Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Pourquoi j’ai décidé d’arrêter la pilule


Publié le 18 mars 2015 par Madame Médicis

Voilà maintenant 8 mois que j’ai arrêté la pilule. À moi la vie sans hormones ! Oui parce que, ce dont je voulais me débarrasser, c’était des hormones plus que de la pilule en elle-même.

Chère lectrice, je tiens à te préciser que je ne veux pas critiquer la pilule. Il s’agit d’une réelle avancée à mes yeux. Ce qui suit est mon témoignage, mon rapport à ce moyen de contraception, nullement un brûlot à charge. Ceci étant posé, on peut passer au choses sérieuses.

Nouvelle gynéco, nouvelle pilule

Pendant des années j’ai eu une pilule qui me convenait bien : Trinordiol (Daily Gé pour le générique) et puis, ayant déménagé, j’ai changé de gynécologue.

Ma nouvelle gynéco estime que j’ai de l’hypertension. Oui, sur la base d’une seule mesure elle décrète que je dois abandonner la contraception qui me va si bien pour une autre. Elle m’explique que celle que je prends depuis 8 ans est une pilule oestro-progestative et que les oestrogènes cumulés à l’hypertension augmentent les risques d’accidents cardio-vasculaires de 65% !

Je dois bien t’avouer que je suis très mécontente de sa manière de procéder. Je lui dis qu’il y avait des antécédants d’hypertension dans ma famille, ce qui semblerait impliquer que mon hypertension supposée est essentielle, autrement dit préexistente à la prise de la pilule. Or, selon elle, mon hypertension est induite par la pilule. Donc pour elle il me suffit de l’arrêter pour mettre un terme au risque. Elle me prescrit donc une pilule seulement progestative : Cérazette. En revanche, elle n’investigue pas davantage le terrain de l’hypertension.

Ma relation avec ma nouvelle pilule commence très mal : alors que je payais à peine plus de 5,00€ pour trois plaquettes, là, je paie 45,00€ ! J’avais pourtant dit clairement à ma gynéco qu’étant étudiante, j’avais un budget serré, et elle m’avait assuré qu’il n’y aurait qu’une différence minime ! Ouais, fois 9, c’est minime…

Le temps de la prise étant venu, je décide de lire la notice. Et quelle surprise n’eus-je pas ! Ma gynéco m’avait dit de terminer ma plaquette en cours de Trinordiol et d’attendre le premier jour de mes règles pour prendre la nouvelle. Or, la notice indique qu’en cas de relais avec une autre contraception, il faut la prendre dès le lendemain de la dernière prise de l’ancienne pilule. En clair, il ne faut pas faire t’interruption !!! Arrrgh !

mes antécédents avec la pilule

Crédits photo (creative commons) : Sarah C

Je la prends consciencieusement, comme mon ancienne, mais je la supporte moins bien. Alors que je n’avais que très peu de douleurs avec mon ancienne pilule, là j’ai l’impression qu’il y a toujours un truc qui se passe. Puisqu’il s’agit que de mon premier cycle, je me dis qu’il faut laisser le temps à mon corps de s’y habituer.

La fin de mon cycle arrive, mais pas mes règles. Pourtant, vu les douleurs que je ressens, elles devraient être là. Je me dis qu’elles aussi, elles ont besoin de temps pour s’y faire. Oui mais voilà : une semaine de retard ça fait beaucoup ! Naturellement je commence à m’inquièter, d’autant que les pilules progestatives n’empêchent pas la fécondation mais uniquement la nidation, en théorie. Je décide de faire un test de grossesse. Il est négatif. Elles vont finir par arriver alors…

Voilà sauf qu’au bout de 3 mois, toujours rien ! Quel dale, nada, même pas un minuscule spotting ! Là je ne m’inquiète plus, je panique ! La notice liste l’aménorrhée dans les effets secondaires rares, je décide donc de prendre rdv.

