Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

La construction de notre maison en bois


Publié le 19 avril 2017 par Madame Givrée

Il y a… ahem, longtemps, je t’ai raconté comment j’ai rejoint le rêve de mon mari : construire une maison en bois. Je t’avoue que j’ai eu du mal à me mettre à la rédaction du récit de cette aventure. Entre ma réticence à mettre en ligne des photos de ma maison, ma difficulté à mettre des mots sur 6 mois de travaux intenses, et mon sentiment d’imposture (ce n’est pas moi qui ai fait le plus gros des travaux), je dois t’avouer que j’avais presque renoncé.

Heureusement que mes copines chroniqueuses m’ont (gentiment) remonté les bretelles et m’ont fait comprendre qu’elles attendaient la suite ! Je n’avais plus vraiment le choix, il fallait que je m’y mette… Cependant, pour les raisons citées ci-dessus, tu ne verras pas de photos de ma maison en entier. Mais tu verras une photo de la couleur de ma maison, pour te donner une idée…

Avant propos : je ne prétends pas avoir de connaissances en construction de maison. Je l’ai dit au-dessus, je n’ai pas fait le gros du travail, et j’écris cet article pour partager une expérience, pas pour me poser en connaisseuse.

La construction de notre maison en bois, en résumé

  • Des plans faits nous-mêmes (avec l’aide d’un membre de notre famille), puis modifiés et validés par un architecte.
  • Des mois de réflexion, de modifications, plusieurs rendez-vous avec le fournisseur du kit, beaucoup de questions, et d’hésitations avant de passer commande.
  • Six mois de travaux, deux ans de finitions,
  • Une « coquille » de maison montée en trois jours
  • Des dizaines de sandwiches, et de mini-viennoiseries,
  • Des soirées, des weekends, des vacances passées sur le chantier,
  • Beaucoup, beaucoup (j’insiste: vraiment BEAUCOUP !) d’aide de la part des proches et des amis.

Épisode 1 : en avril, ne te découvre pas d’un fil

Avoir un terrain, c’est bien beau, mais maintenant il faut le préparer pour recevoir notre jolie maison ! Et par préparer, je veux dire creuser, creuser, et creuser encore. Faire passer des tuyaux, des bleus, des rouges, des verts, se raccorder au compteur en bordure de terrain, puis faire intervenir une société pour les fondations de la maison. Il fait froid, il pleut parfois, mais pour l’instant, on tient le bon bout, et le planning !

Crédits photo : Photo personnelle

Épisode 2 : en mai, fais ce qu’il te plaît

Le mois de mai, c’est notre mois ! On a compté les semaines, puis les jours, puis les heures, voici donc notre maison qui arrive… En kit. Bien sûr, pour des raisons évidentes, toute la maison n’arrive pas d’un seul coup. Elle nous arrive par lots, le premier lot étant évidemment la structure de la maison.

Ce qui est intéressant, c’est que les murs nous arrivent par pans déjà montés, déjà isolés, le bardage est déjà posé. Il n’y a « plus qu’à » les poser au bon endroit et les fixer à la dalle.

Ne te détrompe pas. Je dis qu’il n’y a « plus qu’à », mais il a fallu rien de moins que 6 hommes et trois jours de travail pour monter la structure et la charpente, ce n’est pas une mince affaire.

Après trois jours de travail au soleil (oui, oui ! En Normandie !), la structure de notre maison est montée.

Nous avons choisi de ne pas faire la toiture et les fenêtre nous-mêmes. Tout le monde a trouvé plus sage de confier ce travail délicat à des personnes qualifiées, nous les premiers. Les pauvres couvreurs ont eu un temps de chien pour travailler : 5 jours de pluie intense pour un travail qui aurait dû prendre deux jours et demi dans des conditions normales. Quinze jours plus tard, la toiture, les fenêtres et Velux et les portes sont posées.

Crédits photo : Photo personnelle

Crédits photos (creative commons): Paulbr75

Le plus dur reste à venir

Parce que monter les murs, la charpente, et le toit, ce n’était pas le plus difficile, en réalité. Le plus difficile, c’est les mois qui ont suivi: isolation de la maison, électricité, plomberie, étanchéité, cloisons, chape, enduits, carrelage, joints… On le dit toujours, ce sont les finitions qui prennent le plus de temps, et c’est bien vrai !

