Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Pourquoi et comment donner son sang ?


Publié le 29 janvier 2015 par Jahanara

J’ai eu l’idée d’écrire cet article, suite à la diffusion par l’Établissement français du sang (EFS) d’un message à la radio, disant qu’il est urgent d’aller donner son sang, parce que les réserves sont actuellement très faibles.

Peut-être as-tu toi aussi entendu ce message sans pour autant aller faire un don de sang. Je vais donc t’expliquer pourquoi je donne mon sang depuis plusieurs années. (Je ne travaille pas du tout pour l’EFS, je n’ai donc aucun intérêt autre que personnel à écrire cet article.)

J’ai fait mon premier don de sang quand j’étais étudiante. L’EFS venait faire une collecte mobile dans notre école, c’était donc très simple d’y aller, entre amis en plus, c’est toujours plus sympa et moins effrayant la première fois ! Après avoir quitté l’école, j’ai continué d’aller donner de temps à autres, j’ai fait une dizaine de dons à ce jour. Mais concrètement, ça sert à quoi ?

Commençons par quelques chiffres (données trouvées sur le site de l’EFS) : 1 million de malades sont soignés chaque année grâce au don de sang, et 10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour. On ne peut pas remplacer les produits sanguins (globules rouges, plaquettes, plasma) par d’autres substances. Les produits sanguins ont deux grandes indications : les maladies du sang et les cancers, ou les hémorragies (lors d’un accouchement par exemple, ou suite à un accident…).Or seulement 4% de la population en âge de donner donne son sang…

Chacun d’entre nous peut donc avoir besoin un jour dans sa vie d’une transfusion, et donc que quelqu’un ait donné volontairement son sang pour nous sauver ce jour-là.
N’ayant pas de contre-indication à vie, et étant en bonne santé, je considère que je n’ai aucune excuse valable pour ne pas y aller. Certes, ce n’est jamais agréable de se faire piquer, mais les malades que je peux contribuer à aider ont des problèmes bien plus graves qu’une simple piqûre.

don du sang : pourquoi et comment faire ?

Crédits photo (creative commons) : Banc de Sang i Teixits

Concrètement, comment ça se passe ?

Tu te rends dans un site fixe ou mobile de collecte de sang. On te donne d’abord un questionnaire médical à remplir pour s’assurer que tu n’as pas de contre-indication au don de sang (que ce soit pour ta propre santé, ou pour celles de la personne qui va recevoir ton sang).

Ensuite, tu passes un entretien avec un médecin, qui relit avec toi le questionnaire, éclaircit éventuellement certains points (surtout lors d’un premier don), répond à tes questions et prend ta tension.

S’il considère que tu es apte à donner, tu passes ensuite au don à proprement parler. Là, tu vas être allongée dans une sorte de grand fauteuil, et une infirmière va venir te piquer, au creux du coude, comme pour une prise de sang. Le prélèvement dure une dizaine de minutes. Tu donnes environ 450 ou 500 ml, suivant ton gabarit.

Ensuite, tu as droit à un petit goûter, le temps de reprendre des forces.

Y a-t-il des effets secondaires ?

Il faut éviter de faire du sport ou d’autres activités nécessitant un effort dans les heures qui suivent.

Parfois, il peut arriver de faire une petite chute de tension juste après le don. Auquel cas tu vas te sentir faible, avoir la tête qui tourne, transpirer. Ça m’est déjà arrivé plusieurs fois. Ce n’est pas grave, tu restes allongée un peu plus longtemps, l’infirmière t’apporte une boisson sucrée, et en quelques minutes, tu es de nouveau sur pied.

Dans les heures qui vont suivre, il faut boire beaucoup pour aider à régénérer le volume sanguin initial. Tes globules rouges vont mettre environ 15 jours à être refabriqués par ton organisme.

Au final, je trouve que les désagréments sont assez faibles par rapport à ce que cela peut apporter aux malades. Il faut juste avoir un peu de temps devant soi, environ 45 minutes à une heure, et éventuellement prendre rendez-vous, dans certains sites de collecte fixes.

Les autres sortes de don de sang

Sache que tu peux aussi donner juste ton plasma, ou juste tes plaquettes.

