Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Les grandes illusions de l’amitié


Publié le 13 juin 2013 par Diane

L’Amitié, vaste sujet.

Je ne sais pas toi mais personnellement, les vrais amis, je les compte sur une main. Et encore. Le reste sont des bonnes copines, des bons copains, mais pas vraiment des amis.

Car oui, il est des gens sur lesquels tu peux toujours compter, quoi qu’il arrive, et qui ne te feront pas de coups tordus.

J’ai pour habitude de tenir une formule choc : « j’ai des amis par intérêt ». Au premier abord, mes interlocuteurs sont très perplexes, voire choqués par mes propos. C’est l’effet désiré.

Oui, je maintiens, mes amis doivent m’apporter quelque chose psychologiquement, intellectuellement et affectivement. Dans le cas contraire, Merci, passez votre chemin.

Ah, tu vois, déjà là, ça va mieux !

amies promenade dans la nature

Crédits photo (creative commons) : Lisa Widerberg

Vois-tu, j’ai une grande expérience d’amitiés très douloureuses, sur lesquelles je me suis fourvoyée après m’y être investie plus que de raison. Car pour moi, les amis, c’est une famille que l’on s’est choisie. Rien que ça …

Donc, certaines ont bien senti, et surtout bien profité de tout l’aspect viscéral que je mettais dans les liens qui m’unissaient à elles. Diane toujours là pour dépanner, même si ça me demandait une grosse organisation à mettre en place en urgence. Diane ne savait jamais dire Non. Ah et puis, elle est sympa cette nana, elle m’invite tout le temps à dîner, elle ne compte pas son temps pour me faire plaisir, pour m’écouter, pour m’héberger… ni son argent d’ailleurs.

Garder des enfants en urgence ? J’étais là ! Filer chez une copine qui vient d’accoucher en urgence pour aller lui chercher de quoi habiller son nouveau né, au risque de me faire traverser Bordeaux 3 fois et de devoir faire garder mes enfants ? Pas de souci, bien entendu ! Envie de se mettre les pieds sous la table autour d’un bon repas ? Tiens, mais bien sûr, venez diner, ça nous fera plaisir ! Plusieurs fois par semaine et après des heures passées en cuisine et à courir pour mes enfants ! Faire des crêpes à 1h du mat avant que tu ailles en boîte ? Pas de souci ! C’est normal, c’est ça l’amitié !

Je t’en passe des vertes et des pas mûres pour lesquelles il m’aurait été inimaginable d’oser rétorquer un tout petit « Non » ou un « désolée, j’ai piscine ».

J’avais besoin de me démener, de me rendre utile et surtout sans doute : de me sentir aimée. Cela sous-entendait donc que l’on pouvait tout me demander, me faire tous les coups tordus qui, même s’ils me blessaient profondément, étaient très vite oubliés, car je leur trouvais toujours une bonne excuse à ces « amis ». Une circonstance atténuante.

Mais tu vois, tous ces gens-là, tous ceux qui me sollicitaient sans arrêt, pour lesquels j’étais « absolument géniale », à qui je « sauvais la vie » au moins une fois par mois, et pour lesquels j’avais une affection hors normes, ils ont tous disparu de ma vie. Piouuuu envolés ! Et pourtant, ils se comptaient par dizaines, mais ils se sont envolés dans la nature à la vitesse de l’éclair.

Première raison : ma séparation. Tout à coup, je me suis rendue compte que devant mener seule ma barque d’étudiante avec 3 enfants, j’étais forcément moins disponible (et aussi moins riche), et que je devenais nettement moins intéressante. Et surtout que la toute petite minorité que j’osais solliciter en cas de très gros pépin savaient, EUX, me dire « désolée, j’ai piscine ».

Ça fait très très mal, je ne vais pas te le cacher. Ouvrir les yeux, après tant d’années, ça file un choc.

Il y a aussi ceux qui étaient à la base des amis d’enfance de mon ex-mari. Logique dans ce cas qu’ils choisissent de rester en contact avec lui (même si cette amitié était entretenue de mon seul fait).

