Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Achat en VEFA : le bonheur qu’on n’espérait plus (et ses défauts cachés)


Publié le 20 juillet 2016 par Mélimélanie

La dernière fois, je t’ai laissée juste avant la livraison de notre appartement. On y est allés à deux, Monsieur Génial remonté à bloc et tournant sur une seule et même phrase : « À la moindre réserve, je refuse la livraison. » Ambiance.

Livraison et soulagement

Nous arrivons au rendez-vous pile à l’heure et notons déjà que les parties communes de l’immeuble sont loin d’être finies… Bon. Qu’en sera-t-il de notre appartement ?

Nous croisons un couple qui attend aussi la livraison de son appartement et trouve déjà limites certaines finitions de l’immeuble. Je commence à m’inquiéter, mais je me dis qu’avec tout ce qui s’est passé les mois précédents, le promoteur n’est pas assez bête pour nous livrer notre appartement sans avoir scrupuleusement tout vérifié avant.

Pour les visites de cloisons, pré-livraison et livraison, notre promoteur fait appel à un consultant extérieur, spécialisé dans les réceptions d’appartements neufs. Ce monsieur nous voit donc arriver pour la troisième fois avec appréhension, étant donné les deux précédentes visites. Nous allons enfin voir notre appartement.

2016-04-17 08.48.23

Crédits photo : Photo personnelle

Nous faisons la visite avec le peintre, qui nous suit dans toutes les pièces, pinceau dans une main, white spirit dans l’autre. Au fur et à mesure de nos micro-remarques, il intervient pour corriger immédiatement ce qui doit l’être.

J’ai pris avec moi un diffuseur électrique (qui a une petite lumière qui s’allume une fois qu’on le branche) et j’ai testé toutes les prises de l’appartement avec (oui, même celle au plafond pour la hotte : merci Monsieur le consultant extérieur d’avoir aidé mon mari à me soulever pour que je puisse atteindre la prise).

Au final, on a deux ou trois réserves minimes (du nettoyage, et une pose de verrou dans la salle d’eau), qui vont être corrigées dans les dix minutes suivant la visite.

OUF ! Enfin, on a notre appartement comme on l’imagine depuis des mois. Après les formalités administratives (et la traditionnelle bouteille de champagne), on récupère enfin le GRAAL : les clés.

Nous sommes mi-avril 2016, et nous n’y croyons presque pas, après près de deux ans d’attente.

Quand le coup de foudre disparaît

Ma relation avec mon appartement, c’est un peu comme une relation amoureuse. Au début, tout est beau, on est heureux, on ne voit pas les défauts de l’autre… Et puis, au fur et à mesure, on découvre deux/trois petites choses qui nous plaisent moins…

La porte de la douche qui s’ouvre contre le radiateur porte-serviettes, nous obligeant à sortir entièrement de la douche pour attraper l’une d’elle (et à tremper le tapis de bain au passage).

Les portes de la salle de bain et des toilettes qui s’ouvrent de telle façon qu’on doit ouvrir soit l’une, soit l’autre (et qui, du coup, rentrent souvent en contact un peu brutalement quand deux personnes sortent en simultané de ces pièces).

La terrasse surélevée d’une bonne trentaine de centimètres, qui rend la sortie du tancarville pour faire sécher le linge un peu sport (c’est là où les lois d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite me font doucement rire : en gros, si tu es en fauteuil, tu peux utiliser juste certaines pièces dédiées de l’appartement, et tu ne peux pas utiliser du tout la terrasse – ou alors, il faut une rampe, qui t’empêche de mettre des meubles dans ton salon…).

2016-05-15 07.16.12

Crédits photo : Photo personnelle

Quand micro-chat arrive pile-poil à hauteur de terrasse

Le « cliquetis » que fait la fenêtre quand il y a du vent. Tu dois certainement te dire que j’exagère, mais pour te donner une idée : la première fois que j’ai entendu ce bruit en pleine nuit, j’ai cru qu’il y avait un voisin qui se permettait d’utiliser sa perceuse à des heures indécentes. Et malheureusement, il y a souvent du vent, par chez moi… (D’ailleurs, je pense qu’on va vite trouver une solution pour ce point précis, parce que sinon, ça va nous rendre fous…)

La peinture blanche qui commence déjà à s’écailler par endroits (on sait où ils font des économies, du coup : elle doit être top qualité, cette peinture…).

