Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Petit aperçu de mon métier : documentaliste (juridique)


Publié le 29 novembre 2016 par Mademoiselle Bulle

Quand quelqu’un nous dit : “je suis chercheuse” ou “je suis auto-entrepreneur”, on a souvent tendance à se faire des films, à projeter sur ces métiers l’idée qu’on s’en fait. Heureusement, les articles des chroniqueuses de Sous Notre Toit sont là pour t’informer plus précisément sur ces métiers !

Alors aujourd’hui, j’aimerais moi aussi partager mon métier avec toi, afin que tu saches en quoi il consiste !

Gestionnaire de l’information

Sur mon diplôme, il est écrit que je suis gestionnaire de l’information. Ce titre désigne une famille de métiers, allant du documentaliste au knowledge manager, en passant par le bibliothécaire et le veilleur. Leur point commun : gérer les flux d’information, internes ou externes, au sein de l’entité pour laquelle ils travaillent.

Pour ma part, je suis documentaliste juridique, dans un cabinet d’avocats. Mais avec ma formation, j’aurais pu :

  • être veilleuse : surveiller l’actualité d’un ou plusieurs sujets pour un groupe de personnes et les tenir au courant des évolutions majeures, en synthétisant les informations reçues pour n’en retenir que l’essentiel (voire en les analysant)
  • être bibliothécaire : gérer la bibliothèque d’un établissement, dans une optique de conservation et de préservation, mais aussi de communication des collections
  • être knowledge manager : établir un processus pour centraliser les informations au sein de l’entité et permettre leur réutilisation afin d’améliorer son fonctionnement
  • et être plein d’autres choses encore !
Métier documentaliste

Crédits photo (creative commons) : Hermann

Pourquoi j’aime mon métier ?

Tous les secteurs sont accessibles

L’avantage avec une formation “technique”, c’est que tu peux travailler dans tous les domaines ! Il suffit d’appliquer la méthode, et hop !

Évidemment, ça ne se fait pas automatiquement ! Bien connaître le secteur aide grandement à comprendre comment l’entreprise fonctionne, quels sont les documents importants, quelles ressources privilégier, comment les organiser, etc. Il vaut mieux se renseigner au préalable, pour éviter de partir dans la mauvaise direction et perdre tous tes interlocuteurs en chemin !

On apprend tous les jours

L’information, c’est le nerf de la guerre (je pense que je ne t’apprends rien). Mais aujourd’hui, on est vite noyé si on essaie de tout savoir.

Nous, notre boulot, c’est de faire le tri entre les informations les plus intéressantes et les anecdotiques. Peu importe leur forme ! Par conséquent, on lit beaucoup, sur plein de sujets différents (selon le secteur dans lequel on travaille et selon nos missions précises), et on en sait beaucoup aussi !

De plus, il faut sans cesse se tenir au courant des évolutions technologiques, des nouveaux outils mis à notre disposition. Et nous devons sans cesse remettre notre organisation en question (transition de folie).

J’aime que tout soit ordonné…

Petite, j’aimais organiser des expositions d’objets dans ma chambre (merci à ma maman de m’avoir rappelé ce détail !). Je rangeais mes livres du plus grand au plus petit, par thème, mes BD et mes journaux dans l’ordre de la numérotation…

Gérer l’information, c’est s’assurer qu’elle est ordonnée, et qu’elle peut donc être facilement retrouvée. C’est lui donner une logique, un sens, une structure, qui doivent normalement être compréhensibles par les utilisateurs sans leur faire des nœuds au cerveau. Et j’adooore ranger (surtout chez les autres, hein. Chez moi… ça dépend, quoi). Donc ce métier est fait pour moi (admire la rapidité de la démonstration).

Mais concrètement, tu fais quoi ?

Florilège (non exhaustif) de mes expériences passées et actuelles.

Je commande des livres pour la bibliothèque, selon les sujets qui intéressent l’entreprise. Je les intègre dans la base de données accessible à tous, pour qu’on sache qu’ils existent et où les trouver. Je mets à jour le catalogue de la bibliothèque, en supprimant les documents obsolètes, en remaniant les notices pour qu’elles soient plus compréhensibles par les utilisateurs.

Je gère les revues, leurs retards, les réclamations de numéros manquants, leur circulation auprès des membres de l’entreprise. Je souscris aux nouveaux abonnements qui sont réclamés, en respectant le budget qui m’est imparti. Je gère les problèmes de connexion, les réabonnements (donc les négociations commerciales – mais je ne suis pas la seule sur le coup !).

Je propose des moyens de s’informer aux personnes de l’entreprise, selon leurs préoccupations. Je lis les revues et sélectionne les articles les plus susceptibles d’intéresser les membres de l’entreprise, pour leur communiquer ensuite. Je surveille l’actualité et transmets toute information qui me semble pertinente aux personnes concernées.

