Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Friperies : mode d’emploi


Publié le 25 février 2015 par Nya

Que ce soit Emmaüs ou des boutiques indépendantes, toute ville possède quelque friperies, souvent à l’écart des grandes artères commerçantes, un peu cachées.

Mais si aller chez Emmaüs était autrefois synonyme de stigmatisation sociale, j’ai l’impression que depuis quelques années, les mentalités se décomplexent : dénicher une bonne affaire devient un jeu, et c’est avec fierté que l’on exhibe sa petite robe Comptoir des Cotonniers dénichée pour 10 euros, même si on gagne 2000 euros par mois. Il existe d’ailleurs de plus en plus de vide-dressings en ligne ou dans les grandes villes, en témoignage de l’engouement pour les vêtements d’occasion.

Personnellement, environ la moitié de ma garde-robe est de deuxième main, avec des vêtements, chaussures, pyjamas… trouvés à Emmaüs, dans des friperies de quartier, des vide-dressings ou simplement donnés par des amies. J’admets que ma garde-robe a une allure un peu dépareillée éclectique, mais ça ne me dérange pas de ne pas avoir de style vestimentaire précis.

Malheureusement, les friperies, c’est aussi un peu intimidant au premier abord : la quantité de vêtements, la présentation moins claire que dans les chaînes de vêtements habituelles, la peur de tomber sur un vêtement taché ou troué… Je t’explique tout.

Pour commencer, il faut aimer fouiller, et on ne va pas dans une friperie si on a 5 minutes devant soi, ni si on cherche LE vêtement du moment. Par définition, une friperie a un temps de retard sur la mode. Si les horreurs des années 1980 sont assez courantes, on trouve surtout une majorité de vêtements certes pas parfaitement neufs, mais complètement mettables. Pour cela, il faut fouiner, prendre son temps, comparer… Ici, pas de présentation qui met en valeur le t-shirt dernier cri ou la coupe à la mode : tout est dans des rayons généralement débordants, attends-toi donc à passer un peu de temps avant de dénicher la perle rare.

friperies : mode d'emploi

Je conseille d’y aller avec au moins un critère en tête : couleur, forme (et taille évidemment). Cela te permettra d’aller tout de suite vers le rayon concerné, sans errer au hasard des centaines de vêtements disponibles. En ciblant le rayon robe, par exemple, tu ne seras pas dépassée par la foule de T-shirts sans savoir où fixer ton choix. Les friperies regorgent par ailleurs de basiques (robes noires, pulls simples, ballerines) qui traversent les époques sans trop se démoder.

En revanche, évite d’avoir trop de critères : si tu cherches une jupe à volants à pois qui arrive aux genoux en taille 40… Il y a des chances pour que tu trouves une jupe à pois, une jupe à volants, une jupe qui arrive aux genoux… Mais pas tout en même temps. Mieux vaut rester ouverte pour ne pas être déçue : bien qu’il ait un choix énorme, il est assez rare de trouver exactement ce qu’on a en tête.

En ce qui concerne le caractère d’occasion des vêtements : si tu y vas, c’est qu’enfiler un vêtement que quelqu’un d’autre aura déjà porté ne te dérange pas sur le principe. En revanche, tu as le droit de mettre certaines limites. Les miennes sont les suivantes : pas de taches, pas de trou géant et pas de bouloches. Libre à toi de placer le curseur où tu le souhaites. Pour ma part, si le vêtement qui me plaît est un peu trop grand, ou trop court, ou froissé, cela m’est égal : je peux toujours repasser ou le reprendre à la machine à coudre.

friperies : mode d'emploi

Si tu es une couturière en herbe (ou confirmée), tu pourras utiliser les vêtements d’occasion comme terrain d’expérimentation, et les transformer à ta guise : une robe chemise en chemise, une robe longue en jupe, un t-shirt en débardeur… Tu peux laisser libre court à ta créativité pour vraiment pas cher.

Pour l’aspect hygiénique, je conseille de toujours laver les vêtements avant de les porter, car on ne sait pas si la boutique les lave au préalable. Et puis, rien de tel pour s’approprier un vêtement que de retrouver l’odeur de sa lessive favorite. À partir du moment où je l’ai lavé, je peux porter un vêtement d’occasion sans problème (en revanche, je n’ai jamais osé acheter de sous-vêtements d’occasion !).

Si au départ tu es frileuse à porter des vêtements d’occasion, tu peux commencer par des vêtements qui ne touchent pas vraiment la peau (veste, pull), des accessoires… Cela te permettra de te rendre compte que tu ne vas pas finir pestiférée ou avec des boutons !

