Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Quelques idées de lecture #2


Publié le 12 janvier 2018 par Camomille

La dernière fois, je t’ai proposé quelques livres. Et comme je sais que tu as déjà tout lu et que tu te demandes quel livre pourrait prendre la suite, me revoici avec de nouveaux livres !

Crédit photo : Pixabay

Le gang des rêves – Luca Di Fulvio

New York, quelques part dans les années 20. Lui, c’est Christmas. Sa mère a émigré de l’Italie en rêvant d’une vie meilleure. Elle n’a eu d’autre choix que de devenir prostituée et essaye tant bien que mal d’élever son fils, petite canaille au grand cœur. Elle, c’est Ruth. Une jeune fille juive qui vit dans un cocon doré, protégée par l’argent de ses parents. Ils n’auraient jamais dû se rencontrer. Et pourtant. Leur destin se croise lors d’une tragédie qui les transforme tous deux plus qu’ils ne le pensent.

Pourquoi j’ai aimé : C’est un magnifique roman d’apprentissage et une très belle histoire d’amour. On suit Christmas dans sa lutte incessante pour se sortir de la misère et on espère que les deux protagonistes finiront enfin par se trouver. Mais c’est aussi l’histoire de New-York. Avec ses gangsters, ses ghettos et les tout débuts de la radio. Impossible de ne pas être transportés un siècle en arrière !

Un extrait : « Mais en même temps, elle avait soudain réalisé qu’elle n’avait rien. Que cet enfant était tout ce qu’elle possédait. Qu’elle devait être forte pour lui, parce que ce petit être était encore plus faible qu’elle. Et qu’elle devait lui être reconnaissante, parce que lui seul au monde ne l’avait pas violée même si, plus que les autres, il l’avait toute déchirée entre les jambes.»

Notre-Dame du Nil – Scholastique Mukasonga

Notre-Dame du Nil est un lycée au Rwanda,  perché à 2500m d’altitude. Loin de la foule, et surtout des hommes. Il est réservé aux filles de bonnes et riches familles, pour qui la virginité est un sacerdoce. Dans ce lycée, le quota des 10% d’élèves Tutsi y est strictement respecté. Mais les nervis du pouvoir hutu les stigmatisent de plus en plus et le sort de certaines lycéennes se dégradent, tout comme la situation se dégradent dans le reste du pays. On suit le parcours d’un groupe de lycéenne qui, bien qu’étant en huis clos, illustre la dégradation de la société rwandaise jusqu’au génocide.

Pourquoi j’ai aimé : c’est un livre choc, de ceux dont on se souvient longtemps après les avoir lu. Rescapée du massacre des Tutsi, Scholastique Mukasonga (qui vit maintenant en France) nous offre une œuvre poignante, où des adolescentes aux mains nues tentent d’échapper à une histoire monstrueuse. Il y a dans ces pages un rappel troublant de la montée du nazisme.

Un extrait : « Gloriosa accueillit Godelive et Immaculée avec dédain. Elle jeta un regard de mépris sur le pantalon moulant et le chemisier au décolleté profond d’Immaculée. Elle se demanda pourquoi elle était couverte de poussière mais elle renonça à l’interroger pour l’instant. Elle ne prêta aucune attention à Godelive. « Je compte sur vous pour être de vraies militantes, leur glissa-t-elle à voix basse, pas comme vous l’avez fait l’année dernière. La coquetterie et un papa banquier, ce n’est pas suffisant pour notre République. » Immaculée et Godelive firent semblant de n’avoir rien entendu.»

Les Désorientés– Amin Maalouf

Adam a quitté le pays il y a une vingtaine d’années. Il vit maintenant à Paris. Il se sent incapable de retourner sur les lieux de son enfance. Mais quand la femme de Mourad l’appelle pour lui apprendre que son ancien ami est mourant, il n’a pas d’autres choix que de prendre l’avion. Il va retrouver un à un ses amis d’enfance, dispersés aux quatre coins du monde. Chacun d’eux a composé comme il a pu avec la guerre civile qui a ravagé leur pays.

Pourquoi j’ai aimé : Ce n’est pas un récit autobiographique mais Amin Maalouf s’inspire de son histoire. D’origine libanaise, il a émigré en France en 1976 fuyant la guerre civile. Sa fiction mélange avec brio le passé – écrit sous forme de mémoire par le narrateur – et  le présent, comme deux récits se déroulant en parallèle mais qui partageraient les mêmes protagonistes. J’aime beaucoup son écriture, soutenue et imagée.

Un extrait :

« Quand est-ce que tu aurais voulu naître ? »

« Dans cent ans, deux cents ans. L’humanité se métamorphose, j’ai envie de savoir ce qu’elle va devenir. »

Son impatience de gamin m’avait donné le sentiment d’être, quant à moi, un vieux sage.

« Parce que tu crois qu’il y a une ligne d’arrivée où tu pourrais aller nous attendre ? Détrompe-toi ! Dans la marche du temps, il y aura toujours, où que tu te places, un avant et un après, des choses qui seront derrière toi, et d’autres qui seront à l’horizon, et qui ne viendront à toi que lentement, jour après jour. Tu ne peux jamais tout embrasser d’un même regard. A moins que tu ne sois Dieu… »

En entendant ces mots, Bilal avait sauté de sa place, puis il était allé se mettre droit sous la pluie battante en criant comme un dément :

« Dieu ! Dieu ! Voilà un beau métier ! »

Commentaires

3   Commentaires Laisser un commentaire ?

Louna (voir son site)

Oh merci pour toutes ces bonnes idées de lecture ! Du coup, je lui allée lire ton article précédent que je n’avais pas vu passer 😉

le 12/01/2018 à 09h11 | Répondre

Mlle Bachata

Merci pour ces belles idées de lecture! « Le Gang des Rêves » me tente beaucoup! Je pense que je vais aller l’acheter!

le 12/01/2018 à 09h48 | Répondre

MlleMora

Les trois me font envie ! Merci pour cette belle sélection !

le 12/01/2018 à 12h12 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?