J’aide à trouver certaines références, sur Internet ou dans les collections papier, à débroussailler le terrain sur certains sujets. Je réalise des dossiers issus de recherches, pour que ce temps passé soit utile dans la durée et pour d’autres que celui/celle qui m’a interrogée sur la question.

Je mets à jour le site de l’entreprise (souvent, la communication et la documentation sont liées dans une petite structure).

Comment devenir gestionnaire de l’information ?

À ma connaissance, il n’y a pas beaucoup de formations disponibles. Des licences proposent un cursus orienté technique documentaire un peu partout, mais c’est surtout pour devenir bibliothécaire. Sur Paris, il y a deux écoles majeures : l’École des Bibliothécaires Documentalistes (EBD) et l’Institut National des Techniques de la Documentation (INTD).

J’ai personnellement fait l’EBD, qui propose de la formation continue (ouverte à l’alternance), mais aussi des cours du soir, et depuis un an maintenant, une formation niveau master. L’INTD offre également trois niveaux de formation : bac +2, licence, master. Si tu es intéressée, n’hésite pas à aller te renseigner sur leurs sites !

J’espère t’en avoir appris un peu plus sur mon métier !! Évidemment, ce n’est pas complet, mais ce n’était pas le but.

Sache que dans presque toutes les structures, il y a un centre de documentation (ou une documentaliste – nous sommes une profession majoritairement féminine… mais un certain nombre de nos porte-parole sont des hommes, cela dit en passant). N’hésite pas à y jeter un œil à l’occasion : peut-être découvriras-tu des ressources que tu ne soupçonnais pas dans ton entreprise ?

Et toi, tu as souvent affaire aux documentalistes ? Soupçonnais-tu autant de facettes dans leur métier ? Est-ce que c’est une voie qui t’aurait tentée ? Viens nous dire !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

21   Commentaires Laisser un commentaire ?

Ars Maëlle (voir son site)

Ah, avoir un(e !) documentaliste, c’est le rêve de mon laboratoire !
Depuis que la recherche documentaire est informatisée, beaucoup de gens ont tendance à ne plus bien cerner le rôle du documentaliste (parce qu’ils ont l’impression de savoir chercher tous seuls), mais quand on fait l’expérience d’un organisme avec de la documentation et sans documentaliste, on SAIT combien sa présence est précieuse et fondamentale : pour s’y retrouver dans la documentation (chez nous, c’est numéroté par ordre d’acquisition !!!), avoir des notices complètes avec les bons mots-clés, connaître les ressources numériques existantes, se former à la recherche documentaire, déposer ses travaux, gérer la circulation des documents,… et j’en oublie !
Bref, nous on en rêve mais il n’y a pas assez d’argent pour financer un poste 🙁
En tout cas, merci pour ton article, j’espère qu’il donnera envie à certaines, et pourquoi pas certains

le 29/11/2016 à 08h51 | Répondre

Mademoiselle Bulle

Ça fait hyper plaisir de savoir que des personnes comprennent notre rôle et nous apprécient !!! ^^ C’est loin d’être toujours le cas, alors je t’en remercie !!

Et je suis désolée que vous ne puissiez pas proposer un poste, j’ai l’impression que la documentaliste/bibliothécaire qui travaillerait avec ton équipe se plairait bien parmi vous ! Peut-être pourriez-vous avoir recours à une consultante qui mettrait en place les bases et maintiendrait la documentation à flots un fois par semaine ?

Quant au classement par ordre d’acquisition… ça m’a fait frisonner d’effroi… 😉

le 29/11/2016 à 10h53 | Répondre

Virginie

Ton article tombe à pic 😉 je n’en suis pas à me reconvertir mais, de nos jours, je pense que chacun peut être amené à se demander : si je suis virée/si je coule, etc. qu’est-ce que je suis en capacité de faire ? Vers quel type de métier pourrais-je m’orienter ? etc. Or, le tien me correspondrait parfaitement ! Et je ne le connaissais pas du tout 🙂 Du coup, merci beaucoup pour cet article, je garderai ce métier hyper varié dans un coin de ma tête si un jour… 😉

le 29/11/2016 à 09h16 | Répondre

Mademoiselle Bulle

Contente de t’avoir fait découvrir mon métier !! J’ai vraiment beaucoup aimé découvrir des métiers différents grâce aux chroniqueuses, alors j’ai eu envie de présenter le mien, justement parce qu’il est mal connu !
Ravie que cela te donne des idées en tout cas !