En juillet, nous avons l’énorme chance de recevoir deux proches, qui ont décidé de consacrer leurs congés à nous aider. Et franchement, s’ils n’avaient pas été là, nous n’aurions jamais pu emménager dans notre maison dans les délais ! Ils nous ont clairement sauvé la mise…

Ces semaines sont consacrées à l’isolation de la maison et à la pose des plaques de plâtre, ainsi qu’au passage des gaines pour l’électricité, et du film qui assure l’étanchéité de la maison. Notre maison ayant été construite récemment, elle doit répondre à des normes d’étanchéité et d’isolation assez strictes. Un test sera effectué plus tard pour vérifier l’étanchéité de la maison, aucune déchirure ne doit être laissée béante !

Crédits photos : Photos personnelles

Quelques sandwichs plus tard, nous sommes déjà en août

Les cloisons sont posées à l’étage, en grande partie. L’isolation est faite et le film plastique pour l’étanchéité est posé un peu partout. Il y a un nombre incalculable de morceaux de gros scotch sur ledit film pour garantir son étanchéité, parce que, bien sûr, nous l’avons déchiré à de nombreux endroits.

Nous n’avons pas d’escalier, mais une échelle posée contre le plancher de l’étage. En août, nous nous attaquons au rez-de-chaussée. Le plafond est un sacré morceau: pas facile de poser un film isolant à l’horizontale, debout sur un escabeau ! De même, porter à bout de bras des plaques de plâtre demande à certain effort aux volontaires.

Crédits photo : Photo personnelle

Trois mois avant le déménagement

La plupart des cloisons sont finies. Le sol est encore « à nu ». J’ai commencé à faire des enduits (ou plutôt, à apprendre…) un peu partout dans la maison. Nous emménageons dans trois mois et nous n’avons ni carrelage, ni réellement d’électricité, ni d’eau dans la maison. Il est impératif de ne pas se relâcher !

Les mois de septembre et octobre sont des mois relativement creux : tout le monde est de retour au travail et les volontaires se font plus rares. La famille fait le déplacement un weekend sur deux, mais pour tout le monde la fatigue se fait sentir. En plus, la chape a était réalisée fin septembre et nous devons attendre un certain temps avant de poser le carrelage. Pour compliquer encore plus les choses, nous avons choisi de financer nous-mêmes une partie des travaux, et le poids financier commence à se faire sentir. Nous jouons sur les fins de mois pour commander notre carrelage.

Crédits photo : Photo personnelle

Le carrelage est posé un weekend début novembre, et je profite des vacances scolaires pour faire les joints de carrelage. Les enduits sont en cours et mon mari les ponce au fur et à mesure. Nous passons toutes nos soirées (et une partie de nos nuits) sur notre chantier. Notre maison commence à ressembler à une maison.

Nous recevons l’escalier dans la foulée, un jour où nous ne sommes que tous les deux sur le chantier. Ce moment a été l’un des plus durs pour moi : notre escalier pèse un poids terrible, les livreurs l’ont déposé devant la maison. J’ai cru que je n’allais jamais réussir à porter l’escalier sur les quelques mètres nécessaires pour le faire rentrer dans la maison. Après avoir râlé, pleuré, posé, soulevé, re-posé, re-soulevé, pleuré, fait un câlin à mon mari, pleuré sur son épaule, re-soulevé… nous avons réussi à le poser au milieu de la grande salle. Ouf ! Je suis contente de ne pas être un des quatre hommes qui devra le poser !

Des choix s’imposent

Par manque de temps et de moyens, nous choisissons de nous concentrer sur le rez-de-chaussée, et de faire l’étage plus tard, quand nous aurons emménagé, petit à petit.

Mi-novembre, le poêle à pellets est livré et mis en service ! C’est une grande joie parce que ça veut dire qu’on peut chauffer la maison pour faire sécher tout ce qui doit sécher…

Les dernières semaines sont un tourbillon de stress et de travail jusqu’à pas d’heure ! Nous passons tout notre temps libre sur le chantier, tout en préparant notre déménagement. Je fais des cartons le soir, ou la nuit, pendant que mon mari travaille sur le chantier jusqu’à 2h du matin, puis je vais le chercher sur le chantier, quand il rentre, la maison est envahie de cartons. Nous mangeons une pizza rapidement, puis nous allons nous coucher. Je me lève à 5h30 le matin pour aller au travail. Sur les derniers temps, je craque nerveusement, et le médecin me met en arrêt pour 15 jours qui sont renouvelés deux semaines plus tard… D’autant plus que notre maison est dans cet état là, peu avant le déménagement :

