Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Un lombricomposteur sur mon balcon


Publié le 15 septembre 2015 par Madame Licorne

Nya nous donnait récemment les bases du compostage dans un de ses articles.

Moi, je vis en appartement, et je ne me voyais pas me lancer dans un projet de compostage collectif dans ma résidence. Les gens ont déjà du mal à trier leurs poubelles… Bref, passons. Je me suis donc dit que le lombricompostage, ce serait parfait pour moi…

Du coup, quand un couple d’amis m’a proposé son lombricomposteur, j’ai foncé ! Oui, pour faire simple, je fais du compost sur mon balcon grâce à des vers de terre !

Voilà un petit article pour te raconter mon expérience, t’expliquer comment ça fonctionne, et peut-être te convertir !

Ver de terre

Crédits photo (creative commons) : meaduva

À quoi ça sert ?

Un lombricomposteur permet de diminuer ta quantité de déchets organiques en disposant des lombrics dans un récipient (le fameux lombricomposteur), lombrics que tu nourris avec tes déchets (épluchures, marc de café…).

À l’issue du processus, tu récupères du compost solide pour tes plantes, et de l’engrais liquide appelé « thé de vers », à utiliser sur tes plantes en le diluant (car si tu ne le dilues pas, tu vas brûler les racines de tes plantes !).

À quoi ça ressemble ?

C’est un récipient composé de plusieurs étages. Tu peux en trouver sur internet ou bien le fabriquer toi-même ! Le mien ressemble à ça :

Lombricomposteur

Crédits photo : Photo personnelle

Pour le moment, je n’utilise qu’un étage, car nous ne sommes que deux et notre composteur n’est pas en fonctionnement depuis assez longtemps !

Comment ça marche ?

C’est super simple, il faut juste trouver les vers…

Tu peux en acheter sur le net et te les faire envoyer, ou les commander en jardinerie… Mais le plus simple, c’est d’en récupérer dans le compost d’un de tes amis. C’est ce que j’ai fait : j’ai profité d’une escapade chez mes parents pour ramener un sac congélation plein de ces petits lombrics, et hop, le tour était joué ! (Ils ont quand même fait 700 km…)

Pour démarrer le lombricomposteur, il suffit de mettre du papier journal au fond du premier étage, du carton (non imprimé, c’est quand même mieux…) et d’humidifier le tout. Ensuite, tu n’as plus qu’à installer tes nouveaux amis et à commencer à les nourrir !

Certains sites vendent des kits de démarrage, mais je n’en ai pas eu du tout l’utilité ! Tout a très bien fonctionné pour moi !

Les nourrir, mais avec quoi ?

C’est super simple, je leur donne toutes mes épluchures de légumes (sauf les agrumes, melons, oignons). Tu peux aussi y mettre certains restes de repas, du pain, des céréales, des sachets de thé, du café… Par contre, il ne faut pas y mettre de la viande, du poisson, ou des produits laitiers… Comme pour le compost de jardin, finalement !

Certains sites sont très bien faits, et tu peux y imprimer la liste des produits autorisés et non autorisés ! J’ai fait ça dans un premier temps !

Petite astuce : coupe tes déchets en petits morceaux, ça se décompose plus vite et c’est plus facilement digéré par les vers…

Je leur mets également une fois par semaine des coquilles d’œuf et du carton pour équilibrer avec les apports azotés.

compost

Crédits photo : Photo personnelle

Voilà, tu sais tout, tu es prête à démarrer !

Les points positifs

  • On se prend au jeu d’observer ces petites bêtes (même si elles craignent la lumière et s’enfouissent sous terre dès que j’ouvre le couvercle) et c’est vraiment très ludique, je pense que des enfants adoreraient !
  • Je descends moins souvent aux poubelles !
  • À mon échelle, j’agis encore pour la protection de l’environnement, en réduisant mes déchets.
  • J’ai de l’engrais naturel pour mes plantes !

