Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Claire Gezillig

Je suis Claire (de prénom et d'esprit j'espère...). Gezillig est l'orthographe bien à moi de mon mot préféré en néerlandais (c'est convivial, sympa, chaleureux). 28 ans, un amoureux hollandais (et mari, le récit des noces est chez Mlle Dentelle) et une vie actuelle au pays des moulins.
Un amour inconditionnel pour la vie, les robes qui tournent, les idées folles, les cultures et langues étrangères, les histoires qu'on me raconte et que je vis, le chocolat, faire et manger de la bonne cuisine, rencontrer des gens nouveaux de manière improbable, mon job (entrepreneuse-prof de fle-rédactrice), me plonger dans un livre... et raconter un peu tout ça !

Ses contributions

Aux Pays-Bas, il n’y a pas qu’Amsterdam !

Il y a longtemps que je ne t’ai pas fait un article sur mon pays d’adoption (ou un article tout court ici mais bon…).  Alors aujourd’hui, parlons tourisme.

Quand on parle de vacances ou de weekend aux Pays-Bas, on pense Amsterdam.

J’adooore Amsterdam, vraiment.
Mais les Pays-Bas, ce n’est pas que Amsterdam !

Mon aventure entrepreneuriale : notre école a un an !

Il y a à peu près un an, je te racontais comment je m’étais lancée dans un gros projet entrepreneurial.

Et je t’avais promis la suite…

Mais j’ai été quelques peu occupée. Et d’un coup, d’un seul, L’école de français a eu un an !

Que lire cet été ?

C’est l’été, il fait beau (ou pas, mais bon, on espère), la vie ralentit son cours (ou pas…) et souvent, c’est une période où on aimerait bien un bon bouquin.

Madame Givrée t’en a déjà conseillé quelques uns mais si tu es aussi dévoreuse de livres que moi, ce n’est peut-être pas suffisant… C’est pourquoi j’ai demandé aux chroniqueuses de Sous Notre Toit si elle avait un livre à conseiller pour cet été.

Voici donc une sélection variée et riche de livres à dévorer sur la plage, dans ton canapé ou dans les transports en commun en allant au boulot (parce qu’on n’est pas tous en vacances).

Le Havre, ville étonnante

Je suis née à Bordeaux de parents normands, qui se sont rapatriés en Normandie (un endroit qui me paraissait tellement loin et froid petite, car on y allait surtout l’hiver) quand j’avais 11 ans. Nous avons déménagé à 10km du Havre, où je suis allée au lycée. Et pendant deux ans à l’université. Et j’y ai même fait mes photos de mariage !

Mais je ne me réclame pas vraiment de là. Peut-être parce que je n’y ai pas habité (et les environs sont bien différents de cette ville-là). Peut-être parce que je trouve difficile d’en être fière (« Je suis née à Bordeaux. », ça en jette un peu plus).

Mais j’aime tout de même cette ville étonnante. Et je crois que ça vaut le coup de la faire découvrir.

Commment faire une bonne candidature

9 conseils pour postuler à n’importe quel poste

Dans mon dernier article, je te racontais que pour notre école naissante, nous avons réalisé qu’il nous faudrait sans doute d’autres profs…

Et donc, on en arrive au sujet d’aujourd’hui : nous avons cherché à recruter (des profs de FLE, pour ne rien te cacher). Nous avons mis des annonces. Et nous avons reçu des candidatures. Beaucoup. Mais, malheureusement, énormément auxquelles j’ai dû répondre avec un gentil message disant en termes diplomatiques : « Ça ne va pas être possible. »

Mon aventure entrepreneuriale : se lancer dans un gros projet

Même si je suis encore très très occupée, j’ai décidé de prendre un peu de temps pour venir te raconter la suite des aventures de Claire l’entrepreneuse.

La dernière fois, je te disais que j’avais des rêves, des projets, et qu’il était temps de se lancer. Mais j’étais restée vague. On n’est jamais à l’abri de la disparition d’embryons d’idées. Mais à présent, le bébé est né et il n’y a plus de retour en arrière possible : il faut le faire grandir. Je peux donc revenir sur sa naissance. Celle de L’école de français.

Prof de FLE

Je suis prof de FLE

Être prof de FLE, c’est un large spectre. En France ou à l’étranger. Avec des élèves de 1 à 86 ans. Lire tout ça, ça te fait peut-être rêver. Quand j’en parle aux gens, souvent, ce qu’ils retiennent, c’est que c’est cool. Notamment parce que « Wahou, tu peux voyager partout ! ».

