Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Le chômage et les jeunes


Publié le 2 mars 2016 par MissBlackAndWhite

Je viens te parler d’un sujet qui touche énormément les jeunes en ce vingt-et-unième siècle : le chômage…

J’ai 27 ans, et je suis titulaire d’un BTS comptabilité, d’une licence, ainsi qu’un master communication/marketing. Je suis sortie de mon master en 2013. Et depuis ?

J’ai l’impression de me battre pour obtenir un emploi et éviter à tout prix le chômage tant redouté ! J’ai accumulé les CDD sur mon CV : assistante commerciale (neuf mois), chargée de communication (cinq mois), etc. Pour ces jobs, je faisais en moyenne une heure et demi de route. Bref, mon chômage, ce n’est pas faute de vouloir travailler…

Chômage des jeunes

Crédits photo (creative commons) : tafari Anthony

J’ai envoyé un nombre incalculable de CV ! Mais à chaque fois, je tombe sur des entreprises qui recherchent le mouton à cinq pattes…

Souvent, trop souvent, on m’a reproché mon manque d’expérience… Mais Monsieur le responsable des ressources humaines, vous savez, pour que j’aie de l’expérience, il faut me laisser ma chance !

Autre chose qui m’énerve : on me reproche d’être trop diplômée. Leur peur ? Que je m’ennuie trop rapidement du poste… Certes, quand je postule pour un poste de secrétaire, ce n’est pas le poste de mes rêves… mais c’est du travail !

Certains entretiens relèvent de la caméra cachée… Je pourrais écrire un livre ! En plus d’être jeune diplômée, je suis une fille, ce qui entraîne pas mal de discriminations. Je suis habituée aux questions du genre « Avez-vous des projets personnels dans les mois à venir ? » « Souhaitez-vous des enfants ? » « Êtes-vous mariée ? ».

Et puis, j’aurais juste une demande pour les recruteurs : oui, nous sommes nombreux à rechercher du travail, mais arrêtez de nous traiter comme des numéros ! Faites-nous un retour sur l’entretien ! Nombreux sont les recruteurs qui envoient un mail type de réponse négative suite à un entretien. Pourquoi ne pas donner une réponse argumentée ? Le candidat pourrait en tirer des leçons (mauvaise présentation, trop timide, mauvais feeling…).

Auparavant, je me disais : « À la fin de tes études, tu n’obtiendras que des CDD, mais tu auras ton CDI sous deux ou trois ans. » Maintenant, je rêve d’un quelconque boulot ! Juste pour avoir le plaisir de me lever le matin et pour donner un sens à ma journée ! Tant pis si je déteste mon emploi, mon boss…

Jamais je n’aurais cru avoir autant de difficultés à trouver un emploi qui corresponde à mes diplômes, et encore moins à trouver un emploi tout court ! Juste un emploi ! À l’heure d’aujourd’hui, j’en suis venue à me demander : « Faut-il que je falsifie mon CV ? Faut-il que je supprime ma licence et mon master ? »

Maman d’une petite fille de 9 mois, parfois, je me surprends à la regarder et à penser : « Dois-je t’encourager à faire de longues études ? Vas-tu trouver facilement du travail ? Ou vas-tu devoir te battre comme ta maman ? » Seul l’avenir nous le dira…

Et toi ? Tu galères à trouver un travail ? Penses-tu que tu es trop diplômée pour le marché de l’emploi ? Comment penses-tu t’en sortir ? Partage ton expérience !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

15   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Vélo

Ah la la j’aurais pu écrire le même article ! En plus je suis dans un domaine où les offres se compte sur les doigts d’une seule main. Clairement, si mes enfants veulent faire des études courtes je n’y verrais aucun problème, si ça peut leur permettre d’avoir un boulot qui leur plait sans galérer à trouver, je préfère ! Il y aurait tant à faire pour réformer le marché du travail, mais bon c’est un bien vaste sujet ! Bon courage pour tes recherches.