Crédits photo : Photo personnelle

Début décembre, le déménagement est enfin arrivé ! Une semaine avant, nous avons enfin raccordé l’électricité et l’eau. Cela n’a pas été sans mal… ! Le weekend du déménagement, nous n’avons ni cuisine, ni salle de bains dans notre maison. La cuisine sera montée en partie le premier jour : que le fonctionnel, rien de plus. Faute de moyens, nous n’avons pas de douche. Qu’à cela ne tienne, la piscine est en face de chez nous, nous y prenons un abonnement et y allons tous les jours. Mon mari se rase dans un saladier, à côté du robinet de la cuisine, face à un miroir d’appoint. On fait ce qu’on peut pendant deux mois, le temps de financer une douche à l’étage.

Dans un prochain article, je te raconterai la suite… Quand et comment nous avons emménagé l’étage, et comment nous avons terminé le rez-de-chaussée.

Et toi, tu aurais pu envisager une auto-construction ? Tu as fait des travaux chez toi ? Ou tu as tout fait faire ? Les constructions en bois, ça te parle ?

Commentaires

20   Commentaires Laisser un commentaire ?

Madame Fleur (voir son site)

Cela aurait été dommage de ne pas avoir la suite !
Waouhhhh quel boulot, je suis vraiment admirative. Je osé imaginer comme il a dû être difficile physiquement et mentalement de tenir les délais.

le 19/04/2017 à 08h39 | Répondre

Madame Givrée

Merci ! Oui, c’était un boulot de malade et ça a été plus difficile que ce qu’on imaginait de tenir le coup. Heureusement que nous avons eu beaucoup, beaucoup d’aide sinon ça auraient été presque impossible…

le 19/04/2017 à 10h51 | Répondre

Acc

Quelle aventure! Je suis admirative de tous les efforts et les contraintes que vous avez dû surmonter! Bravo!

le 19/04/2017 à 12h39 | Répondre

Nya (voir son site)

Quel chantier titanesque ! Chapeau ! J’adore lire ton compte-rendu. Maintenant que votre maison est finie (ou du moins habitable ?), vous devez être très fiers du chemin accompli.
J’ai ri pour l’épisode de l’escalier… parce qu’il nous est arrivé à peu près la même mésaventure un jour où on a refait notre douche : le socle était incroyablement lourd, pour l’amener du fourgon à chez nous, on a procédé cinquante centimètres par cinquante centimètres… sur cinquante mètres. L’horreur, j’ai cru que mon dos y restait.

le 19/04/2017 à 13h27 | Répondre

Madame Givrée

Merci ! C’était effectivement un sacré défi et un effort de tous les instants. Et je compatis totalement pour le socle. J’ai bien cru qu’on allait devoir laisser notre escalier dehors. J’avais même commencé à envisager l’achat d’une grande bâche qui aurait pu l’envelopper entièrement jusqu’à ce qu’on trouve quelqu’un pour nous aider, c’est dire !

le 19/04/2017 à 20h57 | Répondre

Claire (voir son site)

Ah oui, dit donc, c’est pas rien. Vous avez du courage.
Mon frère se lance dans le construction bois (mais il fait faire une grande partie) j’ai hâte de lire la suite 😉

le 19/04/2017 à 15h07 | Répondre

Madame Givrée

Je vais essayer de ne pas laisser passer trois ans avant la suite, promis! Bon courage à ton frère, même quand on fait faire une grande partie, c’est toujours un peu angoissant de se lancer dans une construction.

le 19/04/2017 à 20h59 | Répondre

Marion

Comme je comprends et compatis ! Nous avons refais à neuf notre appartement acheté un 13 juillet, avec un emménagement prévu le 1er août. Nous avons terminé le gros des travaux … le 17 décembre. Le planning a été plus que sportif et nous avons avalé des kilos de poussière de toutes les couleurs pendant 6 mois …
Mon mari a également fait tout le gros œuvre lui-même : abatage et remontage de murs, plomberie, électricité, … Je connais bien ce sentiment d’imposture que tu décris. Je travaillais la journée alors que mon mari avait mis la création de sa boîte en stand-by pour pouvoir faire tous les travaux. Je me mettais au ponçage/nettoyage/peinture le soir en rentrant.
Nous avons totalement disparus de la circulation pendant tout ce temps et nous avons refais surface pour la pendaison de crémaillère en décembre.
Notre couple a bien failli exploser en vol d’ailleurs …
Je te rassure, il manque encore quelques finitions, mais on a mis tout ça de côté jusqu’à cet été et un nouveau chantier, avec la chambre de bébé.
Désolée pour le pavé, mais c’est encore tout frais dans ma mémoire 😉

