Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Deux semaines avec des toilettes sèches


Publié le 19 septembre 2019 par Marianne

Cet été je suis partie en vacances dans une maison qui ne disposait que de toilettes sèches, et comme nous sommes à l’aube d’une époque où l’eau sera un produit de luxe, et qu’il sera aberrant de la jeter dans les WC, j’étais très curieuse et ravie d’avoir l’occasion d’essayer ce mode de vie plutôt particulier, pour, (pourquoi pas ?) en faire usage également chez moi un jour.

Crédits photo : aitoff (Pixabay)

Jour 1, la découverte

Ce à quoi je m’attendais : une cabane au fond du jardin avec un trou (de style toilettes turques d’autoroute) avec une fosse en dessous.

Joli de dehors…

Crédits photo : kerttu (Pixabay)

…mais plus « rustique » à l’intérieur.

Crédits photo : shankar s. (Flickr)

Ce que j’ai trouvé : une pièce dans la maison avec un WC d’apparence presque habituelle. Une lunette en bois « normale » sur laquelle on peut s’asseoir et caché dessous, un seau en inox (d’une capacité d’environ 30 litres) et à la place de la chasse d’eau habituelle, un bac avec de la sciure de bois et une pelle.

Crédits photo : SusAnA Secreteriat (Flickr)

Mode d’emploi des toilettes sèches :

  1. Faire ses besoins dans le seau
  2. Recouvrir « la chose » de sciure de bois
  3. Vider le seau dans un compost lorsque celui-ci est plein et le rincer avant de le remettre en place (le nettoyer avec un peu de produit écologique si nécessaire)
  4. Remplir le bac à sciure lorsque celui-ci est vide

Consignes supplémentaires : abaisser la lunette et fermer la porte des WC après chaque passage pour éviter d’y attirer les mouches.

C’est relativement simple, et super écolo : un tout petit peu d’eau pour rincer le seau une fois tous les X passages aux toilettes et recyclage de nos excréments en compost.

Jour 2 et 3, la prise en main

A notre arrivée le seau était vide et je n’ai remarqué aucune mauvaise odeur dans la maison mais une forte odeur, très particulière, de sciure dans la pièce où se trouvent les toilettes et dans son voisinage immédiat. Pour être honnête ce n’est pas une odeur que j’apprécie. D’ailleurs à la fin de la journée elle commence même à m’incommoder.

Premier vidage de seau au matin du troisième jour. C’est Doudou qui s’y colle. Son retour d’expérience : c’est plutôt rapide et simplissime à exécuter et pas dérangeant.

Donc pour moi, pour l’instant, mise à part l’odeur de la sciure qui me dérange un peu, c’est comme des WC « normaux » sauf qu’à la place d’appuyer sur le bouton de la chasse d’eau je recouvre mes besoins de sciure et je rigole bien d’entendre « pouk » plutôt que « plouf ».

J’y trouve même un bel avantage : ces toilettes sont silencieuses et il n’y a aucun risque de réveiller notre Miniboy au sommeil plutôt léger lorsqu’il fait sa sieste.

Jour 4 à 7, s’habituer

A ce stade-là je ne remarque déjà plus l’odeur de la sciure et je suis d’ailleurs étonnée de m’y être accommodée si vite.

Deuxième vidage de seau en perspective et je décide de le tenter. Bon le seau plein est lourd et je peine un peu à le porter jusqu’à l’endroit où se trouve le compost. J’ai d’ailleurs besoin de l’aide de Doudou pour vider son contenu dans le bac qui est en hauteur. Le rinçage se passe par contre sans souci, c’est rapide et en effet, eu contraignant.

Mais bon on ne peut pas dire que ce soit vraiment une réussite.

Par la suite c’est d’ailleurs Doudou qui videra les seaux. Ça me gêne un peu qu’il ait à s’occuper de cette tâche ingrate tous les deux jours, mais lui ne semble pas plus embêté que cela. Vider le seau ou faire la vaisselle, pour lui il n’y a pas vraiment de différence.

Pour ce qui est de l’usage au quotidien de ces toilettes sèches on s’y habitue très rapidement. Au bout de la première semaine nous arrivions au bout de notre stock de sciure. Il nous a fallu quelques allers-retours pour remplir le contenant. Une chasse d’eau qui se remplie seule c’est quand même bien pratique. Lors de la seconde semaine, Doudou a été plus rusé : à chaque fois qu’il vidait le seau il le remplissait de sciure pour que le stock ne diminue jamais de trop.