Deux semaines plus tard, le jour de mon rendez-vous arrive. Je fais immédiatement part de la situation à ma gynéco. Elle rigole ! Mais elle rigole vraiment ! Une fois qu’elle a terminé de se bidonner elle me dit : « mais c’est parce qu’elle vous convient PARFAITEMENT que vous ne saigniez plus ! ». Moi, je suis interdite tant par ce qu’elle vient de me dire que par sa réaction. Elle ajoute : « vous savez il y a des tas de femmes qui viennent me voir pour que je leur prescrive cette pilule afin d’être débarrassée de leurs règles ». Oui mais non ! Là ça suffit ! Jusqu’à preuve du contraire, c’est MON corps et cet « effet » aurait dû m’être signalé. Il m’appartenait de décider si oui ou non, ne pas avoir de règles du tout me gêne. Les professionnels de santé ont une obligation de d’information et de conseil (article R. 4127-35 du Code de la santé publique), mais en aucun cas ils ne doivent décider pour nous.

Cette « professionnelle » de santé, qui m’avait été pourtant recommandée, ne me reverra plus jamais.

Encore une nouvelle gynéco

Lors de l’anniversaire d’une amie, je rencontre une gynécologue. Même si ça sera étrange de l’avoir comme médecin après avoir passé une soirée à parler et danser avec elle, elle au moins, elle a l’air d’être très bien.

Après avoir pris rendez-vous avec elle, il est décidé de me changer de pilule. Vraiment, sans règles, j’ai l’impression d’être malade. Même si je sais que les règles sous pilule n’en sont pas des vraies, et que ce n’est pas non plus un super moment, je trouve ça toujours mieux de les avoir. Ça me rassure.

Cette nouvelle contraception est toujours plus chère que la première, mais tout de même bien moins que Cérazette.

Oui mais voilà, j’ai mal dans les jambes comme jamais. Je me sens très fatigue. J’ai l’impression d’être beaucoup moins vive d’esprit et d’avoir plein de trous de mémoire.

Une après-midi, alors que je suis au travail je ressens une violente douleur au poumon droit. J’ai l’impression qu’on vient de me poignarder. J’ai le souffle court. A l’hôpital, on me prend en charge immédiatement. Les médecins ne trouvent finalement rien, mais mes résultats ne sont pas bons. Il y a donc bien eu quelque chose…

Peu de temps après, alors que je suis à un mariage, je ressens une très violente douleur à l’utérus, comme si quelque chose s’était déchiré en moi. On me demande à tour de bras si ça va. Visiblement je n’ai pas bonne mine. Je suis tellement mal que je vais m’allonger chez les mariés. Je m’endors très vite, frigorifiée.

Je fais part de ces événements à ma gynéco. Des analyses sont faites, mais les médecins ne trouvent rien. Plus je pense à tout ça et plus je me dis qu’il doit y avoir un lien avec cette nouvelle pilule ou les hormones en général. Ça fait tout de même 10 ans que je prends une contraception hormonale. Le scandale sur les pilules de troisième génération alimente ma réflexion. Je lis et relis les notices, elles listent toutes les mêmes effets secondaires, plus terrifiants les uns que les autres. Il peut y avoir tellement de conséquences, sur des choses qu’on aurait pas forcément imaginé liées… Vraiment, j’ai l’impression de m’empoisonner à chaque prise.

Finalement, je décide d’arrêter. La pilule et moi c’est fini !

La prochaine fois, je te dirai qu’elles ont été les conséquences de ce choix.

Et toi, tu es aussi tombée sur des médecins un peu « légers » dans leur art ? Tu as pris une de ces pilules qui provoquent une aménorrhée permanente (le temps de la prise) ? Ça ne te gêne pas de ne pas avoir de règles ? Ça te tenterait ? Tu as arrêté la pilule car tu ne la supportais plus ? Viens me raconter !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

39   Commentaires Laisser un commentaire ?

Marlaine B

J’attends avec hâte ton prochain article 🙂 Je pensais en soumettre hein là dessus justement après l’arrêt de pilule où il se passe des choses dont on te parle. On parle beaucoup de l’avant mais assez peu de l’après…

le 18/03/2015 à 09h34 | Répondre

Amélie C (voir son site)

Moi non plus, je ne prends plus la pilule, depuis deux ans. Après plus de treize ans de prise, j’ai arrêté. Treize ans de je t’aime/je te hais avec cette petite pilule… j’ai du en tester une dizaine. Entre plusieurs qui me faisait grimper le cholestérol en flèche de façons inquiétante, une qui m’augmentait mes migraines, l’autre qui me donnait des douleurs à l’utérus… j’ai navigué de pilules en gynéco, sans arriver à en trouver une qui me correspondent parfaitement.

