français ET le gentilé pour nommer les habitants d’Amsterdam, ne me remercie pas !)

Aujourd’hui, si je n’habite plus dans la capitale, j’y travaille et donc je m’y déplace toujours à vélo. J’ai un abonnement aux vélos publiques.

Donc, du haut de mes 7 années d’expérience, j’ai décidé de t’écrire le guide ultime du cycliste à Amsterdam,

Règle numéro 1 : Le code de la route ne s’applique à toi, vrai cycliste amstellodamois

Les feux-rouges, les lignes continues, les priorités, c’est pour les voitures, pas pour toi cycliste, toi, tu fais ce que tu veux, quand tu veux, comme tu veux !

Règle numéro 2 : la peur, tu ne connaitras pas

Comme il n’y a pas de code de la route, tu peux te demander comment tu sais si tu peux vraiment ou pas griller la priorité aux voitures, bus, autres vélos, piétons, etc. Et bien, c’est facile, il suffit d’être convaincu qu’on doit absolument te laisser passer, si tu n’as pas peur, si tu n’émets aucun doute, tu gagnes…

Enfin, c’est comme ça que j’ai compris les carrefours au coin de canaux, il y a plein de monde, c’est toujours le bazar pour savoir si tu peux passer ou pas mais y a toujours des vélos qui filent et slaloment comme si l’idée d’un accident ne les effleure même pas !

Règle 3 : Si tu mets le pied à terre, tu as perdu

Car en effet, mettre le pied à terre, c’est montrer sa faiblesse, il vaut mieux donner des grands coups de guidon, faire un slalom digne des grands skieurs que d’accepter de freiner !

Règles 4 : Tu es joueur, il te faut un vrai vélo néerlandais

Crédit photo : MamzelleJoe

Un vélo néerlandais c’est bien : bien robuste, sans vitesse (certes le pays est plat mais avec les canaux, il y a quelques ponts bien pentus) mais surtout sans frein à main, il faut donc freiner en rétro-pédalage. C’est pratique, ça te laisse les mains libres (voir l’intérêt en règle 5) sauf que ça ne freine pas aussi rapidement que les freins à main… Mais bon, vu la règle 3, ce n’est pas grave, tu n’es pas sensé en avoir vraiment besoin…

Règle 5 : tu peux tout faire à vélo

Tu peux téléphoner, prendre des photos, aller chercher ton sapin, transporter trois enfants, avoir ton parapluie. Tout est possible, il faut juste entrainer ton équilibre (et te rappeler de la règle numéro 2, la peur c’est pour les peureux…)

Règle 6 : attention aux lignes de tram

Bon, ça y est, tu te sens prêt.e à filer dans les rues d’Amsterdam fier comme un paon sur ton vélo ? Alors les cheveux au vent, c’est bien, mais n’oublie pas de regarder par terre quand même… à Amsterdam, il y a des trams, ce qui veut dire des rails et si tu ne les prends pas à perpendiculaire, ça peut vite se terminer en cascade.

Voilà, je t’ai donné le truc des autochtones pour vraiment te fondre dans la masse si tu viens par chez moi.

Note bien que je ne prends aucune responsabilité en cas d’accident (et surtout, qu’il faut lire cette article au second degré bien sûr… Personnellement, je suis faible, je mets souvent le pied à terre ;))

Et sinon, si tu viens en tant que touriste lambda, s’il-te-plait, garde bien les yeux ouverts et ne marche pas sur les pistes cyclables, c’est dangereux (et très horripilant pour nous cyclistes aussi).

Et toi, tu fais du vélo dans ta ville ? Ça se passe comment ?

