Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Tu es porteuse d’un stérilet au cuivre ? Ne passe pas à côté de cette information…


Publié le 9 janvier 2020 par Marina

Cela fait bien longtemps que je n’ai rien publié dans Sous Notre Toit, mais si j’ai décidé de revenir te voir, c’est pour te parler d’un sujet grave, et crois-moi, j’aurais bien préféré ne pas avoir à le faire.

Crédit photo (creative commons) : Reproductive Health Supplies Coalition

Peut-être que comme moi, tu as choisi une contraception avec un stérilet (appelons le comme il se doit désormais, le DIU pour dispositif intra-utérin) en cuivre : méthode réputée sûre, on le pose et on l’oublie pour cinq ans, et parfaitement saine, puisque sans hormone.

Peut-être que comme moi, tu l’as depuis deux, trois, quatre ans.

Peut-être que comme moi, tu as rangé quelque part le petit carton que ton gynécologue ou ta sage-femme t’a donné au moment de la pose, et qui mentionne le modèle du DIU, et son numéro de série, et tu as sans doute oublié ce qui est noté dessus.

Peut-être que comme moi, tu n’as pas été informé de cette annonce pourtant capitale : le 18 novembre 2019, l’Agence de sécurité nationale du médicament et des produits de santé a décidé de retirer du marché les DIU de marque Ancora et Novaplus du fabricant Eurogine (qui sont également inclus dans des kits de pose de marque Sethygyn, distribués par la société Euromedial), pour la raison suivante : depuis de nombreux mois, des praticiens de santé gynécologique signalaient de multiples cas d’expulsion spontanée de tout ou partie du DIU, et de rupture du dispositif lors du retrait, particulièrement après un délai de trois ans. De nombreuses femmes se sont aperçues qu’elles perdaient un morceau du DIU (un « bras », par exemple), essentiellement pendant les règles. Certaines ont dû subir une intervention chirurgicale pour récupérer les morceaux égarés dans l’utérus.

Le 28 novembre 2019, l’ANSM a émis la recommandation suivante aux professionnels de santé : informer, lors sa prochaine consultation, toute femme porteuse d’un stérilet Ancora ou Novaplus du risque d’expulsion spontanée et de discuter avec elle de l’éventualité d’un retrait préventif si elle le porte depuis plus de 3 ans. Il n’a cependant pas été recommandé aux professionnels d’aviser systématiquement les porteuses de ce dispositif (avant même qu’elles ne prennent rendez-vous pour une consultation de routine) du danger, afin qu’elles fassent vérifier l’intégrité de leur DIU.

Le même jour, l’ANSM a publié une information à destination des femmes porteuses de ce dispositif : mais dis-moi, quelle femme consulte régulièrement le site de l’ANSM pour s’informer des dernières mises en garde?

Surtout, ces publications ne sont pas très claires sur un point : le DIU pouvant se disloquer et être évacué dans le flux des règles, il est parfaitement possible qu’une femme se croit protégée, alors qu’elle a expulsé son DIU morceaux par morceaux sur la cuvette des toilettes les petits bouts de plastique et de métal se mêlent aux caillots sanguins passent inaperçus.

J’en viens à la raison pour laquelle j’ai estimé nécessaire de revenir publier un article sur Sous notre Toit : comme je te l’ai indiqué, un DIU cuivre m’a été posé il y a plus de trois ans. Alertée par un retard de règles, j’ai consulté ma gynécologue il y a quelques jours : je suis enceinte. Mon DIU a disparu. Cela fait des mois que je n’étais plus protégée. Ma gynéco m’a dit que « çà arrivait », mais c’est seule, en faisant des recherches sur Internet, que j’ai découvert cette recommandation de l’ANSM. J’ai retrouvé mon petit carton : mon DIU fait partie du lot incriminé.

Mon âge et ma situation personnelle rendent la poursuite de cette grossesse impossible : je suis engagée dans le douloureux parcours de l’IVG. C’est une épreuve extrêmement violente, en soi bien sûr, plus encore en raison de la particularité de ma situation sur laquelle je ne m’étalerai pas, et encore plus, par le fait que je me considère victime de ce qui est bel et bien un scandale sanitaire, dont personne ne parle. L’immense majorité des femmes, heureusement, a subi des conséquences limitées aux désagréments de devoir changer de contraception en urgence lorsqu’elles se sont rendues compte de l’expulsion du DIU. D’autres comme moi n’auront pas eu cette chance. Pour l’instant, j’essaie de garder la tête hors de l’eau, dans l’attente d’une date d’intervention. Je traverse les journées comme un zombie en essayant de ne pas penser aux manifestations que me renvoient mon utérus, et que je connais bien.

Si tu es porteuse d’un DIU cuivre depuis au moins deux ans, je t’invite à vérifier quel en est le modèle, et à contacter ton gynéco pour vérifier s’il est toujours en place. La méthode d’autocontrôle est aussi une bonne solution (au début du cycle, vérifie si tu sens toujours la présence des fils à la sortie du col, toutes les femmes devraient le faire mais j’avoue que moi la première, çà m’a vite barbé et je ne l’ai fait qu’une seule fois). Parle-en à tes amies, à tes sœurs…si vous communiquez facilement sur ces sujets.

Si je peux éviter ma mésaventure ne serait-ce qu’à une seule femme, j’en serais très heureuse.

EDIT (20 janvier 2020)

Cet article a été publié il y a déjà plus de dix jours, et de nombreuses lectrices font part dans leurs commentaires d’une mésaventure similaire, au moins pour ce qui concerne la rupture du DIU et/ou son expulsion spontanée. Ce fait qui touche les DIU Novaplus d’Eurogine est connu des professionnels de santé mais, de toute évidence, peu d’entre eux ont eu connaissance des alertes publiées par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ce qui est tout de même vraiment inquiétant).

J’ai réuni toute la documentation sur le sujet (publications du fabricant Eurogine, du distributeur Euromédial, et rapports de l’ANSM sur un Google drive, ici.

N’hésite pas à les faire tourner, et à donner le lien à ton gynéco ou ta sage-femme.

Pour ce qui est des suites possibles, il y en a deux :

  • l’action judiciaire : c’est une action de groupe en matière de produits de santé, elle ne peut être intentée que par une association de santé agréée : si elle réussit, le public est avisé, et toute personne victime de ce produit de santé peut rejoindre l’action pour obtenir la réparation de ses dommages. Il ne s’agit que réparer un préjudice corporel, cette action exclut la réparation d’un préjudice moral. On peut donc obtenir un remboursement de tous les frais exposés non pris en charge à un autre titre (dépassements d’honoraires, perte de salaire), ou encore l’indemnisation de la douleur physique lors des interventions. Si aucune association agréée ne s’y intéresse, il n’y aura pas d’action. Mais les victimes peuvent toujours s’adresser à la Fédération des associations agréées pour les inciter à réfléchir à une action. Je l’ai fait, mais je n’ai aucune réponse.
  • l’action médiatique : c’est inadmissible que les autorités de santé n’aient pas recommandé une très large information des femmes sur ce problème. Attendre qu’elles prennent l’initiative d’une consultation de routine, ou compter sur la bonne volonté des gynécos et des sage-femme est scandaleux. De toute façon, vos témoignages qui rejoignent mes constatations montrent que les praticiens ne consultent pas toujours ces recommandations. Certains ont pris l’initiative de reprendre leurs fichiers et d’appeler une par une les porteuses de DIU concernés, mais ils sont sans doute rarissimes. Par ailleurs, il n’y a aucun chiffre fiable sur le nombre de victimes concernées. Il y a quelques pourcentages disponibles dans les documents que j’ai mis à disposition mais les chiffres obtenus sont incohérents. Il existe un levier d’action pour alerter le Ministère de la santé sur la carence en matière d’information, ce sont nos députés. Je mets un modèle de lettre à disposition sur Google Drive. Il vous suffit de l’imprimer, d’y joindre les trois documents joints, et de l’envoyer à votre député dont vous trouverez les coordonnées ici.

Un immense merci pour tous les messages de réconfort reçus en commentaires. L’intervention est désormais passée, et n’en déplaise aux pro-life qui me promettaient des tourments psychologiques atroces, je me sens bien mieux maintenant, et soulagée.

Commentaires

134   Commentaires Laisser un commentaire ?

Amelie

Bonjour Marina
Tout d’abord je suis vraiment désolée de ce qui t’arrive, c’est vraiment injuste d’avoir à subir une IVG et ses conséquences psychologiques pour une erreur médicale.
Mais surtout je voulais te remercier pour ton article je suis concernée et je vais de ce pas contacter ma gynéco pour avoir des informations.
Ton article aura peut-être permis à de nombreuses personnes d’éviter d’avoir un choix douloureux à faire. Merci beaucoup.
Amélie

le 09/01/2020 à 08h00 | Répondre

Marina

Je l’espère en tout cas, si même une seule personne peut l’éviter grâce à cet article, je n’aurai pas subi tout çà pour rien. Merci pour ton soutien.

le 09/01/2020 à 09h59 | Répondre

Virg

Pas concernée et très soulagée de ne pas l’être. Je partage immédiatement.

le 09/01/2020 à 08h23 | Répondre

Pauline

Je commente rarement mais je dois aussi apporter une « mise en garde ». Il y a 3 ans, après la naissance de mon 3è, je ne supporte plus la pilule (prise de poids énorme et très rapide, suppression de la montée de lait avec un bébé qui passe donc 12h par jour au sein à essayer de têter sans prendre de poids , déprime, migraines qui reviennent en force…), je décide de faire poser un DIU au cuivre, en me disant aussi que je limite les risques liés à un oubli, et vu le calvaire qu’a été cette grossesse, je ne veux pas prendre le risque d’être à nouveau enceinte trop vite. Il est posé et à part quelques douleurs les 1ères semaines, je suis ravie: je vais beaucoup mieux sur plein de plans, je maigris sans effort… 3 mois plus tard en juin, je reçois un message du cabinet de ma gynéco m’invitant à prendre rendez-vous pour vérifier que le stérilet est toujours bien placé parce qu’on observe parfois, dans les poses post-partum, un déplacement. Je ne prends pas rendez-vous immédiatement, pensant à une formalité. Quand je prends rdv, il n’y a pas de place avant mi-novembre. Pas grave, c’est qu’une formalité. Sauf que le jour J, ma gynéco ne trouve pas le stérilet à l’écho. Selon elle, le plus probable est qu’il ait été expulsé pendant des règles sans que je m’en rende compte mais elle me prescrit une radio pour vérifier. Sauf qu’entre l’écho mi novembre et la radio début décembre, je découvre que je suis enceinte. Radio annulée forcément. La grossesse se passe, arrive l’accouchement, les sages-femmes vérifient que le stérilet n’est pas coincé dans le placenta mais non. Donc radio prévue moins de 24h après la naissance. Stérilet retrouvé coincé dans l’abdomen, l’interne en gynécologie voulait m’opérer dans le mois mais le chirurgien décide qu’il n’y a aucune urgence… Quelques mois plus tard, je subis une anesthésie générale pour me le faire enlever, sauf que le stérilet avait encore bougé et a provoqué la prolongation de l’anesthésie pour refaire une radio et ouvrir à un autre endroit. Depuis, et même si je me suis sentie bien mieux sans hormone, je n’ose pas repasser au DIU, les suites d’opération ayant été trop douloureuses. Ma gynéco m’a proposé d’en reposer un mais en prévoyant des contrôles trimestriels la 1ère année…
Dans mon histoire, je suis finalement ravie d’avoir mon 4è et une IVG n’était pas envisageable pour nous, on aurait juste aimé avoir la main sur le calendrier! J’ai aussi eu de la chance de ne pas subir d’infection. On ne saura jamais quand la perforation de l’utérus a eu lieu: est- ce dans les quelques mois qui ont suivi, quand j’ai eu des douleurs diffuses dans le ventre? est ce que ça a été brutal et ce que j’ai pris pour un retour de couches était en fait la perforation? Il s’agit cependant d’une situation rare (mon généraliste n’en avait jamais entendu parler) mais ça m’a appris que quand on propose un contrôle, ça n’est pas forcément une simple formalité!