Juste pour info, aujourd’hui, et depuis des années, ils ne voient plus du tout leur « super ami ». Il faut dire qu’il avait bien moins de disponibilité et d’empathie envers eux. Et en plus, il ne sait même pas faire cuire un œuf !

Ensuite, il y a celles qui ont bien profité de moi, sentant ma gentillesse à 10 km. Une notamment que j’ai fait vivre pendant presque 2 ans, comblant ses découverts, lui faisant des courses, l’invitant au resto pour lui changer les idées, lui payant le coiffeur pour son anniversaire, lui prenant rendez-vous (et payant) chez des spécialistes… Des milliers d’euros dont j’attends toujours le remboursement « promis, juré, craché ». Oué, trop bonne trop conne. Je m’en rends compte, nul besoin de me le dire.

Mais le pire dans tout ça, c’est que notre amitié s’est brutalement (et bizarrement) terminée quand, venant d’acheter ma maison, je n’ai pas pu, pour la première fois, accéder à sa demande d’aide financière. C’est fou, hein ?

Une autre, que je considérais comme une sœur, à laquelle j’étais attachée viscéralement, au point qu’on s’appelait au moins une fois par jour. Elle trouvait normal d’utiliser notre maison familiale d’Arcachon à sa guise, d’y inviter des amis, et d’y refaire la déco à son goût … Tout ça, sans nous demander l’autorisation, sans bourse délier, remboursement de frais engagés, ni même un simple merci.

Mais ça encore, sotte que je suis, je pouvais facilement passer dessus. Mais lorsqu’elle a décidé de couper les ponts avec moi suite à des propos « blessants » que j’aurais tenus dans don dos, et que j’ai appris par la même occasion toutes les choses particulièrement méchantes qu’elle racontait sur moi, là alors j’ai sombré. 10 ans d’amitié remises en question et disparues sous la simple influence d’une sale idiote rencontrée 2 mois plus tôt sur un forum à la noix ??? Autant dire que notre amitié ne valait pas tripette pour elle.

Je ne te cache pas qu’elle a tenté, des années plus tard, de reprendre contact avec moi, feignant de s’enquérir de mes nouvelles par mail. J’y ai répondu de façon très froide et laconique. Le cœur n’y était plus. Et encore moins pour mon mari, qui ne lui « pardonnait pas toutes les souffrances qu’elle m’avait infligées ». Car vois-tu, tout ça est arrivé à un très mauvais moment dans ma vie, et sa méchanceté m’a fait plonger, mettant mon couple en grand danger. Et ça, j’ai beau être bonne et conne, et surtout pas rancunière, j’ai moi aussi du mal à passer au-dessus.

enfant câlin avec son chien

Crédits photo (creative commons) : Brandon Atkinson

Donc, toutes ces sombres histoires, ces peines ont eu un impact assez négatif sur mes rapports à l’amitié. Comme m’avait dit une psy : « il y aura un avant et un après Mylène » (nom de cette charmante « meilleure amie »).

Elle avait raison. Je suis bien plus circonspecte en terme d’amitié, et j’avoue ne plus savoir donner. C’est complètement inconscient et involontaire. Peur de me faire avoir ? Trop de souffrances et de déceptions et plus envie de m’investir autant à nouveau ? Je n’en sais rien, mais je suis bien plus en retenue. Je ne me mets plus en 4 pour faire plaisir à mes seuls vrais « nouveaux » amis. Je n’y arrive plus. Je culpabilise comme une malade, mais je n’y arrive pas. Trop souffert. Trop peur que ça recommence. Plus envie de trop m’investir corps et âmes dans notre amitié.

Et pourtant je les aime, ils font partie de ma vie. De moi. Mais je reste sur mes gardes.

Ce qui m’est d’autant plus difficile qu’ils sont tous attentifs, adorables, généreux. Des amours d’amis.

Quand je vois la vie que j’ai fait mener à mon Témoin Souffre-Douleur, la façon dont il m’a supportée, dont il a été disponible, toute sa gentillesse depuis 7 ans, je me dis qu’il est difficile de trouver mieux.

Ma meilleure amie, qui était capable de faire 100 km deux fois dans la journée pour venir me chercher et me ramener quand j’étais en panne de voiture.