La dernière était justement Cérazette, que j’ai prise pendant trois ans. Pour moi, trois ans sans règles donc sans douleurs, sans soucis, j’ai juste adoré !! Mais effectivement il est honteux que ta gynéco ne t’ai pas prévenu, car cet effet est très fréquent et elle avait le devoir de t’informer ! Comme tu le dis c’est ton corps, et s’il y a des femmes comme moi qui sautent de joie à l’idée de ne plus avoir leurs règles, nous sommes toutes différentes et nous avons le droit de choisir ! Ma gynéco m’avait particulièrement alerté sur cet effet d’ailleurs, en me disant que c’était la principale raison pour laquelle les femmes arrêtaient Cérazette.

Mais bon, au bout de quelques temps, j’avais des migraines qui augmentaient, des problèmes de jambes qui gonflaient etc… bref le trop plein et je suis tombée sur un médecin qui m’avait gentillement conseillé d’arrêté. L’idée a fait son chemin et quelques mois après, je me suis décidée pour l’arrêt total de la pilule !

le 18/03/2015 à 10h11 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

J’avoue me poser la question depuis plusieurs mois déjà ! Mais j’hésite encore, je pense qu’après le mariage, j’aurais moins de scrupules ! Mais j’ai très envie de lire ton article sur l’après.
Merci pour ton témoignage.

le 18/03/2015 à 11h18 | Répondre

Madame Vélo

C’est rigolo, je pensais justement à écrire un article sur ma contraception : la pilule et tous ses effets, l’arrêt de la pilule, le stérilet et comment j’ai vécu tout ça, jusqu’à l’enlèvement du stérilet et le début de ma grossesse. Je ne sais pas si ça vaut le coup de tout écrire…
En tout cas j’ai remarqué que beaucoup de copines me posaient des questions là dessus car elles aussi se posent des questions sur la pilule.
En tout cas je trouve ça révoltant la réaction de ta gynéco ! Tu as bien fait d’en changer !

le 18/03/2015 à 11h26 | Répondre

Tefyline

En effet, je suis déjà tombée sur une gynéco pas très douée, dans le même style que la tienne mais en bien plus soft quand même.
Je ne savais pas qu’il y avait des pilules qui évitaient les saignements – l’idée m’a l’air attrayante, mais à la fois assez étrange … dans tout les cas, son prix est rédhibitoire.
Cela fait un moment que j’aimerai stopper la pilule pour arrêter les hormones, mais la facilité l’emporte pour l’instant. J’attend avec impatience la suite 🙂

le 18/03/2015 à 11h27 | Répondre

Nym

Comme toi ça fait un moment que j’ai arrêté la pilule, au début car je ne la supportai plus. Et puis n’ayant pas le temps (à cette époque j’était dans la restauration et n’avais jamais de temps pour moi) de prendre rendez vous chez le gynéco, je n’ai tout simplement pas repris d’autre pilule.
Je suis resté comme ça quelques temps, puis avec l’homme nous avons décidé de tenter de faire un enfant, donc depuis bientôt 3 ans je ne prend plus de pilule.
Je n’en reprendrai surement jamais. Car toutes les douleurs et tout les problème que j’avais avec les différentes pilules que j’ai eu depuis mais 12ans (oui on m’avais prescrit la pilule si tôt car mes règles me causait d’énorme mal de ventre) depuis l’arrêt on complètement disparu.
je ne suis plus fatigué, je n’ai plus de crampe ni de migraine, j’ai des règles basique sans douleur, et ça c’est génial.

le 18/03/2015 à 12h50 | Répondre

Croco

J’ai dû prendre la pilule en tout et pour tout pendant 3 mois… avant de me retrouver à l’hôpital et de dire plus jamais (même si d’autres pilules ne devraient pas avoir les même conséquences). Pourtant, pour moi, la pilule c’était le Graal : la seule chose qui avait réussi à calmer les règles douloureuses de ma mère. Sauf que mon gynéco ne s’est pas posé de question, et qu’il m’a prescrit une pilule qu’il n’aurait jamais dû me prescrire sachant que j’avais des problèmes de coagulation. Du coup j’ai fait une embolie pulmonaire à 17 ans. Depuis, plus d’hormones pour moi, même si je dois souffrir chaque mois (enfin, sauf pendant la grossesse…)

le 18/03/2015 à 12h52 | Répondre

Fleur-Joséphine

La 1ère question qui me vient, c’est: utilises-tu une autre contraception depuis et si oui, laquelle?
Ma gynéco m’avait dit que la pilule faisait chuter la libido. C’était il y a plus d’un an, j’étais dans une relation qui démarrait (et qui dure toujours) et elle me disait que ma libido était « au plafond » parce que ma relation était nouvelle. Parfois, j’ai l’impression que ma libido a effectivement un peu baissé, du coup je me pose aussi la question …. mais je ne vois pas trop quelle autre contraception la remplacerait avantageusement.

