Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Je n’ai connu qu’un homme


Publié le 27 novembre 2017 par Doupiou

Je n’ai connu qu’un homme. Je n’aime pas finir cette phrase par « dans ma vie » car personne ne sait de quoi l’avenir est fait. Mais je n’ai, actuellement, connu qu’un homme.

Mais j’entends quoi par connaître un homme ? Je parle de celui avec lequel j’ai eu une vraie relation, pas les amourettes de trois de jours pendant les vacances qui se terminent par un petit bisou furtif en s’échangeant un numéro de téléphone dont on aura oublié le titulaire dans quelques semaines. Je te parle de celui avec lequel j’ai fais ma première fois. Et les suivantes aussi d’ailleurs. Je te parle de celui dont mon entourage me disait que je l’ai connu trop tôt, celui avec lequel nous avons construit notre vie.

Dans cet article, je ne vais absolument pas te donner les conseils d’un couple qui dure. Pour moi c’est de la fumisterie car chaque couple est différent, avec ses besoins propres.

La rencontre

Nous nous sommes rencontrés au lycée à l’association sportive, il avait deux ans de plus que moi, j’en avais quinze. Il ne m’avait pas tapé dans l’œil. Pas plus que ça. Il n’était pas vraiment beau, pas vraiment moche, timide et réservé. J’étais très extravertie et consciente de l’effet que je faisais aux jeunes hommes de mon âge. J’en jouais beaucoup car, bien que loin de la taille mannequin, mes abdos saillants et mes jambes fines et musclées faisaient tourner les têtes. Dont la sienne (mais ça je le saurais bien plus tard). Il avait plus accroché avec ma copine avec laquelle ils s’étaient échangés les numéros.

Un après-midi, son meilleur ami et lui nous ont proposé à ma copine et moi d’aller faire un tour en ville. Nous avions passé quelques heures sous un temps maussade à parler de tout et de rien, je m’étais assez ennuyée d’ailleurs. Le soir même, ma copine m’apprenait qu’ils s’étaient embrassés après mon départ et étaient officiellement ensemble. Le lendemain, je vois ma copine arriver vers lui mais elle ne l’embrasse pas et lui demande de parler. C’est ainsi que j’apprends qu’elle l’a quitté comme une vieille chaussette. Et ça m’a fait mal pour lui.

Du coup j’ai essayé le consoler même s’il ne semblait pas tracassé par cela !  Et de fil en aiguille le courant est passé entre nous. On est très très loin du coup de foudre vendu par les comédies romantiques. En fait on est tombés amoureux en apprenant à ce connaître. Il m’a avoué très tard être attiré par moi mais mon comportement très social et dynamique l’avait effrayé.

C’était il y a douze ans.

Tout n’a pas été facile

Surtout les premiers temps. Il était d’un naturel assez jaloux (heureusement il a bien changé et a même complètement inversé la tendance) et j’étais influençable. A la moindre engueulade, mes copines me disaient de le quitter, de « profiter de ma jeunesse ». Et les prétendants se bousculaient au portillon. Même si j’aimais flirter pour attiser sa jalousie ou me conforter dans mon pouvoir de séduction, je ne suis jamais allée au-delà du dialogue avec un autre. Pas même un petit bisou. Je ne voulais surtout pas passer pour une fille facile.

Mes parents aussi voyaient cette union d’un mauvais œil. J’étais très jeune, ils avaient peur que je fasse une erreur. Pourtant je pensais qu’ils auraient préféré me voir avec une même personne plusieurs années que papillonner à droite et à gauche !

Et puis il y a eu des grands cap

Notre première fois à tous les deux c’était ensemble. Là aussi, rien à voir avec les films romantiques ! Je n’en garde pas un souvenir sensationnel ! On était juste deux jeunes, gauches dans nos mouvements, essayant tant bien que mal de donner une ambiance glamour à un moment où la gène était plutôt présente !

Au bout de cinq ans de couple, nous avons décidé qu’il était temps de s’aménager. Enfin, j’ai décidé. L’ambiance chez moi devenait compliquée, je commençais ma licence en alternance et donc avec un vrai salaire (différent des emplois vacances) et j’ai mis un ultimatum à mon chéri-fils-à-sa-maman. Où tu t’emménage avec moi, où je m’emménage seule ! Il avait très peur mais a accepté. J’en garde un super souvenir !

L’année suivante, il lance son entreprise. Malgré les difficultés financières et le stress permanent, je l’ai toujours soutenu. Et cela a énormément consolidé notre couple.

L’année d’après, il me demande un bébé. J’accepte contre un mariage avant ! Il fait difficilement sa demande, il se sent pris en otage. Mais je ne lâche rien, le bébé après le mariage.

C’est ainsi que notre fille nous a rejoint presqu’un an jour pour jour après notre mariage. Et je suis actuellement enceinte du deuxième.