le 09/01/2020 à 08h39 | Répondre

Marina

Je dois aussi passer une radio pour vérifier s’il n’y a pas eu une perforation mais c’est quasiment exclu. Le problème est qu’aucun radiologue ne veut me faire la radio puisque je suis enceinte, alors que si effectivement mon DIU est dans l’abdomen, il peut être enlevé par coelioscopie lors de l’IVG… On tourne en rond. La première fois que le radiologue m’a annoncé qu’il ne ferait pas la radio, j’étais en culotte et seins nus dans l’appareil de radio. Je me suis effondrée en pleurant que je ne pouvais pas garder cet enfant.
Tant mieux si dans ton cas, vous aviez l’envie de poursuivre cette grossesse. Moi aussi j’aurais aimé un autre enfant, mais ce n’était pas possible.
A propos de la perforation et de la migration du DIU dans l’abdomen, c’est rarissime et çà arrive en général peu de temps après la pose, et du fait d’un mauvais geste du médecin (pour aller plus loin, un article du Dr Martin Winckler : http://martinwinckler.com/spip.php?article601)

le 09/01/2020 à 10h05 | Répondre

Pauline

Pardon, en me relisant je réalise que j’ai pu être maladroite concernant l’IVG. J’ai mes convictions mais je considère surtout que c’est une décision personnelle et de couple et que personne n’a rien à en dire, dans un sens comme dans l’autre. Pardon si je t’ai blessée, ce n’était pas le but. (et si maintenant je suis ravie de mon bébé, il m’a fallu de longs mois pour me réjouir de cet agrandissement de la famille…) Et je compatis tout à fait à ton choix difficile, même si je ne l’ai pas vécu et que je ne peux que supposer les questions et les tiraillements qu’il entraîne, mais surtout le manque d’humanité du radiologue me scandalise. Je ne comprends pas qu’on t’ait laissée te préparer pour finalement te dire que c’était pas possible, dans une situation tellement inégale entre un professionnel habillé et un patient en souffrance quasiment nu…
J’avais lu l’article de Wincler, néanmoins pour en avoir parlé avec ma sage-femme, les infirmiers du bloc, le chirurgien… c’est plus fréquent que ce qui lui en dit et même si c’est rare, ça n’arrive pas forcément juste après la pose. Ma sage-femme, que je voyais à ce moment pour la rééducation du périnée, avait vérifié qq semaines après la pose parce que j’avais parfois mal et il était bien placé selon elle. Je trouve que son discours de rendre le patient plus responsable et plus au courant de sa santé est une bonne chose mais que ça entraîne une méfiance vis-à-vis du corps médical que je regrette (autre débat).

le 09/01/2020 à 13h09 | Répondre

Marina

Rassure-toi tu n’as pas été maladroite et je n’ai pas été blessée 😉 Je suis bien placée pour savoir à quel point c’est une nouvelle bouleversante quand on ne s’y attendait pas, et que sur le coup on peut être plus désappointée que réjouie même si on poursuit la grossesse !
Pour la migration du stérilet, c’est vrai que Martin Winckler a parfois une position assez agaçante, très « moi je sais tout mieux que les autres et les médecins ne font jamais comme il faut », et qu’il faut relativiser ce qu’il dit…

le 09/01/2020 à 13h49 | Répondre

Azu

Pour info, il n’est plus obligatoire d’être seins nus pour faire une radio (et ce depuis de nombreuses années). Je trouve ça inconcevable qu’on t’ait demandé de te mettre seulement en culotte pour une radiologie alors qu’il est tout a fait possible de réaliser la radio avec un petit t-shirt ou débardeur, mais sans soutien-gorge évidemment. Il y a vraiment un manque flagrant de communication à ce niveau, et c’est très désolant.

le 09/01/2020 à 13h26 | Répondre

Marina

Alors là, j’écarquille les yeux… Quand l’opératrice m’a conduite dans le vestiaire et m’a dit « ne gardez que la culotte », je me suis dit que j’avais mal compris et je suis restée en sous vêtements. Quand elle est venue me chercher elle m’a dit « vous enlevez aussi le soutien-gorge » j’étais étonnée mais je me suis dit que çà devait être nécessaire, peut-être pour les armatures en métal, les interférences, tout çà, et que bon c’était une femme… mais je me suis sentie très vulnérable, et c’est une fois installée qu’elle m’a dit qu’elle devait aller demander au radiologue si elle pouvait continuer. Je suis restée en culotte jusqu’à la fin, jusqu’à ce qu’elle me renvoie me rhabiller. Elle ne m’a jamais proposé de garder quelque chose en haut (alors qu’en plus l’hiver je mets souvent un débardeur en coton pour avoir moins froid, et il était bien pendu à la patère dans le vestiaire).
Je n’aimais déjà pas bien ce cabinet (qui avait surtout l’avantage d’être à 10 min de chez moi), mais ton message finit de me convaincre de changer de crèmerie ! Je n’y remettrai pas les pieds.

le 09/01/2020 à 13h56 | Répondre

Azu

J’ai fait pas mal de radio étant enfant/ado à cause d’une scoliose et pendant longtemps on m’a demandée d’être torse-nu. Très agréable quand on commence à peine à avoir des seins. Et puis un jour alors que je me mettais torse nu comme j’en avais l’habitude le/la manupalteur/trice (je ne me souviens plus si ct un homme ou une femme), m’a dit que si j’avais un petit t-shirt ou débardeur léger (uni, sans motif, bref un maillot de corps) je pouvais très bien le garder. La personne paraissait même surprise que je me sois mise directe torse-nu… voilà voilà.
Après peut-être qu’avant il le fallait pour des raisons techniques, mais aujourd’hui il n’y en a plus besoin. J’imagine que pour les manipulateurs ça ne leur fait ni chaud ni froid, mais ils ne pensent pas assez au malaise que c’est pour les patients de se retrouver presque nu devant eux… Ce manque d’empathie me sidère, il faudrait vraiment un cours sur ça dans les programmes d’études du personnel médical.

le 09/01/2020 à 17h15 |

Aurélie R

Alors pour info même pour une radio de poumon on peut garder son t shirt en coton sans soutien gorge. Pas la peine de subir ca ! Que fait on du respect et de la pudeur des patients ? Rho ma pauvre !
Si tu es sûre de ton choix de l’avortement, passe une radio ailleurs sans préciser ta grossesse. C’est ton choix pas le leur.
Je fais passer le message autour de moi. Courage dans cette épreuve douloureuse qui ne devrait pas avoir lieu. Merci d en parler également, ce nest pas rien

le 16/01/2020 à 23h54 | Répondre

Sakura

Merci pour article. Je suis désolée de lire ce qui t arrive.
Il y a quelques mois j’ai eu aussi une mauvaise surprise. Lors d une consultation pour changer mon Diu, ma gyneco n a pas pu tout retirer. Les pattes en plastique se sont brisées et elle n a pu en récupérer qu’une sur deux ainsi que la partie en cuivre. Visiblement c etait la deuxième fois qu elle rencontrait le problème et m a parlé de lot défectueux… Comme je ne retrouve plus la petite carte, je ne peux pas vérifier de mon côté. 😒
Pour savoir s il me restait encore ce bout de plastique, j ai dû faire une hysteroscopie 😡 ainsi qu une radio. Finalement le bout était parti de lui même et je n ai pas eu subir d’intervention chirurgicale. Heureusement, j etais encore protégée par le cuivre, mais à la lecture de ton article, je me rends compte que ça aurait pu m arriver aussi…
Bon courage à toi…

le 09/01/2020 à 09h04 | Répondre

Marina

Tu avais très vraisemblablement un DIU d’Eurogine : ce que tu décris est caractéristique et relevé dans les documents que j’ai pu consulter : le DIU casse au niveau de la jointure entre les bras et le corps en cuivre, d’ailleurs ta gynéco t’a bien parlé d’un lot défectueux. Elle a sans doute dû faire un signalement à l’ANSM.
Avec d’autres victimes, on essaie de monter un collectif, à la fois pour celles qui ont subi une grossesse non désirée avec un IVG, mais aussi pour celles qui ont dû subir une hystéroscopie. Si çà t »intéresse je peux te tenir au courant de l’avancée du projet.

le 09/01/2020 à 12h08 | Répondre

Sakura

Ça m interesse oui !
Je suis Madame Sakura sur Dentelle. Je ne suis pas sûre que mon mail dentelle fonctionne encore. Je peux te contacter via FB ou par mail ?

le 11/01/2020 à 17h22 | Répondre

Marina

Je me suis désinscrite du groupe des rédactrices sur facebook donc je n’ai plus accès à la liste des identités donc je ne sais pas comment te retrouver. J’ai demandé à notre rédactrice en chef de nous mettre en contact 😉

le 12/01/2020 à 19h16 | Répondre

Maud (voir son site)

Merci beaucoup pour ce partage et je te souhaite tout plein de courage pour traverser tout cela.

Vos récits me font froid dans le dos… depuis la naissance de ma 1ere fille, je n’ai pas repris de contraception (je me suis découverte heureuse et plus du tout déprimée sans hormone, résultat sans appel…). Ma 2e est arrivée par surprise 21 mois après la 1ere (mais mon cœur était prêt à accueillir un 2e bébé). Elle a aujourd’hui 21 mois et je ne me suis toujours pas décidée pour une contraception, le choix n’étant pas franchement folichon… je ne veux plus d’hormones, reste donc le DIU cuivre mais je n’arrive pas à me décider à avoir un corps étranger à l’intérieur de moi.
Cet article ne va pas me convaincre ! Lol

On prend des risques ainsi mais je ne sais pas quoi faire pour l’instant (bon et puis un 3e ça me plairait bien moi ! Mon mari non par contre…)

le 09/01/2020 à 09h14 | Répondre

Marina

Vraiment moi j’ai été convaincue par le stérilet au cuivre. Ca m’a bien réussi…jusqu’à cet hiver 🙁 ! On l’oublie complètement, j’avais des règles à peine plus abondantes, c’est sain, sans hormones, le corps retrouve un fonctionnement très naturel… Le risque de grossesse est vraiment extrêmement minime quand le stérilet est en place, et il y a des marques et des modèles qui ne posent aucun souci. Le problème des stérilets Eurogine venait d’une réaction du polymère utilisé pour le fabriquer, c’était très particulier à ce modèle.
C’est vrai que pour une contraception sûre, sans hormone et réversible… je ne vois que cette solution. A part le préservatif mais dans un couple stable, sur le long terme çà devient compliqué.
Personnellement je passe à la ligature, plus d’autre solution à mon âge…

le 09/01/2020 à 10h10 | Répondre

Chachou

Bonjour,
Je lis votre commentaire et ne peux m’empêcher de vous suggérer une autre solution : la vasectomie.
La contraception ne devrait pas toujours être l’affaire des femmes, après tout nous ne sommes fécondes que 5 jours par mois alors qu’eux c’est tous les jours jusqu’ à la fin de leur vie.
En tout cas désolée de lire vos commentaires, je porte également un dispositif en attendant de prendre une décision concernant l’éventuelle arrivée d’un 3ème enfant et je vais essayer de retrouver la carte pour m’assurer que ce n’est pas l’un de ceux cité ds l’article.
Bon courage à vous dans vos démarches.

le 10/01/2020 à 09h49 | Répondre

Thérèse

En s’intéressant de très près au fonctionnement de notre corps de femme, par les méthodes naturelles, on découvre que c’est agréable de ne prendre aucune contraception, (la pilule a quand même beaucoup d’effets désagréables) car en effet la physiologie féminine est cyclique, c’est à dire qu’il y a, après les règles, des moments féconds et d’autres non. Alors bien sûr, il faut réfléchir à deux à la question car c’est à deux que l’on réorganise ces soirées quand il n’est pas souhaitable d’être enceinte… C’est agréable de réaliser que notre corps est naturellement fait pour que l’on puisse faire sans chimie… Mais ça nous demande de l’imagination pour réorganiser ces moments là, ça nous demande d’accepter d’en discuter avec le conjoint, on s’implique à deux…

le 17/01/2020 à 22h24 | Répondre

Zita

Merci beaucoup d’avoir communiqué sur le stérilet qui n’est pas si anodin. La contraception est un sujet compliqué. Je ne supporte plus la pilule depuis mon accouchement avec des saignements intempestifs. J’avais tenté mirena mais j’ai été prise de maux de tête atroces, qui ont disparu lors du retrait. Compte tenu de mon âge (42 bientôt ) j’envisage désormais la ligature des trompes car je ne souhaite plus de grossesse mais ne suis pas motivée non plus pour avoir un corps étranger dans mon utérus (surtout après ce que je viens de lire). En attendant vive le plastique ! Il y a en effet un délai de réflexion de quatre mois entre le rendez vous initial et l’opération.
Bon courage à vous mesdames qui avez subi tous ces événements dont certains vraiment dramatiques.

le 09/01/2020 à 10h09 | Répondre

Marina

Merci.
Moi aussi je vais me faire ligaturer. Je pensais le faire à l’expiration du délai de cinq ans après la pose du stérilet, mais les circonstances m’auront contrainte à le faire plus tôt…

le 09/01/2020 à 10h12 | Répondre

isavoyage

Tout d’abord, je suis infiniment désolée d’apprendre ce que tu vis, je suis de tout coeur avec toi, vraiment.