Bilan de l’expérience

Deux semaines, je trouve que c’est une bonne durée pour avoir un retour d’expérience plutôt objectif. Pendant ce temps nous avons pu correctement « expérimenter » ces toilettes sèches et y trouver des atouts et des inconvénients.

Tout d’abord, je pensais être embêtée par les odeurs, or, je me suis très vite accommodée à l’odeur de sciure et quant à celle de nos besoins, elle était quasi-inexistante. En gros il valait mieux vider le seau immédiatement après de très gros besoins ou une diarrhée, mais en général la sciure faisait bien son job. De ce point de vu je me verrai en avoir chez moi.

Mais on n’a rien sans rien. Si la consommation d’eau est sans aucun doute imbattable et qu’aux premiers abords l’usage semble similaire à des toilettes traditionnels, je trouve que leur entretien est tout de même chronophage. Nous les avons utilisé lors vacances, nous étions donc « à la cool » et n’avions pas beaucoup d’autres choses à faire. Aller vider ce seau peut presque sembler ludique, sauf qu’après une journée de boulot, puis le 18-21 de la mort-qui-tue avec Miniboy, je pense que je (ou Doudou) trouverais beaucoup moins amusant d’avoir à m’occuper, en plus de tout le reste, des toilettes sèches.

De plus qu’habitant loin de nos familles, nous recevons régulièrement du monde chez nous et passons des weekends ou semaines à quatre ou six adultes. Je pense qu’on devrait alors vider le seau plusieurs fois par jours et là je trouve que la contrainte devient vraiment trop grande. Comme je le disais dans un précédant article, en matière d’écologie, pour que ça fonctionne il faut que la contrainte soit acceptable.

Enfin, si jamais on changeait d’avis à ce sujet il y aurait encore une dernière contrainte, et de taille, c’est qu’il faut avoir la place pour stocker tout ce compost et l’usage de ce-dernier également.

Mais pour ma prochaine maison je réfléchis tout de même à une alternative car utiliser de l’eau potable pour les toilettes me semble de plus en plus être une aberration. La solution que j’envisagerais plus facilement serait de pouvoir récupérer de l’eau de pluie du toit de notre maison, cette eau étant tout de même « perdue » pour la nature. Sauf qu’en France il est interdit de rejeter les eaux de pluies dans les réseaux d’assainissement des eaux usées. En gros les sociétés qui traitent les eaux usées refusent de traiter de l’eau qu’elles n’auraient pas vendue. Il faudra donc réfléchir à un système d’évacuation de ces eaux usées.

Et toi ? As-tu déjà utilisé des toilettes sèches ? Envisages-tu d’en installer chez toi ? Raconte-moi tout !

Commentaires

17   Commentaires Laisser un commentaire ?

Miss Chat

Merci, c’était hyper intéressant comme retour d’expérience ! 🙂
Les toilettes représentant effectivement la plus grande part de la consommation d’eau domestique, j’aime bien cette idée de tester différentes méthodes ! Je dirais qu’a priori la vidange du seau me dégoûte un peu (pour la même raison, je ne veux pas utiliser de couches lavables), surtout si c’est du contenu venant de gens qui ne font habituellement pas partie de mon ménage… Et en effet, le stockage du compost est un point majeur à considérer. Parce que bon, un jardin et un compost, j’ai et c’est parfait pour les déchets de nourriture. Mais vu la disposition du jardin et la proximité des maisons, c’est moins sympa d’y mettre des excréments humains à décomposer ! Et si on habite en appartement, même sur la terrasse, c’est mort. Bref, c’est compliqué, je pense que ce sont des toilettes qui peuvent convenir à certaines situations mais pas à toutes.
En revanche, effectivement, l’eau de pluie solutionne bien le problème. En Belgique où j’habite, il est même obligatoire aujourd’hui quand on construit une maison d’y mettre des citernes de 10 000 L pour récupérer l’eau des toits et l’utiliser en domestique ! Pour l’instant, l’eau est effectivement rejetée dans les égoûts comme l’eau de ville qu’on paye, ce qui fait que le gouvernement envisage de faire payer une taxe à ceux qui ont une citerne pour participer au traitement (ce sont des sociétés publiques qui gèrent ça ici). Perso je trouve ça logique ! Chez nous, les 2 WC et le lave-linge sont donc connectés sur l’eau de pluie après passage dans un filtre hydrophore (impropre à la consommation mais suffisamment propre pour ne pas abîmer le linge). C’est ça de pris !

