Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Je passe le permis moto – Partie 5


Publié le 10 avril 2019 par Doupiou

J’atterris doucement de mon petit nuage une fois le fameux plateau en poche ! De retour à la moto-école, je pose quatre heures de conduite de circulation avant d’avoir une date pour mon ultime épreuve « la circulation » ou « circu » pour les intimes !

Le plus dur est fait mais il ne faut pas que je relâche mon attention car une petite erreur peut être éliminatoire.

Les leçons avant l’examen

Il faut savoir que dans ma moto-école, chaque élève part avec une moto. On roule tous ensemble et non pas chacun notre tour. On peut être seul ou maximum trois. Cela permet aussi de s’habituer à la conduite en groupe et aux différents signes de communication. Le moniteur est dans une voiture derrière nous, équipé d’un talkie-walkie. Nous avons une oreillette dans notre casque. Il peut donc nous parler mais nous ne pouvons pas lui parler en retour.

Avant de partir, on fait un rapide point sur les gestes, la conduite à avoir en cas de problème et les recommandations (climatiques notamment).

Les leçons durent deux heures et quand on est motard débutant, il est difficile de rester concentré autant de temps. D’ailleurs, parfois même en voiture on fatigue vite ! On fait quelques pauses avec le moniteur pour se reposer mais surtout pour se réchauffer ! Et oui, il fait à peine 8 degrés et le ressenti c’est un degrés de moins par tranche de dix kilomètre/heure. Tu roules seulement à cinquante et tu as déjà cinq degrés de moins !

Ma petite veste d’été ne me suffit pas malgré mes trois pulls enfilés les uns sur les autres. Mes doigts se tétanisent et une fois que le soleil tombe, je ne sens plus mes jambes. Ces deux heures sont une vraie torture et c’est difficile de rester concentrée entre l’alternance des routes (montagne, campagne, ville), la nuit et le froid.

Je profite que ma belle-mère me garde mes petits pour foncer acheter une veste d’hiver ! Pas question que je finisse frigorifiée devant l’inspecteur le jour du dernier examen ! En plus cela ne fait pas très professionnel !

La leçon suivante se déroule de quinze à dix-sept heures. Je suis équipée de ma grosse veste d’hiver, mais j’ai aussi ajouté mon pantalon de pluie qui coupe efficacement le froid. Reste les mains mais je ne peux y faire grand-chose ! Il fait à peine trois degrés et la nuit tombe doucement.

Mon moniteur m’explique que nous allons aller jusqu’à la concession d’où proviennent les motos de la moto-école pour mettre celle que j’ai en réparation et en récupérer une autre. Arrivée au garage, la moto m’attend dehors, les pneus sont flambant neufs. Grosse angoisse pour moi. Les pneus neufs sont une cause toute bête de chute car ils n’adhèrent pas encore suffisamment à la route et sont protégés par une sorte de cire qui rend la conduite difficile les premiers kilomètres.

Ok, donc il fait hyper froid, j’ai des pneus neufs et la nuit tombe. On ajoute à cela des routes sinueuses, des passages sur des chantiers (donc graviers sur la route) et une circulation très dense. Le moniteur me rappelle régulièrement dans l’oreillette de rouler moins vite à cause des pneus.

Je suis ravie que cette leçon se termine enfin ! Le lendemain, je passe mon dernier examen du permis de conduire : la circulation !

Comment se passe la circulation ?

Dans cette épreuve, il s’agit de vérifier que le candidat roule en sécurité pour lui et pour les autres usagers, tout en maîtrisant la moto et en respectant (bien entendu) le code de la route.

Il y a des erreurs éliminatoires : non respect d’une priorité à droite, pas d’arrêt à un stop, non respect des limitations de vitesse… (exactement la même chose que pour le permis voiture finalement) à quoi on ajoute la chute.

L’examinateur a une grille avec des thèmes et applique un nombre de point :

exemple de grille

Il faut avoir au minimum 17 points pour réussir l’épreuve. Trois points peuvent être attribués en fonction de la conscience du risque et de l’autonomie, ainsi qu’un point bonus pour la courtoisie (remercier quelqu’un qui nous laisse nous insérer par exemple).

L’épreuve dure trente minutes de conduite effective (donc passer trente minutes dans les bouchons ne compte pas !) et il y a cinq minutes de conduite autonome : suivre un itinéraire.

L’examinateur est dans la voiture suiveuse avec le moniteur et la liaison radio se fait uniquement avec l’examinateur qui donne les indications sur l’itinéraire.

