Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Recette de nos régions : la tartiflette de Haute-Savoie


Publié le 1 janvier 2016 par Nya

Si tu suis mes chroniques de longue date, tu auras peut-être remarqué que je suis légèrement obsédée par le fromage. J’arrive presque toujours à caser ce mot au moins une fois par chronique, je suis partie en vacances sur la route des fromages, et n’oublions pas mon repas de mariage, qui était une raclette de légende. On est Haut-Savoyarde ou on ne l’est pas. (Logique, en même temps, il n’y a pas beaucoup d’autres choix possibles. Être ou ne pas être.)

Cet hiver, j’ai décidé de te confier la recette ancestrale de la tartiflette, qui se transmet de génération en génération dans les alpages hauts-savoyards depuis 1982 (surprise : cette recette date vraiment des années 1980. Quel succès fulgurant en trente ans, n’est-ce pas ?).

Je constate en effet que la recette de la tartiflette est sujette à énormément de variations fantaisistes, voire d’une incompréhension totale du concept. Non, la tartiflette n’est pas un moyen de finir ses restes de camembert et d’emmental. Le seul vin blanc autorisé est celui qui est dans ton verre (vin blanc de Savoie, de préférence). Et le premier que je vois frotter le plat à gratin avec de l’ail peut s’attendre à une crucifixion immédiate.

Tu peux tout à fait préparer la recette avec des restes de fromage, ou du vin, voire de l’ail… mais ce ne sera pas une tartiflette. Ce sera un gratin de pommes de terre au fromage et à l’ail. Compris ? Compris. Je suis une naziflette et j’assume. (Je viens d’inventer le concept de naziflette, ne m’en veux pas, mais il y a des choses qui méritent le respect dans ce monde de brutes.)

tartiflette

Crédits photo (creative commons) : marlenedd

Ingrédients pour deux personnes

  • 8-10 pommes de terre à chair ferme
  • un oignon moyen
  • un reblochon AOP (et pas du « fromage à tartiflette » ! Hérésie ! Satan !)
  • une boîte de lardons fumés (Je ne propose jamais d’alternative carnivore dans mes recettes, ceci est vraiment une exception au nom de la recette ancestrale. Habituellement, je cuisine une moitié du plat avec des lardons pour mon homme, et l’autre moitié avec seulement des oignons pour moi.)
  • une salade verte à côté, si tu veux te donner bonne conscience (entièrement facultative)

Instructions

Préchauffe ton four à 180°C.

Fais bouillir les pommes de terre épluchées et coupées en gros cubes jusqu’à ce qu’elles soient presque entièrement cuites (fais le test du couteau). Elles ne doivent pas tomber en purée.

Pendant ce temps, dans une poêle, fais revenir l’oignon émincé, avec les lardons si tu en manges. Égoutte sur un torchon quand tu as fini.

Remplis un plat à gratin avec les trois quarts des pommes de terre.

Recouvre avec les oignons et les lardons.

Ajoute le reste des pommes de terre.

Coupe ton reblochon en deux dans le sens de la hauteur : tu dois obtenir deux cylindres fins de reblochon, et non deux demi-lunes (j’espère que c’est clair ?). N’oublie pas d’enlever la pastille prouvant son origine laitière ou fermière (rouge ou verte, respectivement).

Dispose les deux moitiés côte à côte avec la croûte tournée vers le haut. On LAISSE la croûte pour que le résultat final soit croustillant.

Tu n’as plus qu’à laisser gratiner environ 20 minutes, jusqu’à ce que le fromage soit bien doré.

Savoure bien. Normalement, avec mon homme, cette recette nous fait un repas, mais tu auras peut-être des restes. Peut-être.

Conseils

  • La réussite de la recette tient à la qualité du reblochon : un reblochon digne de ce nom est AOP. Les « fromages à tartiflette » sont certes moins chers, mais plus gras, et ils rendent de l’huile, ce qui donne un résultat beaucoup plus lourd que nécessaire. Je ne les recommande pas.
  • La réussite de la recette tient aussi au ratio pommes de terre/reblochon : trop de patates et ce sera sec, pas assez de patates et ce sera de la fondue (ce sera bon, mais pas présentable…). Le résultat idéal est un gratin dont les pommes de terre sont confites dans le reblochon.
  • Si tu as des restes, tu peux les faire gratiner à la poêle le lendemain, c’est presque encore meilleur.
  • Seules sont autorisées la variante avec du morbier à la place du reblochon (on parle alors de morbiflette) ou celle avec des crozets à la place des pommes de terre (on parle alors de croziflette). Aucune autre variation n’est admise, sous peine de passage au bûcher pour hérésie.

Bon appétit !