Nous avons beaucoup d’ambition personnelle tous les deux. Nous adorons avoir des projets (en ce moment c’est la construction de notre maison) et c’est ce qui nous fait avancer.


crédit photo : pexels

Des regrets ?

Vers mes vingt-trois ans, je passais pour un ovni aux yeux de mes copines de lycée. J’étais un train de préparer mon mariage alors qu’elles avaient « profité de leur jeunesse ». Certaines se plaisaient tout à fait dans cet état et adoraient enchaîner les coups d’un soir. D’autres avaient déjà changé leur discours et regrettaient de s’être séparées d’un homme qui aurait pu être le bon, juste pour s’amuser avec d’autres.

Au début, j’essayais de ne pas dire  » ça fait X ans qu’on est ensemble » parce que j’étais constamment jugée. On me demandait comment je faisais, si je n’étais pas tentée d’aller voir ailleurs, on me disait que ce n’était pas normal.

Je te dis sincèrement que je n’ai jamais été tentée. Si les regards appuyés de la gente masculine me font du bien à l’égo, je n’ai jamais eu le cran ou l’envie d’aller plus loin. Je crois que s’il fallait draguer un inconnu, je ne saurais même pas comment m’y prendre. Idem niveau sexe. Je suis rassurée par un homme qui fait abstraction des petits défauts qui me complexent. Et puis on essaie de se réinventer, de pimenter un peu la vie sous la couette ! Un peu comme des champions qui se seraient entraînés des années, on se décomplexe totalement parce qu’on se connait et on se respecte.

L’avenir

Il ne faut jamais dire jamais. Peut-être que dans dix ans on sera toujours mariés, peut-être pas.

Notre couple fonctionne parce qu’on se respecte, on se fait confiance et se soutien l’un et l’autre. Ok, ça fait tellement cliché de magasine féminin de dire ça… Mais il sait me demander de me calmer quand je manque de patience avec notre fille, comme je sais le rendre confiant quand un client pénible lui occupe la tête toute la nuit.

Est-ce que notre amour et le même qu’au début ? Non bien sûr ! Il évolue, comme nous évoluons en tant qu’adulte.

Nous savons tous les deux qu’il y a des points de non-retour, des choses qu’on ne pardonnera pas l’autre s’il venait à les faire. Nous sommes conscients des points noirs de notre couple qui peuvent mener à sa perte. Et même si le temps présent fait que nous ne pouvons pas toujours tout résoudre, le fait de le savoir nous rassure quand même. Et on avance. Et je l’aime.

Et toi ? Tu n’as connu qu’un seul homme ou plusieurs ? Tu regrette ou regretterais de n’avoir qu’un seul amour ? Dis-nous tout !

Commentaires

9   Commentaires Laisser un commentaire ?

Gwen

J’ai 28 ans et ça fait 12 ans 1/2 que je suis avec celui qui est devenu mon mari il y a 2 ans 1/2 😊 nous nous sommes mariés pour nos 10 ans de couple, c’était symbolique pour nous. Nous avons un petit garçon qui va avoir 1an lundi prochain et nous sommes heureux 😊 je suis sa « premiére », il est mon « premier », ce n’est pas tous les jours facile mais on avance et on s’aime toujours et comme vous, on se respecte. On passe pour des extraterrestres parfois car pour certaines personnes c’est bizarre de ne pas avoir connu d’autres personnes mais pour nous c’est une évidence, l’un sans l’autre nous serions malheureux. Pour moi c’est une fierté 😊

le 27/11/2017 à 09h48 | Répondre

Choupichette (voir son site)

Holala comme on les a entendu les « profitez de la vie, vous êtes jeunes » ou bien « tu es sûre que tu ne le regretteras pas ? » et à chaque fois la même réponse de notre part « on ne sait pas mais pour le moment on s’aime et on est mille fois plus heureux ensemble que séparés ». Et puis ça veut dire quoi « profiter » ? Est ce que papillonner c’est réellement profiter ? mes amies qui avaient adopté ce mode de relations sont loin d’être les plus heureuses aujourd’hui…
Nous fêterons nos 10 ans en janvier, je viens d’avoir 26 ans. On a aussi été les premiers pour l’un comme l’autre et comme toi j’ai cette sensation que je ne saurais pas faire sans lui. On a grandi, on est devenu adultes ensemble. Aujourd’hui il me dit souvent qu’il me doit sa réussite dans sa vie professionnelle, moi je lui dis que je lui dois ma maturité. On est chacun le pilier de l’autre et je trouve qu’il n’y a rien de plus beau !

le 27/11/2017 à 10h12 | Répondre

Clara

Mon mari est aussi mon premier copain, je n’ai même jamais fleurté avec quelqu’un d’autre.
Par contre pour moi, c’est plutôt une grande fierté que j’éprouvais quand je faisais remarqué qu’à mon jeune âge, j’étais en couple depuis bien longtemps. Et si j’ai eu des commentaires surpris, je n’ai jamais de réflexions méchantes/ironiques ni de conseils de séparation. Nos famille nous ont soutenu et nos amis étaient bienveillant (même si ils n’étaient pas dans notre situation).

