Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Le Japon, hors des sentiers battus


Publié le 22 octobre 2019 par Azu

Avec mon mari, nous faisons partis de cette espèce de touristes pas si rare qui n’aime pas les autres touristes. C’est paradoxal puisque nous sommes nous-même des touristes, je sais.

Toujours est-il que lorsqu’on voyage, on essaie toujours de trouver des lieux qui sortent des sentiers battus pour visiter le pays tranquillement, et le Japon, ou nous sommes allés plusieurs fois déjà (oui nous adorons le Japon, cela fera surement l’objet d’autres chroniques, j’ai tellement de choses à te raconter dessus !), n’échappe pas à la règle.

Crédit photo : photo personnelle

Le majestueux Mont Fuji

Partir hors saison

Nous n’avons pas toujours eu l’occasion de partir hors saison au Japon, mais quand la possibilité s’est présenté, nous sommes partis entre mai et juin, juste après la saison du Hanami (les cerisiers en fleurs ) et juste avant la saison estivale. Du coup, non seulement le transport était moins cher, mais c’était aussi le cas des logements. Bien sûr, il ne faut pas rêver, il y a quand même des touristes au Japon pendant cette période, mais on arrive à visiter des coins déserts surtout en jouant avec les horaires.

Se lever tôt, voire très tôt

Pour être tranquille, que ce soit en haute ou basse saison, au Japon, il n’y a pas de secrets, il faut se lever tôt, voire même très très tôt pour avoir le privilège de visiter les lieux de manière solitaire. Mais ça en vaut vraiment le peine, car il n’y a rien de plus merveilleux que de parcourir les chemins déserts sous les toris du temple Fushimi Inari, même si se lever à 5 h du matin pique un peu. On est d’autant plus heureux lorsqu’on se retrouve au temple principal d’où partent tous les chemins et que l’endroit est déjà bondé de touristes à 9 h du matin.

Crédit photo : photo personnelle

Fushimi Inari, 5 h du matin, sans croiser (presque, car oui il y a quand même des gens à cette heure-ci) personne (pratique pour une demande en mariage ! et tu te dis, ça sent le vécu ? oui ça sent le vécu 😉 ).

Prendre le chemin juste à côté du sentier battu

Au Japon, il n’y a rien de plus simple pour s’éloigner de la foule de touristes, il suffit souvent de parcourir deux trois rues pour se retrouver plonger dans la vie japonaise. Cela nous a énormément marqué à Tokyo avec mon mari. Nous nous sommes rendus au temple Asakusa pour un matsuri (fête de quartier), et dans ce cas-là, les habitants de chaque quartier d’Asakusa passaient la journée à transporter un autel sur leurs épaules avant de se rendre au temple. Autant te dire qu’au temple Asakusa, il y avait beaucoup de monde, touristes et japonais mélangés. Tellement, qu’on pouvait à peine se déplacer. Un peu refroidi par la scène, on est partis se balader quelques rues plus loin et nous sommes tombés par hasard sur plusieurs acheminement d’autels et une foule de japonais. Mais pas l’ombre d’un touriste occidental. Cela a été un vrai plaisir de pouvoir vivre ce moment parmi eux. Et pourtant nous n’étions vraiment pas loin du temple, mais dès qu’on s’éloigne des points d’intérêts, la majorité des touristes disparaissent car ils n’explorent pas au-delà. Parfois, je trouve ça bien dommage car ils ratent énormément de choses, mais finalement c’est une chance pour nous aussi.

Crédit photo : photo personnelle

Le temple d’Asakasu à Tokyo, noir de monde pour son matsuri traditionnel.

On a aussi eu cette expérience à Kyoto en visitant la forêt de bambous d’Arashiyama. Il faut savoir que la forêt n’est qu’une petite partie de ce que le lieu a réellement à proposer, c’est-à dire une dizaine de temples boudhistes et shintoïstes. C’est en se rendant dans un de ces temples, qui abrite notamment des milliers de statues de boudha, qu’on a découvert une autre partie de la bambouseraie, sans personne… alors que pour prendre une photo d’une allée sans personne dans la bambouseraie principale c’est juste impossible. On était ravis de notre découverte et pas peu fiers d’avoir finalement marcher autant.

Crédit photo : photo personnelle

Le temple aux 8 000 statues boudhiques Adashino Nenbutsuji à Arashimiya (Kyoto), loin de la masse grouillante des touristes.

Bref, parfois il suffit juste de continuer la route ou de prendre celle en parallèle pour découvrir des petites pépites loin de la horde touristique.

Éviter le circuit standard japonais

Si tu n’es jamais allé au Japon, sache qu’il y a un circuit très standardisé pour « visiter » le Japon en 10-15 jours (hérésie ! hurle mon cerveau) : Tokyo-Kyoto-Hiroshima sur Honshu (l’île principale du Japon).