*Cet article est évidemment à prendre au second degré ! La « tartiflette au reblochon de Savoie » a d’ailleurs obtenu un Label Rouge avec une recette qui comprend de la crème fraîche. Je te propose simplement la meilleure recette pour mes papilles.*

Et toi ? Tu fais de la tartiflette ? Comment ? Tu as aussi une recette fétiche avec laquelle on ne rigole pas ? Partage !

Toi aussi, tu veux proposer une recette ? C’est par ici !

Commentaires

14   Commentaires Laisser un commentaire ?

Fleur-Joséphine

C’est bien que tu redonnes la vraie recette pour éviter que tout et n’importe quoi se retrouve nommé tartiflette… Par contre avec toutes les mises en garde, je ne sais pas si j’oserais en faire une, de peur de me retrouver brûlée ou crucifiée si je me goure! 😉 😉 😉

le 01/01/2016 à 12h54 | Répondre

Nya (voir son site)

Mais non, ne crains rien ! J’aboie beaucoup mais je ne mords pas 😉

le 02/01/2016 à 00h06 | Répondre

Claudia

Je serai probablement brûlée pour hérésie: après avoir coupé le reblochon en 2 (dans le bon sens 😉 ) je coupe chaque moitié en triangle, pour recouvrir le plat de façon plus homogène (je n’ai pas encore résolu le problème de la quadrature du cercle). Sinon, tout pareil.

le 01/01/2016 à 14h40 | Répondre

Nya (voir son site)

J’admets bien volontiers cette petite fantaisie 🙂

le 02/01/2016 à 00h07 | Répondre

Dja

Ouf ! Je la cuisine comme toi; je ne serai donc pas brûlée vive pour hérésie culinaire 🙂
Par contre, j’avoue, je rajoute de temps à autre un peu de crème fraîche…

Mais… Tu arrives à trouver du vrai reblochon à Moncton ?

le 01/01/2016 à 19h00 | Répondre

Nya (voir son site)

Bravo ! Tu fais désormais partie de la confrérie de la Vraie Tartiflette de nos montagnes 🙂

Tu seras surprise, mais on trouve bel et bien du reblochon à Moncton : pour les fêtes, l’épicerie française en importe et le revend pour la modique somme de 38 $ pièce 😀 Nous avons donc monté une petite filiale d’importation personnelle par le biais de notre famille, qui nous envoie de temps en temps sous vide (sauvés). La tartiflette est une grande occasion désormais, et plus une affaire hebdomadaire comme avant 🙁

le 02/01/2016 à 00h05 | Répondre

Freesia

Hum … 35 dollars quand même … La seule fois où j’en ai trouvé, c’était à Halifax et à 37 dollars aussi. J’avais décidé de m’en passer pour le coup !
C’est vrai que je n’ai jamais pensé à monter une filiale de fromage français : mais j’ai reçu tout plein de comté, du Neuchâtel, et autres fromages miam miam

le 02/01/2016 à 12h17 | Répondre

Claire Gezillig

Moi, les mises en garde ne me font pas peur mais… où trouve-t-on de la tartiflette AOP au pays des moulins ???? 😛

le 01/01/2016 à 22h12 | Répondre

Nya (voir son site)

Excellente question ! Tu peux toujours te le faire envoyer sous vide par ta famille ? :p

le 02/01/2016 à 00h06 | Répondre

Nilith lutine

Ou essayer de troquer un reblochon contre du vrai gouda auprès d’un fromageophile ?

le 02/01/2016 à 10h31 | Répondre

Madame choupette

Slurp :-p
Remplaçons la barquette de lardons par un belle tranche de lard qu’on découpe soi même , ça c’est vraiment bon! 😉

le 02/01/2016 à 21h10 | Répondre

Mme Pétillante

Ohhh ça donne trop envie ! Le fromage est de loin mon aliment préféré alors forcement j’adore toutes les recettes qui en découlent. Merci d’avoir partagé la recette authentique.
PS : Très belle ville Lyon ! 🙂

le 03/01/2016 à 15h46 | Répondre

Val

Merci de réparer ce crime de lèce majesté : il n’y a pas de crème fraiche dans la tartiflette … nom d’une bique !

Perso j’ai déjà mangé une fourmiflette ! Avec de la fourme donc, mais aussi avec des patates pas assez cuites et avec trop peu de fromage, donc je recommande pas trop (cela dit ça reste un souvenir tenace avec mes copines de fac !!)

le 06/01/2016 à 10h32 | Répondre

elodie

Moi pour rajouter un peu de calorie, je coupe en morceau environ un demi reblochon en plus au milieu des pommes de terres.
Et pour une alternative plus light, je remplace les pommes de terre par des courgettes (pas taper pas taper)

le 20/01/2016 à 12h04 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?