le 18/03/2015 à 14h33 | Répondre

Yaelle

Cela dépend de chacune pour ma part cest LA raison qui m a fait arrêter toute prise d’hormones, ca et les changements d’humeur ( massacrante! ) mais j’ai l’impression que la libido pour certaines varie en fonction du cycle et d’autres non …

le 18/03/2015 à 18h54 | Répondre

aid

Bonjour les filles jai 46ans j’ai mis deux fois le sterilet et cela m’a pas reussie car j’ai eu infections la gyneco voulais me mettre un autre sterilet car vu mon age la pellule c dangereux pour moi j’ai changeevde gyneco et elle me prescrit optimizette je lai prie deux mois et j’ai arreter car j’avais peur des effet secondaire et maintenant j’utilise une methode naturelle son inconvenient c quelle est couteuse 495euro c comme un petit ordinateur ou tu rentre des donnees te concernant et tout les matin tu met une sonde qui est ratacher a la machine sous la langue et en fonction de ta temperature elle afiche rouge il faut s’abstenir ou vert ca ne risque rien pour une grossesse …

le 22/03/2016 à 09h57 | Répondre

Etoile

Je me reconnais un peu. J’ai eu des effets moins violents et moins visibles (choléstérol, migraines…) mais des saignements intempestifs m’ont fait arrêter ma pilule en 2011. Ne voulant pas encore d’enfant nous avons fait avec les moyens du bord 😉
Depuis la naissance de mon enfant, j’ai tout essayé: Cérazette (qui moi me faisait saigner non stop, après les lochies j’en avais plutôt MARRE), Leeloo (pareil saignements et choléstérol), et l’anneau Nuvaring (cholesterol et migraines). J’en ai eu marre et tout arrêté en novembre. J’ai mangé comme un ogre et en février mon cholestérol avait drastiquement chuté…. J’ai donc maintenant un DIU en cuivre depuis 1 mois qui m’a posé des soucis aussi mais je m’accroche car c’est tout ce qu’il me reste!

le 18/03/2015 à 16h44 | Répondre

Miss Pop

Pour ma part, plus de pilule depuis 5 ans!!! On se protège avec préservatif. Du coup, pas de problème pour tomber enceinte car je suis bien réglée et heureuse que mon corps fonctionne sans hormones de synthèse. Je vis mieux « naturellement ».

le 18/03/2015 à 17h22 | Répondre

Nymeria

Oh tu sait, le fait que tu soit bien réglé ne veut strictement rien dire.
J’ai arrêté la pilule depuis plus de 3ans, j’ai toujours été très bien réglé, avec ou sans pilule, et pourtant après trois ans d’essai, je ne suis toujours pas tombé enceinte…
Donc le fait d’avoir des règles régulière ne signifie pas forcément « je tombe enceinte du jour au lendemain. »

le 18/03/2015 à 17h46 | Répondre

Mlle Moizelle

Non, mais tenter de concevoir un bébé au lendemain de l’arrêt de la pilule est parait-il plus compliquer que si on a arrêté d’en prendre depuis plusieurs mois… En tout cas je te suis Miss Pop, même moyen de contraception, et moi qui suis très médecines naturelles, je suis ravie de me passer d’hormones artificielles également… 🙂

