Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Colore ta vie


Publié le 19 octobre 2016 par Colore la vie

Aujourd’hui, je veux me relancer dans l’écriture et partager ce que j’écris avec d’autres. J’ai donc décidé de m’inscrire pour publier mes billets. S’est alors posée la question : quel sera mon surnom ?

Je me présente, je suis une jeune femme de 27 ans, kinésithérapeute, fille de professeurs de lycée, sœur, tante de deux merveilleuses petites filles, marraine de la plus jeune… et tant d’autres titres sociaux ! Mais, en vrai, je suis qui ? En dedans ? Quel surnom me définit le mieux ?

Je pourrais trouver un jeu de mots sympa, un mot qui me plaise, un nom qui me rappelle un souvenir heureux… Rien ne vient. Je ne pense pas que l’on puisse se définir sur un trait de caractère, une qualité, une chose que l’on aime/déteste.

Par contre, j’ai des principes, des lignes de conduite, des mouvances d’esprit. Parfois, elles sont temporaires, mais d’autres me suivent depuis que ma mémoire commence.

Alors, j’ai juste envie de me définir selon un principe : colore la vie. C’est l’un des principes qui me tiennent à cœur depuis que je réfléchis, depuis que j’ai eu mal, depuis que j’ai connu de grands bonheurs.

Choisir de voir le positif

Crédits photo (creative commons) : Steven Gerner

Colore ta vie, physiquement et métaphoriquement parlant, porte des couleurs, souris, marche la tête haute, pleure, crie, ris et chante à tue-tête, aie froid, aie chaud, sois effrayée, pleine d’assurance, remplie de doutes et de confiance. Je pourrais te donner plein d’autres exemples, mais je pense que tu as compris l’idée.

Colore ta vie, ce n’est pas sois heureuse, éclabousse les personnes qui t’entourent du soleil intérieur qui t’illumine et transforme tout ce que tu touches en or. Non, colore ta vie, c’est vis-la à fond. N’accepte pas la tiédeur. Accepte la vie, embrasse-la de tout ton corps, vis ce que tu vis sans arrière-pensées.

Je suis persuadée que la Vie se charge de ne nous imposer que les épreuves que nous pouvons surmonter pour nous faire évoluer, nous faire atteindre un état dont nous n’entrevoyons peut-être pas l’utilité. Je suis persuadée que la Vie nous fait rencontrer les personnes dont nous avons besoin, au moment où nous sommes en mesure de les comprendre. Je suis persuadée que des occasions sont mises sur notre chemin et qu’il nous appartient de décider de les prendre ou non. Notre vie nous appartient, le bonheur se construit, à nous de faire de notre vie ce que nous voulons qu’elle soit.

Mon ex-compagnon a été très malade, un cancer qui lui a valu une opération, une chimiothérapie, une aplasie médullaire, une embolie pulmonaire. Et ce n’est que la partie médicale, car il y a eu les dégâts humains, psychologiques, qui sont majeurs également. Pendant des mois, nous n’avons vécu qu’à travers des chambres d’hôpital sentant le désinfectant, parfois sans avoir le droit de nous toucher ou de nous embrasser, nous avons eu des suées à chaque prise de sang, des pleurs à chaque nouvelle mauvaise nouvelle.

Mais aujourd’hui, qu’en est-il ? Aujourd’hui, j’ai de nouveau confiance en la Vie. Nous avons traversé cette épreuve à deux et, même si nous ne sommes plus ensemble, je serai toujours fière d’avoir été à ses côtés, d’avoir pu l’aider à vivre cette période de sa vie. Évidemment, nous avons changé, nous ne sommes plus aussi insouciants, mais ce n’est pas une mauvaise chose. Nous avons grandi.

J’ai eu une période où nous ne mangions rien que je n’avais contrôlé, surveillé, cuisiné, où tout l’aluminium de la maison a disparu, où je regardais toutes les émissions qui parlaient du stress de notre époque et où je me suis renseignée pour des cours de yoga, QiGong ou autre relaxation. Puis, j’ai respiré, j’ai pris du recul et j’ai compris.

Je ne comprends pas pourquoi nous avons vécu ça ensemble, mais j’ai compris que certaines réponses ne viendraient que bien plus tard, ou peut-être jamais. J’ai compris que la vie était encore plus belle maintenant que je connaissais l’envers du décor. J’ai compris comme l’amour était doux quand nous pouvions le partager. J’ai compris que je voulais des enfants après avoir entendu que nous n’avions pas le droit d’en avoir.