Les friperies regorgent bien souvent de robes de soirée en excellent état : comme rares sont celles d’entre nous à porter tous les jours ce type de vêtement, ils finissent généralement sur les rayons des friperies en excellent état. C’est un très bon plan quand on connaît le prix d’une robe neuve pour les grandes occasions. Comme tout le monde, j’ai assez rarement l’occasion de porter des robes clinquantes, à l’exception de deux mariages par an. J’utilise alors les friperies comme un magasin de location : j’achète une robe pour une bouchée de pain (une quinzaine d’euros au maximum), je la porte pour l’occasion, et je la redonne aussitôt. Comme ça, elle n’encombre pas mes placards et je peux changer de robe comme de chemise (huhu).

Pour enchaîner sur le don de vêtements aux friperies : je pars du principe que ces boutiques sont à la base destinées aux personnes de peu de ressources, et que je profite d’un système qui ne me cible pas. C’est pourquoi j’alimente volontiers leurs circuits d’approvisionnement en leur faisant don de vêtements, pour boucler la boucle. Et puis, quand on paie un vêtement 5 euros, on a moins de scrupules à en changer plus souvent.

En résumé :

  • va dans une friperie quand tu as le temps de fouiller (au moins une demi-heure)
  • garde une idée en tête pour ne pas être submergée dans les rayons
  • ne définis pas trop de critères pour ne pas être déçue
  • et n’oublie pas d’alimenter ces boutiques en donnant tes propres vêtements

Et toi, tu aimes les friperies ? Mettre un vêtement d’occasion te dégoûte ? Quels sont tes conseils pour chiner efficacement ? Viens en discuter !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

13   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

Merci pour ces conseils. J’avoue n’avoir jamais été dans une friperie. Je retiens le bon plan des robes de soirée, je n’y avais pas pensé.

le 25/02/2015 à 08h27 | Répondre

Nya (voir son site)

Avec la saison des mariages qui se profile, c’est une astuce pour être belle à moindres frais, ni vu ni connu 🙂

le 25/02/2015 à 17h23 | Répondre

Julia

J’avoue que j’évite au maximum d’acheter des vêtements neufs. la plupart des vêtements de pret a porter sont fabriqués dans des conditions qui violent toutes les lois sur le travail( dont celui des enfants) et que la fabrication des mêmes vetements est une catastrophe écologique. (Oui je sais, j’ai l’air remonté, mais c’est parce que je le suis !)

le 25/02/2015 à 09h36 | Répondre

Nya (voir son site)

J’évite de rendre mes chroniques militantes mais effectivement, les conditions de fabrication des vêtements de première main et l’espoir de limiter le gaspillage des ressources comptent parmi mes motivations pour aller dans les friperies.

le 25/02/2015 à 17h22 | Répondre

Nyméria

Je suis une grande adepte des friperies, Emmaüs, ect…
Je n’y achète pas contre jamais de sous vêtement (c’est ma limite à moi, et puis j’adôre la jolie lingerie donc je préfère m’acheter un belle ensemble neuf et de bonne qualité qui durera très longtemps).

Et si j’ai un conseil, c’est de faire très attention pour les chaussures. Il vaut mieux prendre les paires qui paraissent vraiment quasi neuve. Car une chaussure déjà porté plusieurs fois sera souvent un peu déformer au niveau de la semelle et ça peu générer des problèmes de gêne pour un adulte et ça peu aller jusqu’à « déformer » le pied pour un enfant (c’est un podologue qui m’avait dit ça.

Sinon ben je fais attention je regarde bien la pièce avant de l’acheter, comme toi je vérifie si elle n’est pas taché ou bien troué (sauf si c’est vraiment une superbe trop belle pièce qui vaut le coup, dans ce cas je regarde si c’est une tache qui pourra facilement partir ou un p’tit trou que je pourrai aisément recoudre).

le 25/02/2015 à 13h14 | Répondre

Nya (voir son site)

En ce moment je cherchais un maillot de bain. Je n’ai pas trouvé mon bonheur, mais cela m’aurait peut-être décidée à acheter de la lingerie de seconde main.

Merci pour tes conseils sur les chaussures, je n’y avais pas pensé !

le 25/02/2015 à 17h20 | Répondre

sarah

je n’ai jamais été dans une friperie car comme tu l’explique il faut prendre son temps et ne pas avoir un modèle trop précis en tête… hors je dois être une espèce rare de femme qui n’aime pas le shopping 🙂 alors je préfère les sites en ligne… mais d’un point de vue pratique comment tu fais pour trouver des friperies dans ta ville à part Emmaus leur noms ne doivent pas être trop connu?

le 25/02/2015 à 16h23 | Répondre

Nya (voir son site)

Avec Internet tout est possible 🙂 Il suffit de chercher « friperie », « vêtements vintage » « vêtements de seconde main », « dépôt-vente » pour ta ville et je suis sûre que tu auras des résultats.