Les petits accrocs que l’on découvre au fil du temps, en prenant le temps d’observer les murs/sols…

Mais bon, malgré tout, mon appartement, je l’aime d’amour. Il a ses petits défauts, mais c’est le nôtre, et c’est le plus important. En revanche, laisse-moi te parler du deuxième effet kiss cool : les parties communes…

Quand le chantier s’éternise…

Je t’ai dit que le jour de la réception de l’appartement, nous avions constaté que les parties communes n’étaient pas finalisées (même loin de l’être…). Mais nous croyons naïvement le promoteur quand il nous dit qu’elles doivent être réceptionnées par le syndic deux semaines plus tard, et qu’elles seront donc finies quand nous emménagerons, trois semaines plus tard.

Le syndic vient bien faire une « réception » fin avril. Mais face à l’ampleur de ce qu’il reste à faire, il accorde une rallonge de trois semaines pour laisser le temps aux ouvriers de finir le chantier. Trois semaines plus tard, le bilan est plus que mitigé…

La plupart des problèmes remontés ne sont toujours pas résolus, et la cohabitation avec les ouvriers devient difficile (surtout quand ils commencent à utiliser notre sous-sol comme toilettes… un vendredi soir avant un weekend prolongé : c’est pas drôle si c’est nettoyé rapidement).

Notre immeuble est en permanence ouvert aux quatre vents, sale, avec des camionnettes garées plus ou moins n’importe où, gênant l’accès aux garages ou la visibilité pour sortir de la résidence. (Mention spéciale au promoteur qui a une fois garé son véhicule dans l’allée privée de telle façon qu’il empêchait à la fois un de mes voisins du garage au rez-de-chaussée de sortir, et moi d’accéder au parking souterrain.)

C’est là que le syndic de copropriété entre en action… ou pas, dans notre cas. Oui, sache qu’avec les incompétents notoires que nous nous traînons, à chaque fois que nous remontons un problème, on a droit au jeu de la « patate chaude », chacun renvoyant la faute à l’autre (promoteur et syndic, et même les entreprises employées par le promoteur pour finir les travaux entre elles). Du coup, rien n’avance, et la lassitude commence à se faire sentir de plus en plus chez nous, mais aussi chez les autres résidents.

Un immeuble neuf, c’est une organisation à mettre en place, et ça peut être long, très très très très très long…

La cerise sur le gâteau !

De façon ironique, bien sûr. La cerise sur le gâteau des conneries, devrais-je dire.

Nous habitons donc depuis plus d’un mois un immeuble neuf. Cet immeuble neuf a logiquement une adresse toute neuve, créée rien que pour lui (la chance). Oui mais… Nous inquiétant de ne pas recevoir certains de nos courriers et colis, nous décidons de contacter la Poste. Je te le donne en mille : « Ah bah votre adresse n’existe pas dans nos bases de données. »

Pour replacer dans le contexte, nous avons quand même réussi à recevoir certains courriers. Donc certains postiers intelligents ont bel et bien réussi à le trouver, cet immeuble de quatre étages qui passe inaperçu ! Mais la Poste n’en démord pas : malgré nos appels, ils persistent à nous dire que l’adresse n’existe pas… alors que le promoteur a déclaré l’adresse – il nous l’assure ! Du coup, toi, lectrice, tu te dis : « Mais ils ne pourraient pas la déclarer eux-mêmes, l’adresse, à un moment ? » Eh bien non, apparemment, nous n’avons pas le droit.

Donc, je résume :

  • La Poste sait que l’adresse existe.
  • Mais elle n’est pas dans leur base de données.
  • Donc ils ont le droit de perdre des lettres/colis sans que ce soit de leur faute.
  • Oui, on a remonté quinze fois le problème.
  • Non, ils ne veulent toujours pas mettre à jour la base de données pour X ou Y raison (j’ai arrêté d’écouter les excuses bidons, je pense juste que le poil dans la main est une caractéristique très répandue chez nos interlocuteurs).
  • Nous n’avons plus de courrier.