le 21/03/2015 à 09h58 | Répondre

Marina

J’ai pris la pilule pendant 9 ans. Mon 2nd venait de naître quand j’ai déménagé et rencontré le généraliste qui me suit toujours (une perle). Tout de suite, il m’a conseillé de laisser tomber la pilule (Varnoline) pour le stérilet. J’ai mis 2 ans à réfléchir, j’avais peur de cette idée d’un corps étranger en moi. Ce qui m’a convaincu, comme vous toutes, c’est la crainte de la prise d’oestrogènes (dont les effets à long terme ne sont pas terribles, notamment sur les risques cardiovasculaires et de cancer). Je me suis fait poser le Mirena (stérilet plastique à libération de progestérone). C’est une révélation. J’ai eu peu d’effets secondaires (qq boutons de temps en temps), mais surtout, ahem…. ma libido a explosé 😉 Je ne me rendais pas compte à quelle point la pilule avait une influence là dessus. D’une part, à cause de l’effet hormonal, d’autre part, en te rappelant une fois par jour que si tu oublies tu risques une grossesse. Avec le stérilet, fini : on ne le sent pas (Mr non plus 😉 ), on ne se soucie plus de rien, et en fonction du stérilet choisi, on peut conserver des régles (cuivre) ou pas (Mirena). Pour rien au monde je ne reviendrais à la pilule. J’hésite à passer au stérilet cuivre (sans hormone, mais fait des règles abondantes, j’aime pas).
Je conseille à toutes de parcourir le site du gynéco Marc Zaffran, alias Martin Winckler, auteur de la Maladie de Sachs et le Choeur des femmes, http://martinwinckler.com/ une référence en la matière, qui se bat pour que les praticiens respectent le corps et les choix des femmes. Le site (un peu fouillis) est très très riche d’infos et particulièrement de désintox sur les idées reçues.

le 18/03/2015 à 17h32 | Répondre

Marina

Une idée reçue notamment qu’il démonte complètement : le stérilet serait réservée aux femmes qui ont déjà eu des enfants. C’est faux !

le 18/03/2015 à 17h34 | Répondre

Mlle Moizelle

En un sens, je trouve cela plutôt vrai, du moins en ce qui me concerne: j’ai tenté moi aussi le stérilet, mais mon utérus, « très tonique » selon le gynéco, l’a vite fait dégagé! Donc il m’a conseillé d’attendre d’avoir eu une première grossesse, les muscles seront un peu plus relâchés et enclins à laisser le bidule en place! ^^ (la bonne nouvelle, c’est que mes contractions ont l’air hyper efficaces, je crains moins d’affronter quand le moment viendra un accouchement de 2 jours! ^^)

le 21/03/2015 à 10h02 | Répondre

Yaelle

le mirena ne stop les regles que pour une partie des utilisatrices , les autres ont leurs règles ou du spotting 😉

le 18/03/2015 à 19h03 | Répondre

Marina

Oui c’est vrai, çà dépend de chacune, d’ailleurs avec le Mirena j’ai encore des règles mais çà dure 3 jours, c’est environ tous les mois et demis et c’est très peu abondant, au point que çà ne pose pas de souci de ne pas m’équiper si je veux aller 2 h à la piscine 😉

le 18/03/2015 à 19h41 | Répondre

Mlle Moizelle

Euh! ça fait 3 fois que je lis ça, je me décide à demander: c’est quoi le spotting? 😀

le 21/03/2015 à 10h03 | Répondre

yaelle

le spotting ce sont des pertes de sang minimes mais qui durent parfois plusieurs jours , parfois hors regles, parfois a la place, parfois les deux ^^ ( j’avais ce probleme avec une pilule ! )

le 22/03/2015 à 17h41 | Répondre

Mlle Moizelle

ah, je ne connaissais pas, merci 🙂

le 22/03/2015 à 18h34 |

MlleMora

J’ai un stérilet cuivre et mes règles ne sont pas plus abondantes qu’avant, ça dépend des femmes je pense. J’avais un implant contraceptif pendant 3 ans, c’était le rêve : pas de règles et pas besoin d’y penser, mais toujours sous hormones, je ne faisais que grossir continuellement. Depuis que j’ai arrêté les hormones, certes je n’ai pas maigri de façon spectaculaire, mais je ne grossis plus du tout en n’ayant rien changé dans mon alimentation… Ces hormones, c’est vrai qu’on ne sait pas trop ce qu’elles contrôlent de nous finalement !

le 18/03/2015 à 19h54 | Répondre

Mam' Agrume

le Dr Zaffan/Winckler n’est pas gynéco mais généraliste il me semble… ce qui ne l’empêche pas d’être très éclairé sur la question.

