Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Participer à une bourse aux graines – Partie 1


Publié le 4 novembre 2019 par Madame Ecologeek

Les graines, les semences, les boutures, les plants… ça te parle ?

En intérieur, sur un balcon, dans une jardinière ou dans un potager, il est bénéfique d’être entouré de végétation. Certaines plantes sont dépolluantes, d’autres sont nourricières, d’autres encore sont mellifères (donc essentielles pour les abeilles et cie), d’autres sont juste esthétiques et toutes sont sources de vie et d’oxygène à condition de ne pas se faire envahir !

Crédits photo (creative commons) : Free-Photos

En revanche, nous n’avons pas tous la main verte et nous n’avons pas tous les moyens financiers de jardiner alors un très bon plan c’est de trouver et de participer à une “bourse aux graines” près de chez soi (ou troc ou échange ou partage de graines). Le principe, en général, est de faire se rencontrer les gens d’un même coin pour qu’ils partagent leurs plantes et leurs savoirs-faire voire leur passion du jardinage…

La toute 1ère chose à savoir c’est que tu seras la bienvenue à la bourse aux graines dans tous les cas : sur une échelle de 10 à 0 où 10. tu es experte et arrives avec un coffre rempli de graines et plantes et 0. tu es novice et arrives les mains vides !

Les participants experts

Les amatrices de jardinage et de botanique se retrouvent parfois envahies chez elles. Un exemple classique concerne les framboisiers qui font des tas de rejetons non désirés qui finissent par être arrachés et jetés faute de place ailleurs ; ou tout simplement le sachet de graines de salade pour faire ses semis qui se périment trop vite par rapport à ton utilisation (à moins d’être maraîchère, tu ne planteras pas 300 salades en 3 ans). Dans ce cas, participer à une bourse aux graines te permet de faire de la place chez toi sans jeter et en faisant le bonheur d’inconnus qui cherchent justement des plantes. En plus, tu vas forcément croiser des gens avec qui papoter de jardinage et avec qui échanger des astuces pour l’entretien des plantes. Attention, tu risques même de repartir avec des nouveautés pour chez toi !

Certains experts viennent parfois avec des plantes très rares et là, en échange, ils cherchent quelque chose de bien précis (il faut les comprendre, par exemple, quand tu as passé 10 ans à entretenir tes 5 bonsaïs, tu n’as pas forcément envie de les échanger contre de malheureuses graines de tomate trouvables partout). Mais ce cas reste minoritaire d’après mon expérience et n’empêche pas de discuter de sa passion avec la personne.  

Les participants entre-deux

Les entre-deux vont tout autant bénéficier que les autres participants des échanges de plantes et de conseils. Généralement, les organisateurs ont un stock de graines en plus de ce que les gens apportent. Dans ce cas, ils peuvent demander à ce que tu laisses monter en graines au moins une des plantes que tu auras semé pour leur en rapporter la fois prochaine. Ce n’est pas obligatoire, évidemment, mais c’est parfois bien difficile pour eux d’avoir certaines graines donc c’est l’occasion de les aider en retour.

Personnellement, j’ai essayé une année avec les “citrouilles géantes d’Halloween” sauf qu’aucune de mes 8 graines n’a pris (et j’étais bien déçue et, pour ma déco d’automne et, pour les bénévoles de la bourse)

Un autre aspect sympathique de ce genre d’événement c’est que d’année en année, on recroise les mêmes personnes et on se sociabilise avec des gens qui partagent au moins ce point commun avec nous au delà des barrières habituelles d’âge, de milieu social, de préférence politique et j’en passe… Et ça, moi, je trouve que c’est essentiel pour les humains.

Crédits : Photos personnelles

Les participants novices

Les novices, eux, ne doivent pas s’inquiéter d’arriver les mains vides (essaie de prendre quand même de petits contenants type boîtes ou sachets + de quoi écrire). Il s’agit principalement d’un partage plutôt que d’une bourse ou d’un troc donc c’est donnant-donnant et gratuit (tu peux payer avec ton plus beau sourire, ça ne gâchera rien) : d’un côté des gens ont un surplus de plantes dont ils ne savent plus quoi faire et de l’autre, toi, tu as besoin de plantes que tu n’as pas…

Par exemple, dans notre jardin, toutes les haies (framboisiers, cassis, buis, troènes, groseilliers et mûriers) viennent de boutures données gracieusement par notre entourage et par des inconnus lors de bourses aux graines. Nous n’avons jamais acheté de graines de courges non plus pour notre potager, etc.

Crédits : Photos personnelles

Les enfants

Les enfants sont les bienvenus également ! Une bourse qui a lieu au printemps permet de leur apprendre à faire des semis ou des bombes à graines par exemple avec lesquels ils repartent pour voir ensuite grandir leur plante à la maison.

En automne, des coloriages et des jeux d’identification des plantes voire des quiz sur la nature ou l’alimentation peuvent être prévus pour les intéresser et les occuper de façon ludique. Quand nous avons un papa tout étonné d’entendre pour la première fois le mot “basilic” à notre stand, clairement, je suis ravie qu’il soit là avec ses 4 filles car il y a des graines à semer ailleurs que dans la terre et c’est génial de pouvoir transmettre des connaissances qui, à nous, nous semblent être des évidences !

Et toi, tu connaissais déjà le principe du partage de graines ? Tu as passé un bon moment ou ça te donne envie d’essayer ?

Commentaires

3   Commentaires Laisser un commentaire ?

Pippa (voir son site)

Ma tante participe souvent à ce genre d’événement et m’invite chaque année mais je n’ai jamais sauté le pas…

Mais nous avons mis en place, avec ma mère, sa voisine et ma tante, une sorte de « troc » entre nous. Si je cherche une essence en particulier, je vais d’abord leur demander avant d’aller à la jardinerie et dans 80% des cas, elles ont. Et inversement, je leur donne ce qui pousse en trop dans mon jardin (même si j’ai un jardin de bébé à coté d’elles) ou les plantes vertes qui me soulent et feront leur bonheur. 🙂

le 04/11/2019 à 08h16 | Répondre

Madame Colombe

Ce principe me rappelle le troc de livres à la bibliothèque du village. Chacun arrive avec ses ouvrages, on discute littérature, on échange… Je ne savais pas que cela existait pour les graines. Mais c’est une très bonne initiative alliant écologie et économie. A quand des armoires ou boîtes à graines, comme pour les livres?

le 04/11/2019 à 20h24 | Répondre

Madame Ecologeek

super votre arrangement entre vous Pippa ! quand tu as du monde dans ton entourage qui jardine, ça aide beaucoup… nous, nous ne sommes pas du tout de la région où nous vivons donc ce genre d’événement nous permet de rencontrer nos « voisins »

Mme Colombe, dans certaine médiathèque, il y a des grainothèques mais malheureusement elles se résument souvent à une étagère abandonnée dans un coin donc difficile à faire « vivre » s’il n’y a pas des animations spécifiques autour (et du monde pour s’assurer que les graines ne sont pas périmées)

le 12/11/2019 à 19h59 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?