Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

La spéléologie


Publié le 29 août 2018 par Rigel

Sauf mention contraire, photos personnelles

Cette année, tu as choisi de ne pas passer tes vacances au bord de la mer, parce que l’eau ça mouille et le sable ça grattouille. Tu as parcouru tous les sentiers du coin, et tu as envie de changer d’activité ? Renseigne-toi, car si tu es dans une région karstique (= calcaire), tu pourras peut-être t’initier à la spéléologie !

La spéléologie est l’exploration des cavités souterraines. C’est donc une activité à la fois scientifique, sportive ou de loisirs. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe plusieurs façons de découvrir le monde souterrain, depuis la simple balade,  pas trop physiques, ou carrément des parcours souterrains, façon via ferrata.

Crédit photo : Jaworski

Je te déconseille TRÈS formellement de t’aventurer seul dans une grotte, même si elle ne semble pas profonde, même si elle te semble peu dangereuse. Déjà parce que tu n’aurais pas l’équipement nécessaire à assurer ta sécurité et ensuite parce que si tu te perds… et bien on ne capte pas DU TOUT sous terre. Alors bon, ça serait dommage que l’on te retrouve dans 10 000 ans, figé dans l’argile ! Plus sérieusement, l’actualité récente avec les jeunes thaïlandais d’une équipe de foot coincés dans une grotte par une montée subite des eaux nous rappelle qu’il est nécessaire d’être accompagné par des professionnels pour les premiers pas souterrains.

Mais comment les trouver ces pros ? Et bien, souvent, lorsque la région s’y prête, tu trouveras des flyers dans les hôtels/centres de vacances/ campings/ syndicats d’initiative, etc… Du coup, pas besoin de trop te creuser la tête, tu peux y aller les yeux fermés ! Sinon, astuce : les box « sensation » (wonderbox,  smartbox) proposent des activités spéléologie.

Le matériel pour une pratique sportive

En fonction de l’engagement physique de la pratique, tu auras besoin a minima d’une simple paire de chaussures de sport, et d’un casque équipé d’une lampe. Avec cette tenue, tu t’en tiendras à de la promenade souterraine, que même mamie pourrait faire après son opération du col du fémur (ou presque !). Parfois, il faut enfiler une combinaison plus ou moins étanche en fonction de l’humidité (clairement, si tu passes sous une cascade, tu seras bien humide !), un baudrier équipé de longes et d’un descendeur (comme en accrobranche !), etc. Je ne sais pas comment cela se passe pour les structures commerciales, mais les spéléologues sportifs installent leurs cordes et repartent avec à la fin de leur exploration (parce que cordes qui restent fixes peuvent se détériorer avec le climat ambiant, et donc tu ne saurais pas quelle est la qualité de l’installation. Et aussi parce que des cordes, ça coûte cher !). Pour le franchissement de plans d’eau (lac souterrain, rivière…), tu peux être amené à t’assoir dans une grosse bouée ou carrément dans un petit canot gonflable.

Pour qui et à quel prix ?

Comme je te l’ai dit, quasiment tout le monde peut pratiquer la spéléologie. Plus généralement, les structures commerciales proposent l’activité à partir de 8 ans… Pas forcément parce que c’est dangereux, mais parce que c’est un peu physique et que le matériel n’est pas forcément adapté en taille !

Côté budget, tu ne seras pas surpris si je te dis que ce n’est pas très bon marché. J’ai vérifié, il faut compter environ une quarantaine d’euros par personne pour une demi-journée et 70€ pour une journée entière. Pourquoi ce tarif ? Parce qu’il faut rémunérer l’encadrant, acheter le matériel (et assurer son renouvellement), payer les assurances (parce que oui, les secours sont gratuits partout en France, même sous terre, mais le coût des frais de secours engagés par les collectivités locales peut être réclamé auprès des assurances). J’ai une super bonne nouvelle pour toi : si l’activité te plait, il existe des clubs de spéléologie partout sur le territoire, et pour la modique somme de ta licence+cotisation au club, tu pourras bénéficier d’un encadrement, de matériel prêté, de conseils, et de découvertes encore plus chouettes que celles que tu pourrais faire en une seule sortie ponctuelle. En prime, si tu n’as pas la chance de vivre à proximité de gouffres, tu pars en week-end entre copains, et tu gardes vraiment de bons souvenirs !