le 02/03/2016 à 09h22 | Répondre

Maria

J’imagine à quel point cela doit être décourageant. Il y a tellement de postulants pour un même poste que les recruteurs en demande toujours plus et cherche la perle rare. Je travaille aussi dans la com, j’ai 3 ans de plus que toi et pour ma part j’ai arrêté les études après un bac+3 communication et une année de prépa en arts appliqués. J’ai eu la chance qu’on me propose un cdi directement à la fin de mon stage de fin d’étude. Proposition que j’ai bien sûr acceptée. Mais j’aurais souhaité continuer vers un master, aujourd’hui j’ai un peu un complexe de ne pas avoir poursuivi mes études. J’aimerais évoluer et enrichir mes connaissances et un master me permettrait de gagner en assurance. J’ai l’esprit très critique envers moi-même. Je sais que j’ai une chance inouie de n’avoir jamais connu le chômage, je songe souvent à reprendre mes études en alternance ou cours du soir, mais l’aspect financier me fait hésiter et puis il faut trouver le temps lorsqu’on a un enfant et qu’on souhaiterait agrandir la famille. On apprend aussi beaucoup sur le terrain et grâce à internet, les mooc… donc il est toujours possible de s’autoformer. J’ai eu un entretien dernièrement pour un poste, le candidat idéal devait être polyvalent et dans l’idéal avoir de très bonnes capacités rédactionnelles, s’occuper des relations presse, de l’événementiel, être graphiste créatif, webmaster, videaste et bilingue… la liste est longue et c’est monnaie courante pour ce type de poste. Je comprends que tu sois découragée et que tu songe à prendre n’importe quel emploi et tu as peut-être raison, ça sera toujours mieux perçu qu’un gros blanc sur ton cv et en même temps tu prends le risque de ne plus pouvoir revenir dans ta branche de départ, c’est ça le problème. Mais, il faut bien gagner sa vie, j’ai une copine qui enchaîne les stages, formations, cdd, période de chômage sans réussir à décrocher un cdi et pourtant elle a un super niveau mais je crois que c’est pire sur Paris. Je te souhaite bon courage, persévère, tu peux aussi te fixer une date limite et ensuite penser à une reconversion dans un autre secteur moins saturé qui te passionnerait autant. Tu pourrais aussi travailler bénévolement pour une association à côté ce qui te permettrait de te faire une expérience de plus sur ton cv et de montrer ta motivation. Je croise les doigts pour toi afin que tu puisses trouver un super job. Courage

le 02/03/2016 à 09h22 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je l’estime chanceuse car malgré mes déboires niveau travail, je n’ai jamais été inscrite au chômage.
Ce n’est pas pour ça que cela ne me fait pas peur. Dans mon entourage pro, je ne compte plus le nombre de personnes qui est passé par une période plus ou moins longue de chômage. Et clairement dans mon domaine, c’est vraiment monnaie courante surtout en France. Comme toi, cela me fait un peu peur pour l’avenir de mes enfants et je n’ai malheureusement pas de réponse à « faut-il les pousser vers les études ? ».
Je ne regrette pas les miennes mais forcée de constater que cela ne préserve pas de quoique ce soit.

le 02/03/2016 à 09h27 | Répondre

Miss Chat

Bon par où commencer haha… En tant que recruteuse, j’ai beaucoup de choses à dire 😉
D’abord, je tiens à préciser que je comprends ta frustration et que je la partage : je n’ai été que très peu de temps au chômage, j’ai eu des contrats permanents directement (dans ma branche, il n’y a que cela de toute façon) MAIS j’ai vécu pendant quelques mois la galère des procédures d’embauche qui n’aboutissent pas, dans lesquels tu n’es pas informée ni considérée, j’ai vécu la discrimination parce que j’étais enceinte (et encore, en Belgique, les employeurs évitent très souvent d’aborder ce genre de thématiques car ils savent qu’ils risquent très gros s’ils sont dénoncés !) ou parce que je n’étais pas flamande (procédure hyper positive … jusqu’à ce que les deux CEO se révèlent être des anti-francophones… ah bon ok).