Bon, mes articles sont un peu noirs, je le reconnais. On est quand même très heureux de notre appartement, et on s’y sent bien. Mais c’est vrai qu’on a hâte que tous ces petits problèmes soient derrière nous, pour pouvoir enfin en profiter tranquillement.

Avant de nous lancer dans cet achat, nous ne nous rendions pas compte de tout ce qu’impliquait l’achat sur plan. Nous avions une vision un peu idéalisée, et même si ça a effectivement ses avantages, sache amie lectrice que si tu te lances là-dedans, tu ne pourras pas faire exactement comme tu en as envie et tu pourras rencontrer certaines embûches.

Mais finalement, c’est comme un achat dans l’ancien/l’existant. Il faut garder à l’esprit que ce genre de gros engagement peut entraîner des soucis, mais que c’est aussi beaucoup de bonheur, et c’est bien là le principal !

Et toi ? Tu as acheté en VEFA ou fait construire ? Dans quel état as-tu réceptionné ton bien ? As-tu des regrets ? Viens en parler !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

16   Commentaires Laisser un commentaire ?

Flora (voir son site)

Ne t’inquiète pas tu finiras par t’habituer à ces imperfections 😉
Les normes d’accessibilité ne concernent pas la terrasse ou c’est une erreur?

le 20/07/2016 à 09h02 | Répondre

Mélimélanie

Tu veux la vraie réponse pour la terrasse ou celle du constructeur? lol.
En gros au début quand on a signé on avait une terrasse a hauteur du carrelage de la pièce à vivre. Puis ils ont du modifier les plans de l’appartement du dessous qui ne se vendait pas. Du coup une partie de notre terrasse est maintenant au dessus d’une pièce d’habitation donc a nécessité une étanchéification plus importante. Et paf 30 cm de marche dans la vue.

On a fait remarqué au promoteur que ce n’était pas ce qu’on avait signé (et il s’est un peu décomposé quand je lui ai dit ça) mais comme le but ce n’était pas non plus de nous pourrir la vie on a gentiment choisi de fermer les yeux sur ce problème.

Et ça prouve bien que les normes « handicapées » c’est de la grosse merde parce que quand j’ai fais remarquer que la terrasse n’était plus accessible on m’a dit que ça avait été validé par je ne sais plus quelle commission (pitié dites moi que ce ne sont pas mes impôts qui payent ces gens) car avec une rampe la terrasse devenait accessible (pour en avoir discuté avec une amie architecte pour une marche de cette taille la rampe prendrait toute la place dans ma pièce à vivre… hum hum)

le 20/07/2016 à 09h46 | Répondre

Ars Maëlle

Haha, autant j’avais voulu rassurer les gens la dernière fois en montrant qu’on peut aussi avoir de bonnes expériences, autant cette fois je retrouve beaucoup de points communs avec notre achat : la marche de 30 cm pour le balcon, les portes géantes qui se cognent si on oublie de les fermer, le sèche-serviette mal placé… et les problèmes de courrier ! chez nous, c’était un peu différent, c’est tout un quartier qui a été livré d’un coup, il n’y avait tout simplement pas de facteur. Donc parfois quelqu’un passait déposer le courrier, sinon on devait aller nous-même le chercher dans une zone d’activité mal fléchée, et on ne savait jamais si la boite était vide parce que rien n’avait été envoyé ou parce que rien n’avait été distribué (en phase d’emménagement quand il y a une tonne de papiers à gérer, c’est pratique)
Heureusement aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre, et en contrepartie de tous ces petits désagréments, on a un appartement vaste, lumineux, sain, bien ventilé, économe en énergie, aux finitions neuves, avec des prises de courant et Ethernet partout, pas de budget ravalement de façade à prévoir avant 10 ans… On ne veut pas rester toute notre vie ici, mais pour un premier achat, on est très contents, et ça a été très formateur comme aventure.