le 19/04/2017 à 17h18 | Répondre

Madame Givrée

Ah mais non, j’adore les pavés au contraire ! Vous avez été super courageux, et bravo pour l’avancée des travaux, vous avez super bien bossé. 5 mois c’est rapide, même s’il reste des finitions (je crois que ça ne s’arrête jamais de toute façon) Je ne sais pas trop pourquoi, mais mon mari et moi n’avons jamais envisagé la rénovation, ça nous faisait beaucoup plus peur que de construire tout du début à la fin. Du coup j’admire les gens qui se lancent là dedans. C’est vrai que la période de travaux, et l’isolement et le manque d’argent qu’ils engendrent, c’est difficile pour le couple. Je suis contente que tout aille mieux pour vous en tout cas 🙂

le 19/04/2017 à 21h05 | Répondre

Tamia (voir son site)

Quel joli projet ! C’est un travail de titans que vous avez réalisé ! Chapeau !
Nous avons envisagé cette option avant de trouver notre maison que nous rénovons… Bon quelques soucis de timing plus tard (une petite fille s’est invitée à la partie, la signature décalée, le déménagement catastrophique, les mauvaises surprises dans la cuisine…), nous sommes en plein dans les travaux et avons hâte d’en voir le bout !
Hâte d’en savoir plus sur les finitions et les choix que vous avez fait pour aménager l’étage !

le 19/04/2017 à 22h26 | Répondre

Madame Givrée

Merci ! Je dois avouer que maintenant que c’est fait… je n’ai aucunement l’intention de recommencer un jour :D. Je pense qu’il faut une certaine dose d’inconscience pour se lancer dans un tel projet.

Vous avez une idée de quand les travaux seront finis? Ou en tout cas, quand vous aurez atteint un point acceptable? Il y a toujours des imprévus dans ce type de projet mais je crois que le plus difficile, c’est de ne pas en voir le bout et d’être bloqué avec l’impression que ça n’en finira jamais, justement.

Je vous souhaite de terminer dans un délai qui vous convient 🙂

le 20/04/2017 à 11h22 | Répondre

Tamia (voir son site)

Pour être honnête, nous avons tellement de projets/d’envies pour l’aménagement de la maison que je ne suis pas sûre qu’elle sera vraiment finie un jour 😂.
Par contre, on voudrait avoir fini la rénovation du rez-de-chaussée pour la rentrée de septembre. Il nous reste 2 gros chantiers : la cuisine à terminer et les salles de bains. Les autres pièces sont « juste » à peindre et aménager. Pour l’étage tout est à faire, les anciens propriétaires ne l’avaient pas exploité, donc on va se laisser quelques temps pour souffler avant de se lancer dans cette nouvelle tranche (et pour remettre les finances à flot😉 ).
Effectivement il faut une dose d’inconscience pour se lancer… Mais qu’est-ce qu’on est satisfait quand c’est terminé !

le 21/04/2017 à 07h49 | Répondre

madame Fushia

Un grand Bravo pour votre joli projet ! Ici nous n’avons pas fait construire mais rénové un atelier de menuiserie… ou il n’y avait ni eau ni Electricité. Nous avons eu les clés un samedi matin et à 14h les travaux commencés. Nous avons commencé la rénovation en octobre 2011 et nous y sommes installés courant mai 2012. Quand je te lit, ça me rappelle des souvenirs, passer son temps sur le chantier parfois dans le froid, souvent à lampe torche. Se réveiller en plein milieu de la nuit pour calculer si on a commandé assez de matériaux, si financièrement ça va passer. En plus de vous, notre maison est un peu « tout de travers », la joie de la rénovation, donc en plus on ne pouvait pas faire toujours comme on le voulait, mais souvent comme on le pouvait….

Par contre contrairement à vous, nous avions un groupe électrogène sur le chantier ce qui nous a permis de mettre un micro-onde est de manger chaud. Je préparais la veille un bon plat, histoire de réchauffer les troupes et les muscles !