A côté de ça, vu que je fais aussi du recrutement, il y a des choses que je me dois de te préciser, je pense 🙂
Déjà pour commencer, le secteur de la comm, il est bouché. Et c’est pas nouveau, ça fait 10 ans minimum que c’est le cas. Il y a des centaines de milliers de candidats pour quelques milliers de postes donc il n’y a rien d’étonnant en soi à ce qu’on ait du mal à trouver un job dans cette branche. C’est une constatation, pas une critique ! Ne me méprends pas, je suis moi-même diplômée en communication donc je comprends tout à fait l’attrait du secteur 😉 (et je n’ai pas d’avis tranché sur le fait qu’il faille choisir ou non son domaine d’activité en fonction du marché, c’est un questionnement que je me pose régulièrement mais je crois qu’il n’y a pas de bonne réponse…)

Concernant la surqualification, tu disais « Leur peur ? Que je m’ennuie trop rapidement du poste… » Je suis désolée (vraiment) mais OUI c’est une réalité. Tu n’imagines pas le nombre absolument effrayant de jeunes avec master qui acceptent un job en-dessous de leurs qualifications parce qu’ils en ont besoin puis qui partent à la moindre occasion plus intéressante qui se présente ! Je les comprends et ils ont raison mais en tant qu’employeur, c’est un coût phénoménal et une perte de temps énorme. Petits chiffres pour te donner une idée : en Europe, les 20-35 ans changent en moyenne 16 fois de job dans les 10 premières années de leur vie professionnelle. On est une génération qui a la bougeotte et qui n’hésite pas à ‘tester’ des jobs donc on en arrive à un point où les employeurs deviennent méfiants. Ici en Belgique, on commence par contre à voir une tendance où il y a tellement peu de travail pour les jeunes que ceux-ci ont peur de quitter leur emploi et donc les employeurs se permettent de plus en plus de demander des masters par exemple pour un travail de secrétariat.

Tu dis « oui, nous sommes nombreux à rechercher du travail, mais arrêtez de nous traiter comme des numéros ! ». Je sais que tu as dit que les chercheurs d’emploi sont nombreux mais … vous êtes vraiment nombreux !!! En novembre, j’ai ouvert un poste le jeudi après-midi, le vendredi matin en arrivant, j’avais 30 candidatures dans ma boîte (il y en a eu plus de 80 en 5 jours au final). En décembre, un poste avec 4 semaines d’ouverture des candidatures => 90 candidats. Février, 15 jours d’ouverture => 130 candidats. Dans ces conditions et vu que j’ai d’autres attributions dans mon boulot, c’est impossible de personnaliser tous les mails de refus. Mais je me fais un devoir de répondre consciencieusement à ceux qui me recontactent pour savoir ce qui s’est mal passé ! S’ils prennent la peine de demander, je prends la peine de leur expliquer, justement pour les aider.
Concernant les réponses à donner, les lois anti-discrimination en Belgique sont telles que les recruteurs doivent faire hyper attention à ce qu’ils disent : mauvaise présentation ? Rejeter quelqu’un pour son ‘look’ est illégal. Trop timide ? Oui mais je le tournerais plutôt comme « on cherche un candidat plus assertif » 😉 Mauvais feeling ? Déjà testé et automatiquement le candidat ne comprend pas pourquoi c’est suffisant pour le rejeter.

Mais tu as raison, je suis assez pessimiste quant à l’avenir de nos enfants. J’espère que d’ici 20-25 ans, le marché du travail se sera régulé et que ma fille ne devra pas lutter et survivre comme tant de jeunes de notre génération…

le 02/03/2016 à 10h56 | Répondre

Miss Chat

Aaaaah c’était vraiment long, je suis désolée ! 😮

le 02/03/2016 à 10h56 | Répondre

MlleMora

En tant qu’ex recruteuse, je valide les propos de Miss Chat !
Oui, la com, c’est ultra bouché. Je me souviens avoir publié un poste pour de la com interne, 2 jours plus tard, j’avais 200 candidatures dans ma boite mail ! 200 ! Je recrutais beaucoup à l’époque, je n’avais pas le temps de lire 200 CV, j’ai dû retirer l’annonce pour que ça s’arrête et j’ai fait une sélection parmi les 30 premiers reçus (et c’est déjà beaucoup !)…
Quant au mail type, oui, c’est impersonnel, c’est vrai. A raison de 6 candidats rencontrés par jour, + les autres missions que j’avais, je ne pouvais pas faire un retour poussé à chacun. Par contre quand un candidat m’appelait pour savoir pourquoi il n’était pas retenu, je ressortais mon compte-rendu d’entretien (que je rédigeais toujours) et je pouvais lui expliquer.
La plupart des recruteurs ne sont pas des monstres, et eux aussi, ils en ont bavé pour obtenir ce poste, car les RH, c’est aussi bouché que la com…
Courage à toi, ça doit être très difficile, la période est dure, mais je pense que tes recherches finiront par payer ! Essaye différentes versions de ton CV, et tu verras si ça fonctionne mieux !