Donc, à partir du moment où tu décides d’explorer les autres îles du Japon, tu seras en-dehors du circuit traditionnel et tu croiseras donc bien moins de touristes. C’est comme ça que la première fois que nous avons voyagé au Japon ensemble avec mon mari (oui car monsieur y était déjà allé une première fois entre amis), nous avons pu passer la première partie de notre voyage sans croiser, ou presque, de touristes occidentaux. Nous avions décidé de nous rendre sur Kyushu, l’île la plus au sud du Japon. Et nous nous sommes rendus encore plus au sud de ça, car nous avons été passer quelques jours sur Yakushima, une île où il pleut 35 jours par mois… oui, par mois. En fait c’est une île où pleut tous les jours (mais pas forcément toute la journée, ouf), c’est très humide. Pas très attrayant dit comme ça, mais ça devient beaucoup plus intéressant quand on sait que ce sont les paysages de cette île qui ont inspiré à Miyazaki le dessin animé Princesse Mononoke.

Crédit photo : photo personnelle

Forêt de Shiratani Unsuikyo à Yakushima, 3h avant l’arrivée d’un typhon (idéal pour ne croiser personne en rando, pour info nous avions un guide, on n’est pas fous haha).

Lorsqu’on choisit cette option, il y a quand même bien sûr le risque de se retrouver au milieu de nul part avec des Japonais incapables de parler anglais, true story. Mais au final, quoiqu’il arrive il y a toujours moyen de se faire comprendre et obtenir ce que l’on souhaite. Les Japonais sont d’ailleurs ravis de voir des touristes s’enfoncer aussi loin dans leur pays, et c’est un vrai plaisir d’échanger avec eux quand c’est possible.

Bref, visiter le Japon sans touriste c’est possible, il suffit juste d’être curieux. Et toi as-tu d’autres astuces pour éviter les autres touristes en voyage ? Raconte !

Commentaires

9   Commentaires Laisser un commentaire ?

Maud (voir son site)

Magnifiques ces photos ! Mon mari rêve de refaire un voyage au Japon (moi je n’y suis jamais allée) alors tes séries d’articles sur ce pays nous intéressera grandement 🙂

le 22/10/2019 à 07h14 | Répondre

Azu

J’ai déjà plusieurs chroniques en prévision sur le Japon ! J’espère qu’elles vous plairont ! 🙂

le 22/10/2019 à 13h38 | Répondre

Raphaelle

Nous aussi on desteste croiser d’autres touristes haha! Je suis allée au japon en juin, et j’ai fait le fameux circuit classique dont tu parles, mais je dois dire qu’en dehors de certain endroits bien spécifiques (comme le temple de la photo, le musée ghibli ou le temple d’or à kyoto ) on croisait rarement des occidentaux au final. Beaucoup de touristes japonais par contre mais ça je trouve que ca a son charme 🙂 !!

le 22/10/2019 à 08h30 | Répondre

Azu

Attention à ne pas confondre avec les touristes chinois, car il y en a beaucoup aussi. Et perso, j’ai du mal à les supporter, quand je vois leur comportement je comprends mieux pourquoi la Chine leur donne des leçons de comment se comporter quand ils sont à l’étranger XD
Je ferai peut-être une chronique sur les différents types de touristes haha.

le 22/10/2019 à 13h42 | Répondre

Raphaelle

Aha je vois bien ce que tu veux dire, mais c’etait essentiellement des japonais au vu de la langue, on a notamment croisé d »innombrables ecoliers en excursion, en adorables uniformes 🙂

le 23/10/2019 à 18h19 | Répondre

Madeleine

Ah, le Japon, le rêve. Tes remarques sont juste pour d autres pays, comme les Etats Unis. Qd tu sors du parking des gds parcs nationaux, y a plus un américain en vue !! Juste qq grizzlis…

le 22/10/2019 à 09h13 | Répondre

Azu

C’est vrai que ce sont des conseils très transposables quand j’y pense. La différence majeure c’est qu’au Japon (et en Asie en général en fait), tu remarques tout de suite les touristes occidentaux, forcément ^^

le 22/10/2019 à 13h44 | Répondre

Maye

J’habite au Japon et je passe mes weekend a arpenter ma région dans tous les sens. Autant dire que je suis loin des sentiers des guides touristiques. Par contre ça me fait toujours rigoler quand on me parle de sortir des sentiers battu ou de trouver des lieux peu touristique. Tu fais bien la différence dans ton article donc je ne te blâme pas toi, mais clairement trouver un endroit touristique au Japon c’est peine perdue ! Les japonais adorent visiter ils sont absolument partout. Mais je pense que les gens cherchent plutôt des endroits sans touriste étrangers comme tu le précise. En tout cas ça me fait bien rigoler !

le 23/10/2019 à 23h09 | Répondre

Jeanne

Nous partons en famille (avec deux petits enfants
)en automne prochain. Mon mari connais Kyoto et sa région (il y a passé deux mois avant de me rencontrer). Je suis pressée de lire tes futures chroniques sur le sujet!

le 25/10/2019 à 14h56 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?