Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Deuxième voyage en Islande : vers les Fjords de l’Ouest


Publié le 8 octobre 2015 par Fleur-Joséphine

Tu te souviens, nous étions rentrés d’Islande tout émerveillés et déterminés à y retourner. Cette fois, nous avions donc davantage de temps pour nous préparer et nous équiper !

Se préparer

Au début de l’hiver qui a suivi notre premier voyage, à la faveur d’une visite dans un grand magasin d’équipements sportifs, j’ai cherché mon manteau pour l’Islande. Je ne suis pas skieuse, et je porte un caban en laine l’hiver, donc il me fallait un vrai manteau imperméable (qui protège à la fois de la pluie et du vent) pour le futur voyage en Islande.

Les manteaux de randonnée ne m’ont pas trop convaincue, je les ai trouvés un peu courts. Les manteaux de ski étaient d’une meilleure longueur. Quelques essayages, comparaisons et discussions avec un vendeur ont permis de conclure l’affaire. Je suis repartie avec un beau manteau de ski, bien long, bien chaud et bien imperméable, muni d’une capuche moumoutée et de super poches intelligentes. Le manteau était à 150€ (quand je te disais que l’équipement pouvait plomber un budget !). Il a tout de suite été baptisé « manteau pour l’Islande ».

Un peu plus tard, j’ai également déniché mon bonnet spécial grand froid : intérieur polaire, extérieur maille synthétique, et un gros pompon pour la décoration.

Enfin, j’ai commandé un vrai guide de l’Islande à mon libraire préféré. Pour le premier voyage, nous avions surtout visité les zones les plus touristiques : le « triangle d’or ». Un guide succinct (le Petit Futé compact) nous avait donc suffi. Cette fois, il me fallait un guide plus précis, et j’ai été un peu déçue que les Guides Bleus (que je trouve très bien conçus et agréables à utiliser) n’aient pas encore sorti leur édition Islande. À défaut, j’ai choisi le Lonely Planet, qui est très bien également.

Saisir l’opportunité et choisir sa destination

Et puis un jour, l’occasion attendue s’est présentée. Cette fois, le voyage allait durer cinq jours, programmés au début du mois de juin. C’était l’opportunité de voir l’Islande sous un autre jour, après l’avoir découverte en hiver.

Nous avons réservé nos billets avec la même compagnie que la dernière fois : 280€ chacun, environ deux mois à l’avance (les bagages en soute de 20kg étant en supplément, nous n’avons enregistré qu’un seul bagage pour deux).

Nous avons étudié notre Lonely Planet Islande et avons hésité entre deux destinations :

  • le triangle du nord : formé par Akureyri, Myvatn et Husavik, où l’on peut voir des baleines, visiter l’île de Grimsey sur le cercle polaire et se baigner dans les eaux chaudes de Myvatn,
  • et les Fjords de l’Ouest.

Nous avons retenu la seconde solution.

Islande itinéraire

Quelques semaines avant le départ, je me suis abonnée à quelques pages spéciales Islande sur Facebook : « Visit Westfjords », « Iceland Review Online » et « the Reykjavik Grapevine ». Elles m’ont apporté des informations touristiques ou culturelles, parfois anecdotiques, que j’ai beaucoup appréciées.

Chercher l’été dans la région de l’hiver

À peine sortis de l’aéroport, nous avons bien sûr commencé, dès qu’un supermarché est apparu sur notre route, par quelques achats de ravitaillement.

Cette fois, nous avions réservé des appartements auprès de particuliers. Depuis Keflavik, nous avons dormi une première nuit à Reykjavik, puis nous avons pris la route de Patreksfjördur dans les Fjords de l’Ouest, sous un soleil radieux.

Fjords de l'Ouest

Fjords de l'Ouest 2

Google Maps nous annonçait cinq heures de trajet. Le problème, c’est que Google Maps ne nous connaît pas très bien et n’a pas compté les pauses restauration, ni les arrêts photographie ! Il n’a pas non plus anticipé une erreur de trajectoire qui nous a valu un détour de cinquante kilomètres ! Résultat : en partant dans la matinée, nous sommes arrivés sur place à 20h.

Tout au long du trajet de Reykjavik aux Fjords, les paysages changent régulièrement et c’est toujours magnifique. Le point positif, c’est que l’erreur de trajectoire nous a permis de longer un autre fjord tout aussi superbe et de voir des dizaines et des dizaines de moutons sur le trajet ! Le plus souvent des brebis accompagnées de deux jeunes agneaux un peu froussards.

20150606_174525

20150606_183046

IMG_2167

IMG_2180

IMG_2200

IMG_2194

Le voyage ayant eu lieu début juin, le solstice d’été approchait et les journées rallongeaient énormément. C’est-à-dire que pendant notre séjour, nous n’avons pas vu la nuit. Techniquement, le soleil se couchait entre 3h et 5h du matin, mais comme nous dormions, nous ne l’avons pas vu.

La lumière du soir était un crépuscule qui durait très longtemps, surtout par beau temps : on voyait cette lumière colorer les falaises en rose, c’était très beau. Mon photographe préféré, qui adore la lumière du soir, était ravi !

Patreksfjördur est un petit port de pêche. La ville en elle-même n’est pas extraordinaire, mais quand tu te promènes le soir avec la lumière rose sur les montagnes du fjord d’en face, ça a tout de suite beaucoup de charme !