Ensuite, merci beaucoup de partager ici cette information si importante à faire circuler. Quel scandale que le médecin que tu as consulté ne soit pas au courant !

le 09/01/2020 à 10h54 | Répondre

Marina

Si si mon médecin était au courant du problème… mais ne m’a rien dit lors de la consultation. A sa décharge l’ANSM n’a pas recommandé aux médecins de recontacter toutes les patientes pour les prévenir (c’est çà qui me choque d’ailleurs).
On a ensuite repris contact par mail et téléphone, et elle m’a confirmé que j’avais reçu un DIU d’un lot défectueux.
Merci de ton soutien !

le 09/01/2020 à 12h11 | Répondre

Madeleine

Dans les contraceptions définitives, n oubliez pas non plus la vasectomie pour vos maris. C est moins invasif qu une ligature des trompes!

le 09/01/2020 à 11h04 | Répondre

Jeanne

J’ai perdu mon stérilet cette été pendant mes règles. Dans mon désarroi je suis contente de m’en être rendu compte:je l’ai retrouvé entier dans ma cup. Avec une reconversion pro en cour un nouveau bébé n’est vraiment pas possible. Nous nous donnons encore 3 ans pour décider si nous voulons d’un troisième enfant en attendant c’est préservatif. Et j’espère que mon mari réfléchira a une contraception de son côté (il ne veut plus d’enfants passé ses 45ans). Je suis lasse d’avoir la responsabilité de notre fertilité.

le 09/01/2020 à 11h25 | Répondre

Marina

On y a pensé… c’est clair que c’est pénible de laisser tout le temps aux femmes la contrainte de la contraception. Après j’avoue que je considère qu’à mon âge, bientôt 43 ans, la question de la conception d’un enfant ne se pose plus trop : si un malheur devait arriver à notre couple et que je refaisais ma vie, je n’aurais plus l’âge de pouvoir avoir un autre enfant, même si je rencontrais un homme plus jeune, alors que si mon mari refaisait sa vie avec une femme plus jeune, la question pouvait se poser. On en a parlé et on a décidé que la ligature serait pour moi…

le 09/01/2020 à 12h19 | Répondre

Madame Colombe

Marina, je compatis et vous souhaite beaucoup de courage pour affronter cette épreuve.
Il y’a une quinzaine d’années, j’étais formatrice, et une de mes étudiantes( j’enseignais à un public adulte) a eu une infection provoquée par son stérilet. Elle a été malade un bon bout de temps. J’ai été traumatisée par cette histoire, et ai toujours refusé de porter un stérilet.
Ce qu’il y a de terrible avec le stérilet, c’est qu’on est contrainte de lui « faire confiance ». La pilule, si on l’oublie, on peut s’en rendre compte plus facilement, et tenter en ayant conscience de cet oubli, faire attention quelque temps ( cela m’est déjà arrivé). Mais on ne peut pas vérifier tous les jours que le stérilet est en place.
Merci d’avoir témoigné.

le 09/01/2020 à 12h07 | Répondre

Marina

Merci pour votre soutien.
Oui c’est çà qui me contrarie énormément, c’est de me dire que je ne pouvais que faire confiance et que je subis les conséquences lourdes de la carence de quelqu’un d’autre.
Après, j’avais déjà lu des recommandations sur des sites consacrés à la CUP comme quoi c’était important, avec un stérilet, de vérifier après chaque période de règles si les fils étaient toujours présents en « tâtant » le col de l’utérus. Je l’ai fait une fois, je n’ai pas senti les fils (alors que postérieurement à çà, ma gynéco avait bien constaté sa présence lors d’une consultation et dit que les fils étaient assez longs pour les sentir), mais j’ai trouvé le contact de mes doigts sur le col tellement désagréable que j’ai laissé tomber…

le 09/01/2020 à 12h15 | Répondre

Madame Fleur

Je suis vraiment désolée de te lire et que tu doivent subir une IVG alors que tu pensais être protégée.
Pour ma part, j’avais un stérilet au cuivre jusqu’à il y a 1 an et demi (pas des marques que tu cites). J’en étais très satisfaite. J’avais fait un contrôle un mois après la pose tout été nickel. Et puis au contrôle au bout d’un an, ma gynécologue m’annonce que le stérilet n’est plus en place qu’il a bougé et qu’il risque d’être expulsé.
Comme nous envisagions une seconde grossesse pour l’année suivante, j’ai accepté de changer de contraception. Sauf que j’avais des problème de foie (j’en avais parlé ici) et du coup, ben on ne pouvait me donner aucune contraception hormonale.
Je suis à la fin de ma seconde grossesse qui sera la dernière. Honnêtement, je ne veux plus d’hormones et je n’ai pas très envie de retenter le stérilet.
Du coup, j’aimerais que mon mari envisage la vasectomie car je trouve que mon corps a assez subi et que ce serait moins lourd pour lui que pour moi (en plus si un jour notre couple ne fonctionne plus, il sera plus simple pour lui de récupérer des spermatozoïdes pour fonder une nouvelle famille s’il le souhaite).
Mais si vraiment je n’arrive pas à le convaincre, je crois que je passerais par la ligature.

le 09/01/2020 à 13h45 | Répondre

Flora

Merci Marina pour cette information d’intérêt général ! Je t’envoie plein de courage dans cette horrible épreuve <3
Je n'avais pas du tout suivi cette affaire mais ayant moi même expulsé deux DIU en quelques mois, j'ai perdu confiance. En plus je ne sais pas si c'est mon entourage, mais je commence à connaître pas mal de bébés stérilets…
Mon deuxième bébé arrive dans deux mois mais j'ai déjà annoncé à ma gynéco que ce sera ligature après. Elle me dit que je suis trop jeune (bientôt 34 ans quand même) et que c'est plus facile si c'est mon mari qui le fait (mon mari est d'accord pour la vasectomie mais je ne le sens pas sûr alors que moi je suis certaine de ne plus vouloir de grossesse), mais elle commence à comprendre que ma décision est bien prise.

le 09/01/2020 à 13h58 | Répondre

Marina

Merci pour ton soutien.
Bon courage pour la dernière ligne droite 😉

le 09/01/2020 à 17h48 | Répondre

Lucie

Je peux tout à fait comprendre que ta situation personnelle fait que tu ne peux pas garder la grossesse. Mais ça me gêne un peu quand tu parles de ton âge. Parle juste de ta situation personnelle (qui peut inclure des considérations sur l’âge). L’âge c’est très personnel, ce n’est pas parce qu’on a 42 ou 43 ans qu’on est trop vieille pour concevoir.

le 09/01/2020 à 15h14 | Répondre

Marina

Mon âge et ma situation personnelle forment un tout dans ma décision, c’est indissociable, pour des raisons particulières. La décision de garder ou pas un bébé surprise ou interrompre une grossesse est tellement personnelle qu’il ne me viendrait pas à l’idée de dire que je dois recourir à l’IVG parce que 42/43 ans c’est trop vieux pour avoir un enfant.

le 09/01/2020 à 17h47 | Répondre

Doupiou

J’avais entendu parler de cette affaire et je me suis empressée d’aller voir si mon DIU était concerné (par chance je garde toujours le petit carton dans mon sac à main, ne serait-ce que pour me rappeler de la date de pose).
J’ai eu la chance de pouvoir faire contrôler dans l’été la place de mon DIU lors d’une échographie qui n’avait rien à voir.
Je ne peux pas prendre d’hormones et le DIU au cuivre que j’ai très pourtant très bien supporté après ma première grossesse est en train de me ruiner la santé après cette seconde grossesse. Je dois le retirer ou prendre un traitement à vie.
Après deux accouchements traumatisants je me bats depuis un an et demi pour me faire ligaturer les trompes, mais tous les professionnels dont j’ai fais la demande me l’ont refusé : à 29 ans, vous êtes trop jeune…

le 09/01/2020 à 16h53 | Répondre

Marina

C’est ce qu’on entend régulièrement, la difficulté des jeunes femmes à obtenir une ligature. Que le médecin alerte la patiente, prenne vraiment le temps de discuter avec elle de son choix, ok. Mais qu’il refuse… non mais de quoi j’me mêle ??? Est-ce qu’un gynéco qui reçoit une jeune femme pour sa déclaration de grossesse lui dit « vous êtes sûre de vouloir garder cet enfant ? Parce qu’on ne sait jamais hein, si vous le gardez vous allez peut-être regretter un jour de l’avoir fait… ».
Je te souhaite un bon rétablissement, et bon courage, j’espère que tu trouveras le médecin compréhensif. J’ai lu çà il y a quelques jours :
https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/nantes/nantes-ces-jeunes-femmes-qui-se-font-steriliser-1763891.html

le 10/01/2020 à 10h47 | Répondre

Cécile

Bonjour! La ligature a 29 ans c’est la croix et la bannière mais personne n’a le droit de vous la refuser! Il y a un délais de réflexion de 4 mois et si vous vous y tenez ils doivent vous adresser a un collègue qui sera d’accord de la pratiquer. C’est insupportable de voir que les médecins continue à croire qu’ils savent mieux que nous ce que l’on veux pour notre vie! Courage accrochez vous!

le 17/01/2020 à 11h05 | Répondre

Charlotte

Bonjour Marina
J’ai subi une ivg qui a eu des complications l’été dernier. Si tu veux parler en privé je suis dispo car moi ca M avait fait du bien de parler avec des femmes passées par là. Jai aussi 2 enfants.
Dans mon cas le taux de Bhcg est remonté après l’IVG médicamenteuse, faisant penser à une grossesse extra utérine. Jai subi un nombre incalculable d échographies douloureuses car jai un uterus rétroversé. Des prises de sang. Puis pour finir une coelisocopie et un curetage sous anesthésie générale. J étais à 2 doigts de demander une ligature en même temps même si je sais que c’est impossible sans le délai de réflexion. Bien sûr je n en ai pas parlé à mes enfants ni au travail donc je donnais le change…
Jai à présent un stérilet hormonal Kyleena. J’avais été informée en novembre du message dont tu parles.
Mais je fais des crises de panique à la moindre nausée ou douleur, je vais au labo, chez le gyneco, je fais des tests…Je suis chaque fois tombée enceinte en 1 fois (les 2 fois désirées er la 3eme fois sur un unique raté je pense puisque nous utilisions des préservatifs et nous n’avions pas vu de défaut donc pas de pilule de lendemain.) Je réfléchis à la ligature ou vasectomie mais le stérilet me réussit bien niveau confort hormonal.
Je t envoie mon soutien et j’insiste je suis à dispo pour discuter si SNT peut nous mettre en relation. Personnellement je vais bien et le vis bien , mon seul souci est cette peur récurrente d’être à nouveau enceinte.
Prends soin de toi et courage, ca sera derrière toi un jour…

le 09/01/2020 à 22h42 | Répondre

Marina

Merci pour ta proposition. Je suis soutenue dans mon entourage, et çà a même libéré la parole, une proche m’a « avoué » qu’elle avait aussi subi un IVG et du coup on a pu en parler.
Je comprends ta peur de tomber enceinte. Je refuse le stérilet dorénavant, je ne serai plus jamais tranquille. J’ai demandé une ligature.