Des amis qui sont capables de faire 1500 km pour venir nous voir un weekend. Qui prennent toujours de nos nouvelles. Qui nous sont fidèles depuis presque 10 ans.

Ça fait couler une larme, parce que c’est trop. Trop gentil, trop bon. Et moi, comme une handicapée de la vie, j’ai le sentiment que je ne donne rien. Que je me méfie encore et encore de m’en prendre une sur le coin de la tête. Que je freine en permanence, de peur de me laisser entrainer dans une tornade d’amour et d’en souffrir à nouveau.

Donc, le peu d’amis que j’ai, j’y tiens. Je ne suis plus une collectionneuse compulsive de noms à mettre dans mon répertoire, de pseudos amitiés fragiles et superficielles. Pas besoin de me rassurer en étant entourée d’une multitude de gens qui ne voient en moi qu’un mix entre Sœur Emmanuelle et SOS Dépannage 24/24. Je veux de la sincérité, pas des apparences ou de l’intérêt.

Et si tu savais comme je m’en porte mieux maintenant !

Et toi, tu as beaucoup de vrais amis? Tu as toi aussi connu de véritables déceptions qui t’ont fait sombrer dans la déprime? Tu ouvres grands tes bras et ton cœur, ou es-tu plutôt réservée et méfiante ? Raconte !

Commentaires

17   Commentaires Laisser un commentaire ?

Lakmé

Mon Dieu, Diane, j’aurais pu écrire tout ça… Les paroles blessantes de mon « ami, mon frère », accueillies avec le sourire sous peine de « manquer d’humour », les heures passées à écouter les lamentations sans rien en retour, héberger, dépanner, aider, prêter…

Encore tout récemment, alors que j’ai répondu présente pour garder le fils d’une « amie » en urgence, je me vois répondre hier, alors que JAMAIS je ne demande d’aide d’habitude (et même là, c’est elle qui a proposé): « Je t’ai proposé de garder ta fille, mais en fait j’ai encore parlé sans réfléchir. Tu comprends, je ne voudrais pas qu’elle donne son angine à la mienne. »
Ben oui, pas habituée à ce que j’accepte les propositions d’aide, ça a du la surprendre.
J’ai aussi eu ma Mylène, manipulatrice et méchante, à qui je pardonnais tout, qui finalement a pourri mon mariage et m’a fait passer pour une psychopathe. Et dont, 7 ans après, je ne suis toujours pas complètement remise.

Voilà pourquoi je tâche d’assurer ma fille de tout l’amour que j’ai pour elle, je lui répète qu’elle est belle, intelligente, pour qu’elle ait confiance en elle et n’ait pas ce besoin désespéré d’amour, elle aussi. Pour qu’elle se suffise,et que les autres soient un choix agréable, mais facultatif.

le 13/06/2013 à 08h19 | Répondre

Madame Feliner

Oh mon Dieu… l’amitié, vaaaaste sujet!

En fait l’amitié est très révélatrice des liens que tu as avec toi-même. Si tu ne t’aimes pas assez tu tombes à la merci des manipulateurs qui vont bien sentir que tu auras peur d’être seule;
Si tu t’aimes trop tu seras la nana pas sympa qui sollicite toujours et ne donne jamais rien en retour;
Pas évident…
J’ai appris à dire non au fur et à mesure des années, et aujourd’hui je suis contente de savoir qu’à 30 ans j’arrive à ne pas me laisser duper; mais nous portons tous notre lot de névroses, et blesser sans le vouloir est aussi notre lot à tous.
Que faire de l’amie qui pète un cable et manipule tout le monde dans mon entourage? Je garde ou je coupe les ponts?; et celle qui devient odieuse parce qu’elle te jalouse; celle qui passe ses nerfs sur tout ce qui bouge?; celui qui juge en permanence les autres?