Patreksfjördur

Patreksfjördur 2

Voici donc ce que nous avons admiré dans les Fjords de l’Ouest pendant ce deuxième voyage, outre les paysages spectaculaires qui n’ont pas forcément un nom précis :

  • Les ruines d’un ancien parlement.
  • La falaise d’oiseaux de Latrabjarg, le point le plus occidental de l’Europe si l’on ne compte pas les Açores.
  • Nos oiseaux préférés : les macareux, qui y vivent. De vrais clowns à plumes !

macareux

Macareux à Latrabjarg

  • La grande cascade de Dynjandi [dinn-yann-di]. Elle ne porte pas de nom en –foss, contrairement à toutes les autres cascades islandaises, parce qu’elle tire le sien de la ferme qui était située là il y a quelques dizaines d’années.

Cascade de Dynjandi

  • L’épave du Gardar, le plus vieux bateau d’acier en Islande, échoué volontairement il y a près de vingt-cinq ans.

Epave du Gardar

Dans les Fjords, pour nous rendre à Dynjandi et revenir à Patreksfjördur, nous avons traversé l’hiver. Il restait des congères de neige de plus de deux mètres de haut et du brouillard. Nous avons pensé que cette région ne devait peut-être jamais connaître l’été, c’était assez impressionnant. Nous avons eu une pensée pour les Islandais qui vivent toute l’année dans cette région.

L'hiver dans les Westfjords

La neige

Pour notre dernier jour dans les Fjords, il pleuvait. La pluie, ce n’est pas toujours une bonne nouvelle. Mais dans les Fjords, la pluie a déclenché la fonte des restes de neige, ce qui a provoqué des dizaines et des dizaines de mini cascades ! Finalement, la pluie a eu un côté positif : c’était joli à voir, ces petites cascades.

Pour éviter de faire tout le long trajet retour en voiture, nous avons décidé d’emprunter le ferry qui nous a déposés à Stykkisholmur. En débarquant à Stykkisholmur, il nous fallait trouver à manger car le petit-déjeuner était bien loin. Nous avons atterri dans un restaurant par hasard, et nous avons mangé comme des princes : nous avons pu goûter des soupes de poisson et un goulash d’agneau divinement bien préparés.

Puis, comme il nous restait assez de temps, nous avons décidé de retourner admirer Geysir et la cascade de Gullfoss, pour les voir pendant une autre saison. Cette fois, la cascade n’était pas gelée, et on pouvait descendre sur les rochers au plus près (l’accès est fermé pendant l’hiver). Et en roulant vers ces deux sites, nous avons atterri par le plus grand des hasards devant un cratère !

Gullfoss

Cratère de Kerid

Le ciel bleu n’était pas au rendez-vous, mais imagine ce que ça donnerait si le soleil brillait au-dessus de ces paysages !

Enfin, nous sommes retournés à Reykjavik et, depuis le centre-ville, nous avons aperçu les mâts d’un navire. Intrigués, nous sommes allés voir au port de quoi il s’agissait, et avons eu la surprise de nous rendre compte qu’il s’agissait du Kruzenshtern de Russie, le second plus grand voilier au monde qui soit encore en activité.

Il avait embarqué des élèves français de la marine marchande, c’était donc l’occasion pour mon marin et moi d’échanger quelques mots avec l’un d’entre eux qui se tenait près du bateau. Ils venaient d’arriver, et nous, nous étions prêts à repartir.

2015-09-30_0001

Port de Reykjavik le soir

Le lendemain aux aurores, nous avons repris l’avion pour rentrer en France. Mais c’est décidé : nous reviendrons encore !!

Toutes photos : Photos personnelles

Et toi ? Tu as visité cette partie de l’Islande ? En été, en hiver ? Qu’en as-tu pensé ? Raconte-nous !

Toi aussi, tu veux partager un récit de voyage ? C’est par ici !

Commentaires

5   Commentaires Laisser un commentaire ?

SwissGirl

Yess !! Merci pour la suite !!! Sublime !
Mais du coup c’était en quelle(s) année(s) ces deux voyages ?
Qu’est ce qu’on a hâte, ici… Allez, encore une vingtaine de jours à attendre !!!

le 09/10/2015 à 15h29 | Répondre

Fleur-Joséphine

Je comprends ta hâte et j’espère que tu verras des aurores boréales…
C’était en février 2014 et juin 2015 respectivement. Et le prochain, dès que l’occasion se présente!…. bon voyage à vous!

le 10/10/2015 à 15h54 | Répondre

MlleMora

Je n’avais pas visité cette partie du pays, mais elle a l’air tout aussi belle et mystérieuse que le sud…
Ah les macareux, ils sont vraiment trop mignons, on n’en a pas vu d’aussi près !

le 14/10/2015 à 13h02 | Répondre

Lorelei

Wahou que du rêve !
Quel as été votre budget pour ce beau voyage ? Merci

le 23/10/2015 à 13h26 | Répondre

Fleur-Joséphine

Excuse-moi pour la réponse tardive, je n’avais pas vu ton commentaire.
Vols : environ 580 € pour 2 vols + 1 bagage enregistré (20 kg pour deux)
Voiture 4×4 : 68.150 ISK soit environ 481 € pour 5 jours (économies de 40 € environ en pré-payant la réservation)
Hébergement : en moyenne 120 € par nuit. Nous avons dépensé plus que la 1ère année dans l’hébergement (55 € par nuit en moyenne) car nous étions davantage en haute saison à Reykjavik, et dans les zones reculées, nous avions moins d’offres de logement.
J’espère que ça répond à ta question! 🙂

le 05/11/2015 à 17h56 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?