le 02/03/2016 à 13h25 | Répondre

Madame D

Avec mon mari, nous sommes tous les 2 ingénieurs dans l’automobile. Il a réussi a trouver un super CDI. Mais ce n’est pas encore mon cas. Du coup on se demande souvent comment on va orienté (dans la mesure du raisonable) notre fille et nos futurs enfants dans leurs études.
Nous avons été poussé par nos parents pour avoir un bac +5. Nous ne le regrettons pas. Mais des fois je me dit que ce n’est peut etre plus la solution dans le contexte actuel et que faire des etudes n’est plus la solution pour trouver un travail qui nous plait. On verra dans quelques années !

le 02/03/2016 à 11h17 | Répondre

Cricri2j

Hello, je comprend ta déception, cela ne doit pas être facile. Comme le dit Miss Chat, c est vrai que la Com est un secteur particulièrement bouché. J ai moi meme des amies qui se sont réorientées ne trouvant pas d emploi dans cette branche. Tu pourrais ne laisser que ton bts et ta licence de compta sur ton CV pour postuler dans ce domaine là où il y a plus de postes (ou approchant type assistante aporovisionnement, assistante achat…)?

le 02/03/2016 à 11h18 | Répondre

AurelE

Si ça peux te rassurer être sans diplômes n’aide pas non plus. J’ai fais un cursus particulier (sport étude) ma voie était toute tracée et bam accident. J’ai eu le même but dans ma vie de 10 ans à 19 normale que je cherche quoi faire mais non je n’ai pas tel ou tel diplôme donc c’est non. Trop d’expériences différentes donc non. Trop veille (euh j’ai 26 ans) donc non…. On m’a même refusée pendant les soldes parce que je n’avait pas un bts vente (j’avais passer 3 entretiens pour un poste de 15h/sm).

Je veux juste du boulot et honnêtement je pense que si j’arrive enfin a trouver un poste stable je ne bouge plus même si mon job me soul

le 02/03/2016 à 11h32 | Répondre

Mzlle Ponygraphe

Article intéressant, que j’aurai pu écrire (à part que je ne suis pas dans la com’ et que je ne suis pas maman ^^).
Mes parents nous ont poussé, ma soeur et moi, a faire des études longues (alors qu’eux-mêmes avaient fait des études courtes type CAP, BEP). Ma soeur s’est réorienté, a galéré, a du déménager etc, pour finalement décrocher un cdd dans le marketing (sachant qu’elle a une LEA à la base, qu’elle est trilingue) et le cdi est à portée de main au bout d’1 an !
Après un bts agricole, je recherche un emploi -> caissière. C’était pas ma « vocation » mais en attendant pourquoi pas. Après 6 mois, je décide de me réorienter, licence pro (droit/commerce vins), je finis mon stage en août et depuis, rien ! Pas faute de chercher, d’être mobile dans la France entière, motivée etc, mais trop jeune, trop vieille, pas assez d’expérience, trop d’expériences différentes.
Il faut aussi que les recruteurs comprennent que si les jeunes ne restent pas dans leur boîte, c’est parce qu’on nous propose des choses qui ne sont pas adaptées/intéressantes. Si vous engagez un bac +5 pour un poste de bac +2/3, forcément qu’il va avoir des attentes bien supérieures (ne serait-ce qu’au niveau du salaire)… Là ça fait 6 mois que je suis en galère, qu’on vit à 2 sur le salaire de mon conjoint (qui prend son mal en patience pour que je trouve un emploi), mais quand on nous demande : mobilité, compétences, expérience significative, salaire bas et/ou horaires compliquées (j’avais un 28h/semaine en tant que caissière, avec des horaires très disparates et avec moins de 1000e net par mois c’est compliqué si on veut construire quelque chose). Donc il faudrait aussi que les recruteurs se mettent à la place des candidats, qu’ils adaptent leurs offres (le nombre d’offres avec 5 ans d’expérience minimum, des diplômes et compétences exigées etc, que je vois circuler et où je pourrai postuler si clairement on me laissait ma chance) et soit peut-être plus conciliants, surtout que les entretiens peuvent être déterminants, même si sur le papier un candidat n’a pas le profil idéal.