le 10/01/2020 à 10h50 | Répondre

Charlotte

Hello 🙂
Oui moi aussi j’ai trouvé hallucinant le nombre de femmes qui y ont eu recours quand la parole s est déliée… y compris dans ma propre famille. Personnellement on m a dit de ne pas en parler,que j allais être jugée… mais c’est en agissant comme ça qu’on continue d en faire un tabou et que les femmes ont honte! J’ai pris le.parti d en parler quand le moment est adéquat, maintenant que c’est passé. J avais hésite à écrire mon histoire ici aussi pour que le lectorat puisse voir qu on peut vivre avec ça. Mais j’ai eu peur des commentaires jugeant et critiquant (ahem….)
Je pense aussi à la ligature maintenant. Toutes mes pensées avec toi.

le 10/01/2020 à 14h18 | Répondre

François Gilles

L’avortement peut être une expérience atroce, alors que l’adoption permet de faire des heureux. Renseigne-toi.

le 10/01/2020 à 05h20 | Répondre

Marina

Mais oui bien sûr. Tant d’empathie, de chaleur humaine et de tolérance me bouleversent.

le 10/01/2020 à 10h51 | Répondre

Elodie

Ah parce que subir une grossesse non désirée durant 9 mois et accoucher ça n’est pas atroce?
Renseigne toi en lisant les études scientifiques à ce sujet (pubmed ou cochrane) TOUTES les études ont la même conclusion: une IVG est toujours moins délétère qu une grossesse non désirée menée à terme à condition que la femme ait pu faire son choix de manière libre et éclairée

le 11/01/2020 à 12h42 | Répondre

Marina

Elodie merci 🙂
Je crois que çà ne sert à rien d’essayer de raisonner un pro-life, qui considérera que toute souffrance de la femme a ses justifications divines et que la vie doit être préservée coûte que coûte, blablabla…
Le mépris est la meilleure des réponses…

le 11/01/2020 à 14h38 | Répondre

Elodie

La petite sage-femme que je suis ne peut s’y résoudre.
Du coup aujourd’hui j’ai refouillé dans mes mails, et je m’aperçois que nous SF ( on est de plus en plus à poser des DIU quand même ) on n’a pas eu l’information…je l’avais lu dans une revue médicale et je n’utilise pas cette marque mais ça craint.

le 13/01/2020 à 10h59 | Répondre

Marina

La gynéco du centre d’IVG et mon généraliste n’étaient pas au courant des recommandations de l’Ansm de cet automne…
J’ai réuni toute la doc sur un Google Drive public, ici : https://drive.google.com/drive/folders/1wMdeZlFTRnmtN1aH-lVCOkhkV2Iec_cx?usp=sharing
N’hésite pas à la diffuser 😉

le 14/01/2020 à 13h21 |

Therese

Je trouve ces mots violents… Il ne s’agit pas d’un bouts de papier que l’on froisse parce que l’on s’est trompé! Mais de la vie de quelqu’un que l’on porte en nous. On parle d’IVG comme si c’était rien, juste un mot, juste un amas de cellules en nous ??? C’est un futur petit bout d’homme ou de femme qui a déjà un coeur qui bat et que l’on décide de…tuer.
Ça c’est violent mais c’est la réalité de l’IVG.
Et cette réalité laisse malheureusement des traces que ce soit une fausse couche ou une IVG chez celle qui pose l’acte, parfois ca reste dans notre tête et notre cœur une vie entière.
Réfléchissons, un boulot ou une vie ? Choisissons la VIE !!! 9 mois c’est rien quand ensuite on a pleins de sourires et de fourire devant nous. Vaut mieux la Vie que des remords…

le 17/01/2020 à 22h33 | Répondre

Zita

L’IVG n’est sans doute pas un choix fait de gaieté de cœur. Mais c’est un droit qui doit être défendu. Un enfant ce n’est pas que des sourires mais aussi énormément de responsabilités. Chacune a le droit de choisir en son âme et conscience et aucune ne doit être culpabilisée pour son choix qui doit être respectée.

le 21/01/2020 à 11h31 | Répondre

Marina

Cà m’énerve profondément ce genre de propos. Mais qui êtes-vous, que savez-vous de ma vie pour prétendre porter un jugement sur le choix que je fais ? Que savez-vous de l’IVG pour pouvoir dire ce que çà représente pour la femme qui le subit ? Pour reprendre vos propos, la venue de cet enfant, dans les circonstances familiales qui sont les miennes et que je ne veux pas développer, ce ne serait que des larmes et du désespoir, et pas « plein de de sourires et de fou-rire devant moi ». J’aurais gardé toute ma vie le remords d’avoir gardé cet enfant. Abstenez-vous d’aller porter un jugement sur des situations que vous ne connaissez pas, en tenant des propos d’une niaiserie ridicule.

le 21/01/2020 à 16h35 | Répondre

Marina

Je répondais à Thérèse, bien sûr 😉

le 21/01/2020 à 16h39 |

Flora

@François Gilles : la grossesse ça dure 9 fois et ce n’est pas un parcours de santé. Renseigne-toi

le 13/01/2020 à 18h54 | Répondre

Morin AC

Pas d’utérus, pas d’avis.
Merci Marina pour l’info, je fais suivre aux copines qui en ont un. Bon courage à toi, drôle de façon de commencer 2020 ! Ça ira mieux dans quelques mois…

le 19/01/2020 à 10h08 | Répondre

Chloé

Marina, je n’ose imaginer l’épreuve que tu as subie. Courage, et n’écoute pas les donneurs de lecons stupides.

Ca serait vraiment bien si tu avais la possibilité d’envoyer l’information à des journalistes pour que ça rayonne un peu plus loin que parmi les lectrices de DMT. C’est un sujet trop important, il faut que toutes les femmes concernées soient prévenues. Et aussi que l’ANSM change ses façons de procéder. C’est vraiment stupide et criminel !

le 11/01/2020 à 10h41 | Répondre

Marina

Merci pour ton soutien 😉.
J’espere que ça va sortir dans la presse, j’y travaille 🙂

le 14/01/2020 à 13h23 | Répondre

Marina

Si jamais il y a des victimes du stérilet Novaplus qui arrivent ici après avoir fait des recherches sur le sujet, je les invite à contacter la rédaction de SNT pour avoir mes coordonnées et/ou nous rejoindre sur le forum Doctissimo consacré au sujet. Nous échangeons sur les possibilités pour assurer une diffusion massive de l’information et obtenir éventuellement une action de groupe contre le fabriquant.

le 11/01/2020 à 14h41 | Répondre

Anna

En effet, pour ma part, expulsion spontanée au bout de seulement 1an! Heureusement, je m’en suis aperçue! D’après le gyneco, très rare mais je vois finalement que non… Merci pour ton récit et courage

le 14/01/2020 à 21h19 | Répondre

Marielle

Je suis désolé de lire ce qu’il vous arrive.
J’ai un DIU UT 380 mais je ne sais pas la marque maigres la carte que l’on ma donner donc je ne sais si mon lot en fait partie. Je dois l’enlever en Août 2020

le 14/01/2020 à 21h43 | Répondre

Marina

Le DIU en cause s’appelle le T380, en version Ag ou Cu, taille mini, normal ou maxi.
Il est fort possible que le tien soit concerné. Si tu as prévu de le faire enlever cet été çà ne devrait pas te poser de souci, mais je te conseille d’aller voir dans les docs que j’ai mis à disposition sur Google Drive : https://drive.google.com/drive/folders/1wMdeZlFTRnmtN1aH-lVCOkhkV2Iec_cx?usp=sharing
la lettre aux professionnels de santé envoyée par l’ANSM le 28-11-19. IL y a des recommandations à suivre pour le retrait du DIU parce que c’est souvent à ce moment là que les bras du T se cassent, du coup çà oblige à attendre l’expulsion des débris et donc à retarder le projet de bébé si le retrait était fait dans ce but. Les gynécos et SF n’ont pas tous pris connaissance de ce document, tu peux le remettre au praticien qui t’enlèvera le DIU, si çà peut t »éviter des problèmes…

le 16/01/2020 à 10h24 | Répondre

Anne-Sophie

Merci de partager cette expérience personnelle douloureuse.
Je porte un stérilet, je l’ai fait vérifier pour la dernière fois il y a quelques mois et ce par harsard. Cependant je pourrais bien être concernée, je n’étais absolument pas au courant…
Merci

le 15/01/2020 à 11h34 | Répondre

Marina

C’est vraiment le problème, il n’y a aucune diffusion de l’information au public… Il y aura encore de nombreux cas de rupture ou d’expulsion du DIU ces deux prochaines années…

le 16/01/2020 à 10h26 | Répondre

Alexia

Je suis désolée pour toi, ces désagréments (si on peut utiliser ce mot si léger pour ce qui t’arrive) te placent évidemment en une victime. Moi aussi j’ai fait l’expérience du diu en cuivre… J’ai accouché en avril. On m’a posé un premier diu 3 mois après. Expulsé le jour meme. Nouvelle pose 1 mois après et nouvelle expulsion. Je m’adresse donc à mon obstétricienne, pensant que c’était la sage femme qui deconnait. Nouveau stérilet posé, il tient 15 jours (y a du progrès !) Re-Rdv 1 mois après pour en poser une avec des « griffes » censé ne pas tomber. Le soir même il était coincé dans mon col, les fils dépassaient et j’avais beau tirer dessus, les fameuses griffes m’ont fait un mal de chien. Rdv aux urgences, avec un médecin pas très qualifié à mon goût, pour l’enlever. Bref, pour moi le DIU c’est terminé. Elle se sont acharnées sur moi, entêtées jusqu’au bout. Le résultat est que j’ai souffert le martyr (expulsion = douleur assez similaire aux règles les plus douloureuses qui soient), je me sens incomprise et pas écoutée. Vu les témoignages, je me dis que si mon corps les a rejeté, ce n’est peut pas plus mal ! Donc retour à la pilule.

le 15/01/2020 à 17h40 | Répondre

Blan

Beaucoup de courage pour cette épreuve et les autres…
je vais de ce pas verifier la marque de mon stérilet!

le 15/01/2020 à 21h38 | Répondre

Brissonnet

Je découvre votre article en pleine nuit et cela me ramène à 24 ans en arrière, mon fils avait un peu plus de 2 ans et ma gynécologue me dit que mon stérilet s’est fait la malle , réussit à le retirer et me dit que ce serait bien possible que je sois en ceinte mais vu l’âge de mon premier , ce serait le moment me dit elle .
Et là , je me suis décomposée intérieurement.
Je ne me sentais absolument pas capable physiquement et mentalement d’avoir un second enfant .Le père ne participait absolument pas à l’éducation, aux tâches ménagères , il était hors de question que j’ai un second dans ces conditions.
J’ai du attendre 3 jours pour avoir les résultats des tests sanguins car un week-end férié avec pont se profilait .
J’ai pleuré toutes les larmes de mon cœur pendant cette attente interminable,
Je ne voulais ni avorter ni avoir un second enfant .
Le 3 Ieme jour ou le 4 Ieme avant de recevoir les résultats, mes règles sont arrivées. Je n’ai jamais été si heureuse de les avoir !
Tout ça pour dire , que je comprends la situation délicate de la grossesse non désirée .
Bref, heureusement que l’on peut choisir mais malgré cela c’est pas forcément 🙄 une évidence.