Les points négatifs

Aucun :

  • Aucune odeur, aucun insecte ou parasite… et pourtant nous avons eu de sacrées chaleurs dans le sud-ouest, ces derniers mois !
  • Nos vers ne se sont pas échappés et sont restés bien au chaud dans le lombricomposteur !
  • Quand nous partons en vacances, pas besoin de nounou, ils sont capables de survivre un mois et demi en digérant ce qui est déjà présent, et leur population s’auto-régule !

Pour nous, vraiment que du positif dans cette expérience ! J’espère qu’avec mon témoignage, tu oseras te lancer dans l’aventure !

Et toi ? Tu serais prête à tenter le lombricomposteur ? Tu as d’autres solutions pour recycler tes déchets ? Partage !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

20   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Teddy

Merci pour ton article Madame Licorne. Je me posais la question du lombricompstage, mais je me disais que vivant en ville, avec juste une petite cour et peu de plantes, ça ne servirait pas à grand chose. Tu viens de me prouver le contraire, et je pense que grâce à toi, je vais sans doute enfin me lancer 🙂

le 15/09/2015 à 09h36 | Répondre

Madame Licorne (voir son site)

tu viendras nous raconter ta propre expérience ?

le 15/09/2015 à 12h02 | Répondre

Fleur-Joséphine

C’est très intéressant. Si mon balcon était un peu moins minuscule, je crois que je me pencherais sur la question.
Diminuer les déchets, ça me semble une bonne chose.

le 15/09/2015 à 09h38 | Répondre

sarah

Article qui tombe a pic puisque nous avons été informé récemment que nous allons devoir payer nos poubelles… nous réfléchissons donc à un moyen de réduire nos déchets de facon peu contraignante, sans prendre trop de place et si possible dans le garage (car sous 2m de neige le composteur en exterieur pas sur que ca fonctionne super bien…) Mais du coup j’ai une question un peu bête, c’est quoi la différence avec un composteur normal?

le 15/09/2015 à 10h28 | Répondre

Madame Licorne (voir son site)

Dans mon ancien boulot, l’agence parisienne faisait ça dans les toilettes de l’agence et ça marchait plutôt pas mal ! Tu n’as pas la phase de fermentation avec le lombricomposteur et ni besoin de mélanger, c’est les vers qui aèrent en se déplaçant !

le 15/09/2015 à 12h04 | Répondre

Nya (voir son site)

Le composteur classique a aussi besoin d’être installé sur de la terre et n’est pas adapté dans un garage (sauf si tu veux du jus de compost partout !).

le 15/09/2015 à 14h29 | Répondre

Madame Licorne (voir son site)

Oui effectivement c’est un détail (gros quand même) auquel je n’avais pas pensé !

le 15/09/2015 à 14h33 | Répondre

sarah

Il semblerait qu’il n’y ait que des avantages… Ca me semble louche :p c’est quoi le point négatif? Pourquoi on n’en entend pas parler? J’en veux un!!!! 😀

le 15/09/2015 à 18h58 | Répondre

sarah

Il semblerait qu’il n’y ait que des avantages… Ca me semble louche :p c’est quoi le point négatif? Pourquoi on n’en entend pas parler? J’en veux un!!!! 😀

le 15/09/2015 à 18h59 | Répondre

Madame Licorne (voir son site)

Alors depuis que j ai écrit cet article nous avons une invasion de mouches a fruits mais c est par ce que j avais mal géré mes apports de carbone ! Du coup j ai mis une couche de terreau et arrêté mes apports en matière organique et tout est redevenu normal ! Mais sinon nous n avons vraiment aucun désagrément !!!

le 16/09/2015 à 08h21 | Répondre

tite ju

Alors là je ne connaissais pas du tout de chez pas du tout ….
Pourtant j’en ai patrouillé des vers de terre dans le jardin de mes parents !
et l’argument qui dit qu’il n’y a pas d’odeurs c’est vrai ou pas ? parce que le composteur moi je trouve que ça sent quand même hein … alors sous la fenêtre je me vois pas installer ça du coup …
Bon je sens que je vais devoir faire des recherches sur google pour en savoir plus ….
Tu as mis combien de vers au début ?
Et c’est possible de prendre un récipient quelconque ou celui dont tu parles à des spécificités ?