J’ai donné mon plasma une fois, je peux donc te raconter comment ça se passe : il faut prévoir un peu plus de temps (environ 1 heure de prélèvement). Le début se déroule comme un don de sang normal, sauf que ton sang transite à travers une machine qui va séparer tes cellules sanguines et ton plasma. Les cellules vont t’être réinjectées, la machine fait ainsi plusieurs cycles, en filtrant peu à peu le plasma.

Quant au don de plaquettes, je n’en ai jamais fait, je ne peux donc pas t’en dire plus.

Quant au don de moelle osseuse, je suis actuellement en pleine réflexion en vue de m’inscrire sur la liste des donneurs. Si une personne a besoin d’un don de moelle (dans le cas d’une leucémie par exemple) et qu’elle a des frères ou sœurs, ceux-ci ont 1 chance sur 4 d’être compatibles avec le malade. Il se peut donc que même en ayant des frères ou sœurs, il n’y ait pas de donneur compatible. Dans ce cas-là, une recherche est effectuée sur le registre des donneurs de moelle à travers le monde. Il y a une chance sur 1 million d’être compatible avec quelqu’un pris au hasard. Autant dire que plus il y aura de personnes sur la liste, plus un malade aura de chances de trouver un donneur potentiel. Si je m’inscris en tant que donneuse de moelle, je viendrai raconter ici comment ça se passe.

J’espère que ces quelques lignes pourront te (re)motiver à aller donner ton sang pour sauver un malade.

En attendant, si tu veux en savoir plus, n’hésite pas à te renseigner sur le site de l’EFS, dondusang.net. Tu y trouveras entre autres tous les sites de collecte à travers la France.
Ou sur le site de l’agence de la biomédecine, concernant le don de moelle osseuse.

Et toi ? Tu donnes ton sang régulièrement ? Tu n’arrives pas à franchir le pas ? Viens en discuter !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

35   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame P

Bravo pour cet article Jahanara !

Je complète pour le don de plaquettes que j’effectue régulièrement. Ils procèdent de la même façon que pour le don de plasma, ton sang est envoyé à une machine qui sépare les plaquettes et le reste du sang est ré-injecté. Le don en lui même dure entre 50 minutes et 1h30 en fonction du taux de plaquettes du jour (qui est évalué au début du don).
Ce type de don se fait sur RDV uniquement. L’EFS appelle les donneurs lorsqu’il y a des besoins.
N’hésitez pas à poser des questions sur ce type de don lorsque vous allez faire un don du sang, j’avais eu une discussion avec le médecin qui m’avait alors bien expliqué l’ensemble de la procédure.

le 29/01/2015 à 09h26 | Répondre

Jahanara

Merci pour ces précisions !
Le centre EFS où je me rends habituellement ne propose malheureusement ni don de plasma, ni don de plaquettes…

le 29/01/2015 à 15h53 | Répondre

Jojo

C’est un centre fixe ou mobile, celui dans lequel tu vas pour donner ton sang ?

le 29/01/2015 à 16h17 | Répondre

Jahanara

C’est un centre fixe pourtant, mais dans une petite ville. Il faudrait que je fasse une petite heure de route pour aller au centre EFS de la capitale régionale pour pouvoir donner plaquettes ou plasma.

le 29/01/2015 à 17h04 | Répondre

Jojo

Je comprends ce desagrement (moi c’est un village, et je suis sans voiture !)

le 29/01/2015 à 17h40 |

Mme Alenvers

C’est un très bon sujet. J’aimerais vraiment pouvoir donner mon sang… malheureusement je suis hématophile, j’ai peur du sang et des aiguilles… l’année passée j’ai voulu me soigner en prenant le taureau par les cornes comme on dit et je me suis pointé à un don du sang hyper motivée. Et comme je m’en doutais je me suis évanouie 3s après que la poche soit en place… mais je ne perds pas espoir et j’espère bien vaincre ma peur pour aller donner un jour!

le 29/01/2015 à 13h15 | Répondre

Jahanara

Tu as du courage de vouloir tout de même y aller. J’espère qu’un jour tu arriveras à y aller sans peur !