J’ai discuté avec quelqu’un (peu après les énormes craquages de mon mariage) de tout ça, et cette personne m’a répondu assez sagement: moi aujourd’hui, j’ai appris à laisser partir les gens et à ne plus me faire de mourron. Les gens veulent être odieux ou toxiques? Et bien j’arrête de les voir. C’est aussi simple que ça. On se retrouvera si ça en vaut la peine, sinon je vais juste y perdre mon énergie ».
Depuis je médite pas mal dessus… 🙂

le 13/06/2013 à 08h38 | Répondre

Mme Pivoine

Effectivement, vaste sujet l’amitié… Pas simple de réapprendre à faire confiance.

le 13/06/2013 à 09h29 | Répondre

Marie Obrigada

Cet article tombe bien, ces derniers temps j’ai un peu mal à mes amitiés.
En fait, je crois que je n’ai plus d’amies mais que des connaissances avec qui j’échange des nouvelles de temps en temps (par mails collectifs youhou ^^)
Cela ne me fait pas autant souffrir que pendant mon adolescence mais je crois bien que je n’ai jamais été aussi seule.

le 13/06/2013 à 09h51 | Répondre

Christelle

Moi aussi je compte mes vrais amis sur le doigt de la main et c’est toujours dans les situations critiques que tu les reconnais, tout les autres disparaissent d’un coup d’un seul bizarrement… Mais ce n’est pas plus mal car au moins tu sais sur qui tu peux compter. Mais une amitié rompue c’est comme une rupture amoureuse, on en souffre et on met du temps à s’en remettre et on a du mal à accorder sa confiance de nouveau, c’est un travail sur soi qu’il faut faire pour ne pas trop s’investir par la suite mais surtout, partager des choses avec les personnes qui en valent la peine

le 13/06/2013 à 10h18 | Répondre

Magali

Ohhhh j ai l impression de me lire !!!!

Donner beaucoup sans compter
Et te rendre compte par la suite de certaines choses
Mais être encore trop conne a essayer de recoller les morceaux x fois !!!

Je commence douloureusement a faire le deuil de cértaines amitiés
Mais que c est difficile !!!!

Les vrais de vrais amis sont rares et précieux
Et c est dans certaines épreuves douloureuses ou même joyeuses que l on s en rend compte !

le 13/06/2013 à 11h28 | Répondre

Madame Alternative

Très chère Mme Diane,
Je suis bien contente que tu sois débarrassée de toutes ces pe***sses.

Mais c’est toujours bien de se créer quelques défenses.
Et je trouve que l’analyse de Mme Feliner sur les liens entre l’amitié et ce que l’on pense de soi est très vrai aussi.

Enfin, je suis contente que tu ai gardé une place pour les gens qui aiment profiter de ta maison 😉

le 13/06/2013 à 19h30 | Répondre

Miss P

Que des articles intéressants en ce moment! 🙂
Je pense aussi être trop gentille avec une « amie » et ne pas savoir dire non..je suis tjs là pour écouter, rassurer, consoler mais quand c’est moi qui ne vais pas bien, il n’y a personne et c’est très pesant. Du coup j’ai pris mes distances avec cette « amie » qui n’est finalement qu’une copine. ca fait bcp de bien! et elle ne me demande pas + de mes nouvelles alors qu’on se voit tjs les jours…heureusement, mon chéri me soutient dans ce sens car ça commençait à lui peser lui aussi…

le 13/06/2013 à 19h57 | Répondre

Madame Hermine

Ah Madame Diane, vaste sujet que l’amitié.

Pour ma part, je suis une sauvage. Je communique peu. D’abord il faut m’approcher, puis montrer patte blanche et faire ses preuves. Je suis peut être dure avec mes amis mais je sais que ceux qui restent sont les bons.
J’ai trop souffert de me retrouver seule il y a quelques années avec mon mari suite a des événements familiaux. Seuls les bons sont restés. Maintenant je me lie difficilement. J’ai beaucoup de connaissances, des copains/copines mais très très peu d’amis!
Apres j’ai des copines + ou ++ voir +++ qui au fil du temps montrons en grade ou disparaîtront mais ça c’est le temps qui me le dira 🙂
Il faut dire que rarement je n’ai accorder ma pleine confiance et trop souvent je me suis trompée. C’est vrai ça fait mal c’est la vie vie. Mais je suis pas collectionneuse de bleus au cœur.
Mais le hasard de la vie fait parfois de bonnes choses et peut permettre de tres belles rencontres amicales 😛