Quelles particularités pour la moto par rapport à la voiture ?

Déjà, tu remarques qu’il n’y a pas de manœuvres ! Techniquement, l’épreuve du plateau que tu as passé avant doit te permettre de savoir manœuvrer ta moto à allure réduite.

Ensuite, tu dois utiliser la capacité d’accélération de la moto. Si tu mets dix minutes à atteindre les quatre-vingt kilomètres heures en sortie d’agglomération, tu peux être éliminée car l’examinateur peut y voir de la peur. Sans dépasser les limitations de vitesse, tu dois faire voir que tu conduis une moto, pas un tracteur. Il faut donc avoir une conduite dynamique (mais pas dangereuse hein !)

crédit photo : Pexels

Mon examen de la circulation

Je passe donc à treize heure un jour froid de décembre. Il y a quatre candidats qui passent le plateau et je suis seule à faire la circulation. Avec un peu de chance je passerais la première… Et bien non ! Après avoir vérifié notre identité et notre équipement, l’examinatrice m’annonce que je vais devoir attendre, les plateaux passent avant. Elle est très conciliante et me propose d’attendre au chaud dans la voiture. Gênée, je refuse (mais poireauter une heure et demi dans le froid n’était pas l’idée du siècle non plus…)

C’est mon tour, je mets la moto à chauffer, m’équipe et l’examinatrice vient me voir pour me rappeler les règles (cf. plus haut !) et me donner une autre indication : compte-tenu du froid et des températures négatives, tant pis si ma position dans la voie n’est pas parfaite mais je dois éviter au maximum les bandes blanches ainsi que les extérieurs de virages qui sont tapissés de feuilles mortes verglacées. Le froid est vif et je suis contente d’avoir revêtit mon pantalon de pluie

On commence par faire un peu de ville et nous allons dans une petite commune bourrée de priorités à droites. Je respecte bien le code mais je roule un peu en-dessous des limites de vitesse. Les examinateurs n’aiment pas trop ça… J’espère qu’elle mettra cela sur le compte du froid et de la chaussée glissante ! L’examinatrice me guide par talkie walkie et me fait une première remarque sur un placement dans un rond-point. Bon je respire, c’est juste une petite remarque, pas une faute éliminatoire. Je me concentre de plus belle.

Ensuite nous empruntons une zone commerciale noire de monde à cette heure-là. Ma première bête noire apparaît : un rond point à six sorties dans lequel les voitures s’engouffrent à vive allure et bien entendu, sans clignotants. J’attends de me sentir parfaitement en sécurité avant de me lancer. Je ne vois pas la voiture suiveuse dans mon rétroviseur mais l’examinatrice me dit de ne pas les attendre.

Je prends une partie de voie rapide dans une circulation dense, puis reviens vers une looongue zone 30. Ensuite je prends le chemin inverse en conduite autonome : voie rapide puis ville. A un feu, un tracteur est arrêté devant moi. Le feu passe au vert, il s’engage mais freine brutalement sans clignotants. L’examinatrice me demande de ne pas le coller de trop prêt puisqu’on ne sait pas ce qu’il fait. Alors qu’il tourne à gauche, je continue dans ma voie et le dépasse. Et mince ! N’est-ce pas un dépassement par la droite que je viens de faire ? Je panique !

De retour au centre d’examen, l’examinatrice m’annonce que j’aurais le résultat sous quarante-huit heures et me souhaite bonne fin de journée. Je rentre à la moto-école en moto, les doigts tétanisés par le froid.

Je n’arrête pas de penser à cette erreur mais mon moniteur est plutôt confiant. Et puis un peu de quarante-huit heures après le verdict tombe : résultat favorable !

Je suis aux anges et il me tarde d’enfourcher ma jolie moto que Mari Barbu m’a acheté cet été pour faire de belles balades ! Je repense à mes débuts hésitants sur une petite 125cc, à mes chutes, à mes échecs. Et je suis tellement fière de moi d’avoir pu concrétiser un rêve d’une décennie !

Et toi ? Tu passes le permis moto ? Tu trouves l’épreuve de la circulation difficile ? Dis-nous tout !