Cette expérience nous a bouleversés. Et je ne regrette rien. Nous ne sommes plus ensemble. Tant pis. Nous avons vécu, j’ai grandi et si demain, je rencontre un jeune qui souffre d’une situation semblable, je pourrai peut-être trouver les mots pour le rassurer.

J’accepte le diagnostic, l’attente, les traitements, l’attente, les tests continus, la peur, l’abandon, les joies éphémères. J‘accepte la maladie et aujourd’hui, j’avance. J’accepte la séparation, l’annulation de tout ce qui avait été commandé pour le mariage, et j’avance.

Colore ta vie. Prends le beau et mets-le dans un coin de ta tête pour te le repasser. Prends le mauvais et accepte d’avoir mal quand il resurgit. Il y a tant de vie à faire sur cette terre !! Des vies posées, des vies téméraires, des vies de travail, des vies de famille, des vies de couple, des vies de célibataire ! Tant de vies et une seule personne ! Tu vivras la vie que tu te seras choisie ! Le must ?? Si véritablement elle ne te plaît plus, changes-en ! Prends ce qui constitue tes racines et recommence.

Attention, ça se joue aussi dans l’autre sens. Tu ne seras pas seule décideuse de ta vie, tu seras aussi tributaire. Si l’homme que tu as choisi décide un jour qu’il veut tout quitter, tu seras seule sans que ce ne soit ton choix. Mais il t’appartiendra de faire de cet abandon une plaie béante ou une plaie souvenir.

Regarde un bébé. Un bébé découvre, s’émerveille de tout, se fatigue à tourner autour d’une araignée pendant une heure. Prends exemple sur lui, recommence à t’étonner, à lever les yeux, à trouver de la nouveauté et donc de la beauté dans ce que tu vois, même sur le trajet de l’autobus le matin.

Ce principe-là sera mon surnom : Colore la vie.

Et toi ? Tu as vécu des choses difficiles dans ta vie ? As-tu réussi à les surmonter et à en tirer des enseignements positifs ? Quelle est ta philosophie de vie ? Viens nous raconter !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Commentaires

31   Commentaires Laisser un commentaire ?

Mme Alenvers

Merci pour ce très beau billet! je partage tout à fait ton point de vue. Je n’ai pas partagé les même difficulté que toi mais je sais que tôt ou tard j’en aurais sur mon chemin et je m’y prépare. Comme tu le dis si bien on choisit la vie et la route que l’on souhaite avoir, on peut voir le verre à moitié vide ou a moitié plein, le contenu reste le même au final alors autant le voir à moitié plein 🙂

le 19/10/2016 à 08h51 | Répondre

Colore la vie

C’est exactement ça. Et je ne pense pas qu’il faille de grosses difficultés, je pense que même ce qu’on peut qualifier de « broutilles » quotidiennes en sont des exemples! Le verre est toujours là 🙂

le 19/10/2016 à 09h24 | Répondre

Madame D

J’aurais pu être Mme Optimiste !
Je pense beaucoup comme toi a la différence que je ne pense pas que la vie soit comme un destin. Je pense qu’il y a beaucoup de hasard et notre possibilité et envie d’en faire quelque chose.

le 19/10/2016 à 09h40 | Répondre

Colore la vie

Oh je ne voulais pas dire que la vie nous trace un destin, seulement qu’elle met des opportunités sur notre chemin ou des chances de provoquer ces opportunités et que nous avons à décider ce que nous en faisons. Je suis assez mal à l’aise avec l’idée qu’un destin puisse être écrit pour chacun d’entre nous et que, de fait, nous soyons dépossédés de l’avantage de faire ce qu’on veut de soi… Après, je devrais utiliser plus le « je » pour cette partie car beaucoup de mes connaissances se disent rassurées de savoir que la réussite (basée sur quels critères d’ailleurs?? à réfléchir aussi.. 😉 ) ou l’échec de leur vie ne leur incombe pas totalement! Bref, tout ça pour dire que je suis d’accord avec toi sur ce point