le 19/09/2019 à 09h23 | Répondre

Marianne

C’est génial que ce soit autoriser, et même obligatoire, de récupérer l’eau de pluie en Belgique ! Je pense que sur le sujet, on est en retard en France.

le 19/09/2019 à 17h54 | Répondre

issabill

Un article hyper intéressant, merci !
J’ai tiqué sur la mise au compost en revanche. J’avais la notion (en tout cas, c’est ce que me disent mes documents reçus avec mon compost) qu’il ne fallait pas mettre les excréments humains au compost (afin d’éviter toute contamination des légumes ensuite par des germes humains qui seraient ensuite pathogènes lors de leur future consommation) ?

le 19/09/2019 à 14h26 | Répondre

Marianne

C’est une très bonne remarque. Honnêtement je ne sais pas quoi répondre car ce n’est pas « mes » toilettes et que je n’y ai pas vraiment réfléchi.
J’ai néanmoins cherché rapidement, et il semblerait qu’il soit possible d’utiliser le compost des toilettes sèches pour les jardins d’agrément et potager après 2 ans de compostage (https://toilettes-seches.i-cag.net/toilettes-seches-parlions-compostage/)

le 19/09/2019 à 14h39 | Répondre

issabill

Oh, merci pour ta recherche !

le 20/09/2019 à 13h53 | Répondre

Mme Grenouille

Il est possible de mettre des selles au compost si celui-ci monte à une température suffisante. Ça peut par exemple être le cas dans le cas d’un apport de tontes (la fermentation monte vite en température).
Chez nous toilettes et lave-linge sont connectés à l’eau de pluie (sauf en été car il ne pleut pas et on est à sec !). Pas de soucis chez nous car on a une fosse sceptique.
Il me semble qu’il est possible de renvoyer l’eau de pluie utilisée au tout à l’égout sous réserve d’installer un débitmètre sur le réseau d’eau de pluie pour déclarer (et donc payer !) ce surplus d’eau à traiter.

le 19/09/2019 à 17h36 | Répondre

Marianne

La fosse sceptique c’est aussi une bonne idée. Est-ce que c’est contraignant/cher à l’usage ? (de la faire vider ?

le 19/09/2019 à 17h58 | Répondre

Gilles

En toilettes sèches depuis 15 ans.
un seau inox dans une caisse à roulettes. Sciure en premier apport dans la maison. Jusqu’à 6 personnes dans la maison. Premiere année réduction de 90m3 à 60 m3 d eau. Plus d eaux noires. Juste une fosse 1000 litres eaux grises sans cesse alimentée par trop plein d eau de puits de toiture. Des eaux grises assez claires voir très claires. Vidange régulière pour arroser le terrain hors culture alimentaire.
compost en talus avec déchets vegetaux du jardin et poubelle alimentaire. Le PQ disparait en qq jours. La crotte se desydrate tres vite. En qq semaines aspect naturel en qq mois déjà du terreau en deux ans un super terreau à epandre. La boucle est bouclee.

Les utilisateurs (pour convaincre et pour gerer):
– les enfants : leur faire faire pipi dans le seau et vider 4 bouteilles d eau minérale ensuite. Tous ont la meme reaction : »mais tu es dingue t es crado t es bête tu vides de l eau à boire dans le wc ! ». C est gagné vous expliquez que c est la meme chose avec la chasse d eau ils pigenr vite.
les femmes : »souvent plus refractaires que les hommes pour y aller et pour vider/composter. »
Les hommes : toujours autant de pipi autour de la cuvette et de la caisse…
(Mais ils vont davantage uriner dehors c est direct)
Les anciens : »pas de souci ca rappelle leur enfance et la cabane a trou au fond du jardin (qui n est pas un wc sec) ou le tas de fumier
Les visiteurs : souvent gênés qd ce ne sont pas encore des convertis. La gêne étant souvent d etre embêté que ce soit qq un d autre qui gère l evacuation de leur caca…. dis moi quel est ton etron je te dirais qui tu es…

Pour ceux qui ont jardin naturel (pas des espaces de decoration ou aucune herbe ne depasse) et qui ont compris la connerie d aller jeter son herbe de tonte et ses déchets verts à la déchetterie pas de souci y a tout sur place pour composter.