le 15/09/2015 à 17h22 | Répondre

Madame Licorne (voir son site)

J ai commencé avec un demi sac congélation rempli de vers mais ils se sont reproduit très vite et la première semaine j ai limite mes apports le temps qu il s adapte !
Je pense que tu dois pouvoir le fabriquer après il te faut une récipient qui reçoit le jus et un étage avec un maillage pour que cela descende. Regarde sur le net tu verras il y a plein d exemples !

le 16/09/2015 à 08h24 | Répondre

Madame Licorne (voir son site)

Et je t assure je n ai vraiment aucune odeur !

le 16/09/2015 à 08h25 | Répondre

Madame Grenouille

Nous avons un lombricompost depuis 5 ans maintenant. Il a changé de pièce en fonction des déménagements : cave, garage, cuisine, salle de bain… bref là où il y avait de la place ! Si le compost est bien équilibré il n’y a aucune odeur.

En 5 ans, on a eu juste deux fuites des vers… Ils ne vont pas très loin car ils ne supportent pas la lumière et se dessèchent rapidement. Bon c’est pas très sympa à nettoyer… c’était lié à un déséquilibre du milieu et on était partis en week-end / vacances.

Maintenant que nous avons un jardin, on a toujours le lombricompost et on a ajouté un compost ce qui nous permet de gérer tous les déchets de cuisine (les vers du lombricompost sont un peu difficiles !) et de jardin.

Voilà pour mon expérience du compostage.

le 15/09/2015 à 19h40 | Répondre

Clette

C’est une bonne idée mais je crois que je serai capable de m’attacher aux vers et de leur donner des petits noms …. ^^ .

le 16/09/2015 à 12h58 | Répondre

Muscadine

Coucou, je me demande s’il faut garder le lombricompost dedans ou s’il est possible de le placer dans le jardin?
Merci

le 16/09/2015 à 15h09 | Répondre

Madame Grenouille

Les vers sont un peu frileux : plus il fait froid et moins ils sont productifs. Donc à moins d’habiter dans une région très douce, il vaut mieux le mettre à l’abri.

le 16/09/2015 à 18h33 | Répondre

Nefret

Ah!! Je voulais écrire quelque chose dans ce sens, car j’ai enfin pu m’y mettre! Merci Madame Licorne! Je confirme, aucune odeur chez nous non plus, et on s’est aussi très vite pris au jeu d’aller voir « comment ils vont » (mais on ne leur a pas donné de noms^^)
On a quelques fuites ces temps-ci par contre, mais bon, c’est encore le début, on apprend petit à petit, mais ca marche déjà très bien, on est ravis 🙂
A essayer si vous avez un chouilla de place sur le balcon (si possible à l’ombre si vous êtes dans une région où il fait chaud en été!)

le 24/09/2015 à 20h39 | Répondre

Ecila (voir son site)

Cela fait 1 an 1/2 qu’on s’y est mis chez nous, c’est génial et contraignant pendant seulement les 2 premières semaines (quand il faut bien contrôler l’apport le temps que les vers s’habituent et se développent). Avec mon compagnon nous ne sommes pas chez nous en semaine pour raison professionnelle, mais on les nourrit en weekend et ils se débrouillent pour se réguler. Le seul souci que nous ayons eu et qui est apparu le premier été c’est une invasion de petits moucherons une fois qu’on a sorti le composteur sur le balcon. L’invasion n’avait pas cessé quand l’hiver est apparu, et on a pas pu rentrer le composteur malgré des traitements naturels (vinaigre, huile essentielle, filet…), nous avons donc du le laisser dehors tout l’hiver. Et bien nos vers sont résistants car on habite à 500m d’altitude et il gèle pendant 4 mois, il y a eu certes une diminution de leur activité mais la plupart ont survécu !
Petit conseil pour ceux qui comme nous ne connaissaient personne pratiquant le lombricompostage : nous avons récupéré nos vers grâce au site Plus2vers qui vous indique les personnes pouvant vous donner des vers près de chez vous 🙂

le 28/07/2016 à 10h31 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?