le 19/10/2016 à 10h09 | Répondre

Lisa

Quel magnifique article ! Je t’admire, merci de nous donner toutes ces belles couleurs, cette positive attitude qui va venir colorer notre journée 😀 J’essaie d’être positive, de toujours aller de l’avant, j’aime cette idée que l’on peut choisir sa vie, faire ses propres choix et avancer dans les directions que l’on souhaite. De même que bien souvent, on sort grandit par les épreuves que l’on traverse alors autant les accepter plutôt que de sombrer. Je crois qu’il faut réussir à garder toujours espoir, confiance en la vie, qu’après la tempête, le soleil finira toujours par revenir. Je vais prendre encore plus exemple sur toi, afin de sourire encore plus à la vie. Il me manque parfois de l’audace et de la confiance afin d’accomplir certaines choses dont je n’ose pas. Et pourtant, lorsqu’on a la santé, un toit, de quoi manger, on ne rend pas toujours compte de la chance que l’on a, on souhaite toujours plus, on court après la vie et on ne profite pas assez des moments présents. Alors merci pour ce rappel et ce partage. Je te souhaite le meilleur à venir et une vie tout en couleurs 🙂

le 19/10/2016 à 10h22 | Répondre

Colore la vie

Le soleil revient oui, pas forcément sous la forme ou dans les circonstances prévues mais il revient! Restons positives!! 🙂

le 19/10/2016 à 23h01 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

C’est un très bel article. Plein de bonnes choses et qui positive.
Cela me donne à réfléchir !
Reviens quand tu veux !!!

le 19/10/2016 à 11h06 | Répondre

MlleMora

Très bel article plein de couleurs justement.
Je suis assez d’accord avec toi, cependant lorsqu’on est dans l’épreuve, dans la souffrance, c’est vraiment difficile d’arriver à prendre le recul pour continuer de mordre la vie. Mais je sais qu’à l’issue des épreuves, on ressort grandi et capable de voir les choses différemment. Il faut supporter les tempêtes, et ce sont les instants de bonheur qui nous permettent de les passer sans nous noyer. Les tempêtes font partie de la vie, et la colorent aussi, oui.

le 19/10/2016 à 11h57 | Répondre

Colore la vie

MlleMora, oui ça paraît sans nul doute utopiste de se dire « rions même si j’ai le coeur en lambeaux » car à un moment, on veut juste tout envoyer bouler et qu’on nous fiche la paix. Et que continuer à sourire, c’est parfois très difficile. et pourtant, un sourire, j’en reste persuadée, peut faire plus de bien qu’un cachet de morphine ou qu’un verre d’alcool. J’espère que ce n’est pas ton cas en ce moment mais si ça l’est, courage à toi

le 19/10/2016 à 23h08 | Répondre

Madame Zou (voir son site)

Très joli billet 🙂 Je me retrouve dans beaucoup de tes paroles. Je suis assez fataliste et moi aussi, je crois aux rencontres, aux choix de vie que l’on fait. Cela m’aide à accepter certaines épreuves et a être heureuse. Et puis, être lumineuse, sourire, se réjouir de petites choses… c’est aussi communicatif pour l’entourage !

le 19/10/2016 à 11h59 | Répondre

Marina

Très bel article sur le fond, mais très belle écriture aussi, merci 😉 je partage cette philosophie aussi, j’en avais parlé là https://www.sous-notre-toit.fr/comment-le-chagrin-et-la-peur-mont-fait-grandir-et-donne-la-maturite/
J’aime bien cette idée que notre vie c’est ce qu’on en fait. La chance, c’est celle qu’on sait provoquer, et pas celle du hasard.
Mais malheureusement aussi, c’est plus facile de voir la vie comme çà quand on naît dans une famille aimante, structurée, et qu’on dispose d’un minimum de ressources pour vivre, étudier et se cultiver correctement… La résilience des personnes qui viennent d’un milieu carencé existe bien sûr… mais partir avec un bon capital de départ donne plus de chance de savoir « colorer la vie »…

le 19/10/2016 à 13h20 | Répondre

Colore la vie

Marina, c’est vrai, il est certainement plus simple de voir la vie dans ce sens lorsque l’on part avec certaines cartes en main.. Comme celle de pouvoir choisir

le 19/10/2016 à 22h41 | Répondre

augustine

Bonjour « colore ta VIE »
J’aime ta définition car je suis tout à fait d’accord avec tout ce que tu as écrit….Notre vie nous la créons et si nous la regardons EN COULEUR!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! nous