le 16/01/2020 à 05h14 | Répondre

Marina

Oui, çà peut même être d’une grande violence, quand on a déjà des enfants, qu’on mesure à la fois l’investissement et la fatigue que çà représente mais aussi l’amour qu’on leur porte et qu’ils nous rendent, et qu’on sait qu’on ne pourra pas faire face à une nouvelle naissance… Et c’est encore plus violent quand l’enfant s’est invité tout seul, qu’il est déjà là au creux du ventre, mais que çà ne change rien au fait qu’il est inenvisageable de l’accueillir…

le 16/01/2020 à 10h31 | Répondre

Laëtitia

Bonjour
D’abord merci pour le partage, je vais moi même partager cette information capitale que personne ne relaie dans le corps médical évidemment.
Ensuite on ne se connaît pas mais d’une maman à une autre maman dans cette épreuve bouleversante que tu traverses permets moi de te dire que j’ai une immense pensée pour toi, toute ma compassion. Mon cœur s’est étreint à la lecture de ce que tu vis et je voulais juste que tu le saches. Douces pensées à toi, réconfort par les fils de l’Internet….

le 16/01/2020 à 11h40 | Répondre

Marina

Oh merci de ce message adorable qui tombe au meilleur moment, alors que je me remets de l’intervention dans ma chambre à la clinique… Vraiment merci ❤️

le 16/01/2020 à 16h44 | Répondre

Sofia

Merci d’avoir partagé cette information avec nous malgré que ça n’a pas dû être facile de dévoiler autant cet aspect privé de ta vie. J’espère que tu seras entourée de professionnels compétents et humains pour faire face à tout cela dans les meilleures conditions possibles. Je ne suis pas concernée aujourd’hui mais je pensais opter pour un stérilet à court terme. Je saurai qu’il faut faire attention à cela. Et, bien sûr, je fais passer autour de moi. Je t’envoie plein de bonnes ondes pour la suite

le 16/01/2020 à 18h17 | Répondre

Marina

Personnellement j’avais été convaincue par le stérilet. Je pense juste qu’il faut avoir conscience du risque d’expulsion spontanée (qui existe avec tous les stérilets), et que c’est important d’apprendre à vérifier chaque mois si les fils sont toujours perceptibles. Je n’avais pas compris çà, çà m’aurait évité bien des soucis…

le 19/01/2020 à 15h09 | Répondre

Estelle

Attention c’est risqué à partir de 2 ans ! J’ai perdu mon novaplus à 29mois, j’étais dans les 10 premières a signaler l’incident. Sur Facebook personne ne m’a prise au sérieux. Je l’ai retrouvé dans mon papier toilette une branche était rompu. Si j’avais été en ovulation et que j’avais eu un rapport dans les trois jours avant j’aurais pu tomber enceinte. J’avais songé à ce moment là que je porterai plainte pour obtenir une pension alimentaire de Novaplus 😂

le 16/01/2020 à 19h57 | Répondre

Marina

Oui c’est vrai, il n’y a pas de limite claire à partir de laquelle le stérilet commence à se casser, une majorité semble se dessiner autour de 3 ans mais çà n’exclut pas les problèmes avant… Mais il ne se brise pas tout de suite, si j’ai bien compris c’est seulement au bout d’un certain temps que la fragilité du polymère conduit à la rupture des bras du T.

le 19/01/2020 à 15h12 | Répondre

Vanessa

Bonjour
Ce message m’interpelle.
Je suis triste pour ce qui vous arrive 🙁
J’ai également porté un stérilet d’une de ces marques il y a 8 ans. Et je suis tombée enceinte. Je m’en suis rendue compte après 13 semaines de grossesse. Nous n’avons jamais retrouvé le stérilet. Je comprends mieux pourquoi en lisant votre message. Depuis je déconseille le stérilet en cuivre à quiconque souhaite en mettre un pour « être tranquille « .
Courage pour votre épreuve

le 16/01/2020 à 21h37 | Répondre

Marina

J’ai entendu qu’il y a plusieurs années un stérilet du même fabricant avait déjà été retiré du marché, mais je n’en sais pas plus…
C’est clair que si on veut être tranquille avec le stérilet, il faut garder à l’esprit que même si c’est l’une des méthodes les plus sûres et saines, ce n’est pas fiable à 100%, qu’il faut le faire vérifier chaque année par la gynéco, vérifier la présence des fils, et bien suivre son cycle et ne pas hésiter à faire un test de grossesse au moindre doute…

le 19/01/2020 à 15h14 | Répondre

Julie

Nous avons vécu exactement la même histoire. il y a 4mois J’apprenais que j’étais enceinte alors que je me pensais protégée sous DIU sethygyn depuis 3ans. Il n’était plus là, totale incompréhension. Comment peut on le perdre sans s’en rendre compte? Ce n’est pourtant pas des clefs de voiture ou des papiers. Même après confirmation par radio qui n’a rien montré je restais toujours aussi dubitative.

Je me met à culpabiliser. Choix compliqué d’avorter ou de le garder. C’est une première grossesse, je ne comprend rien à ce qui m’arrive. Je pensais ne jamais devoir être confronté à ce genre de questionnement dans ma vie ayant toujours fait attention à ma contraception. Malgré qu’elle soit démocratisée, l’avortement n’est pas anodin tant bien sur le plan physique que psychologique et j’espère ne jamais avoir à passer par là à nouveau.

Aujourd’hui je me lance dans la symptothermie pour enfin pouvoir controler quand je tombe enceinte ou non de mes propres moyens. Je décide de comprendre mon corps pour mieux me protéger. D’après mon entourage et les professionnels de santé, c’est le meilleur moyen de tomber enceinte! apres des pillules non supportées et qui ethiquement ne me correspondent plus, un implant qui s’etait déplacé et un DIU cuivre expulsé spontanément, j’ai envie de leur répondre qu’au contraire pour la première fois j’ai trouvé le meilleur moyen, d’être à la fois enfin en confiance et libre.

Ca fait du bien de te lire, de s’avoir que ce que j’ai vécu n’est pas une histoire isolée. Bien qu’à contrario c’est un scandale sanitaire de n’avoir su qu’après, en fouillant sur le net, le retrait de certaines marques de DIU. Aucun medecin de m’en avait parlé lors de cet épisode ni même mon gynécologue.
Bon courage à toi 💪

le 17/01/2020 à 02h37 | Répondre

Marina

Merci. C’est vrai que d’avoir lu que des dizaines de femmes avaient vécu la même chose que moi, çà m’a déculpabilisée, je me disais comme toi que c’était quand même pas possible de ne pas voir tomber un stérilet. Ben si, quand on sait que les deux bras se cassent, on comprend mieux comment l’expulsion en trois morceaux passe inaperçue…
On a vécu le même parcours, je compatis <3

le 19/01/2020 à 15h17 | Répondre

Nath

Bonjour,

j’ai eu 2 sterilets, un que j’ai plié en 2 et qu’il a fallu me retirer d’urgence, et 1 qui est tombé et que j’ai trouvé dans ma coupe menstruelle…. le choc !

Pour l’IVG, bon courage, j’ai du en faire une il y a quelques années, ma gynéco n’avait pas voulu me donner de contraception après ma 2ème fille sous prétexte que j’avais eu mes enfants par stimulation et que je tombais pas enceinte naturellement….

le 17/01/2020 à 07h32 | Répondre

Purplenessa

Bonjour et tout d’abord je te souhaite un bon rétablissement et de la douceur après ce que tu viens de subir.
Merci à toi pour la diffusion de cette information, je vais la relayer de mon côté.
En revanche je ne sais pas ce que j’ai fait de la carte qui m’a été remise lors de la pose… (est-il possible que le praticien garde une copie de cette info ?)
Mais après tout, cela fait 7 ans donc je vais peut-être bien demander à en changer directement.

le 17/01/2020 à 13h50 | Répondre

Marina

Normalement le gynéco a dû noter dans ton dossier au moins la marque et le modèle.
Je dis normalement, parce qu’en réalité, il est possible qu’il ait noté ce qu’il t’avait prescrit, mais que la pharmacie t’ait donné autre chose. Il n’y a donc pas de traçabilité si le gynéco n’a pas pensé à vérifier la correspondance entre le modèle posé et le modèle prescrit… Je viens d’apprendre que c’était chose courante…

le 19/01/2020 à 15h19 | Répondre

Edith

Merci pour ce témoignage.🙏. Il m’arrive actuellement exactement la même chose. Enceinte sous stérilet soit disant expulsé ou alors perdue dans mon corps. Je croyais être protégé… une contraception sur après la naissance de ma fille il y a moins d’un an que j’ai posé le stérilet. Pour moi la mauvaise blague se fini en bonne New car j’ai décidé de le garder. Mais je n’arrive toujours pas à me dire qu’il n’est pas quelque part dans mon corps t’en que je n’ai pu faire de radio de contrôle . Courage à toutes .

le 18/01/2020 à 08h20 | Répondre

Marina

Bon courage, c’est stressant une grossesse avec un stérilet présent mais la très grande majorité des cas tout se déroule bien…

le 19/01/2020 à 15h20 | Répondre

Anne-So

Bonjour à toutes,
Je viens me rajouter à la liste des expulsions spontanées.
Fin août, après 3 bonnes années, je trouvais une branche de mon Novaplus, puis le corps le lendemain dans mes règles.
Pas de troisième morceau sans doute expulsé avant sans que je m’en rende compte. Recherche sur internet et je trouve quelques temoignages sur certains sites, mais rien d’officiel, à part la malheureuse lettre. Du fabricant qui dit que c’est un risque seulement au retrait.
Jai retrouvé le petit carton de la pose mais aucun numéro de lot ni date n’avaient été inscrits dessus…
Surprise du gyneco qui m’a reçue en urgence, mais bien obligé de me croire en voyant les petits morceaux. J’ai repris rendez vous avec ma nouvelle gyneco, qui m’a avoué qu’elle ne croyait pas à la lettre reçue jusqu’à ce qu’une première patiente vienne la voir peu de temps avant moi avec la même situation.
Elle m’a confirmé que l’alerte reçu de leur côté ne faisait que mention d’incident au moment du retrait. Hors ce sont bien des bris et expulsions spontanées que nous subissons toutes….
Encore un scandale sanitaire qui passera inaperçu, une histoire de coût de fabrication baissé pour une recherche de profit sur le dos des femmes…
Je comprends l’angoisse de ta situation, j’ai moi même flippé d’être enceinte (42 ans, 3 enfants), même si nous pourrions accueillir un enfant de plus, nous n’en aurions aucune envie, ni temps, ni… Bref, je te souhaite beaucoup de courage pour ce parcours, que nous aurions sans doute choisi aussi.
Et si une action en justice ou quelque chose de ce genre se lance, j’en suis evidemment.