PS : pour vos fenêtres, regarde la garantie de parfait achèvement, ce n’est pas normal de subir ça, et vous avez 1 an pour déclarer ce genre de problèmes.

le 20/07/2016 à 09h26 | Répondre

Mélimélanie

Comme quoi au final on se retrouve un peu tous avec les mêmes boulets :-D.
La Poste je crois que je n’en reviens pas de leur inefficacité. Le pire c’est quand on me dit : tu devrais être contente d’avoir un service gratuit comme ça.
1/ C’est pas gratuit c’est nos impôts qui payent une grosse partie
2/ Un recommandé coûte 6 euros au mieux et ils ont réussi à m’en perdre 2 cette année
3/ Je préfère payer plus pour avoir un service qui vaut le coup.
Bref… La Poste c’est une autre histoire.

Pour les fenêtre ont a trouvé le problème c’est une pièce mal fixé dans les aérations au niveau du cadre de la fenêtre. Donc après avoir démonté puis refixé la pièce c’est bon.

En revanche malheureusement on n’est pas sorti de l’auberge pour les parties communes et pour le moment même si notre appartement nous plait on est fatigué de devoir encore et encore se battre (réunion de copropriétaire ce soir à 18h30.. youhou…) Donc même si je retrouve les mêmes points positifs que tu cites on a encore un peu de mal a en profiter 🙁

le 20/07/2016 à 09h54 | Répondre

Madame Zou (voir son site)

Pour avoir aussi acheté en VEFA, je me retrouve aussi sur certains points mais pas tous ! C’est important d’avoir un conseil syndical de qualité (oui, parce que le syndic « imposé » par le promoteur n’en parlons même pas…). Ici, les choses ont bougé chez nous, car nous avons quelques fortes têtes dans l’immeuble 😉 mais force est de constater que ce sont toujours les mêmes qui se bougent ! On est en train de virer le syndic actuel en tout cas et on est allé jusqu’au tribunal (cela a eu le mérite de le faire bouger, donc on s’est fait débouter de notre demande). Bref, il est grand temps que je rédige la suite des mes articles sur le sujet ici 😉

le 20/07/2016 à 09h51 | Répondre

Mélimélanie

Copine de galère!! Justement fallait que je vienne te parler parce que la situation sur les parties communes n’avancent pas dans le bon sens… Certains des propriétaires on déjà pris contact avec un avocat et moi je fais parties des « fortes têtes » entrain de mettre en place des moyens de communication, d’organiser des réunions, de rassembler des infos et de former des blocs de copropriétaires ayant un poids plus important pour faire bouger les choses…

J’ai hâte de n’avoir plus besoin de me battre et de n’organiser des réunions entres habitants de l’immeuble que pour boire un verre et faire connaissance!

le 20/07/2016 à 09h59 | Répondre

pitch

C’est vraiment pas de chance tous ces problèmes, mais le plus important c’est que vous soyiez content de votre bien maintenant. Pour ma part, j’ai une ancienne collègue qui a aussi acheté en VEFA et quand j’ai vu qu’elle a receptionné son bien 6-8 mois plus tard que prévu je me suis dis que non ce n’était pas pour moi … un autre soucis concernant les VEFA c’est que parfois il faut qu’un certain nombre d’appartement soient vendus pour que les travaux commencent. Donc soit tu achètes un des premiers appart’ avec l’avantage de pouvoir ‘choisir’ le meilleur mais l’inconvénient que tu ne sais pas quand les travaux vont commencer (s’ils commencent un jour… pas mal de cas de dépots de bilan dans ce secteur) ou bien tu achètes un des derniers appart’ mais tu es quasi sur de le réceptionner et en plus quand tu emménageras tu n’auras pas à supporter le chantier des autres appartements. Je ne veux pas noircir le tableau hein, mais le VEFA peut sembler très alléchant de prime abord et tout peut bien se passer mais je conseille juste de bien se renseigner sur les promoteurs (s’ils sont nouveaux/jeunes attention au dépot de bilan avant la fin des travaux… j’insiste car dans ma région il y a 3 immeubles qui n’ont jamais commencé alors que la moitié des appart’s sont achetés) , les délais de livraison et les recours en cas de vice.

le 20/07/2016 à 10h26 | Répondre

Mélimélanie

Je pense que malheureusement tout achat (neuf ou vieux) entraîne des complications. Je ne connait personne qui m’a dit : « on a acheté et tout s’est passé super facilement. On a eu 0 problème du début à la fin ». Forcément quand tu t’endettes sur 20 ans tu as tendances à mettre beaucoup d’espérance dans ton projet et les déceptions peuvent être plus grandes.