Commentaires

17   Commentaires Laisser un commentaire ?

Virg

Ah ! Les histoires qui se terminent bien ! Félicitations !
Dis-moi, si tu rates la « circu », est-ce que tu dois aussi repasser le plateau ?

le 10/04/2019 à 09h03 | Répondre

Doupiou

Merci ! Tout dépend du nombre de fois où tu as raté le plateau. Tu as droit à 5 essais tout compris. Dans mon cas par exemple, je n’avais pas le droit à l’erreur sinon je devais tout repasser (le code y compris).
Mais si par exemple, tu rates deux fois ton plateau, tu as droit à trois essais pour la circulation

le 10/04/2019 à 09h48 | Répondre

Colombine

Je suis impressionnée de voir à quel point obtenir le permis moto a l’air plus compliqué que le permis voiture. Les épreuves ont l’air drastiques ! En tout cas bravo. J’ai adoré suivre cette série d’articles c’était super intéressant.

le 10/04/2019 à 09h16 | Répondre

Doupiou

Merci!
En effet, les inspecteurs insistent bien sur la difficulté des épreuves. D’une part parce que même si tu n’est pas en tord, en cas d’accident tu seras toujours le plus vulnérable et d’autre part parce qu’il faut « faire peur » aux jeunes foufous qui se sentent les rois du monde au guidon de leur moto.
En fait, au-delà des épreuves complexes, on t’inculque un « esprit motard »

le 10/04/2019 à 09h53 | Répondre

Rusalka

Félicitations !
C’est un projet de longue haleine de passer ce permis ! Tu viendras nous raconter tes jolies promenades ?

le 10/04/2019 à 10h15 | Répondre

Doupiou

Merci !
Avec grand plaisir !

le 10/04/2019 à 14h40 | Répondre

Remuzat (voir son site)

Bravo pour le permis. Pour ma part je l ai passé en février et j ai eu les 2 épreuves du 1er coup mais pas sans trembler….ce n est pas évident mais en conseil je dirai qu il faut être bien concentrée et surtout être super motivée 😁😉….

le 10/04/2019 à 15h48 | Répondre

Doupiou

La motivation c’est la clé ! Félicitations en tout cas !

le 15/04/2019 à 12h05 | Répondre

Alex

Salut, bien jouer pour le permis☺️☺️ tu a eu le 125 ou le A2 du coup ? J’ai pas tout suivie ☺️

le 10/04/2019 à 21h06 | Répondre

Chantal BUTAUD

Le A2 je passe le A le 1er juin✌

le 15/04/2019 à 11h30 | Répondre

Doupiou

J’ai passé le A2 !

le 15/04/2019 à 12h06 | Répondre

Chantal BUTAUD

Bonsoir
Je vais avoir 60 ans le 4 aout.
J ai passer mon permis en 1 an le plateau passer 4 fois la circulation s est tres bien passer j ai aussi galerer pendant l hiver a moins 9 moins dix, la neige, le verglas .J ai eu mon permis le 21 juillet 2017 et je passe la passerelle le 1er juin pour moi c est que du bonheur je roule sur une BONNEVILLE T100 et mon mari sur MOTOGUZZI California

le 10/04/2019 à 21h20 | Répondre

Doupiou

Merci pour ton partage d’expérience !

le 11/04/2019 à 11h49 | Répondre

Bourdoulous

Bonjour, moi c’est Savanah. J’ai 20 ans, permis B en poche.
Je me suis inscrite au permis A2 il y a 1 mois 1/2. Deux séances par semaine. Je m’entraîne pour le plateau. C’est une moto école où il y a max 8 élèves pour 4 motos (quand elles fonctionnent toutes). La monitrice propose des dates à tous les hommes sauf à moi. J’ai l’impression qu’il faut pas que je l’attende pour en demander une.
Ce qui fais que je suis pas prête c’est les fiches ! 12 ! Ça me fout les jetons !
Sinon le plateau en lui même c’est ok
Les filles, jetez vous à l’eau si vous voulez le passer ! Ça faisait déjà 5 ans que je conduisait, c’est un bonheur ! Et avec les beaux jours qui arrivent !

le 11/04/2019 à 13h54 | Répondre

Doupiou

Demande-lui une date ! Et puis pour les fiches, malheureusement, il n’y a pas de secrets : il faut apprendre (un petit peu chaque jour et tu verras que ça va rentrer !)
Bonne chance en tout cas !

le 15/04/2019 à 12h07 | Répondre

Annabelle

Bravo!!!! Les mois d’hiver gelés c’est la plaie mais quand le printemps arrive on n’a qu’une hâte c’est de ressortir la moto!!!

le 12/04/2019 à 07h55 | Répondre

Doupiou

Complètement ! Sauf quand la mienne m’a fait la blague de la panne de batterie à un jour propice à une balade !

le 12/04/2019 à 12h10 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?