le 19/10/2016 à 15h40 | Répondre

Lise

Je suis 100% d’accord avec cet article… et sur le fait de colorer sa vie. Notre vie, c’est ce qu’on en fait, et si elle ne nous plait pas/plus, il ne tient qu’à nous d’en créer une nouvelle de toutes pièces ! Bien sûr, il y a les impondérables, les quelques petites choses qui n’étaient pas prévues au programme, et alors ? La vie continue…
Au départ, en lisant cet article, je me suis dit « ouais, bon, chouette… mais quand on a une vie facile où tout roule comme sur des roulettes, c’est tellement simple de dire qu’il faut colorer sa vie ! ». Et puis, non, bien évidemment. J’ai lu la suite, et par le plus grand des hasards nos expériences de vie se ressemblent beaucoup, énormément même. On a exactement le même âge, et moi aussi, mon amoureux a eu un cancer. Opération, des mois de chimio intensive, plusieurs semaines d’hospitalisation. Bref, le super combo. Au début, je me suis effondrée, c’était trop dur. Et puis j’ai réagi : ok, c’est pas cool, mais ma vie, elle n’est pas si pourrie que ça. Ma vie, elle est plutôt cool finalement, et je crois que je ne l’échangerais pour rien au monde. Le cancer, c’est une sacrée épreuve que je ne souhaite à personne de traverser, mais ça a pas mal modifié ma vision de la vie. J’avais déjà tendance à voir le verre à moitié plein, mais maintenant je le vois encore plus plein qu’avant.
Et pourtant… Contrairement à toi, je suis toujours là-dedans : on pensait en être sortis, mais apparemment tout n’est pas fini.
En fait, la vie, c’est comme une immense partie de jeu vidéo : tant qu’on n’est pas mort, rien n’est encore perdu.

Je me reconnais pas mal également dans la frénésie de tout vouloir contrôler niveau alimentaire et stress : je suis passée par cette période également, on parle tellement de l’influence de l’environnement sur le cancer (et puis, perso, j’ai fini par laisser tomber : autant se faire plaisir avec ce que l’on mange).
Quant au « j’ai compris que je voulais des enfants après avoir entendu que nous n’avions pas le droit en avoir » : ah, mais tellement ! Moi qui ne voulais pas d’enfants, le fait de m’avoir dit que ce ne serait peut-être pas possible d’en avoir naturellement, d’avoir vécu l’expérience du CECOS et compagnie, ça m’a fait réaliser que je n’étais peut-être pas si sûre que ça de mes positions, bien au contraire.

Et pour répondre à MlleMora : Je crois que c’est justement pendant les épreuves qu’il est le plus important de réussir à colorer sa vie. C’est ce que j’essaie de faire au quotidien, en tout cas ;-).

PS : Je te laisse mon mail avec mon pseudo, si jamais tu veux communiquer en privé, ma boîte mail t’es ouverte.

le 19/10/2016 à 16h03 | Répondre

Colore la vie

Lise, je ne sais pas récupérer ton mail, je suis pas très douée encore avec le fonctionnement du site…

le 19/10/2016 à 22h58 | Répondre

Camille

Il n’y a pas de moyen de voir l’email d’un autre utilisateur, par contre vous pouvez m’envoyer un mail à moi (redaction@sous-notre-toit.fr) si vous souhaitez toutes les deux être mises en contact, et je passera l’email de l’une à l’autre.

le 20/10/2016 à 09h19 | Répondre

Flora (voir son site)

Coucou, Bienvenue dans la communauté SNT!
Je partage ta philosophie, je pense qu’on ne choisit pas ce qui nous arrive, mais ce qu’on fait avec est à nous. Je suis aussi persuadée que rien de ce qui pourrait nous arriver n’est au dessus de nos forces et ça aide beaucoup à affronter les pépins je trouve. Si les autres arrivent à vivre malgré ça pourquoi pas moi !
Alors chez moi aussi c’est Technicolor et je ça me fait plaisir de lire un article si coloré ! Merci 🙂

le 19/10/2016 à 16h40 | Répondre

Colore la vie

Merci Flora pour l’accueil! 🙂

le 19/10/2016 à 22h44 | Répondre

Tamia (voir son site)

Bienvenue dans la communauté !
Ton article est très bien écrit et rappelle que la vie est pleine d’imprévus, mais que nous sommes les acteurs de nos choix ! Merci 😉

le 19/10/2016 à 18h33 | Répondre

Colore la vie

Merci Tamia, c’est ça, nous sommes des acteurs!