le 29/01/2015 à 16h02 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

Très bon article et à mon tour de le compléter avec le don de sang de cordon ! Un don extrêmement facile et sans douleur que chacune peut réaliser au moment de son accouchement. J’ai pratiqué il faudrait que j’en témoigne mais je l’ai fait en Allemagne je ne sais pas comment ça se passe en France…

le 29/01/2015 à 14h20 | Répondre

Jojo

Pas vraiment tout le monde, parce qu’il faut (en France) accoucher dans une maternite qui procede au prelevement de sang placentaire (la liste est disponible sur http://www.dondusang.net/rewrite/article/2444/dons-de-sang/le-don-de-sang-placentaire/a-quoi-sert-le-sang-placentaire.htm?idRubrique=986)

le 29/01/2015 à 14h41 | Répondre

Jahanara

Effectivement ce n’est pas faisable partout. Je m’étais renseignée en me disant que je ferais bien ce don le jour où j’accoucherai mais la maternité à côté de chez nous ne le propose pas 🙁

le 29/01/2015 à 16h25 | Répondre

sapparot

Comme je vis dans des pays en voie de développement, je ne suis pas la candidate ideale pour donner mon sang (selon les criteres des pays developpes). Cependant, l’annee derniere, un de mes coworkers devait recevoir une intervention chirurgicale en Haiti mais l’hopital n’avait pas assez de sang de son groupe sanguin. Comme j’avais le meme, j’ai ete acceptee comme donneur. Je me suis rendue au centre le plus proche, ai fait le don et je suis revenue avec un bon pour l’hopital. Il a pu etre opere le jour meme.
C’est la que je me suis rendue compte que ca pouvait se jouer a peu de chose et qu’un seul don pouvait faire toute la difference.
Et je suis ravie qu’Haiti trouve que mon sang est assez bon pour le pays.

le 29/01/2015 à 14h37 | Répondre

Mlle Macaron

Le don du sang en Haïti, c’est tout un poème ! On va régulièrement donner notre sang dans un centre Croix-Rouge et on est toujours accueillis en héros, car nous sommes bien souvent les seuls « donneurs volontaires » de la journée, c’est-à-dire ceux qui donnent sans destiner leur sang à quelqu’un de précis… Je suppose que quand on rentrera en France par contre on aura un délai à respecter avant de donner à nouveau.

le 29/01/2015 à 15h35 | Répondre

sapparot

J’allais a Digiciel Turgeau. Mais la, enceinte donc pas de don jusqu’a nouvel ordre.
Je compte bien reprendre apres l’arrivee du nain.

Tu verras que l’on risque de te refuser a vie ou de te demander un delai de 10 ans avant de pouvoir donner ton sang en France. Cela devrait etre indique sur le site que Jahanara a indique plus haut.

le 29/01/2015 à 17h33 | Répondre

Mlle Macaron

Digicel Turgeau, c’est aussi là que nous allons. Et je crois qu’au retour en France il y a au moins 4 mois de délai, à cause du paludisme. On posera la question de toute manière !

le 30/01/2015 à 14h32 | Répondre

Jojo

C’est aussi ce que j’ai lu, 4 mois. Mais le don de plasma est possible plus tot (bon a savoir !)

le 30/01/2015 à 15h12 |

Nya (voir son site)

Excellente idée de rappeler que donner du sang n’est qu’un petit désagrément par rapport à ce que subissent les patients qui ont besoin d’un don.

Une précision : j’ai une anémie connue (après un don du sang il y a 10 ans, justement), j’essaie tous les ans d’aller donner mais sans succès : cela fait partie des critères rédhibitoires, car cela nous affaiblirait et les malades n’ont pas besoin d’un sang faiblard (en quelque sorte). J’y vais tous les ans car je me sens relativement en forme, et j’ai toujours l’espoir que mon taux d’hémoglobine sera revenu à la normale. Je suis tenace 😀
Je conseille donc aux personnes qui se savent anémiées de se refaire une santé avant d’aller donner.

le 29/01/2015 à 14h38 | Répondre

Jojo

As-tu essaye de voir si tu peux donner autre chose (plasma, plaquettes), malgre ton anemie ? (Je ne sais pas si c’est possible, mais si c’est le cas, tu pourrais quand meme faire un don). Moi je flirte souvent avec les 50kg (en dessous, c’est non, et puis, j’ai pas envie de tomber dans les pommes a chaque fois ^^) et donner mon plasma ou mes plaquettes se passe tres bien.

le 29/01/2015 à 14h45 | Répondre

Jahanara

Les premières fois où j’ai donné je faisais plus de 50 kg donc pas de souci. Du coup quand j’ai perdu quelques kilos et que je suis passée en-dessous des 50, je me suis dit que j’allais continuer à donner sans mentionner que j’avais perdu du poids. Et ma foi ça me permet de continuer à donner.