Moi non plus je n’aime pas faire les magasins, et les grandes friperies ont un autre avantage : plein de styles différents en une même boutique, où grandes et petites marques se côtoient. Plus besoin de faire 17 boutiques différentes !

le 25/02/2015 à 17h14 | Répondre

Mathou

Pour celles qui sont adeptes d’internet, ou qui vive trop loin d’une friperie, je fais pour ma part pas mal d’affaire sur le Bon Coin et autres sites d’occasion. J’ai commencé à acheter quelques affaire d’occasion en puériculture pour ma fille (notamment ses couches lavables), puis des vêtements pour elle quand j’ai vu q’un ensemble de marque pouvait s’acheter 5 euros au lieu du 40 euros en magasin… Et puis finalement, je me suis dit  » pourquoi pas pour moi? » J’ai cherché des vêtement d’allaitement qui coûtent un bras neufs, des robes de soirées pour les mariages-communion-baptêmes où je suis invitée…
Bref maintenant quand je veux acheter quelque chose, je regarde toujours si je peux le trouver d’occasion d’abord avant de me lancer dans l’achat du neuf! Ainsi je travaille pour la planète et aussi pour mon porte monnaie qui me remercie!

le 26/02/2015 à 09h46 | Répondre

Rosy

Pour les vêtements comme pour beaucoup d’autres choses (meubles, puériculture, loisirs, etc), je regarde moi aussi du côté de l’occasion.
En ce qui concerne les associations de revente type Emmaüs, je ne pense pas que c’est forcément les gens aux ressources modestes qui sont ciblées même si bien sûre leurs prix sont accessibles à tous et ça c’est top. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’en achetant à ces associations, on fait rentrer de l’argent dans leurs caisses qui peut ensuite servir à aider leurs bénéficiaires dans le besoin (financer des emplois, de la nourriture etc). Donc il ne faut pas à mon sens se sentir « coupable » d’acheter là-bas même si on gagne bien sa vie.
Et entre les enfants qui grandissent avant d’avoir pu user leurs vêtements, et notre société qui nous pousse à vouloir toujours changer, ou encore les robes de soirée à usage quasi unique il faut bien le dire : on trouve des vêtements en très bon état (et d’autres non, il faut effectivement fouiller).
J’aurai tendance à dire que dans les dépôts-vente non associatifs, la qualité des vêtements et un peu meilleure car leurs critères de sélection sont plus exigeants donc pour ceux et celles qui n’aiment pas fouiller c’est peut être mieux ?

le 28/02/2015 à 11h17 | Répondre

Nanoo

Bonjour. Est ce que vous savez comment au niveau comptable les dons dans une friperie sont gérés.
Je suis allée dans une friperie et une « cliente  » à fait un scandale quand elle a appris qu il y avait des dons et que l argent n était pas reversé à une association. Mais la vendeuse ne savait pas trop lui donner de vraies réponses

le 20/09/2016 à 22h22 | Répondre

Nya (voir son site)

Tout dépend des friperies… Certaines sont caritatives (Emmaüs, Ding’Fring à Lyon), d’autres sont privées et sont une entreprise comme les autres. La personne dont tu parles n’avait peut-être pas compris la distinction.

le 21/09/2016 à 13h32 | Répondre

Alma

Bonjour,
je suis désolée de mettre les pieds dans le plat mais je trouve que cette mentalité est assez étrange. Je touche le RSA, j’ai deux enfants et donc bien sur je n’achète absolument rien de neuf. Par contre il y a longtemps que je ne peux plus aller chez Emmaüs car leurs prix ont explosé avec cette mode du vintage ou de l’occasion. Je me cantonne donc aux vide greniers et là encore il faut venir tôt et fouiller car certaines personnes espèrent revendre à des prix proches du neuf !
J’ai bien lu que vous donniez des vêtements à ces associations et tant mieux seulement quoi que vous leur donniez ce sera de toute façon vendu trop cher pour les personnes ayant de très faibles ressources. Alors oui c’est ecolo et vous pouvez vous faire plaisir mais votre robe à 15€ ce n’est pas une bouchée de pain pour moi, c’est le budget pain du mois. Alors conseillez les friperies oui, le vintage, le seconde main c’est très bien mais laissez nous les Emmaüs et consorts.

le 17/11/2016 à 09h16 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?