le 27/11/2017 à 10h21 | Répondre

Cricri2j

Je fais partie de celles qui ont « papillonné » et je le regrette. Bien que je sois désormais mariée et heureuse avec mes 2 puces, je n ai pas le sentiment d avoir « profité ». Il me reste plutôt un sentiment de malaise.
Avec le recul j aurais préféré une ou deux belles histoires.
Merci pour ton joli témoignage

le 27/11/2017 à 15h53 | Répondre

Lumi

Bientôt douze ans ici aussi, après une rencontre quand j’avais quinze ans. Lui en avait six de plus, mais pour l’un comme pour l’autre c’était la toute première histoire d’amour…
Après, contrairement à toi, je n’ai pas connu trop de réactions négatives ni de jugements. De toute façon, j’aurais trouvé idiot de se séparer alors qu’on était heureux ensemble juste pour être sûrs de ne pas passer à côté d’un idéal de jeunesse… qui correspond à quoi, et à qui, au fond ?
A l’heure actuelle, après bientôt quatre ans de mariage et un premier enfant qui s’apprête à nous rejoindre, je ne regrette rien et je suis fière de notre parcours 🙂
Je trouve très beau de s’être construits ensemble, d’avoir grandi ensemble. Comme tu le dis, on ne sait pas de quoi l’avenir sera fait, mais rien ne pourra effacer le rôle qu’il a joué dans mon histoire et dans ma vie, ni le mien dans les siennes.

le 27/11/2017 à 16h17 | Répondre

Marina

Ton article fait écho au mien…
https://www.sous-notre-toit.fr/vivre-avec-meme-homme-depuis-18-ans-joies-questionnements/
Cà fait 22 ans maintenant que nous sommes en couple. Et je viens de passer 40 ans… J’ai passé plus de temps dans ma vie avec lui que sans lui.
Tout n’a pas toujours été facile, loin de là, il y a eu beaucoup d’orages, on a été près du point de rupture, mais on a tenu bon et maintenant c’est derrière nous.
Les tentations, il y en a eu. Il y a deux ans, avec une personne de mon entourage professionnel : c’était évident, çà crevait les yeux que quelque chose passait entre nous (physiquement et sentimentalement), mon imagination a beaucoup fonctionné à cette époque, mais c’était impensable pour moi qu’il y ait plus que çà ; j’ai beaucoup trop à perdre. Il y a encore beaucoup de tendresse, d’amour et d’admiration partagée dans mon couple, mais j’avoue que les années passant, je me prends parfois à regretter de ne pas avoir plus expérimenté les relations humaines 😉 je ne sais finalement pas du tout comment çà se passe, deux adultes qui débutent une relation…
D’un autre côté, quand je lis des histoires de célibataires désespérés qui n’en peuvent plus de la solitude… je mesure ma chance d’avoir trouvé mon âme soeur.

le 27/11/2017 à 20h28 | Répondre

Bibichu

Team « je suis sa première » « il est mon premier ». Tranquillement pas vite nous allons sur 14 ans de relation, et un premier bébé en route!
En mai prochain nous passerons le point ou nous aurons passé autant de temps seul qu’ensemble. Et nous avons 28 ans!
Nous sommes des « stars » auprès des amis qui nous connaissent depuis longtemps, et nombre d’entre eux nous demandent souvent des conseils. Nous on se contente de vivre tranquillement notre histoire, sans se presser, et c’est ce qui fait notre force je crois. On a acquis une certaine sagesse…

le 27/11/2017 à 20h57 | Répondre

Marjorie

On a une histoire similaire aussi chez nous. Sauf que les gens étaient admiratifs dans notre entourage. Personne ne m’a jamais dit de profiter de ma jeunesse (enfin si, mais pas avec les hommes, avec les voyages, les fêtes et la vue sociale quoi). J’ai même l’impression d’avoir des ami(e) sur jaloux. Ils sont tous à la recherche de l’âme sœur et ils auraient bien aimé comme nous, la trouver. (Bon je crois pas a l’âme soeur hein mais c’était plus explicite.) Entre tout cas félicitation et je vous souhaite encore pleins de bonheur 😊

le 28/11/2017 à 08h52 | Répondre

caroline

idem, pour nous, ca fera bientot 19 ans, 2 enfants. des hauts et des bas, parfois au bord de la rupture, souvent pour des bêtises. parfois aussi je me demande comment c’est ailleurs, avec d’autres, mais ca passe vite, car on se rend vite compte de la réalité et que notre vie et notre couple nous convient, que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs malgré certaines apparence !

le 28/11/2017 à 12h53 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?