le 29/01/2015 à 16h33 | Répondre

Nya (voir son site)

Pour l’instant, le don du sang est en pause : je viens de m’installer au Canada et les personnes qui vivaient en Europe pendant la vache folle (1990-1996) n’ont pas le droit de donner du tout 🙁

le 29/01/2015 à 16h46 | Répondre

Jahanara

En France il y a une histoire comme ça aussi si t’as vécu au moins un an au Royaume Uni aux alentours de cette période tu es interdit de don.

le 29/01/2015 à 17h06 | Répondre

sapparot

Tout a fait – je n’ai jamais pu donner mon sang en France a cause de cela. Et c’est aussi valable aux USA.

le 29/01/2015 à 17h35 |

Jahanara

La dernière fois que j’ai donné on m’a justement envoyé un courrier pour me dire que j’étais légèrement anémiée et qu’il fallait que j’attende 6 mois avant de pouvoir de nouveau donner. Ça ne m’était jamais arrivé. Il n’y a plus qu’à attendre en espérant que le taux d’hémoglobine revienne à la normale.

le 29/01/2015 à 16h30 | Répondre

Nya (voir son site)

Attendre… en mangeant des lentilles et de la viande rouge si tu es carnivore… Malheureusement, l’expérience montre que le taux d’hémoglobine ne remonte jamais tout seul, il faut lui donner un coup de pouce. J’espère que tu retrouveras un bilan sanguin normal car c’est très démoralisant de vouloir aider sans le pouvoir.

le 29/01/2015 à 16h48 | Répondre

Jahanara

J’ai bon espoir d’arriver à revenir à un taux correct étant donné que l’année dernière j’ai été malade et que mon taux d’hémoglobine était le même qu’aujourd´hui, sachant que j’avais donné mon sang depuis cette maladie sans souci.
Dans les aliments riches en fer il y a aussi les épinards. Et j’ai lu qu’il était conseillé de réduire la consommation de thé et café qui nuisent à l’absorption du fer par l’organisme.

le 29/01/2015 à 17h14 | Répondre

Jojo

Merci pour les patients, Jahanara ! Et je t’encourage a t’inscrire pour le don de moelle. C’est tout simple : une pre-inscription sur internet, ensuite tu recois l’appel du centre EFS le plus proche pour un rdv. La-bas tu remplis le questionnaire, tu vois le medecin, et puis tu fais une prise de sang. Et ensuite ? Si tu veux te desinscrire, tu peux toujours le faire (ta sante peut se degrader…) Tu mets a jour tes coordonnees (telephone, adresse) si elles changent et tu attends l’appel qui te dira que tu es compatible avec un malade. En fonction de ce que dira le medecin, tu seras prelevee par apherese ou par ponction dans l’os du bassin (rien a voir avec la moelle epiniere ! beaucoup confondent…) Et comme tu dis, plus il y a d’inscrit, plus il y a de chances de trouver un donneur compatible !

le 29/01/2015 à 14h54 | Répondre

Jahanara

Ce n’est pas tant moi qui hésite, mais je n’ai pas envie que ça inquiète certaines personnes de mon entourage. Mon mari a très peur des anesthésies (il n’a jamais été anesthésié), alors l’idée que l’on puisse accepter d’être anesthésié volontairement -comme c’est le cas si le prélèvement est fait dans les os du bassin – ne l’enchante pas vraiment. Il faut qu’on en rediscute parce que je veux qu’il comprenne ma décision et l’accepte avant de m’inscrire sur la liste des donneurs.

le 29/01/2015 à 16h36 | Répondre

Jojo

Tu peux essayer de lui en re-parler. Alors t’inscrire meme s’il ne te comprend pas. Parce qu’on ne sait pas si tu vas etre appelee, et si tu es appelee, ca peut etre fait sans anesthesie si le medecin le decide. Peut-etre que ton mari reagirait autrement si tu etais dans le vrai cas ou tu pourrais aider quelqu’un ? Je suppose que meme une fois qu’on a ete appele, on peut dire qu’on ne souhaite pas faire le don.