le 19/03/2015 à 20h20 | Répondre

Alice la lutine

Pour celles qui se posent des questions sur le DIU « stérilet » au cuivre, on a publié un article il y a quelques temps afin de démonter diverses croyances à son sujet : https://www.sous-notre-toit.fr/5-idees-recues-sur-le-diu-alias-sterilet/
À lire pour prendre sa décision en connaissance de cause. 😉

le 18/03/2015 à 17h40 | Répondre

Yaelle

plus jamais d’hormones pour moi c’est fini fini! je ne comprends même pas qu’elles soient proposées avant le diu cuivre! même si certaines ne supportent pas le diu (ce qui est mon cas ) ca reste une minorité

le 18/03/2015 à 18h56 | Répondre

Hélène

Ouh là là… J’ai bien fait de ne pas prendre la pilule depuis mes premières règles car je savais que c’est du chimique avec plein d’effets secondaires…! Il faut même le prendre tous les jours, un vrai casse-tête !
J’ai de la chance de supporter la douleur de mes règles (douleur niveau 2 sur 10 je dirais), j’ai déjà pris la pilule pendant quatre mois pour ma pilosité mais ça n’a a pas marché puis il y a eu la polémique sur les pilules de la nouvelle génération blabla…
Bref, depuis janvier, j’ai la DIU au cuivre (je n’ai pas d’enfant) et tout se passe bien pour le moment, cool ! 🙂

le 18/03/2015 à 19h05 | Répondre

audrey

Personnellement je suis sous qdepal depuis 10 ans et j’en suis tres contente, aucun soucis! Et je ne voudrais pas en changer.

le 18/03/2015 à 20h24 | Répondre

Chat-mille (voir son site)

A priori, mais je peux dire une bêtise, l’absence de règle avec Cerazette vient du fait qu’il n’y a pas d’interruption et cet effet peut être retrouvé avec n’importe quelle pilule prise de façon ininterrompue. Dans ma famille, toutes les femmes en âge (ma mère et ma soeur par choix, moi depuis mon accouchement à cause de l’allaitement -mais je pense la continuer après) ont cette pilule-là et pas de règle. Perso, j’apprécie 😉

Une précision quand même sur le coût : il existe pour cette pilule plein de génériques différents mieux remboursés (j’avais Antigone au début) voire complètement remboursés (à présent j’ai Optimizette, qui ne me coûte rien). Alors bon, certaines préféreront prendre la marque originale pour des raisons de sûreté (ma soeur le fait, et elle est sage-femme donc a priori elle sait que c’est la même hormone et le même dosage…) mais si on part du principe (comme moi) que c’est la même chose, ça permet d’avoir une pilule progestative efficace sans se ruiner.

le 19/03/2015 à 00h21 | Répondre

Virginie

Je confirme le propos de Chat-mille, il existe des génériques de Cérazette pas chers du tout, dont un qui vient de sortir qui est… tadam… intégralement remboursé par la sécurité sociale !

Bref, ton propos n’est pas vraiment celui-là. J’en suis arrivée au même point que toi, pourtant, la pilule a été pour moi un soulagement puisqu’elle m’a baissé les migraines mais je disais à mon mari que, finalement, ça fait 15 ans que je suis sous traitement !!! Franchement, dis comme ça, c’est carrément flippant.

Du coup, j’ai hâte de lire la suite de ton témoignage.

le 19/03/2015 à 08h44 | Répondre

sarah

Il y a deux mois, j’aurais commenté en te disant que oui la pilule a son lot de problème et d’effets secondaires comme tous les médicaments mais qu’il y a forcément une pilule qui te corresponde… sauf que je suis passé un DIU en cuivre récemment et j’ai changé mon fusil d’épaule. Ma pilule me convenait très bien: règles peu abondantes, pas de douleurs, plus de boutons, plus de cheveux gras, pas de prise de poids, pas de changement d’humeur, juste des migraines de temps en temps et une baisse de libido mais sans savoir si c’était du à la pilule ou pas. Et depuis que je suis au DIU je me rends compte que oui avant j’étais bien sous l’emprise des hormones même sans m’en rendre compte! car depuis 2 mois j’ai perdu du poids sans rien faire, ok ma peau est redevenu plus grasse mais bon ca ce gère, mais surtout niveau respiration et cardiaque je revis! je suis assez sportive et quand je courrais j’étais vite essouflée alors que ca a été flagrant depuis que j’ai le DIU je suis beaucoup plus endurante (en corrélation avec la perte de poids aussi). Donc juste pour dire que même si on ne voit pas les effets des hormones, elles sont bien là et presque je dirais que c’est le plus dangereux car n’ayant aucun symptomes quand les problèmes arrivents ils sont d’autant plus graves.

