Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

A la une

Visiter la Nouvelle-Ecosse Canada

Focus sur la Nouvelle-Écosse

Aujourd’hui, je viens te parler d’un petit endroit que j’ai appelé « ma maison » pendant un certain laps de temps. Encore méconnue, je vais te présenter… la Nouvelle-Écosse.

C’est comme la Nouvelle-Calédonie ? Hum… Pas tout à fait. C’est pourtant aussi « dans » l’océan. Mais c’est à côté du Nouveau-Brunswick. Ça te parle un peu plus ? Non ? Pas grave, je ne vais pas tourner autour du pot trente ans…

Envier une fille populaire

Ces filles populaires…

Il était une fois une fille normale et bien dans sa peau, qui rencontre sa nouvelle collègue. Une collègue qui est ce qu’on appelle communément une « fille populaire ».

Ce terme est régulièrement employé dans les cours d’école. Il désigne une jeune fille jolie (mais pas toujours) qui, de par son assurance et son charme, possède plein d’amis et collectionne les plus beaux mâles. En général, elle sème beaucoup de jalouses sur son chemin…

Porter l'uniforme au travail

Pourquoi j’aime travailler en uniforme

L’uniforme, avant, j’en rêvais.

La première fois que je l’ai revêtu, je n’avais pas 20 ans. Je me revois avec ce treillis tout raide, sentant le neuf, trop grand. Je me suis regardée dans le miroir, heureuse, heureuse ! J’étais aux anges. Trop fière. Tu ne me croiras peut-être pas, mais, de toutes les tenues que j’ai portées au cours de ma vie, c’est celle qui m’a procuré le plus de fierté. Un sentiment d’accomplissement. Et aujourd’hui, j’y suis encore extrêmement attachée.

Politiquement correct

Être politiquement correcte fait-il de moi une nunuche ?

Il y a quelques semaines, on m’a reproché d’être politiquement correcte. La question mérite qu’on s’y arrête. L’expression est voulue comme une accusation, un synonyme d’entrave à la liberté d’expression.

Est-ce vraiment un défaut ? Être politiquement correcte fait-il de moi une nunuche ?

Basculer dans l'anorexie

Comment j’ai sombré dans l’anorexie

Aujourd’hui, j’ai décidé de te raconter comment la tendance du manger sain a failli devenir un réel danger pour moi. Si j’écris ce billet, c’est dans un premier temps pour moi. Écrire, c’est se libérer, extérioriser les sentiments les plus douloureux. C’est aussi une façon de faire le point.

Mais j’écris également pour toi, lectrice. La tendance aujourd’hui, c’est manger sain. Le bio, le sans gluten, le zéro sucre ajouté, le zéro calorie, zéro matière grasse. Tout ça, c’est bien joli. Je ne critique rien, et je trouve même la plupart des initiatives intéressantes. Mais sois attentive : on peut vite s’y perdre…

Rizière en terrasse de Batad

3 jours à Hong Kong et 15 jours aux Philippines

Nous aimons beaucoup voyager. Chaque année, de préférence en hiver, nous partons au soleil. Dans le top de nos destinations, il y a l’Asie du Sud, l’Amérique Latine et l’Afrique. En règle générale, nous préférons des pays qui offrent une grande variété de paysages.

L’année dernière, nous avons choisi les Philippines comme destination grâce à une offre défiant toute concurrence trouvée sur mon site fétiche. Nous avons eu des billets aller-retour pour Hong Kong à 300€/personne, et de Hong Kong, on accède facilement et rapidement aux Philippines.

Nostalgie du passé

C’était mieux avant

Je comprends parfaitement que passé un certain âge (quel âge ? 50 ans ? 60 ans ? L’âge où le monde devient effrayant ?), on soit nostalgique de sa folle jeunesse et qu’on ait tendance à idéaliser un tantinet la période qui allait avec. Certes.

Mais j’entends aussi énormément cette phrase de la bouche de mes contemporains. De gens qui ont à peine 30 ans, voire bien moins. Et qui, souvent, n’ont même pas vécu la période à laquelle ils font référence.

Mon métier de chercheur

Mon métier de chercheuse

Si on m’avait dit, enfant, que je serais chercheuse, quand je serais grande, j’aurais eu beaucoup de mal à imaginer mon avenir. Je me serais sûrement vue en grande blouse blanche, un bécher fumant à la main, empli d’une solution à la couleur improbable. Je me serais imaginée passant mes journées dans un laboratoire à la paillasse blanche, un microscope toujours vissé aux yeux.

Bref, j’aurais été loin (très loin !) de la réalité.

Blog et commentaires

Dans mon cœur de blogueuse

Internet, j’ai plus ou moins grandi avec. Je me souviens encore de notre tout premier modem : je venais d’entrer au lycée. Il faisait un bruit improbable : « Chhhh ding dong dong biiiiiip ». Et grâce à lui, un monde incroyable s’ouvrait à moi.

J’ai ouvert mon premier blog quelques années plus tard, pour mes 20 ans, en 2003. À l’époque, je me souviens qu’on parlait de « netiquette » pour expliquer ce qui se faisait et ne se faisait pas sur la toile. Ce terme me semble déjà tellement dépassé aujourd’hui… Et pourtant, j’ai eu envie d’en parler.

burger de polenta

Mes burgers de polenta panée

La polenta, tu connais : Claire t’en avais déjà parlé.

Voici une autre idée pour accommoder un reste de polenta !