le 29/01/2015 à 17h43 | Répondre

Jahanara

Il a tendance à voir le côté négatif des choses, genre c’est peut-être un criminel à qui tu vas sauver la vie alors ça aide pas à lui donner envie. Des criminels il y en a quand même peu et moi je vois surtout que c’est peut-être un enfant que je pourrais sauver, ou une mère de famille. Et moi je me dis surtout que si jamais quelqu’un de proche devait avoir besoin d’un don de moelle, il se pourrait que je sois compatible (il me semble que seuls les frères et soeurs sont testés, donc si c’est un cousin par ex qui a besoin, à moins que tu sois inscrite sur la liste, on ne viendra pas te chercher pour voir si t’es compatible). Et j’aurais énormément de mal à voir un proche décéder parce qu’il n’y a aucun donneur compatible connu…
Bref, il faut vraiment que je rediscute de tout ça avec mon homme et avec mes parents qui sont médecins.

le 29/01/2015 à 18h00 | Répondre

Jojo

Oui, n’hesite pas a faire une discussion avec tes parents et ton mari, ils lui expliqueront les choses peut-etre differemment. Je te souhaite bonne chance !

le 30/01/2015 à 10h59 |

Pauline

J’ai donné mon sang pour la première fois il y a quelques mois…
En effet j’avais un peu peur, et puis finalement ce sont des amies qui m’ont entraînée… je n’avais aucune excuse valable pour ne pas les accompagner !
Au final rien de bien méchant, tout s’est bien passé et j’y retournerais régulièrement !

le 29/01/2015 à 19h56 | Répondre

Mademoiselle Fleur

Je suis contente de lire cet article, j’avais même l’intention d’écrire quelque chose dans ce sens.
On a un peu le même parcours de donneur. J’ai toujours voulu donner vu que mon papa y allait régulièrement (malheureusement, il ne peut plus en raison de règles plus drastiques de don).
J’ai commencé à la fac (2 fois par an) et puis avec une copine on allait donner notre plasma tous les 2 mois. En thèse, mon entreprise faisait des collectes 2 fois par an ce qui était très pratique. Et puis j’ai un peu ralenti le rythme car je préfère y aller accompagnée et ce n’est pas si facile de motiver des gens. Mais bon j’ai donné il y a 6 mois quand même, je vais essayer de reprendre un rythme plus régulier de 2 fois par an. S’il y a des gens motivés sur Paris, je veux bien accompagner et être accompagner. 😉
Pour les anémies, j’en ai eu une et depuis c’est remonté je n’ai pourtant as fait grand chose à mon sens.

le 30/01/2015 à 15h25 | Répondre

Magali

Malheureusement je ne peux pas donner car je pèse moins de 50 kg… Dommage car j’ai un sang de compétition !

le 30/01/2015 à 21h13 | Répondre

Cha

Super sujet, merci beaucoup !
Moi aussi je donne régulièrement sang, plasma ou plaquettes, en fonction des besoins et de mon taux de fer : )
Je donne à la Maison du Don, à paris, à Trinité, c’est du 4 étoiles ! Ils t’appellent régulièrement pour te proposer des rendez-vous, ce qui est parfait pour une tête en l’air comme moi.
Je remarque un truc : tous les donneurs que je connais sont très heureux de cette expérience, on se sent citoyen, utile, généreux … mais on a du mal à convaincre autour de soi. Donc merci pour ton article qui fait une très bonne pub !

le 06/02/2015 à 07h48 | Répondre

Dine

Tout comme Magali (commentaire précédent) je pèse moins de 50 kg, donc les centres refusent mon sang, ce que je trouve dommage. Pourquoi n’en prennent-ils pas moins ? Je suis du groupe sanguin O+ je peux donc donner mon sang à tout le monde, c’est dommage de ne pas pouvoir le faire.
Pour ce qui est du don de moelle osseuse, je suis en plein questionnement également. Je pense que je vais m’inscrire…

le 13/02/2015 à 19h04 | Répondre

Pierrette

Très intéressant votre article, au faite ça ne fait que m’encourager à le faire. J’ai fais mon premier Don l’année passée dans un Centre Hospitalier où je travaillais comme personnelle du Service de base. Une femme juste après son accouchement avait perdue beaucoup de sang et il fallait lui transfuser du sang frais. Et j’avais ce geste pour sauver sa vie.
Et je dois recommencer à donner bien que je suis dans un autre pays et que je ne maîtrise pas bien les choses. Merci.

le 26/12/2016 à 10h19 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?