Commentaires

13   Commentaires Laisser un commentaire ?

Pippa (voir son site)

Ton article m’a fait bien rire !
Je n’ai jamais fait de vélo à Amsterdam mais chaque fois que je m’y rend, je stresse en tant que piéton qu’un vélo me bouscule. L’anarchie, c’est bien vrai 😛

le 22/02/2019 à 08h59 | Répondre

Claire Gezillig

Il a trop de touristes à Amsterdam, du coup, les vélos sont mandatés pour en éliminer quelques uns (Ceci est une blague ;))

le 22/02/2019 à 12h05 | Répondre

Rusalka

J’ai été très impressionnée lors de notre séjour en décembre par cette anarchie cycliste effectivement !
J’ai aussi été surprise par l’absence de casque pour les deux roues : vélos mais aussi scooter o_0

le 22/02/2019 à 09h06 | Répondre

Claire Gezillig

En effet les scooters bridés à 45km/h max ne sont pas obligés de porter un casque.
Après à partir d’avril, ils ne seront plus autorisés sur les pistes cyclables, et ça, c’est une super nouvelle pour nous cyclistes 🙂

le 22/02/2019 à 12h06 | Répondre

Raphaelle

Ahah j’ai bien ri ça m’a rappelé pleins de souvenirs du temps où je vivais à Amsterdam 🙂 Et oui oui, j’ai bien fait l’erreur de débutante avec les rails de tram: une fois mais pas deux! Petite question : si j’ai bien compris tu travailles à Amsterdam mais tu n’y habites pas; du coup comment fais-tu dans le train? tu emportes ton vélo avec toi chaque jour? c’est pas trop galère?

le 22/02/2019 à 11h30 | Répondre

Claire Gezillig

J’ai un abonnement aux vélos publics 🙂
(Mais comme j’ai acheté un nouveau vélo pour mettre ma fille à l’arrière, je vais sans doute ramener mon vélo tout pourri ici pour économiser)

le 22/02/2019 à 12h04 | Répondre

Athéna

La touche de bonne humeur du matin cette article. Merci.
Le « la peur c’est pour les peureux » me restera en mémoire et je la ressortirai un jour, c’est sur.

le 22/02/2019 à 11h50 | Répondre

Maye

Aha j’ai beaucoup ri ! Au Japon c’est tout pareil, sauf qu’en prime ya pas de piste cyclable (et pas de trottoirs…). Et l’anarchie ne se limite pas a la capitale (je vis en province et c’est tout pareil). Je note le tips sur la peur, ça doit être ça mon problème je suis hyper flippée, que je sois piéton ou cycliste xD
Ah, et comme les japonais sont minuscules, leurs vélos le sont aussi (mais au moins on a des freins, nananère !)

le 22/02/2019 à 12h32 | Répondre

Leaureine

J’aimerais beaucoup visiter un jour Amsterdam mais j’avoue que les vélos me font peur : je ne suis à l’aise ni à côté ni dessus !!!!

le 22/02/2019 à 17h48 | Répondre

Rusalka

Je n’avais absolument pas anticipé ce point avant notre séjour, et pourtant j’ai horreur des cyclistes qui se croient seuls sur la route. Du coup, j’ai été bien surprise en arrivant ! Mais finalement, en faisant des parcours éloignés des grands axes ou à des heures moins « foule », ça s’est très bien passé.

le 23/02/2019 à 08h38 | Répondre

Bonnet

Moi, j’ai mon petit vouwfiets ( vélo pliable ) pour circuler à Amsterdam ! On dit que je ressemble à un petit chien de cirque !
Merci, Claire Gezillig pour ces règles importantes et bien tournées !

le 25/02/2019 à 01h48 | Répondre

Mélinda

Je n’ai pas été marquée par cette anarchie sur la route lorsque j’ai visité Amsterdam. Je ferais plus gaffe le jour ou je reviendrais (et je reviendrais, j’adore cette ville). En revanche, j’ai quand même été marquée par la profusion de vélos identiques entassés les uns sur les autres le long des rambardes des canaux. A se demander comment retrouver son vélo ? Et ce qui m’a laissée baba, c’est le mec qui est arrivé avec sa pince coupante, a brisé le cadenas d’un vélo au milieu de la rue, et s’est fait tranquillement la malle avec. Le tout en 30 secondes, personne n’a eu le temps de réagir…

le 25/02/2019 à 14h18 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?