Bref, en attendant je pointe à Pôle Emploi tous les mois (sans indemnités bien sûr), je scrute le web et autre, dans l’espoir de trouver des offres dans mon domaine et poste – et y a pas foule. Mais il faut se dire que c’est possible, on finira par y arriver !

le 02/03/2016 à 13h52 | Répondre

Virginie

Mon mari aurait pu écrire le même article et, oui, je suis désolée mais faut virer des diplômes du CV si tu veux au moins trouver un boulot « alimentaire ».
C’est épuisant, décourageant, déprimant… je te souhaite d’avoir un coup de pouce du destin comme nous.
Petite astuce qui vaut ce qu’elle vaut si tu t’en sens capable : postule à l’Académie de ta zone, ils cherchent tout le temps des vacataires pour les collèges. ça nous a sauvé le frigo en attendant que mon mari trouve dans sa branche avec un salaire décent.

le 02/03/2016 à 14h27 | Répondre

Un énième blog de Maman

Alors ça je connais!! Au chômage depuis décembre 2013, un accouchement en mai 2014 et je cherche à retravailler depuis….janvier 2015. Bac+5 puis BTS et comme toi, chou blanc. Pourtant les secteurs visés ne sont pas bouchés, je vois des postes s’ouvrir mais j’ai déjà du mal à décrocher un entretien…encore plus un poste.
Pour tout te dire, je suis de moins en moins sereine avec mon statut de mère au foyer forcé…Les remarques comme quoi je vis aux crochets de mon homme, que je suis en « vacances », ma culpabilité de faire garder mon fils pour être dispo immédiatement mais qui fait que nous payons une nounou depuis septembre dernier…pour rien…Bref, c’est pas la joie!
J’espère vraiment que tu tombes sur une opportunité et un DRH qui te laissera ta chance.

le 02/03/2016 à 21h28 | Répondre

Mzlle Ponygraphe

Bon courage dans ta recherche !!
Je compatis pour les remarques désobligeantes, c’est souvent le lot des personnes au chômage forcé malheureusement… Pour la plupart, mon compagnon devrait « péter un câble » parce que je ne travaille pas, qu’eux ne supporteraient pas d’avoir une copine qui ne fait rien de ses journées. Euh, merci bien mais je fais des choses : l’entretien de la maison, les courses, la recherche d’emploi. Ca prend suffisamment de temps et c’est suffisamment déprimant pour ne pas que les gens en rajoutent !
Je te souhaite de trouver rapidement quelque chose qui te convienne et surtout, d’avoir un compagnon et des amis qui te soutiennent !!

le 06/04/2016 à 15h37 | Répondre

luna

MissBlackAndWhite je suis quasiment comme toi sauf que j’ai eu moins d’expérience. Si tu le souhaites, ce serai peut-être intéressant que l’on discute en privé étant donné que moi aussi je sors d’un master en marketing (spécialisé en agroalimentaire).

Je serai aussi intéressée pour discuter avec MlleMora et MissChat à propos des recrutements car à vrai dire je suis vraiment paumée.

Dans quelques semaines ça fera 3 ans que je n’ai pas eu d’emploi stable… Soutenons nous !

le 19/08/2016 à 15h12 | Répondre

Calypso

Quand je lis ton article je m’y reconnais malheureusement. Serai-il possible que l’on discute en privé ? (je ne sais pas si c’est possible car je viens de m’inscrire pour répondre à ton article).

J’aimerai aussi échanger avec MissCat car je ne comprends pas grand chose aux recrutements..

A très vite j’espère.

le 19/08/2016 à 15h34 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?