P.s. : j ai toujours été surpris de voir les plus réticents aux toilettes sèches être les mêmes qui gèrent de A à Z la litiere du chat et les crottes du chien. Deux compagnons jamais convertis aux toilettes à eau, invention humaine fort recente.

Variante eau de pluie dans le reservoir. Oui mais on souille de l eau qd meme.
variante raréfaction de l eau douce et desalinisation de l eau de mer -75 % du globe -: à laisser aux financiers ingénieurs et politiques merdiques

A bon wc sec salut !

le 19/09/2019 à 18h52 | Répondre

Marianne

Merci pour ce retour bien complet.
Un bon témoignage qui montre que c’est possible à envisager.
De notre côté la question se reposera lorsqu’on commencera à songer à notre prochain achat immobilier.

le 20/09/2019 à 15h25 | Répondre

Jean Claude

l’article est tres intéressant, il existe aussi des toilettes seches sans sciure, mais ventilees, des toilettes scandinaves je crois.J’aimerais avoir aussi un retour d’expérience de ce type de wc

le 19/09/2019 à 18h58 | Répondre

Marianne

Je ne connaissais pas. Je vais voir si j’en trouve pour mes prochaines vacances 😉

le 20/09/2019 à 15h16 | Répondre

Mme Vélo

C’est intéressant de venir nous parler de toilettes sèches ! Alors là où je suis surprise, c’est que vous ayez été obligé de vider le sceau tous les 2 jours. Chez nous, nous avons des toilettes sèches à l’étage. Nous avons trouvé cette solution quand on a emménagé dans cette maison l’année dernière : pas de toilettes à l’étage, en location (donc pas possible de lancer des travaux) mais hors de questions pour moi de ne pas avoir de toilettes à l’étage où je dors ! Alors mon mari a fabriqué une caisse en bois avec des planches d’un vieux bureau, nous avons acheté un sceau en inox de 30 L et c’était bon. Nous achetons la sciure 7€ en gros sac qui nous fait 8 mois. Et on vide le sceau une fois par semaine, famille de 4 personnes. Nous avons un petit bac pour la sciure qui est posé à côté et qu’on rempli 1 fois par semaine aussi. Ceci dit, comme nous avons aussi des toilettes classiques en bas, nous privilégions la grosse commission en bas. Le soucis qu’on rencontre c’est que notre composteur s’est rempli très très vite et comme nous sommes en pleine ville on n’a pas la place d’en mettre un deuxième.
Mais ce qui me fait le plus marrer c’est la réaction des gens quand ils viennent chez nous ! Certains sont enthousiastes, et d’autres sont très septiques et refusent de les utiliser !

le 20/09/2019 à 11h31 | Répondre

Maye

Rah Mais c’est trop pas con ça pour se faire un deuxième toilettes ! Quelle idée fabuleuse !

le 20/09/2019 à 13h07 | Répondre

Mme Vélo

hi hi merci ! j’avoue que j’ai été soulagée quand j’ai eu cette idée, la maison rentrait dans tous nos critères pour la louer, sauf ce point qui est un gros point noir pour moi !

le 20/09/2019 à 14h11 | Répondre

Marianne

C’est une chouette idée d’avoir installé ces toilette sèches. Là où nous étions en vacances il n’y avait qu’un seul wc et surtout nous étions en vacances avec un petit bout de moins d’un an ce qui fait que nous n’avons pas beaucoup bougé et fait une bonne partie de nos besoins à la maison. Je pense que lorsqu’on passe sa journée au travail ça réduit aussi la fréquence des « vidanges ».

le 20/09/2019 à 15h15 | Répondre

Martin

J aimerai trouve quelqu’un qui fabrique des toilettes seches a prix très raisonnable en loire Atlantique

le 20/09/2019 à 14h43 | Répondre

Marianne

Je ne peux malheureusement pas vous aider.
Pourquoi ne pas vous lancer vous-même dans la fabrication de vos toilettes sèches ?

le 20/09/2019 à 15h18 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?