le 19/10/2016 à 22h45 | Répondre

Magali

Article très émouvant, il m’a vraiment touchée au coeur… Je pense un peu la même chose que toi… Comme toi je refuse ce qui est tiède et l’entre-deux… Que les souffrances sont aussi « bonnes » que les joies, même quand elles paraissent très difficiles… Mais c’est facile à dire pour une personne comme moi qui n’a jamais eu d’épreuve majeure… Bravo pour cette belle leçon d’optimisme qui fait chaud au coeur, vivre sa vie à fond, l’étreindre, coûte que coûte… Vraiment une belle déclaration d’amour de la vie
Je te souhaite une vie haute en couleurs 🙂

le 19/10/2016 à 20h37 | Répondre

Colore la vie

A mon tour de te souhaiter d’être bien entourée toute la vie!! 🙂

le 19/10/2016 à 22h51 | Répondre

Claire (voir son site)

J’aime beaucoup ta vision des choses. J’ai hâte de lire tes prochains billets !

le 19/10/2016 à 21h52 | Répondre

Colore la vie

Merci à toutes pour votre accueil! Pour moi qui craignais un peu d’exposer mon jardin secret, c’est une joie de lire ces commentaires encourageants! 🙂

le 19/10/2016 à 22h53 | Répondre

Cacy

Désolée d’aller un peu à l’encontre des commentaire mais ton texte m’a dérangé. Ce n’est pas tant que je sois d’un avis contraire au tien, mais il y a plusieurs détails qui me gênent.

C’est d’une part le fait que le titre soir Colore Ta vie et pas colore La ou Ma vie (contrairement à ton pseudo) et que plusieurs des phrases aient résonné à mes oreilles comme des directives / des ordres. C’est ta philosophie de vie et tu peux penser que c’est la meilleure mais tu ne peux pas l’imposer à tes lecteurs. Tu peux les informer, leur suggérer ou leur souhaiter de te suivre mais pas plus. Chacun suit son chemin.

C’est aussi parce que ta phrase « Je suis persuadée que la Vie se charge de ne nous imposer que les épreuves que nous pouvons surmonter pour nous faire évoluer » me rappelle les propos des religieux sur le destin et la volonté de leur dieu. Alors que je pense personnellement que l’on est maître de sa vie, de ses choix mais que certaines épreuves sont intolérables ou incompréhensibles et ne devraient pas arriver. Je ne pense pas que la perte d’un enfant puisse avoir du sens par exemple. Bien sûr il faudra tout faire pour s’en relever car notre vie continue mais ca n’aurait jamais dû arriver.

Et enfin, c’est parce que je ne vois pas dans ton texte (peut être parce qu’il est trop court) de volonté de se battre contre les épreuves qui nous arrivent mais plutôt une sorte de résignation et une façon d’essayer d’y voir quelque chose de positif. C’est peut être une mauvaise interprétation de ton texte mais ce sont tes phrases « j’accepte… » qui me donnent ce sentiment. Et c’est très contraire à ma philosophie de vie.

Malgré nos possibles désaccords, je trouve que tu as une jolie plume et je te souhaite la bienvenue sur le forum.

le 20/10/2016 à 07h44 | Répondre

Colore la vie

Alors, effectivement, c’est ma philosophie et si ça a pu résonner en toi comme « c’est la meilleure », je ferai plus attention la prochaine fois car je n’avais aucune volonté de l’imposer. Je respecte le droit qu’a chacun de décider de son retour d’expérience.
Ton commentaire sur la religion m’a fait sourire car j’ai été élevée dans la religion mais voilà bien longtemps que je m’en suis éloignée. Mais je trouve malgré tout que la religion véhicule de belles valeurs dont celle-là.
Je suis fataliste c’est vrai car il y a des choses qu’on ne contrôle pas. Se battre contre le cancer? Contre un accident? Contre une mauvaise rencontre? Je suis résignée c’est vrai, ça ne veut pas dire que je me jetterai sous les roues du premier chauffard qui passe en pensant que c’est mon destin mais je ne pourrai pas non plus faire vivre les personnes que j’aime en salle blanche pour les protéger
J’apprécie ces échanges en commentaire, c’est intéressant de confronter nos idées. Merci à toi et à une prochaine dans un prochain billet peut-être?? 🙂