le 18/01/2020 à 08h36 | Répondre

Marina

Effectivement on parle surtout du risque au retrait, mais beaucoup moins des expulsions spontanées, et les chiffres données ne sont absolument pas en correspondance avec la réalité.
Seule une association agréée en défense des usagers de santé peut lancer une action, et çà n’a pas l’air de les intéresser…
Tu peux te manifester auprès de leur fédération, https://www.france-assos-sante.org
plus il y aura de signalements, plus çà les décidera peut-être…

le 19/01/2020 à 15h23 | Répondre

Manon

Bonjour,
J’ai eu le malheur d’être concernée par ce lot défectueux mais par chance j’ai pu m’en rendre puisqu’il ait tombé… cassé. C’est arrivé l’année dernière et prise de panique je suis allée internet pour voir si j’étais la seule. Imaginez ma stupeur quand je me suis rendue compte que c’était arrivé à d’autres femmes avec une pose quasi similaire en terme de temps à la mienne…
Bien sûr je suis passée par sage-femme (qui n’a même pas osé m’ausculter) puis gynéco pour chercher le bout manquant qui se baladait dans mon utérus.
Je trouve ça fou qu’il n’y ait pas d’aller du côté des professionnels de santé pour réaliser un rappel auprès des patients. Ma sage-femme a halluciné, elle n’avait jamais vu ça. Elle m’a conseillé de garder les bouts, au cas ou, si il y avait plainte.
Je suis un peu desesperr de voir que malgré plusieurs femmes concernées… rien n’a bouger depuis 1 an….
Je te souhaite beaucoup de courage 🖕 et merci d’avoir lancé cette alerte ! Je ne connais pas ce site.

le 18/01/2020 à 10h15 | Répondre

Marina

La seule chose qui a bougé, c’est la décision de retrait du marché. Mais les recommandations elles sont toujours les mêmes : uniquement informer les patientes lorsqu’elles prennent RDV pour une consultation de contrôle, et non pas les rappeler systématiquement…

le 19/01/2020 à 15h25 | Répondre

Ramos

J’ai expulsé le mien au bout de 6 mois, sans m’en rendre compte, et je n’étais plus protégée sans le savoir.
J’ai changé de contraception !
Bon courage à vous surtout

le 18/01/2020 à 10h45 | Répondre

Carole K

Oh mais je ne sais pas du tout ce que j’ai comme modèle !! C’est la gynéco qui a fourni le diu et jeté là boîte! Mon dernier petit a 2 ans justement!!

le 18/01/2020 à 12h21 | Répondre

Marina

Elle a dû noter les références sur le dossier. Dans le kit de pose il y a un petit carton avec une étiquette à coller dessus. Peut-être elle l’a collée dans ton dossier ?

le 19/01/2020 à 15h26 | Répondre

Caroline

Salut,
Merci pour ce partage.
Je porte le Mona Lisa depuis 7 ans. J’ai voulu récemment me le faire changer puisque mon cycle étant devenu irrégulier, je croyais que c’était à cause de mon stérilet qui avait pris de l’âge. On a refuser de me l’enlever et m’en installer un autre prétextant que ce modèle était bon de 10 à 12 ans et que en bas de ce délai, ils ne veulent pas le changer. On ma dit que le sterilet ne pouvait être la cause de mon cycle qui était devenu irrégulier. Bref, je suis « pogner » avec pour encore 3 ans.
Bonne chance pour la suite.

le 18/01/2020 à 15h01 | Répondre

Marina

Aucun médecin n’a le droit de t’imposer de conserver le stérilet si tu ne le veux plus. C’est insupportable ces praticiens qui veulent t’imposer la façon dont tu contrôles ton corps.
Si tu n’en veux plus, essaie de trouver un RDV ailleurs. Bon courage !

le 19/01/2020 à 15h28 | Répondre

Necelie

Bonjour
Ça me ‘rassure’ de constater que je ne suis pas la seule à qui s’est arrivé de tomber enceinte avec un stérilet.
Je te laisse un commentaire pour dénoncer la marque Mona Lisa, du coup… Ça faisait un peu moins de 3ans que je l’avais, concernant la perte de petits bouts, je n’ai rien remarqué car j’ai un flux très abondant. Et je tiens à dénoncer aussi le corps médical absolument jugeant face à moi lors de l’ivg qui clairement ne m’a pas cru lorsque je leur ai dit que c’était arrivé avec un stérilet. ‘enfin mademoiselle, c’est impossible de tomber enceinte avec un stérilet en cuivre c’est mécanique, il va falloir songer à vous protéger si vous ne voulez pas revenir tous les 4 matins’

le 18/01/2020 à 17h14 | Répondre

Marina

J’ai entendu exactement la même chose très récemment, une très jeune femme qui s’est faite humilier par le médecin du centre IVG qui ne la croyait pas quand elle disait avoir perdu le stérilet…
Il y a pourtant de nombreux cas et c’est même mentionné noir sur blanc dans la documentation de l’ANSM…
Mais c’est tellement plus facile de porter la responsabilité sur les femmes…

le 19/01/2020 à 15h38 | Répondre

Audrey

Je viens de me faire retirer mon stérilet en cuivre il y a dix jours car notre cohabitation devenait invivable pour moi, alors que tout était parfait depuis deux ans…pas de douleur, stérilet invisible mais présent, pas d’effet secondaire si ce n’est quelques boutons et les seins sensibles en période d’ovulation.
Le rêve jusqu’en novembre dernier…
Je pense que j’ai attrapé une infection (qui en était à peine une selon les prises de sang réalisées). Cela a eu pour effet de me provoquer des saignements importants hors règles (il n’y avait plus que 3-4 jours sans saignement par cycle…), des douleurs atroces dans le bas-ventre qui se faisaient ressentir à chaque mouvement, des cauchemars dont je vous épargne les détails sordides. Après deux consultations chez ma gynéco, des tests de grossesse, une échographie ne relevant que la stricte normalité de mon bas ventre et deux mois de saignements quasi ininterrompus, j’ai décidé de faire retirer mon stérilet.
Le retrait m’a tout de suite rendue plus légère et je pensais être enfin au bout de mes peines…mais le retrait a eu pour effet d’avancer mes règles qui ont été les plus abondantes de ma vie de femme… j’ai bon espoir que la fin de ces règles sera le renouveau de mon confort.
Cet article et vos commentaires me font sentir moins seule dans cet inconfort lié au stérilet…
Actuellement je suis sans méthode contraceptive car il était hors de question que je remplace dans la foulée le stérilet en cuivre par un stérilet hormonal. Alors je profite de cette pause pour me retrouver avec mon corps (aussi parce que ma situation personnelle le permet) et le remettre sur pied…mais j’avoue ne pas savoir vers quelle méthode me diriger car je ne voudrais plus avoir à reprendre une contraception hormonale…

le 18/01/2020 à 20h49 | Répondre

Jenny

Je n’ai pas pour habitude de commenter mais là je me sens concerné.
Porteuse d’un stérilet Novaplus en cuivre depuis mars 2016, je suis tombé enceinte de bébé 3 en mars 2019 sous stérilet.
Mon bébé est né fin décembre, nous avons fait une radio et le stérilet est toujours présent mais il a migré.
Je dois me faire opérer.

le 18/01/2020 à 21h55 | Répondre

L

Wow c’est ce qu’il m’est arrivé ! Expulsion spontanée, d’un diu novaplus que je portais depuis 3 ans, en avril de l’année dernière ! 😯 Je me suis dit que c’était mon corps qui ne le supportait plus (il me faisait beaucoup souffrir) et qui avait fini par dire fuck you. He n’avais aucune idée de ce scandale jusqu’à maintenant, en voyant l’article sur Facebook ! Terrible ce qu’il t’es arrivé, j’en suis désolée.

le 19/01/2020 à 10h15 | Répondre

Marina

Hé non, tu as sans doute toi aussi subi une rupture du Novaplus et tu as éliminé les débris sans t’en rendre compte…
J’ai réuni tous les documents d’information ici https://drive.google.com/drive/folders/1wMdeZlFTRnmtN1aH-lVCOkhkV2Iec_cx?usp=sharing
Le risque d’expulsion spontanée est bien spécifié.

le 20/01/2020 à 11h35 | Répondre

Théard

Bonjour, un grand merci pour vos témoignages. On se sent moins seul… Au mois d’octobre je me décide à faire ma radio du bassin pour des douleurs de dos que le médecin m’avait prescrit deux mois plus tôt….. Le médecin de la radio me demande si j’ai des piercings…. Euh non pourquoi ? À la radio on pouvait voir un petit morceau que le médecin n’identifié pas…. Alors j’ai dit que j’avais un stérilet…. Elle m’a répondu qu’il n’y avait pas de stérilet…. Haaaaa!!!! Ba si, ça fessait 1 mois en plus que j’avais été faire ma visite chez mon gynécologue et mon stérilet était bien présent… Elle m’a donc fait une écho confirmant l’absence de stérilet !!!! Première question :je ne suis pas enceinte ???? Non. J’ai demandé si ce n’était pas un morceau de stérilet ? On m’a répondu impossible, un stérilet ne casse pas ! Je suis repartie avec ce truc dans le ventre on me demandant ce que c’était…. Le soir sous ma douche qu’est-ce que je retrouve… Le fameux morceau que j’ai vu dans mon ventre le matin même ! Je regarde sur internet et je vois que c’est belle et bien un morceau de stérilet !!!! Prise de panique en me demandant où était passé le reste je vais au urgence gynécologique où l’on a jamais voulu me recevoir car c’était impossible qu’un stérilet casse ! Donc pas urgent !!!! J’avais emmener le morceau mais rien à faire !!!! J’avais juste envie d’être rassuré et de voir si l’autre morceau n’avait pas perforé je ne sais quoi….. J’ai du attendre 1 semaine pour avoir un rdv en urgence chez mon gynécologue pour bien vérifier que j’avais tout évacué, car mon gynécologue n’a pas pris ça pour une urgence car un stérilet ne casse pas !!!!!!! J’avais l’impression d’être prise pour une folle ! Il a bien constaté que mon stérilet avait cassé !!!! Et que j’avais bien tout évacué ! J’ai pris la décision de me faire ligaturer les trompes le 21 février ! J’avais pris la décision de le faire quand je l’aurais retiré dans 2 ans lors de mes 42 ans…. Car ça fessait également 3 ans que je l’avais…. Et c’est un nova au cuivre….
J’ai eu beaucoup de chance de passer cette radio pile poil au moment où j’étais entrain de l’évacuer.
Alors mesdames faites tourner autour de vous car même à la pharmacie ils ne sont pas au courant….. Bon courage. Et merci.

le 19/01/2020 à 11h54 | Répondre

Marina

L’information ne circule absolument pas même chez les professionnels de santé, ce qui est vraiment affolant : çà fait deux ans que l’ANSM fait paraître des informations régulières qui leur sont destinées, mais il faut croire que les praticiens ne les lisent pas. Alors comment peut-on croire une seconde que le grand public va lire les recommandations qui lui sont adressées ?

le 20/01/2020 à 11h37 | Répondre

Dominique Tiano

Chere marina,merci beaucoup de te servir de ton experience pour alertée les femmes.mes deux filles ont un sterilet d’a peu pres 3 ans,car leurs enfants ont 3 ans,.elles n’ont pas facebook;et je suis tres limitée en informatique;est ce que tu peux m’envoyer ton article sur mon mail,de cette maniere la,je leur ferait passer.Chere Marina,de tout coeur,plein d’amour et de gratitude

le 19/01/2020 à 20h39 | Répondre

Gwénaëlle

Bonjour Dominique,
Vous pouvez faire suivre cet article en copiant / collant cette adresse sur votre mail : https://www.sous-notre-toit.fr/information-sterilet-cuivre/
Merci de ce relais. Bien à vous.

le 20/01/2020 à 10h44 | Répondre

Émilie

Merci pour cette information précieuse… Et bon courage à vous pour les évènements douloureux à traverser…

le 19/01/2020 à 22h55 | Répondre

E.