Je suis d’accord avec toi sur le fait de bien sélectionner son projet. Nous on est parti avec un peu LE promoteur ultra connu et pourtant on aussi rencontré des problèmes comme quoi. Notre seule assurance c’est qu’effectivement on pourra le poursuivre jusqu’au bout il ne fera pas faillite avant (et au pire si on le déleste de quelques sous il les récupéreras avec les péages sur les autoroutes. oups indice :-p)

le 20/07/2016 à 11h48 | Répondre

pitch

Dans ce cas on doit être une exception, car on a acheté dans le vieux et on n’a eu aucun soucis, que ce soit avec le prêt, la banque, le notaire, les priopriétaires… compromis signé en avril, clées en juin. Pas de vices, pas d’arnaques, pas de travaux à prévoir à part pour des questions de goûts. Mais bon on avait été echaudés sur une précedente tentative d’achat ce qui explique peut être cela … je vous souhaite bon courage pour que vos derniers soucis soient rapidement derrière vous et que vous puissiez profiter de votre logement comme il se doit !

le 20/07/2016 à 16h54 | Répondre

Mélimélanie

Tu es l’exception qui fait qu’on se jette tous à l’eau :-D.
Heureusement que parfois ça se passe bien! Mais un sans faute du prêt à l’emménagement alors ça je n’avais jamais vu. Je suis contente de savoir que ça existe 🙂
Même pas de problème avec les déménageurs? Oui je cherche la petite bête je sais mais je t’avoue que je n’ai jamais croisé d’achat ou tout se passait au top de A a Z. Mais c’est réconfortant de savoir que ça existe. Peut être pour notre prochain achat!

le 21/07/2016 à 09h39 | Répondre

emma_chan

tu ne tes jamais amusée a chercher les actionnaires de ton syndic? parce que généralement tu vas y retrouver ton promot. pratique pour les réceptions à rallonge…

le 20/07/2016 à 11h04 | Répondre

Mélimélanie

Tu vas rire mais même pas besoin d’aller aussi loin que les actionnaires. C’est une simple histoire d’amitié… Donc effectivement ils se protègent l’un l’autre.

le 20/07/2016 à 11h49 | Répondre

MlleMora

C’est le souci quand ils veulent livrer au plus vite, les finitions ne sont pas « léchées » c’est sûr. Les défauts que tu as remarqué, tu ne pouvais pas les prévoir avant, en général c’est en habitant dedans qu’on s’en rend compte car sur les plans c’est pas évident. Ça fait la même chose dans les maisons neuves… En tout cas, maintenant c’est ton chez toi, c’est ça le plus important !!
Pour la Poste, j’avais loué un appart neuf et c’était pareil, ils avaient mis du temps à mettre en place la distribution. Je les excuse toujours un peu car ayant travaillé dans une filiale, j’ai pu voir le fonctionnement, et c’est pas facile du tout…
Pour les parties communes, dans l’appart que j’avais loué, pareil, ça avait mis du temps avant que l’immeuble soit enfin fermé et sans ouvriers… J’imagine que c’est vraiment pénible quand tu es proprio !

le 20/07/2016 à 11h12 | Répondre

Mélimélanie

Je confirme c’est pénible et encore en rencontrant d’autres propriétaires de la résidence je me rends compte qu’on n’est pas les plus mal lotis avec mon mari…

Mais on est entrain de faire bouger les choses. J’ai bon espoir qu’en 2017 on ai enfin un immeuble fini propre et beau.

le 20/07/2016 à 11h51 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je comprend que cela puisse être usant tous ces aller retours ! Courage vous tenez le bon bout !!!

le 20/07/2016 à 15h51 | Répondre

Mélimélanie

Oui on en voit la fin! C’est ce qu’on se dit à chaque fois qu’on a une petite baisse de morale. Qu’au final le plus dur est dernière nous.

le 21/07/2016 à 09h40 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?