le 20/10/2016 à 08h47 | Répondre

Cacy

Je ne pense pas faire de billet (sur ce sujet là) car ca serait quand même très similaire au tien. J’essaye d’être heureuse en positivant un maximum.
C’est surtout la forme qui m’a dérangé. Je n’aime pas les « ordres ». Mais j’aime beaucoup découvrir de nouvelles idées même si ce ne sont pas les miennes (et des fois j’évolue).
Par contre, oui il faut se battre contre le cancer ou toute autre maladie, consulter plusieurs médecins, tester les thérapies jusqu’à trouver celles qui peut nous aider. Oui il faut repousser un individus toxique, être prudent dans ses rencontres et virer la personne de son cercle si elle nous veut du mal…
C’est très probablement pas si éloigné de ce que tu fais/pense et c’est certainement juste une facon d’écrire que je n’ai pas compris.
Mais ta phrase « J’accepte le diagnostic, l’attente, les traitements, l’attente, les tests continus, la peur, l’abandon, les joies éphémères. » ca a sonné en moi un peu comme « j’accepte le racisme, les discriminations, les agressions… ». Ce n’est pas ce que tu as dit mais (bizarrement?) c’est ce que j’ai ressenti.
A une prochaine fois !

le 20/10/2016 à 09h08 | Répondre

Lilicorne

Merci pour cet article. Je me retrouve beaucoup dans ton histoire et dans ta philosophie de vie. Mon compagnon a également eu un cancer, je l’ai accompagné jusqu’au bout mais l’issue pour lui n’a pas été heureuse. Néanmoins, cette expérience terrible m’a changée et a changé ma vie.
Je suis aujourd’hui convaincue que je devais vivre ça pour grandir et découvrir la vie autrement. Que c’était bien à moi de l’accompagner sur ce dernier chemin et personne d’autres.
Comme toi, je pense que rien n’arrive par hasard, et que l’univers nous envoie des épreuves que nous sommes capables de surmonter.
Il n’y a rien de pire que de subir sans pouvoir agir. J’ai appris que quand tes pires cauchemars te tombent sur le coin de la tronche sans prévenir, que quand tu n’as rien choisi et que tu es impuissante, la seule chose que tu PEUX changer c’est TA manière de VIVRE cette épreuve.
Alors tu peux choisir d’être en colère, de l’’effondrer, de l’ignorer… Mais tu peux aussi décider de vivre cette situation de la manière la plus positive possible. Tu as alors une emprise dessus. Le fait d’être active change la donne. Tu deviens (un peu) actrice de ce qui arrive, et ta manière de vivre ces moments difficiles n’est alors plus du tout la même.
Mais j’ai appris surtout, que de toutes les expériences horribles, des pires malheurs qui nous arrivent, on peut en tirer quelque chose de bien, de beau, de précieux.

le 20/10/2016 à 17h16 | Répondre

Colore la vie

Je suis sincèrement désolée de lire cela mais te félicite de ta force, de ta façon d’affronter les choses qui, j’en suis persuadée, te permettra d’accéder à la sérénité plus tard. Bon courage à toi en attendant

le 10/01/2017 à 19h09 | Répondre

Virginie

Merci pour ce billet, ça requinque !
Hum, j’ai l’impression que vivre ce type d’épreuve rend plus humble, plus positif, plus… je ne sais pas. En tout cas, cela m’a permis de prendre du recul, d’accepter d’admettre que tout va bien ou qu’il faut mettre un coup de collier pour débloquer telle ou telle situation.
En revanche, je suis devenue parano. Genre, hum la Vie me donne ça, c’est top mais que va-t-elle me reprendre en retour ? J’explique, nous avons annoncé notre mariage, un proche, très proche, a été diagnostiqué cancer non soignable dans la semaine qui a suivi. Il est décédé l’année de notre mariage, il a essayé de tenir au max pour y assister malheureusement, c’était trop dur.
Nous venons d’annoncer ma grossesse à la famille et de nouveau un membre est diagnostiqué dans les 15 jours d’un cancer… cette fois, soignable. ça fait carrément flipper ET relativiser.

le 22/10/2016 à 11h13 | Répondre

Colore la vie

Félicitations pour ta grossesse!!! Une nouvelle vie qui commence, quel beau cadeau! Le cancer est une maladie bien plus répandue qu’on veut bien se l’admettre, heureusement qu’il continue à y avoir des miracles comme celui que tu portes en ton ventre! Courage pour accompagner ton proche

le 10/01/2017 à 19h13 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?