Marina, je suis tombée par hasard sur ton article qui a retenu mon attention, ayant actuellement un stérilet cuivre depuis l’été dernier. Avec des ovaires polykystiques, j’ai prit l’habitude de ne plus m’inquiéter de mes absences de règles, mais suite à ton article, j’ai quand même voulu faire le test de la présence de mon stérilet, qui a l’air d’être toujours en place, et j’ai également utilisé mon dernier test de grossesse…nous venons d’apprendre que je suis enceinte de 6 semaines environ…je suis littéralement choquée…jamais j’aurais imaginé que ça aurait pu arriver…j’ignore encore s’il s’agit des stérilets cuivre dont tu parles, je le saurais que jeudi, mais ton article n’est visiblement pas arrivé devant mes yeux pour rien, et me voila dans les démarches d’IVG également.
Donc que ce soit réellement lié ou pas, je tenais à te remercier car nous avons pu nous rendre compte de cette grossesse et agir à temps.

le 20/01/2020 à 15h30 | Répondre

Marina

Je suis tellement désolée de lire ce message 😢. Je sais exactement ce que tu traverses. Peut être ce n’est pas du tout lié à un stérilet défectueux, mais si au moins m’avoir lu t’as permis d’agir à temps… Il aura servi. N’hésite pas à demander mon mail at la rédaction si tu veux échanger sur ce que tu vis. Précise bien au moment de contacter le centre IVG que c’est une grossesse sur stérilet en place, bien souvent ça accélère un peu les choses, la prise en charge est plus rapide. J’ai vécu 15 jours en état de choc avant l’intervention, je n’étais plus dans mes baskets, j’étais « en dehors ». Mais depuis l’intervention il y a déjà 5 jours, je le sens vraiment mieux et je suis apaisée.
N’hésite pas à me contacter si tu le souhaites. Je te souhaite beaucoup de courage ❤️

le 20/01/2020 à 23h50 | Répondre

pauline

Bonjour.
Tout d’abord je suis désolé pour vous … J’ai eu cette situation également en 2018 ! Je viens de prendre connaissance de cette histoire grâce au partage de cet articles sur Facebook. J’ai eu la chance pour ma part de me rendre compte que j’avaid perdu mon stérilet !
Je me suis rendue chez mon médecin car je trouvais cela très étrange on m’a simplement explique que c’était du z mon utérus rétroversé ! Depuis ce moment je me dis souvent que j’ai eu beaucoup de chance de m’en rendre compte de cette  » perte  » !
Merci beaucoup pour cet article !

le 20/01/2020 à 22h15 | Répondre

Lisa

J’ai subi exactement la même triste expérience… IVG suite à perte spontanée du stérilet qui avait été posé depuis moins d’un an… c’était en 2017… Suivi d’une lourde dépression dont je commence seulement à me dépatouiller !!
Pareil, ma gynéco m’a juste dit : » ça arrive ! » comme si ce n’était RIEN ! j’ai été sous le choc et je ne me suis sentie absolument pas pris en charge sur le plan psychologique… Elle m’a même dit « c’est quand même dingue que vous n’ayez rien sentie » me culpabilisant un maximum… J’aurai eu envie d’excuses ! Et je ne parle pas de l’IVG qui a été catastrophique (c’est encore un autre sujet…).
Comment pourrions-nous nous recenser ?
ça fait du bien de ne pas se sentir un cas « isolée » et surtout, il serait important que l’information sur le nombre de cas soit plus précise…

le 21/01/2020 à 17h39 | Répondre

Mina Harker

J’ai eu aussi une expulsion spontanée d’un stérilet cuivre, je ne sais plus lequel, posé après la césa de ma 2è. Donc, même pas 1an après. Lors de la pause, j’ai eu très mal, j’ai pas mal saigné et la douleur irradiait dans ma jambe droite. Tout ça pour qu’il tombe tout seul. (heureusement, entier) Le gynéco m’en repose un « cranté », qui finalement s’est accroché aux muqueuses (constaté lors de son retrait). Retrait donc particulièrement douloureux aussi… Maintenant, plus rien ne rentre dans mon corps, ni cup, ni stérilet, ni préservatif, ni médicament. C’est observation à fond et puis, comme nous voulions un 4è, me voici enceinte (après une fausse couche l’an passé). Bref, je préfère la reconnexion à mon corps et mes sensations, que ce soit en matière de contraception qu’en matière de menstruation (flux instinctif libre). En tous cas, merci pour ce partage et je t’envoie plein de courage et d’énergies positives (ainsi qu’à vous toutes qui avaient subi tout ça)

le 22/01/2020 à 14h32 | Répondre

Amélie

Bonjour à toutes.
Désolée pour ta situation très difficile. Courage pour ton IVG! Moment affreux.

Moi je veux alerter sur le fait que même avec un stérilet cuivre avec un fabriquant et numéro de lot conforme. Il faut éviter de faire poser un stérilet cuivre si on ne veut vraiment pas d’enfant…
En effet j’étais très contente de mon stérilet cuivre sans hormone. Plus d’effet secondaire une vie et une sexualité geniale.
Jusqu’à ce que je tombe enceinte. Et là l’angoisse commence!! Pour info, je suis tombée enceinte avec un stérilet cuivre conforme pas abîmé et bien en place! Heureusement je m’en suis rendu compte très vite 2semaines de grossesse…
Après avoir parlé avec des copines je me rends compte que le taux de grossesses avec stérilet cuivre est beaucoup plus élevé que je pensais… Donc soyez vigilantes si vous ne voulez pas d’enfants ce n’est pas fiable!

le 26/01/2020 à 08h27 | Répondre

Aurélie

Bonjour !
Il m’est arrivé tout a fait la même chose .. Je suis tombée enceinte sous stérilet qui à la surprise de tous avait disparu. Radio, Ivg, hystéroscopie, la totale. Comme vous toutes, ce fut une expérience douloureuse physiquement et psychologiquement. C’était il y a un an et c’est encore difficile parfois.
Si l’idée de ce collectif est toujours d’actualité, je serai ravie d’en faire partie. N’hésitez pas à me tenir informée du projet !
Ensemble nous sommes plus fortes <3

le 26/01/2020 à 17h26 | Répondre

prisca

Bonjour marina,moi oci apres absence de regle et test de grossesse j’ai appris que j’etait enceinte.diu non retrouvé lors de l’eco.je suis passer par la terrible epreuve de l’ivg il y 4 mois.choix que j’avais jamais penser a faire😭,courage

le 27/01/2020 à 05h55 | Répondre

Aurore Dupont

Bon ça n’est pas clair du tout, mais selon le peu que j’ai pu comprendre de ce document que j’ai trouvé (lien ici) le problème c’est le distributeur. Novaplus et Ancora ont le même distributeur : Euromédial.
Moi, mon stérilet (2 ans. Très contente. Sorti sans que je ne le vueille certes mais intacte) est un Mona Lisa NT Cu380 (durée de vie 5ans), du distributeur HRA France, 14/16 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris France.

En gros mon conseil est d’éviter ce distributeur Euromédial déjà.
Et si l’une de vous est sur Paris, peut être faire un tour à Rue des Petits Hôtels voir si ça sent le roussi.
Et moi perso je compte bien discuter avec mon gynéco de si il/elle s’est intéressé au type stérilet mais aussi à la qualité de production.

Courage les filles. Nos problèmes gynécologiques sont encore loin d’être une priorité pour la société à ce que je vois.

le 29/01/2020 à 20h44 | Répondre

Marina

Je l’ai indiqué dans l’article et c’est aussi indiqué dans les documents à disposition sur le lien Google Drive qui figure à la fin de l’article : Ancora et Novaplus sont fabriqués par Eurogine, société de droit espagnol, et sont distribués en France par Euromefial, société française.
Euromefial distribuait aussi le kit de pose appelé Sethygyn, qui contient un Novaplus.

Le Monalisa n’est pas concerné par les alertes publiés par l’ANSM, qui ne visent que les problèmes de rupture dus à un mauvais polymère, matériau de fabrication.

Mais comme tout stérilet même non défectueux, le Monalisa connait des cas d’expulsion spontanée. Mais dans ce cas là, il ne s’agit pas d’un problème de défectuosité d’un produit de santé, mais des risques inhérents à l’emploi de ce mode de contraception.

AUCUN mode de contraception n’est efficace à 100%, même pas la ligature ni la vasectomie.

le 30/01/2020 à 19h12 | Répondre

Marina

Lire EuromeDial dans mon commentaire et pas Euromefial 😉

le 30/01/2020 à 19h13 | Répondre

Ml

Bonjour je reviens du gynécologue et mauvaise nouvelle je portais ce stérilet au moment du retrait il s est rompu en deux je dois me faire opérer la semaine prochaine pour retirer le bout qui est rester dans l utérus . Alors que je l avais posé il y a deux ans .

le 01/02/2020 à 20h44 | Répondre

Picokoa

Rassurée de voir qu’il n’y a pas trop de com’ haineux !
Témoignage perso : j’ai demandé et obtenu une ligature des trompes à l’age de 33 ans…
Nous ne souhaitions plus d’enfants, et devant subir une césarienne, j’ai demandé la ligature dans le même temps. L’obstétricien n’était pas fan, mais le gygy de ville m’a fait le papier pour le délai de quatre mois, du coup il ne pouvait pas refuser !
Ouf ! Sinon la question de vasectomie se serait posée.

Je vous envoie de douces pensées dans la situation que vous vivez. Mettre fin à une grossesse n’est jamais anodin, quelle que soit la situation.
Et deuxième témoignage : je me considère pro-life, mais à titre personnel, c’est à dire que pour moi, je n’aurai pas pu prendre cette décision, mais surtout, je ne me permettrait pas de juger qui que ce soit, jamais, car c’est une décision qui touche à l’intime, au plus profond de soi et de son couple… j’ai autrefois perdu un enfant mal formé, en cours de grossesse, et je suis infiniment reconnaissante de ne pas avoir eu à prendre une décision, je ne m’en sentais pas capable…et mon mari lui n’était pas en capacité d’accueillir un enfant handicapé…
Bref courage à vous <3

le 02/02/2020 à 09h28 | Répondre

Del

Bonjour Marina,
Merci bcp pour cette information. J’avais vu passer l’alerte fin 2019 mais sans m’en préoccuper, ton article vient de me le rappeler utilement puisque je porte un stérilet incriminé même si depuis moins de 3 ans. Ma sage-femme m’a dit qu’elle faisait le tour des dossiers pour avertir les femmes « à risque », j’espère qu’aucune ne subira les mêmes difficultés que tu traverses à cause de cela…
Je trouve aussi que la gestion de ce problème n’est pas du tout à la hauteur !!
Bon courage à toutes celles qui doivent en subir les conséquences, plus ou moins graves !

le 04/02/2020 à 10h37 | Répondre

Marina

Si ta SF prend la peine de faire son fichier de patientes, c’est que c’est vraiment une bonne praticienne ! Tous ne le font pas malheureusement…

le 11/02/2020 à 10h47 | Répondre

Dracaena

Hier rdv avec une nouvelle gynéco qui m’a appris que je faisais peut-être partie des stérilets touchés car apparemment les stérilets 7 med aussi ont fait l’objet d’un rappel de lot mais je ne sais pas où trouver l’information pour savoir si mon lot de stérilet en particulier est touché.

le 04/02/2020 à 15h34 | Répondre

Marina

Bonjour, s’il y a des recommandations officielles pour ce stérilet ou même un retrait de lot, tu dois pouvoir trouver les infos sur le site de l’agence nationale de sécurité du médicament
https://ansm.sante.fr/

le 11/02/2020 à 10h45 | Répondre

Marie

Bonsoir Marina, je suis effarée par tour cela. Pour ma part je porte le stérilet MIRENA que je dois faire retirer et en remettre un en avril 2020. Ce stérilet là serait concerné par ça… ??? 🙄😟 j’avoue que j’ai un peu peur maintenant…merci de m’avoir lu et beaucoup de courage a toutes celles qui sont dans la « panade » maintenant.

le 06/02/2020 à 22h00 | Répondre

Marina

Non rien à voir, le stérilet Miréna est hormonal, il n’y a pas de problème. Ma gynéco m’a même dit qu’elle n’a jamais vu d’expulsion spontanée ni de grossesse accidentelle sur un Miréna, pour elle c’est le plus sûr de tous…

le 11/02/2020 à 10h46 | Répondre

Ianni

Bonjour,

Je suis porteuse du modèle DT 380 depuis 1 an d après vous vos se méfier.