le 29/11/2016 à 10h55 | Répondre

Miss Chat

Oh ben je découvre complètement ce métier ! Je me trompe peut-être mais je pense qu’il n’existe pas en Belgique en dehors des bibliothèques…
Merci pour cet intéressant article ! 😉

le 29/11/2016 à 09h21 | Répondre

Mademoiselle Bulle

Je ne connais pas du tout le monde de la documentation en Belgique, mais je ne vois pas pourquoi il n’existerait pas ! 🙂
Au Québec, les documentalistes/bibliothécaires sont très présents, et porteurs d’innovation. En Suisse, il y a également une communauté très importante. Je pense donc qu’elle existe autant en Belgique, mais peut-être sous d’autres appellations !!
Toutes les entreprises ont besoin de se tenir au courant de la réglementation, d’organiser leurs archives, de gérer les échanges de documents et leur conservation… Les entreprises belges ne doivent pas échapper à la règle, à mon avis !
Et je t’en prie 🙂

le 29/11/2016 à 10h58 | Répondre

Miss Chat

Le contenu de ton métier existe évidemment ! Mais ce que je veux dire, c’est que les différentes tâches que tu décris sont en général assurées par d’autres personnes dans l’entreprise : le job est « partagé » entre plusieurs si tu préfères. Exemples: j’ai bossé dans un cabinet d’avocats où les stagiaires au Barreau s’occupaient de la recherche. Un de mes clients de l’industrie avait donné ces tâches-là aux départements de « vente interne » et au marketing. Pour les labos de recherche que je connais, chaque chercheur s’occupait de sa propre documentation 😉

le 29/11/2016 à 17h15 | Répondre

Miss Chat

Et exemple plus concret : c’est moi qui joue le rôle de « documentaliste » en législation sociale pour mes clients mais ce n’est qu’une partie de mes tâches en tant que responsable RH 😉

le 29/11/2016 à 17h17 | Répondre

Mademoiselle Bulle

Ah, d’accord !! Effectivement, c’est assez fréquent que ce ne soit pas un(e) documentaliste qui effectue ces tâches, mais que plusieurs personnes se chargent d’un petit bout ! En France aussi je pense !
Mais dans le cabinet où je travaille, ce sont majoritairement les stagiaires également qui se chargent des recherches ! Les documentalistes se chargent uniquement des recherches très compliquées, ou demandant une expertise particulière, et donnent surtout de bons conseils pour aider aux recherches.

le 06/12/2016 à 12h10 | Répondre

Tamia (voir son site)

C’est passionnant ! Je connais un peu ce métier, le mien s’en rapproche tout en étant un peu différent… Je suis archiviste ! Ton article décrit bien les réalités du métier.
Petit complément concernant la formation, pour devenir gestionnaire de l’information il existe aussi des formations universitaires (Licence pro, Master), un peu partout en France…

le 29/11/2016 à 09h56 | Répondre

Mademoiselle Bulle

Cool, une collègue !!
Merci du compliment et du complément ! 😉

le 29/11/2016 à 11h02 | Répondre

Chacha d'avril

Aaaaahhhh !!!
Une documentaliste !!
Je ne suis pas seule ! Et en plus, on a fait la même école. On se connait peut-être ?
J’adorerais travailler dans un cabinet d’avocats. j’y ai fait un stage il y a plusieurs années, c’était super ! D’ailleurs, je cherche à changer de boîte…

le 29/11/2016 à 10h30 | Répondre

Mademoiselle Bulle

….. Promo 2014…. Mari tout neuf… Chacha d’avril… Mes neurones se connectent ^^
Si tu es bien celle à qui je pense, c’est vraiment super rigolo comme coïncidence ^^
Pour le changement de boîte, je te conseille la liste Yahoo Juriconnexion : des offres d’emploi sont régulièrement postées par des cabinets d’avocats !!

le 29/11/2016 à 11h07 | Répondre

Chacha d'avril

Merci pour le lien, je suis allée voir.
Je comprends que tu ne veuille pas dévoiler ton identité ici, mais au moins, pourrais-je savoir si on est de la même promo ? Que je réfléchisse à qui tu pourrais être ^^

le 29/11/2016 à 11h42 | Répondre

Mademoiselle Bulle

Ah ben si je te connais, oui oui, on est de la même promo !! Pour t’aider dans tes réflexions, j’étais sans cesse au 2e rang, derrière les Marie 😉

le 29/11/2016 à 12h59 | Répondre

Mademoiselle Bulle

Félicitations pour Petite Fleur, au fait 😀

le 29/11/2016 à 14h23 |

Madame Fleur (voir son site)

Merci pour ce bel article. Je ne connaissais pas vraiment ce métier et c’est vrai que j’en verrais bien l’utilité dans pas mal de boîtes.

le 29/11/2016 à 11h11 | Répondre

Mademoiselle Bulle

Merci ! Je pense que notre manque de visibilité joue beaucoup dans le fait que nous ne sommes pas davantage présent(e)s dans certaines entreprises. J’espère avoir apporté ma petite pierre à l’édifice !

le 29/11/2016 à 11h15 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?