le 13/06/2013 à 22h30 | Répondre

Madame Nanaho

Figure toi que bizarrement non je n’ai pas beaucoup de vrais amis ! Tout comme toi, je suis trop bonne trop conne ! Heureusement, si je puis dire, une ancienne meilleure amie m’a fait beaucoup de mal, ce qui m’a permis d’ouvrir les yeux !Moi qui était toujours là pour elle, pour lui porter son sac car elle avait mal au dos, pour la recevoir chez moi alors que je n’avais qu’une chambre dans laquelle dormait mon fils, moi qui était toujours là pour soigner ses peines de coeur…..Et le jour où j’ai dit stop, c’est le jour où elle a osé comparé mon fils à un monstre car il pleurait fort !! J’ai tout coupé de suite avec elle, et elle n’a pas hésite à me trainer dans la boue, malgré toute l’affection que j’avais eut pour elle…..
Heureusement pour moi, j’ai beaucoup de bons amis, mais j’en ait très peu sur lesquels je peux compter. Encore récemment, j’ai été trahi et je ne m’en remet toujours pas.
Nos amis sont la famille que l’ont choisit et dans toute les familles il y’a des histoires, c’est ainsi.

le 19/06/2013 à 13h42 | Répondre

Laura

Je reconnais ma propre expérience dans tes paroles…tout est dit. Qu’ajouter?

le 24/04/2014 à 14h40 | Répondre

ericka

Comme je dit toujours ma famille avant tout… les autres on s’en fous !!! (Oui, enfin la famille très très proche mes 5 doigts de la mains: mon frère, mes parents, ma mémé et mon mari)
Dans se message tu comprendra que je ne crois pas du tout a l’amitié…
Depuis toute petite : les copines, les soit disant amis et bien c’était pas pour moi… souffre douleur de service a l’école, au collège ,au lycée, ) du coup l’amitié je n’y crois pas du tout !!

le 29/06/2014 à 18h44 | Répondre

Astrid

Je me suis reconnue dans ce texte . Voilà je vais avoir 18 ans et je suis incapable de dire non à mes amis . Je me plie en 4 pour eux quitte à m’abandonner moi je fais jamais des choix en fonction de moi mais en fonction des autres . J’ai une amie à qui jai tout donné du temps , des mots m’a rendu minable quand j’ai appris tous ce qu’elle disait sur moi . Mais qu’est ce que j’ai fait 3 semaines après c’est moi qui lui ai renvoyé un message . Elle ne vient plus en cours soit disant car elle va mal, c’est moi qui prend des nouvelles chaque jour qui m’occupe de ses cours alors qu’elle n’est pas dans ma classe qui s’occupe d’elle qui va parler à sa prof principale . Ét moi elle n’a jamais rien fait pour moi alors que mon passé est plus que douloureux et je pense que c’est d’ailleurs pour ça que je suis trop gentille . Je ne sais pas dire non

le 26/03/2016 à 08h18 | Répondre

Jules

Bonjour à tous.
J’ai atterri ici car je suis perdu, moi le bon gaillard de 38 ans qui va au devant et au delà des espérances de ceux que j’aime. Je suis en pleurs au moment où j’écris ces lignes car j’ignore si je dois continuer ou non cette amitié à distance avec ce garçon rencontré il y’a 9 mois sur internet. Gay comme moi, le même âge, avec la même enfance malheureuse, et aussi tracassé que moi, j’ai eu la sensation de découvrir mon âme sœur, mon jumeau astral, mon grand frère. Mais je donne mon énergie , c’est toujours moi qui appelle, il m’annonce qu’il est n’est pas à l’aise avec le téléphone, qu’il a très peu d’amis et qu’il ne les contacte que très peu, et moi j’ai toujours l’impression de déranger, il dit m’apprécier mais ne me le montre pas, il est introverti, moi aussi, alors comment faire? Dois je arrêter ici, ou être patient, je n’en sais rien, merci de m’avoir lu ou pas.