Amelie.

le 08/02/2020 à 21h07 | Répondre

Marina

Les recommandations officielles disent qu’en dessous de trois ans de pose, il n’y a pas lieu de s’inquiéter…
Vaut peut-être mieux prendre RDV avec ton gynéco ou ta SF pour avoir son avis…

le 11/02/2020 à 10h49 | Répondre

Julie

Bonjour,
En recherchant des cas proches du mien, je tombe sur votre article, et cela fait du bien de savoir qu’on n’est pas seule.
Après l’expulsion de mon stérilet cassé lors de mes dernières règles, j’ai fait un test de grossesse et il est positif, je suis totalement démoralisée… j’étais déjà tombée enceinte de mon premier enfant sous stérilet, on m’avait dit que « la foudre ne tombe jamais deux fois au même endroit »….
Bref, cette fois-ci je n’en ai vraiment pas envie, je me sens abandonnée de ne pas avoir été prévenue du risque que je courrais par ma sage-femme qui me suit et qui m’avait posé ce stérilet. En plus elle connaissait mes freins et mon vécu avec le stérilet précédent. Cela m’écoeure, j’espère qu’il y aura une action en justice, il ne manquerait plus qu’ils s’en sortent ainsi !
Je vais envoyer également une demande pour lever une action avec association, j’espère que si on est plusieurs nous aurons gain de cause.
Il ne me reste plus qu’à envisage l’IVG et cette deuxième grossesse non-désirée…

le 09/02/2020 à 01h35 | Répondre

Marina

Bonjour Julie, tu peux envoyer un mail à la rédaction de Sous notre toit avec l’onglet « contact » dans le bandeau en bas du site, et tu recevras mon adresse mail pour me contacter, je peux te donner les coordonnées d’une assoc qui propose de nous prendre en charge.
On peut aussi discuter si tu as besoin, je suis passée par ce que tu vis. Bon courage.

le 11/02/2020 à 10h51 | Répondre

clement

Bonjour,
j’ai perdu mon stérilet en cuivre en 2 fois, en janvier.
Heureusement mon mari venait d’effectuer une vasectomie.
C’est a la suite de cette mésaventure que j’ai fait des recherches et comme toi j’ai vu que la marque de mon stérilet avait été retiré du marche depuis octobre/novembre 2019.
cordialement

le 09/02/2020 à 10h11 | Répondre

CH

Bonjour Marina,
Merci pour votre article heureusement pour moi je l’avais Lu sinon quelle aurait été mon étonnement hier lorsque j’ai expulsé mon sterilet Nova plus… En lisant votre article j’ai pris directement RV avec mon Gynéco mais je n’ai pu avoir un RV que la semaine prochaine. Je vais écrire je ne sais pas encore trop ou mais je trouve inadmissible qu’on ne soit pas directement contactée… J’espère que tout va bien pour vous cordialement CH

le 09/02/2020 à 14h03 | Répondre

Manu

Bonjour à toutes. Moi aussi je suis tombée enceinte sous stérilet au cuivre. Posé en juillet 2017, je suis tombée enceinte en mai 2018. Ma fille est née en janvier 2019. Le stérilet avait migré dans le col de l’utérus… J’ai poursuivi ma grossesse surprise (non sans stress avec ce corps étranger). Passé le choc au premier abord, c’est devenu finalement une bonne nouvelle. J’avais fait poser ce stérilet au cuivre pour arrêter les hormones, me détoxifier et préparer mon corps à une future grossesse. Mais je ne pensais pas que ça arriverait si vite et dans ces conditions… Le stérilet a été expulsé naturellement par mon corps, la sage-femme est tombée dessus en faisant un toucher du col 15 jours avant mon accouchement… Depuis je ne veut plus de contraception, ni hormonale, ni mécanique, et surtout aucun corps étranger en moi…

le 11/02/2020 à 14h11 | Répondre

Madame Colombe

Bonjour Marina,

Simplement pour savoir comment vous allez quelques semaines après votre intervention.
Et pour vous remercier de votre témoignage même si je ne suis pas concernée, étant en ménopause artificielle ( traitement hormonal en continu depuis des années). Bonne continuation à vous et à bientôt de vous lire dans une autre chronique avec un registre plus léger.

le 12/02/2020 à 11h26 | Répondre

Marina

Bonjour Madame Colombe et merci pour ce message, pardon pour ma réponse tardive. Je vais bien, je ne regrette pas une seconde l’intervention, j’étais vraiment désespérée avant de la subir, et je me sens libérée maintenant, et beaucoup plus consciente des enjeux d’un accès libre et rapide à l’IVG !

le 09/03/2020 à 17h02 | Répondre

Vlt

Bonjour, pour ma part, je prends mes rdv médicaux (que ce soit gynécologue, dentiste etc… ) ts les ans. Même si au fil de l’année (rangement de carte, déménagement, égarement de carte spécifique au traitement), je perds ma carte avec tous renseignements dessus, il suffit simplement d’être réguliere ds les rdv annuels (ts les 1er mois de janvier, rdv frottis chez le gynéco et en même temps contrôle du stérilet). Cela permet d’être organisé et rigoureuse dans notre vie et ds notre agenda annuel. J’arrive difficilement à entendre comment fait on pr oublié qu’on a un stérilet … pour moi, c’est la seule chose qui est inclu dans mon corps, alors c’est tellement normal de faire un rappel pour voir si tout va bien et si c’est le moment de le changer (changement de place du stérilet, infection … ou rien)… mais oui par contre si nous n’avons pas de gynécologue attitré c’est plus compliqué d’être rigoureuse dans l’organisation d’un rdv annuel …

le 18/02/2020 à 08h42 | Répondre

Marina

Qui a parlé « d’oublier qu’on a un stérilet » ?
Consulter son gynéco tous les ans quand on porte un stérilet n’est pas indispensable, et dans mon cas çà n’aurait rien changé.
Bravo si vous vous définissez comme « organisée et rigoureuse dans votre vie », et merci pour votre leçon d’organisation, çà me réconforte grandement.

le 09/03/2020 à 17h00 | Répondre

Sabine

Hello, fin Novembre je suis tombée sur un article informant qu’il fallait faire retirer les Novaplus. J’envoie la photo a ma (merveilleuse super ) sage femme 💕 pour savoir si je suis concernée elle me dit que oui. Le temps de prendre rdv etc je me retrouve le 22 janvier chez la sage femme.
(Une autre sage femme conseillée par la mienne qui entre temps est décédée )
J etais tres angoissée de faire retirer ce sterilet et d en poser un autre car c’est tres douloureux avec mon col rettroversé. Et l’ambiance d etre dans ce cabinet sans ma Perle. Et quand elle la retirer et qu’il manquait un bout…
On m’a demander d attendre peut etre qu’il sortirait tout seul.. ne venant rien venir on m a fait faire une echo pour verofier s il été tjr en place. Et effectivement.. du coup rdv gyneco pour connaitre les possibilités. Dont le faire enlever comme ca a vif et a l aveugle. Il voulait rentrer dans mon col avev une grande pince et essayer de d attrapper le petit bout manquant. En précisant bien que ca va etrr douloureux et qu’il peut ne pas y arriver. Ou anesthesie generale et faire un curetage. Ou attendre qu’il sorte seul dans un mois, 6 mois, 1 ans, 15 ans ou jamais. Le gynecologue ne savait meme pas que cette marque de sterilet avait demandé a etre retirer…
J’ai choisi d’attendre 2 ou 3 cycles. Et finalement, mon morceau de steriler est sorti 4 jours apres le rdv au gynécologue. Soit 1 mois apres le retrait . Et mainrenant ce pose la question de la contraception.. je ne veux pas d hormones. Je ne veux plus de corps etranger dans mon corps..

le 27/02/2020 à 08h43 | Répondre

Aude

Bonjour,
Merci beaucoup sur votre article qui m’éclaire sur la mésaventure que j’ai eu récemment. J’ai moi aussi perdu quasiment tout mon stérilet (je viens de vérifier, il s’agissait bien d’un novaplus T380) lors de mes règles. Mais comme que je n’avais pas retrouvé l’une des branches, ma sage-femme m’a demandé de faire une échographie pour voir si elle était toujours à l’intérieur. L’échographel a vu quelque chose qui pouvait ressembler à une branche, m’a envoyé faire une hystérographie. Mais là, ils n’ont rien trouvé. On m’a donc demandé de faire un scanner en me disant que le bout était sans doute coincé dans un muscle (ce qu’on verrai au scanner) et que l’opération pour l’enlever risquait d’endommager mes trompes. Au scanner, rien n’apparaissait. On m’a alors demandé de retourner faire une échographie pour voir si la trace apparaissait toujours. Elle était toujours là, mais il ne pouvait pas m’assurer que c’était la branche. Peut-être juste une cicatrice. On m’a alors dit d’aller passer une IRM où rien n’est apparu. Ce n’est qu’à ce moment là qu’on m’a autorisé à poser un nouveau stérilet. Ni ma sage-femme, ni le personnel médical de l’hôpital ne semblait être au courant de quoi que soit car ils me disaient tous que mon cas était rarissime. Mais en lisant tous les commentaires, on voit bien que c’est loin d’être le cas !

le 01/03/2020 à 10h08 | Répondre

NadiaD

Bonjour votre article est très bien fait. Jai également eu un problème avec ce sterilet lors du retrait le 27.02 il s est cassé. Une écho a été faite le 28 effectivement il est un morceau de sterilet dans l utérus je vais devoir faire une hystéroscopie au bloc pour enlever le bout du sterilet restant. Je sus surpris que personne ne nous ai prévenue. On a toute été se procurer ce Dui en pharmacie donc la sécurisé socila esait tres bien qui en possède un et aucun courrier. Tellement injuste. Je vais envoyer un mail au lien pour un procédure au tribunal. En attendant c’est des longues nuits sans dormir.
Bon courage pour la suite. Nadia

le 02/03/2020 à 05h45 | Répondre

Grondin

Bonjour je souhaite partager également ma mésaventure. Suite à une discussion avec ma belle sœur que ce sujet je me rend compte que mon stérilet fait effectivement parti du lot… Le novaplus t380. Je prend rdv avec la sage femme pour contrôler et voir le retirer si nécessaire. Mis en place en janvier 2017 elle me dit que effectivement il faut le retirer rdv pris le 16 mars 2020. Et ce qui devait arrivé arriva le stérilet se casse au retrait et les deux bras reste à l’intérieur elle vérifie avec une écho et oui ils sont restés dans mon utérus.
Elle me conseille d’appeler le chu au consultation d’urgence gyneco j’appelle donc le 17 au matin on me conseille de venir de suite j’arrive et je n’attend pas longtemps je vois une interne dans un premier temps qui me dis qu’elle n’a jamais entendu parler de ce soucis… Elle appelle donc sa supérieure qui me dis que effectivement sa arrive et qu’elle a déjà effectué ce genre d’examen. Je suis arrivé à 10h10 et je rentre en salle d’examen à 10h15. Rapide pour les urgences. Malheureusement tout ne se passe pas très bien. Les bras du sterilet sont bien toujours dans mon utérus elle réussit à enlever quelques morceaux millimètres par millimètres en alternance avec les échos pour voir ce qu’il reste… Après 1h30 les pieds dans les étriers elle n’arrive pas à atteindre le morceau de cuivre qu’il reste. Résultat contrôle par écho dans un mois et demi avec de la chance il se sera évacuer sinon se sera une hysteroscopie. Je sors du chu à 12h10 avec des douleurs les jambes qui tremblent et pas au mieux de ma forme… Bien sûr j’ai eu une ordonnance pour des antibiotiques pour limiter les risques d’infection. La gyneco m’a demander si je comptais engager une procédure… Je n’y avais pas réellement pensé donc je me dis que sur ce forum je pourrais avoir des réponses… Voilà courage à toutes

le 19/03/2020 à 13h51 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?