Mon souvenir du moment le plus compliqué, c’est quand notre baie vitrée est arrivée… (oui oui nous posions les fenêtres tout seul aussi) et elle était plus grande que l’ouverture du mur. j’ai du tenir la baie vitré sans bougé (elle était trop lourde pour être posées) pendant que mon mari creusé le sol …. on y a laissé pas mal de litre de sueur.
Contrairement à vous, nous avons continué à sortir mais vraiment rarement histoire de se changer un peu les idées.
Ps : pour la petite anecdote, juste après avoir signé pour l’achat de la maison nous avons vu une émission sur les couples qui se séparent âpres un tel projet ça nous avait fait flippé!

Au final je suis très heureuse d’avoir cette maison, elle est loin d’être finie mais elle est unique et magnifique. Je suis si fière de mon mari. Mon beau père nous as aussi énormément aidé.

le 20/04/2017 à 11h57 | Répondre

Madame Givrée

Merci pour ton retour ! Vous avez l’air d’avoir abattu une sacrée dose de boulot en relativement peu de temps, bravo à vous !

le 20/04/2017 à 15h46 | Répondre

MlleMora

bravo pour la persévérance, le courage, l’endurance. Ca a dû être difficile à vivre, mais à présent quelle fierté d’avoir conçu et construit votre maison vous-mêmes !!

le 24/04/2017 à 15h31 | Répondre

Madame Givrée

C’est vrai que nous sommes très fiers de dire que nous avons fait notre maison nous-mêmes, mais aussi très conscients que ça n’aurait pas été possible sans toute l’aide qu’on a reçue! Je reviens toujours avec ça mais c’est parce que je ne veux pas donner de fausse impression: l’aide que nous avons reçue a été cruciale et déterminante.

le 26/04/2017 à 12h15 | Répondre

Miss Chat

Hé bien ça valait la peine d’attendre autant pour avoir la suite de ton récit !! J’ai eu l’impression de lire un thriller hihi. Ce qui se dégage le plus de ton article, c’est quand même ce travail de titans que vous avez fourni et l’investissement énorme qu’une construction menée vous-mêmes représente ! C’est tout simplement impressionnant !
En comparaison, nous sommes des petits joueurs : nous faisons construire une maison clé sur porte par un promoteur immobilier dans le cadre d’un grand projet résidentiel. Autant dire le niveau zéro de l’acquisition d’une maison 😉

le 26/04/2017 à 11h41 | Répondre

Madame Givrée

Ah non, c’est le niveau 100 ! Vous allez avoir votre propre maison, c’est génial :). Et ça reste un stress énorme, on l’a vu autour de nous, les personnes qui ont fait construire du clé en mains n’ont pas nécessairement été moins angoissées que nous.

Merci pour ton commentaire, c’était effectivement un énorme investissement, et un sacré pari…

le 26/04/2017 à 12h14 | Répondre

Madame Rêveuse

Ah oui d’accord ! Quand j’ai lu ton premier article sur le sujet, je n’avais pas compris que vous construisiez votre maison vous-mêmes ! Alors bravo pour votre courage, votre persévérance et pour le résultat !
J’ai un copain qui a construit sa maison (béton) et il en a ch*** aussi, mais il a économisé 50.000€. Avec le recul, même s’il est fier, il dit qu’il ne le refera jamais, car il y a laissé des plumes (santé), et ça ne valait pas le coup pour 50.000…
Du coup ça nous a bien refroidi, et nous on passe par un constructeur. On a décidé quand même de faire les finitions nous-mêmes (préparation murs et plafonds, peinture, sols des chambres, pose cuisine et meuble SdB), ce qui représente une économie substantielle mais aussi pas mal de travail ! La maison nous sera livrée fin juillet et on espère avoir fini pour la rentrée de septembre (sachant que certains travaux peuvent être faits avant la livraison de la maison, puisqu’on aura les clés). Hyper hâte !

le 03/05/2017 à 19h10 | Répondre

Madame Givrée

Je viens de voir ton commentaire !
C’est vrai que quand je dis qu’on a construit notre maison en bois, les gens ont tendance à croire qu’on a fait construire. Il faut que je fasse attention à ma façon de m’exprimer :).
On n’a jamais vraiment calculé combien on avait gagné par rapport à une construction clé en main. On devrait le faire, ça pourrait être intéressant. Après, oui, c’est dommage d’y laisser la santé…
Je te souhaite plein de bonheur (et de jolis travaux) dans votre future maison !

le 13/10/2017 à 19h32 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?