Bien dans son corps, bien dans sa tête, bien chez soi !

Madame Ophrys

Jeune mariée de juillet 2017 (tu peux d'ailleurs lire nos aventures sur Mademoiselle Dentelle, le pseudo est identique !), mon mari et moi démarrons un nouveau projet : l'achat d'une micro-ferme, la rénovation de celle-ci et le démarrage de notre nouvelle vie en tant que "paysans/jardiniers/maraîchers - mais-aussi-travailleurs-salariés-classiques".
Je t'invite à venir suivre nos aventures étape par étape, je me ferai une joie de répondre à tes questions !
Et si tu veux discuter en détails d'un sujet, n'hésite pas à me contacter à mlleophrys@mademoiselle-dentelle.fr (cette adresse est toujours valide !)

Ses contributions

Devenir paysans : acheter la maison et le terrain

Après une courte nuit à l’hôtel, nous voilà de retour. Nous découvrons alors l’intérieur de la maison principale. En effet elle est grande, environ 195 m² (sans les dépendances hein), avec un grenier super haut de plafond et totalement aménageable de 75 m². Et la dépendance principale, celle sur 2 étages (+ RDC), fait 115 m² et est donc tout à fait transformable en gîte ou petite maison. Bien bien… Par contre à l’intérieur de la maison c’est un énorme fatras.

Mes peurs, mes phobies et moi

En cette période d’Halloween, où l’on parle plus volontiers des peurs et frayeurs, souvent de façon dérisoire afin d’adoucir les choses, je souhaiterais te parler de mes peurs à moi. Attention, je te préviens tout de suite : si tu n’as pas trop le moral aujourd’hui, je te déconseille de lire l’article jusqu’au bout, car cela risque de contribuer à ton état un peu morose.

Devenir paysans : trouver la maison et le terrain adéquats

Bon, avoir un projet de micro-ferme c’est bien, encore faut-il trouver le terrain sur lequel le concrétiser !

Après t’avoir expliqué nos recherches infructueuses en Belgique, je vais maintenant t’expliquer comment nous avons trouvé notre bonheur en France.

Devenir paysans : d’où nous est venue une telle idée ?

Je m’en viens ici t’expliquer notre projet un peu fou/hippie/voué-à-l-échec/trop-cool-je-voudrais-faire-pareil (rayer les mentions inutiles) d’avoir une micro-ferme, d’être en autonomie alimentaire dans un premier temps et pourquoi pas d’en vivre pleinement plus tard.