Mais souvent, les gens ont l’idée que c’est un métier à la portée du premier francophone venu. « C’est vrai, je parle français, je peux l’enseigner à d’autres adultes. Surtout à de petits groupes d’adultes motivés. Les doigts dans le nez ! » – j’exagère à peine. Je dois dire que j’en ai un peu marre qu’on pense qu’on peut enseigner une langue parce qu’on la parle.

devenir entrepreneur

Comment je suis devenue entrepreneuse

À la base, je suis prof de FLE. Ce sont les circonstances qui ont fait que j’ai travaillé en freelance d’abord. J’avais donc, au début, un statut comparable à celui d’auto-entrepreneur en France : un truc simple et facile, avec une limite en nombre d’heures possibles… Mais à un moment, j’étais à la limite haute…

À côté de ça, depuis quelque temps, j’avais sous le nez des exemples de femmes qui s’étaient lancées dans l’entrepreneuriat, sans avoir fait des études de marketing/économie/commerce, sans être un homme brillant et sûr de lui, sans se voir forcément à la tête d’une multi-nationale.

Difficultés orthographe

Être nul en orthographe n’est pas une fatalité

Aujourd’hui, on va parler d’un sujet glamour, j’ai nommé l’orthographe, wouhou ! Non, non, ne pars pas en courant, s’il te plaît, j’ai pour ambition de t’aider, oui, oui. Et d’essayer de le faire sans trop te prendre la tête…

(Et si tu as une orthographe parfaite, genre championne des Dicos d’or, et que tu es même grammaire-nazi, reste et lis cet article quand même, il t’aidera peut-être à comprendre pourquoi il ne faut pas traumatiser ton prochain qui a mis un s à « ils se sont succédé »…)

Argent et arbre

Notre mariage en communauté universelle

Bon, voilà, allez, on va mettre les pieds dans le plat, on va parler (entre autres) d’argent.

Aujourd’hui, j’ai envie de t’expliquer pourquoi nous avons décidé, l’amoureux et moi, de mettre nos vies, nos choix, nos biens et nos finances (oui, tout ça !) en commun. Pas pour te dire que c’est la solution idéale, mais pour qu’on réfléchisse ensemble, sans tabou, à des questions fondamentales, telles que la définition d’un couple et d’un foyer.

Bougie

Je suis en deuil

Au réveil, ce matin (samedi, donc), j’ai décidé de faire un petit tour sur Instagram pendant mon petit-déjeuner. Parce que les comptes que je suis savent me montrer de jolies images qui font du bien.

Voilà dans quelles conditions j’apprends qu’on vient de frapper mon pays. Par des images de la tour Eiffel… Incrédule, tremblante, j’essaie de reconstituer ce qu’il s’est passé grâce aux journaux, et je réveille mon mari. Je suis profondément choquée. La nouvelle anesthésie mes sentiments et mes pensées.

égalité homme-femme

Se battre contre le sexisme ordinaire

Un peu comme Madame Givrée, j’ai mis du temps avant de réaliser que j’étais féministe.

En fait, je crois que je suis pas satisfaite du terme, non pas à cause de l’image négative de la féministe un peu harpie et castratrice (ça, c’est plutôt le problème de mon mari, qui est féministe mais qui, du coup, n’utilisera jamais ce terme), mais parce que mon côté linguiste trouve qu’il porte à confusion.

Parce qu’il met en avant le terme femme… Alors que ce n’est pas de ça dont il s’agit. Il s’agit d’œuvrer au quotidien pour que hommes et femmes aient les mêmes droits et les mêmes libertés de choix.

Humanité

De notre humanité…

Il y a quelques jours, l’Europe s’est réveillée avec l’image d’un enfant. Un petit garçon avec un short bleu et au t-shirt rouge, sur une plage. La description pourrait faire penser à celle de beaucoup de clichés de nos vacances. Mais non, ce petit au bord de la mer, il a la tête dans le sable parce que la vie l’a quitté.

Admettons que la distance (tous ces pays où on ne peut plus vivre décemment, ça parait tellement loin de chez nous), le nombre (il s’agit bien de milliers ou même de millions de personnes, alors à force de compter, on en oublie la singularité de chacun), la durée (depuis quand en entend-on parler ?) font que dans tout ça, on en vient à oublier qu’on parle d’êtres humains.

Bon, voilà, ça y est, on se rappelle…

Famille indienne

Nous sommes tous ethnocentrés

Être ethnocentré, ça veut dire lire les actions des autres par le prisme, le filtre de sa propre culture. Ce processus est surtout inconscient. Tu vas juger quelqu’un impoli/intrusif/bizarre juste parce qu’il n’agit pas suivant les mêmes règles que ta culture.

Je vais te donner des exemples très simples, tirés de mon vécu personnel, pour que ce soit plus clair.

Ma maison est un joyeux bazar

J’ai des copines qui passent des heures sur Pinterest à chercher des idées de déco. Ou qui passent des heures à se demander de quelle couleur prendre les cadres à accrocher dans le salon. Quand je vois leur chez soi, je me dis que c’est joli, que ça doit être agréable de vivre là.

Mais pour le moment, ça n’arrive pas à me passionner. Et puis, j’ai du mal à imaginer mettre des heures et surtout de grosses sommes dans la décoration, l’aménagement intérieur. Je me sentirais un peu coupable d’y faire régner autant de bazar…