Et si je veux visiter sans me salir ou avec des touts-petits ?

Si tu es enceinte, si tu es avec des jeunes enfants ou des bébés, si tu as besoin d’une pratique ultra-sécurisée ou si tu n’as juste pas envie d’une pratique sportive, bonne nouvelle ! Tu peux être un touriste souterrain, en visitant des gouffres totalement aménagés et sécurisés. Ainsi, je peux te citer le gouffre de Padirac , les grottes de Bétharram, le gouffre de Poudrey… Les gouffres ouverts au public ne présentent pas de passage vraiment très étroit, donc je ne pense pas que ces visites soient interdites aux claustrophobes (après, si l’idée d’avoir plusieurs milliers de tonne de pierre au dessus de ta tête te tétanise… n’y va pas !). Les tarifs sont de l’ordre d’une dizaine d’euros pour les adultes, et tout est fait pour le confort du visiteur : bateau, petit train, lumière mettant en valeur les concrétions calcaires remarquables. Le bon plan ? Les visiter un jour de canicule, il y fait environ 13°C en permanence (il faut donc penser à prendre un pull) ! Attention, même si ces gouffres sont aménagés, ils ne sont pas adaptés aux personnes à mobilité réduite (en fauteuil roulant ou en béquilles), car il y a malgré tout des marches à monter et descendre. Donc si tu es jeune parent, laisse ta poussette dans le coffre et pense au porte-bébé !

 

J’espère t’avoir donné envie de découvrir les merveilles souterraines ! As-tu déjà eu l’occasion de visiter un gouffre ouvert au public ? Est-ce que tu serais plus motivé pour une balade touristique ou par une découverte un peu plus intense physiquement ?

Commentaires

5   Commentaires Laisser un commentaire ?

La comtesse bleue (voir son site)

Super article ! Je suis tombée dans les grottes toute petite puisque mes grands-parents en exploitaient une (aujourd’hui fermée au public) et j’ai donc eu la chance de partir en exploration dans les galeries non aménagées. J’espère y retourner un jour mais l’impact humain et l’éventuelle détérioration de traces m’inquiète un peu… Est-ce que les clubs sensibilisent à ça ou le but est-il plus la pratique sportive ?

le 29/08/2018 à 08h55 | Répondre

Madame Parenthèses

Ma tante appartient au club de spéléologie d’Ile de France, et je peux t’assurer que la préservation des grottes qu’ils visitent est très importante pour eux !!
Interdiction de laisser une quelconque trace de leur passage, que ce soit une corde… ou, plus prosaïquement, de l’urine ! 😉

le 29/08/2018 à 12h31 | Répondre

Rigel

Les grottes qui demandent un peu d’engagement physique sont laissées propres (en tous cas, les quelques unes que j’ai pu explorer). Les seules traces humaines sont les spits (point d’ancrage en acier pour les cordes), les traces de noir des lampes à acétylène (avant les LEDs !), et parfois, des dépots de carbure de ces mêmes lampes. Les spéléologues font attention aux eaux souterraines, qui sont parfois captées un peu plus loin pour la consommation, et ramènent leurs déchets (papiers, bouteilles etc…). Pour les gouffres touristiques, il y a peut être quelques déchets (des objets perdus par exemple) mais les exploitants font probablement le nécessaire pour tout maintenir propre.

le 29/08/2018 à 22h48 | Répondre

Rohnny (voir son site)

Bonjour, je découvre ton blog et le trouve franchement intéressant.
Merci pour cette approche à la spéléologie, de plus de grottes nous en avons pal mal par ici (Liège – Belgique)
Je tiens moi aussi un blog sur ma passion le running, tu passes dire bonjour quand tu veux.
Cordialement.
Rohnny

le 30/08/2018 à 11h38 | Répondre

Rigel

Bonjour Rohnny,
Ce n’est pas mon blog, mais un blog collaboratif, d’où la grande variété des billets.
J’ignorais qu’il y avait de nombreuses grottes en Belgique (préjugés ! Comme il n’y a pas de grand massif montagneux, je ne pensais pas qu’il pouvait y en avoir), du coup je suis allée voir wikipédia qui m’a appris que la pratique était répandue ! Merci de m’avoir appris quelque chose 🙂
Je suis allée faire un tour sur ton blog, bravo pour ta pratique du running et je te souhaite de bien te remettre de ta blessure.

le 30/08/2018 à 22h06 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?