Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Vers Cambridge, enfin une maison coup de cœur !


Publié le 24 juin 2015 par Muscadine

La dernière fois, je t’avais raconté comment nous avions écarté plusieurs maisons du côté de Cambridge. Nous poursuivons donc notre recherche !

Cette fois-ci, la priorité, c’est de chercher des maisons proches d’une gare, à pied ou à vélo. Mon regard se porte sur un petit village charmant, très calme. Il y a régulièrement des trains qui me permettraient d’arriver en trente minutes sur mon lieu de travail. Parfait.

On fouille dans ce village. Et on trouve une maison neuve, en fin de construction. On prend rendez-vous. L’agent nous propose une visite le soir même, après notre travail.

Je regarde à quoi ressemble la rue sur Google Maps. Je suis un peu troublée quand je réalise que la maison en question était déjà en construction sur les photos, prises en 2011, soit il y a près de quatre ans… Il faudra demander des explications : la construction d’une maison ne dure pas plus d’un an si elle est réalisée par un constructeur !

Maison en construction

Crédits photo (creative commons) : Brett and Sue Coulstock

Je me demande aussi si cette maison ne se situe pas en zone inondable. L’East Anglia est une région d’Angleterre toute aussi basse que la Belgique et les Pays-Bas. Certaines terres ont même été gagnées sur la mer. Tu vas penser que je suis parano, folle, trop prévoyante (ou les trois à la fois !), mais je pense au réchauffement de la planète, à la fonte des icebergs, et à l’élévation du niveau de la mer suite aux dérèglements climatiques. La maison qu’on achètera ne devra pas se situer en zone inondable ou trop proche du niveau de la mer. Eh oui, je veux toujours faire des enfants. Folle, je vous dis ! Je cherche donc si cet emplacement est situé en zone inondable. Mes recherches ne sont pas concluantes… Il faudra que je me renseigne auprès de l’agent immobilier.

La route pour aller jusqu’au petit village est longue (on s’y rend en voiture), environ quarante minutes. On laisse la voiture à la gare et on marche de la gare à la maison pour voir si c’est aussi proche qu’on a pu le lire. Ouaip, c’est tout bon.

La maison est sur le point d’être terminée. Toutes les pièces sont spacieuses, lumineuses, les fenêtres sont grandes. La maison est en forme de L : ça change des autres maisons en forme en cube. Elle a toute la place dont on rêve (230 m² !), il y a même une cheminée ! Pour comparer, les autres maisons visitées avaient une superficie moyenne de 100 m².

Question inondations, le gouvernement indique que la maison se situe dans une zone inondable une fois par siècle. On y pense, et on oublie. L’agent nous explique que le constructeur est une petite entreprise : il a commencé ce chantier, puis a dû faire un autre chantier en même temps, ce qui explique pourquoi la maison est en construction depuis si longtemps.

Il y a une grande fissure dans l’une des trois salles de bains sur toute la longueur du carrelage. (« C’est parce que des poteaux ont été placés lors des fondations des maisonnettes de l’autre côté de la rue, les grosses vibrations sont terminées maintenant », nous dit l’agent).

Parce qu’il n’y a pas le tout à l’égout, il y a un bio-digester, plus écolo qu’une fosse septique. Ok, pas de problème, on essaye d’être écolo, donc ça nous va.

Par contre, la cuisine cloche : elle est petite, quand on voit la configuration de la maison. Les meubles ont l’air de sortir d’un entrepôt d’il y a vingt ans : neufs, mais vieillots. L’agent nous rétorque que ce n’est qu’une question de goût… ok. Mais cette cuisine n’est pas pratique du tout non plus : il n’y a de la place que pour un frigo bas (oui, les mêmes que ceux qu’on avait en camping ou qu’on trouve dans les hôtels), situé à côté d’un congélateur bas. Pour une famille de quatre ? Ben oui. C’est comme ça.

Mon chéri tique aussi sur le revêtement du sol. Une sorte de lino marronnasse. Et on remarque que les finitions ne sont pas bonnes. L’agent nous dit qu’évidemment, toutes les finitions seront rectifiées dans les quatre prochaines semaines, il va même jusqu’à nous montrer les finitions manquantes ou défectueuses que nous n’avions pas remarquées. Ça inspire la confiance, non ?

On remarque aussi que quelques angles de murs ne sont pas à 90°. Bizarre. Mais bon, la maison est particulièrement spacieuse, sa situation géographique est excellente. On peut éventuellement faire l’impasse sur un ou deux murs qui ne sont pas tout à fait droits, non ?

On rentre, et on réfléchit. Le lendemain soir, après le boulot, on est d’accord : on se verrait bien dans cette maison, mais la cuisine serait à refaire. Complètement. Le mur qui la sépare de la salle à manger pourrait être abattu (si ce n’est pas un mur porteur), pour qu’on bénéficie d’une grande pièce avec double exposition, ce qui améliorerait la convivialité avec les personnes dans la salle à manger. Et puis on pourrait faire un grand îlot central et des lumières suspendues. Chéri me dit que quitte à casser le mur, autant refaire le sol qui ne lui plait vraiment pas. Ben oui, avec nous c’est tout ou rien !

On prépare une grande liste de modifications. Par exemple, les douches n’ont qu’un seul gros pommeau au plafond, qui fait comme de la pluie. Pas top pratique quand on ne veut pas se laver les cheveux, si ? On demande donc s’il serait possible d’ajouter un tuyau de douche.