le 19/03/2015 à 09h46 | Répondre

PhilBil

Tout les contraceptifs vont à l’encontre de notre fonctionnement naturel. Je me suis donc motivée à présenter une méthode naturelle, la méthode Billings, à mon mari qui a été emballé. En plus d’une vraie efficacité, ça permet d’impliquer monsieur dans la gestion de la fécondité du couple. C’est pas plus contraignant que penser à sa pilule si on est disposés à respecter les règles d’abstinence les jours féconds. C’est aussi très efficace pour favoriser une grossesse. Nous avons donc rencontré un couple moniteur et c’est parti!

le 19/03/2015 à 10h33 | Répondre

Mlle Moizelle

Tu nous en écrit plus dans un article? 🙂 je suis curieuse!

le 21/03/2015 à 10h06 | Répondre

PhilBil

@Mlle Moizelle, je n’ai pas encore une longue expérience mais je redigerai avec plaisir dans quelques mois! Pour plus d’informations en attendant, http://www.methode-billings.commm

le 21/03/2015 à 13h40 | Répondre

Mme Beebop

Bonjour Mme Médicis ! quand nous fais tu partager ton mariage sur mademoiselle Dentelle? 😉

le 23/03/2015 à 18h43 | Répondre

Louna (voir son site)

Il y a quelques mois, je n’aurais pas réagi à un tel article. Je l’aurais lu et puis je n’y aurais plus pensé. D’ailleurs, à chaque fois que mes amies me parlaient de leur contraception, je les écoutais et j’entendais leurs arguments, mais je ne me retrouvais pas dans leurs descriptions.

Sous pilule depuis la fin de l’adolescence, j’ai toujours très bien supporté les hormones de synthèse: ni prise de poids, ni acné, ni gonflements ou autre réjouissances qui peuvent survenir. Du coup, lorsque j’ai arrêté la pilule pour essayer de faire un bébé, j’ai été extrêmement surprise de voir la violence avec laquelle mon corps a réagi (problèmes carabinés de transit, qui sont devenus d’autant plus sévères avec l’arrivée des hormones de grossesse).
Je me consolais en me disant que dès la fin de l’allaitement, je reprendrais ma bonne vieille pilule.

Mais depuis 4 mois que j’ai arrêté d’allaiter, j’ai beaucoup de mal à supporter la reprise de la pilule: je reconnais enfin les maux entendus à droite et à gauche, j’en ai déjà essayé plusieurs et je sens que le parcours va encore être long pour trouver celle qui me convient à présent.

Du coup, je me pose la question d’une alternative autre que le stérilet (déconseillé pour moi étant donné les antécédents d’endométriose dans ma famille).

Est-ce qu’une situation similaire est arrivée à l’une d’entre vous ?

En tout cas, j’ai hâte de lire ton prochain article !!

le 23/03/2015 à 19h06 | Répondre

Anaïs (voir son site)

Moi aussi j’ai arrêté de prendre la pilule ! Mon corps ne la supportait, 6mois de crises de nerfs, de baisses de moral, de mal être intérieur… et 1an pour me remettre de tout ça !

le 28/07/2015 à 15h43 | Répondre

Hélène

Bonjour,
J’ai arrêté la pilule à 42 ans, dans l’espoir je l’avoue d’avoir un autre enfant. J’en ai 44 maintenant et par contre depuis mois mes cycles sont complètement perturbés. Ils durent entre 30 et 22 jours. J’en suis vraiment désolée car je voudrais vraiment éviter les traitements hormonaux si j’ai un dérèglement. Je pense me tourner vers l’homéopathie.

le 05/06/2016 à 23h20 | Répondre

Duddits

Je ne vous comprends pas ! Je suis sous Antigone (générique de Cerazette) depuis quelques années. Mes précédentes pilules me donnaient des effets secondaires (insomnie, saute d’humeur, cholestérol).
Quelle n’a pas été ma joie de ne plus avoir mes règles ! Plus besoin de se poser de question pour partir en vacances, faire du sport, faire des calins avec mon chéri.. Quand j’ai dû l’arrêter pour faire un bébé, le retour des règles a été difficile. heureusement tout est revenu en ordre quand j’ai pu reprendre Antigone après l’accouchement.

le 31/05/2018 à 10h58 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?