Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Se faire tatouer, le jour J


Publié le 21 août 2019 par Doupiou

Après mon précédent article sur mes conseils avant de sauter le pas d’un tatouage, voici ma petite expérience du jour où les aiguilles du dermographe vont résonner !

C’est bon ? Tu as mûri ton motif et validé l’emplacement ? Tu as trouvé ton artiste de confiance ? Peut-être lui as-tu même versé des arrhes ?

Alors top décompte avant de passer sous les aiguilles !

Une semaine avant

Personnellement, je commence une petite cure d’homéopathie une semaine avant le jour J. J’alterne arnica, nux vomica et gelsenium huit jours avant la date (et je continue huit jours après). Est-ce que cela fonctionne ? Aucune idée puisque je ne me suis jamais fait tatouer sans cette petite cure !

Aussi, je badigeonne de crème hydratante la zone concernée une fois par jour. Je ne suis pas convaincue de l’utilité de cette action mais au moins, j’ai l’impression de « préparer » ma peau. De la prévenir que, dans quelques jours, elle va déguster !

La veille

Je prépare quelques petites affaires :

  • des sous pour payer (attention, renseigne-toi bien sur les modes de règlement acceptés par ton tatoueur !)
  • une bouteille d’eau ou du soda (pour le sucre)
  • des biscuits
  • du paracétamol
  • des vêtements adéquats : en coton, confortables et qui peuvent recevoir de l’encre sans que je crie au scandale ! *
  • Un livre ou des écouteurs (même si papoter avec le tatoueur est plus sympathique !)
  • un petit carnet pour noter tous les conseils

* petits conseils off pour les vêtements : adapte ta tenue en fonction de l’emplacement. Dans le dos par exemple, tu peux laisser le soutien-gorge au placard pour préférer un haut de maillot de bain. Tu peux aussi mettre un gilet à l’envers si tu as peur d’avoir froid dans le shop ! Le bas de maillot de bain te seras utile pour un tatouage sur la cuisse. Et si tu fais la cheville ou le pieds, privilégie les chaussures faciles à mettre (tongs par exemple).

La veille, il faut éviter de faire la fête et de consommer de l’alcool. Programme-toi plutôt une petite soirée tranquille avec un bon repas et un dodo tôt ! Plus tu seras reposée, plus tu supporteras la douleur.

Crédit photo : ilovetattoos (Pixabay)

Le jour J

Enfin te voilà dans la salle d’attente du shop, un mélange de peur et d’excitation t’envahit ! Ou alors, pas du tout, tu es très sereine !

C’est le moment si tu souhaites que le tatoueur fasse des dernières modifications ou retouches à ton motif. N’hésite surtout pas à lui dire !

Une fois que tu es installée, tu peux profiter du temps que met le tatoueur à préparer son matériel pour te relaxer. La sophrologie a été salvatrice pour moi. Tu peux choisir de ne pas te concentrer sur la douleur ou sur le bruit du dermographe mais plutôt sur ta respiration, lente et profonde. Gonfle tes poumons à chaque inspiration et détends ton corps à chaque expiration.

Les premières minutes seront assez pénibles. Puis l’endorphine fera son boulot et tu sentiras moins la douleur. Grâce à la sophrologie, je me suis même endormie un court instant pendant la première partie de mon dos !

Bon je ne vais pas te mentir, un tatouage est rarement une partie de plaisir. Oui cela fait mal. Mais la résistance à cette douleur dépend de beaucoup de choses : la personne, la zone tatouée, le style du tatouage, le doigté du tatoueur…

Mon premier tatouage a duré quarante-cinq minutes. Autant te dire que je n’ai pas trop souffert. La douleur était comparable à une épilation à l’épilateur. Pour mon dos, la première séance a duré environ trois heures et demie. J’aurais aimé tout finir en une seule fois mais la dernière demie-heure était une vraie torture. Juste le bruit du dermographe me faisait mal ! Je l’ai terminé avec une autre séance d’une heure et demie où là, j’étais bien plus sereine.

Pour la seconde partie de mon dos, la séance a duré environ trois heures et demie aussi et je l’ai faite en seule fois malgré les dernières vingt minutes qui étaient horribles ! Je savais qu’il restait peu de temps alors j’ai serré les dents mais ne te mets pas la pression pour si peu…

D’ailleurs il est là mon principal conseil : ce n’est pas un challenge. Si la douleur est trop insupportable, ne force pas. A un moment donné, si le corps lâche, malgré le mental, c’est qu’il faut stopper. Il vaut mieux faire une pause et finir ton oeuvre quelques jours ou semaines plus tard que de te forcer et prendre le risque de bouger à chaque coup d’aiguilles.

C’est terminé !

Voilà, tu as bien serré les dents pendant quelques minutes ou heures et il est temps de rentrer chez toi pour chouchouter ton tatouage.

Ecoute attentivement (ou note sur le petit cahier que tu as emporté !) les précieux conseils de cicatrisation de ton tatoueur. Je ne vais pas te donner quel type de crème utiliser et à quelle fréquence car chaque artiste à ses propres recommandations.

Néanmoins, je vais t’expliquer les règles d’usage :

  • ta peau a dégusté. Ton tatouage est une plaie. Laisse-le tranquille (en dehors des soins bien sûr !) et lorsque tu le crèmes, tes mains doivent être ultra propres.
  • ta peau doit respirer le plus possible, laisser un tatouage à l’air libre c’est un excellent moyen de cicatriser rapidement
  • pas de piscine, de bain ou de plage pendant un mois

Tu peux en profiter pour te reposer, et commander à manger, tu l’as bien mérité !

Dans un prochain article, je te parlerais de l’après tatouage : la période de cicatrisation et comment en prendre soin !

Et toi ? Tu as souffert pendant ton tatouage ? Tu as des techniques pour gérer la douleur ? Des conseils pour le jour J ? Dis-nous tout !

Commentaires

3   Commentaires Laisser un commentaire ?

Cricri2j

Je me suis fait tatouer il y a 20 ans (déjà!) et en effet la douleur n est pas toujours évidente à gérer.

Qu as-tu fait comme motif pour ton dos?

le 22/08/2019 à 16h25 | Répondre

Doupiou

La douleur dépend de l’endroit c’est sûr !
J’ai pour projet de terminer entièrement mon dos, pour l’instant j’en suis à la moitié.
Ce sont des motifs d’animaux aquatiques avec des fleurs dans un style japonais et new school

le 23/08/2019 à 11h22 | Répondre

La Dentelle Zébrée

Je confirme le conseil de ne pas chercher à trop forcer et de s’écouter ! J’ai passé 7h30 en une fois (avec de petites pauses régulières) pour mon bras gauche et sur la fin c’était insupportable. Les 20 dernières minutes j’avais des bouffées de chaleur, chaque trait était une torture et je n’aurais pas tenu 5 minutes de plus ! D’ailleurs quand mon tatoueur m’a dit « ça y’est je nettoie et c’est bon » je me suis mise à pleurer de soulagement (impossible à retenir).

le 01/09/2019 à 20h18 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?