Petite parenthèse : je réalise en me relisant qu’on peut paraître super exigeants. Oui, je confirme. Mais on a vécu de longues années en location, sans avoir la possibilité de mettre notre touche personnelle aux locations occupées. J’ai bientôt 35 ans, et mes parents à mon âge avaient acheté leur maison et fait tous leurs enfants. Je n’ai ni maison, ni famille toute faite. Pour autant chéri et moi travaillons dur et nous savons qu’on n’aura pas le temps, avec nos boulots très prenants à temps super plein, de faire des travaux nous-mêmes, ni de déménager plusieurs fois. Donc on veut emménager dans une belle maison pour de longues années. Fin de la parenthèse.

Le week-end suivant la visite de la maison est un long week-end de trois jours. Youpi, plein de temps à investir pour notre projet ! Le premier jour, on retourne à la maison avec l’agent. On lui dit clairement ce qu’on n’aime pas et ce qui doit être modifié pour qu’on puisse envisager d’acheter la maison. On lui lit la liste. On se met aussi d’accord sur une fourchette de prix (merci à mon chéri pour ses talents de négociateur !).

On apprend que le mur de la cuisine est en effet un mur porteur, mais qu’une poutre métallique horizontale peut être installée près du plafond, du moment qu’elle est supportée par des colonnes près des murs. Ça nous va. Il nous indique qu’il note tout et demandera son avis au constructeur.

Le même jour, on visite aussi deux maisons « d’occasion » dans le même village, mais qui nécessiteraient, cette fois-ci, d’aller à la gare en vélo pour moi, plutôt qu’à pied. Ces maisons nous donnent des idées d’aménagement, mais notre cœur penche vers la maison neuve qu’on a visitée.

Et toi, habites-tu dans une maison neuve que tu as achetée nickel ? Ou as-tu accepté de faire des compromis ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

5   Commentaires Laisser un commentaire ?

MlleMora

T’inquiète, je ne te trouve pas exigeante, je comprends très bien ! Acheter une maison, c’est pas comme acheter une baguette de pain, c’est normal qu’on ait des critères et qu’on pose quelques questions quand même ! C’est vrai que c’est étonnant que la maison soit en construction depuis si longtemps. Hâte de connaitre la suite… est-ce cette maison que vous avez achetée finalement ?!

le 24/06/2015 à 16h20 | Répondre

Muscadine

Hello à toutes et merci pour vos commentaires !
Mlle Mora, as-tu lu la suite de mes ‘aventures’? Publiée hier… Je pensais que c’était la bonne, mais finalement non !
Emma, je ne connais pas la législation anglaise pour les eaux usées… par contre quand on achète une maison, on fait appel à un surveyor. C’est quelqu’un qui visite la maison pour vérifier qu’il n’y a pas de malfaçons et qui enquête pour savoir s’il y a des risques dans les alentours, comme la construction d’une route, d’une usine polluante, etc. J’imagine qu’on lui fera confiance, on en connaît un personnellement !
Cécile, on a d’abord pensé à du neuf car l’isolation de la maison dans laquelle on vit (des années 30) est vraiment pourrie (j’en parle dans mon précédent article). Et puis on a pas le temps de faire des travaux. Donc on a une préférence pour le neuf… mais on s’est vite aperçu que la taille des pièces est ridiculement petite. Après, le neuf, le vieux, tout est une question de goût ( et de budget!)
Chaglam, finalement on n’a pas continué avec cette maison… Je pense avec le recul que mon mari a eu raison… il y avait trop de choses importantes qui clochaient (dont la grosse fissure de la salle de bains)!

le 09/07/2015 à 15h22 | Répondre

emma_chan

en lisant l’article un automatisme me vient : en france, tu a le droit d’acheter une maison qui n a pas le tout à l’égout en zone urbaine mais tu es obligée de faire les travaux de raccordement (et potentiellement ça peut coûter super cher). Et en Angleterre, ça donne quoi? as tu eu envie de faire appel à une expertise technique indépendante (la grosse fissure de mur et le temps très long de construction ça inquiète un peu sur l’état des fondations et des plâtres , et c ets toujours dur de savoir si tu peux faire confiance à l’agent immo ou pas?)

le 24/06/2015 à 18h43 | Répondre

cécile

Nous on a refusé de voir les maisons construites il y a moins de 20/30 ans … Ayant un papa artisan et voyant la façon dont sont construites actuellement les maisons c’était niet ( soutraitance de soutraitance de soutraitance …. Charpente en allumettes ….) et donc on a opté pour un pavillon des années 70 validé par mon papa !!!! Déménagement dans deux semaines et démarrage des travaux à la suite !!!¡

le 24/06/2015 à 19h21 | Répondre

Chaglam (voir son site)

Hello! Nous avons visité une trentaine de biens avant de devenir propriétaires! Je comprends tout à fait ces exigences, mais ce n’est pas la peine de se prendre la tete sur des « détails » comme le pommeau de douche!
Nous avons fait beaucoup de travaux, car on voulait absolument de l’ancien. Nous ne nous sentons pas à l’aise dans les maisons neuves. Ici, elles manquent de charme.
Attention à cette fissure, elle est peut etre la preuve d’une malfaçon.

le 24/06/2015 à 23h13 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?