le 09/01/2017 à 15h22 | Répondre

Claire

J’apporte mon petit témoignage personnel car moi aussi de mon côté je suis en train de vivre une grosse déception amicale : Depuis plusieurs années, mon groupe d’amis s’amenuise. Un tel à fait ceci, un tel à fait cela. Tant bien que mal j’essaye de continuer à garder contact avec tout le monde. Quelques mois avant leur mariage l’année dernière, un couple d’ami s’est de nouveau pris le bec avec un autre couple de ce « groupe d’ami » qui fond à vu d’œil. Comme toujours, nous n’avons pas pris parti, et continuons à voir chacun séparément. Mais étrangement, depuis le mariage en juin 2016, c’est pratiquement le silence radio de leur coté, voir même des petites bassesse qui commencent sérieusement à n’énerver. Par exemple pour le nouvel an 2017, nous avons invités plus de 15 personnes dont les 2 couples en froid. Non seulement les 2 mariés ne sont pas venus mais ils ont invité chez eux 2 autres de mes invités et on fait à 4 une « petite contre soirée », le tout en mentant, cachant les photos etc. Même histoire 2 mois plus tard pour l’anniversaire d’un amis (mensonges et « contre soirée »). Plus récemment, la « mariée » que je croise souvent à la gare m’a esquivée à 2 reprises alors qu’elle passait à coté de moi limite en me bousculant.
Bref cela ressemble à des gamineries d’école maternelle mais je ne sais pas quoi faire car pour parler au gens, il faudrait encore pouvoir les voir …

le 05/07/2017 à 16h18 | Répondre

Réfuveille

Bonjour à tous
J’ai 44 ans et j’ai rencontré une personne sur un jeu auquel je joue depuis maintenant 4 ans, moi qui me center seule chez moi j’ai découvert que je pouvez discuter avec des personnes de différentes nationalités….au début je voyageais de voisinage en voisinage puis j’ai fini par créer le miens et la j’ai rencontré une femme avec qui dès le début de nos conversations on est vite devenu des amies très proche pas un jour en 3 ans on c’est séparé on se parlait sur le jeu sur messager sms email pas un jour sans se laisser des nouvelles j’avais enfin trouvé mon amie on se ressemblait comme des sœurs on avait un même parcours de vie et on s’en sortait et à 2 on était plus forte ….puis un jour je me suis dit faut qu’on se voit on peux pas faire autrement que de se voir à oui on habite à 900km l’une de l’autre …donc je mets au défi de nous voir avec d’autre amis (es) qui sont sur le jeu nous voilà en tous 10 a vouloir se réunir…..c est partie on bloc d’abord une date on est tous d’accord et je réserve un gîte pour 14 personnes et l’aventure se passe à merveille on est tous content de se voir on a passé une semaine super agréable et des souvenirs pleins la tête et avec ma copine c’était magique une complicité que j’adorais pleins de câlins de bisous d’attentions l’une envers l’autre des vacances de rêves que je n’arrive pas à oublier……..et puis la semaine de vacance se termine avec des larmes.. faut repartir on parle toute les 2 on se fait un dernier câlin et un dernier bisous et me voilà sur le chemin du retour ……on continue à s’envoyer des messages pendant le trajet avec des larmes qui coule sur mes joues ……de retour après 9 h de route là vies reprend à la maison mais moi je suis pas bien elle s’éloigne je le sent puis je reçois un mail pour me dire que oui elle m’aime et que pour le bien de nos deux famille faut arrêter de rêver j’essaye tant bien que de mal à vouloir lui parler mais en vain pour elle l’histoire est terminé mais moi je n’y arrive pas sa fait trop mal …sa va faire un ans que je n’ai plus de nouvelle silence radio total et comme tous les ans je lui envoie un colis et là il me reviens refusé j’étais en pleure mais c’est la réalité elle a juste joué avec moi voilà pour mon histoire et me parlait plus de faire confiance à quelqu’un c’est fini j’y crois plus
Désolé pour les fautes d’orthographe

le 14/12/2017 à 09h24 | Répondre

Anna

Je comprends un certain ressentiment et une peur de souffrir de nouveau en amitie mais:
– peut on demander à un ami de nous rendre ce qu on donne avec le coeur?
Je ne crois pas cela legitime.
– comment avez-vous travaillé cette dependance affective?

le 19/02/2018 à 13h32 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?